Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Autres travaux

Michèle Lereau, L’entourage féminin de Charlemagne : statuts, implications et célébration

Maîtrise, Université Paris I, 2005
Michèle Lereau

Texte intégral

1L’objectif de ce mémoire est, au regard des innombrables études qui ont été consacrées au roi et empereur Charlemagne, de faire sortir de l’ombre les femmes qui l’ont entouré. Car malgré le plan inférieur auquel les relèguent les sources, leur rôle essentiel dans la gestion et le gouvernement du royaume est incontestable. Il est question ici d’un entourage féminin proche, comprenant sa mère, ses compagnes, ses filles, ses petites-filles, sa cousine et sa sœur, toutes présentes à la cour. Une telle étude sous-entend un vaste corpus de sources qui doivent être envisagées avec beaucoup de recul puisque, presque exclusivement, composées par des hommes. Il faut bien sûr compter avec les différentes annales et chroniques rédigées alors aux quatre coins du royaume, et dont les plus célèbres, les Annales Royales, forment la « source officielle ». La Vita Karoli rédigée par Éginhard (suivant le modèle de la Vita Augusti de Suétone) est évidemment l’œuvre incontournable pour toute étude sur l’empereur Charles, livrant le témoignage précieux d’un contemporain présent à la cour, mais d’autres biographes, tels Notker de St-Gall ou encore Thégan, nous révèlent également quelques traits du roi et de son entourage. Les sources épistolaires sont précieuses avec le Codex Carolinus, correspondance des Papes, qui ne manque pas de mentionner les femmes, mais surtout la correspondance d’Alcuin d’York qui échange avec la sœur et les filles de Charlemagne un nombre conséquent de missives érudites. Capitulaires et diplômes promulgués sous autorité royale révèlent aussi beaucoup sur la présence de femmes au cœur même de la vie politique. Enfin, les poèmes d’Angilbert, Théodulfe et les épitaphes de Paul Diacre permettent de rendre aux reines et princesses l’hommage qui leur est dû.

2Une fois le recensement de cet entourage effectué grâce à ces multiples sources, il s’agit de déterminer quelles étaient les activités respectives des femmes en question et leur part d’influence auprès du roi : quels rôles leurs statuts leur permettent-ils de jouer dans la vie publique ? Quelle est leur influence sur les sphères politique et sociale ? Comment se souvient-on d’elles ?

3Le mémoire est construit selon quatre axes distincts : le premier chapitre se voit consacré à une prosopographie de cet entourage. Ainsi le regroupement des sources disponibles et des informations, femme par femme, permet de définir quel était le statut de chacune, et donc d’entrevoir déjà les responsabilités mais aussi les pouvoirs attribués en conséquence. L’exercice s’avère périlleux lorsque l’on se penche sur les épouses du roi. En effet, il semble que la frontière entre épouse légitime et simple concubine ne soit pas toujours clairement définie, et l’on peut même conclure que, pour les contemporains, ces situations ne sont pas non plus évidentes. Ce sont finalement les cas successifs et le recul qui leur permettent de se prononcer sur les expériences passées.

4Un deuxième chapitre tente de déterminer précisément la part de pouvoir accordée aux reines et aux princesses carolingiennes. Il est constaté qu’il existe en fait deux sortes de pouvoir : le pouvoir officiellement reconnu à ces femmes, telles la gestion du trésor royal et l’organisation palatiale de manière générale, mais aussi un pouvoir de régence lors de l’absence du roi, ainsi que de réels pouvoirs économique et, plus rarement il est vrai, judiciaire ; enfin, un pouvoir davantage dissimulé : la possibilité pour la reine de favoriser ceux de son parti.

5L’étude porte ensuite sur le rôle de cet entourage féminin dans le développement de la vie culturelle et se fonde en grande partie sur des lettres échangées entre Alcuin d’York, chargé de la direction de l’école du palais, et plusieurs de ces femmes. Celles-ci démontrent dans ces documents un profond intérêt pour toutes sortes de questions théologiques, affirment leur soif de connaissance et apparaissent comme des personnages majeurs de la vie intellectuelle du royaume. Gisèle, sœur du roi et abbesse de Chelles, se révèle même comme l’une des figures de la « renaissance carolingienne », promouvant, par le biais de sa fondation, l’étude, la copie et la diffusion d’ouvrages précieux. Il est noté, par ailleurs, que toutes ces femmes reçoivent, pour l’époque, une instruction bien supérieure à la normale, et ce statut de lettrées, qu’elles s’appliquent à utiliser au mieux, ne fait que confirmer leur position exceptionnelle.

6Enfin, le dernier axe de cette étude est dédié aux différentes formes d’hommage rendu à ces femmes, aussi bien de leur vivant qu’après leur mort. Les poètes dépeignent dans leurs œuvres des figures aux multiples qualités physiques et morales mais taisent toute ambition, toute réalisation qui ne correspond pas à l’idéal attendu car, seule doit transparaître, à travers elles, la gloire du souverain et du royaume.

7Les chroniqueurs et les autres auteurs contemporains de ces femmes ne semblent pas disposés à les présenter sous un jour moins traditionnel, qui nuirait à leur propre conception du rôle de la femme ou à celle de l’Église. Ils révèlent, au final, bien peu de chose sur elles, si bien qu’au premier regard, nous pourrions les imaginer plutôt passives et politiquement absentes.

8Le pouvoir, c’est avant tout le roi, et il n’est jamais question d’admettre ou de reconnaître chez les femmes carolingiennes de haut rang, un véritable désir d’initiative et de participation à la construction du royaume, encore moins une quelconque influence sur le roi ou sur un personnage important. Pourtant cette implication féminine est réelle, et peut être reconstituée grâce à des « témoignages bruts », lettres, diplômes, capitulaires qui confirment leur participation et leur apport dans de nombreux domaines relevant, aussi bien, des affaires publiques que purement palatiales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Lereau, « Michèle Lereau, L’entourage féminin de Charlemagne : statuts, implications et célébration », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/202

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page