Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Autres travaux

Élodie Jauneau , Quand les femmes deviennent soldats. A l'origine de nouveaux rapports de genre dans l'armée française (1938-1976)

DEA, Université Paris 7-Denis Diderot, 2005
Elodie Jauneau

Texte intégral

  • 1  Revue des Forces Françaises Féminines

1Ce DEA a pour but de répertorier la totalité des sources et archives relatives aux femmes dans l’Armée Française et d’établir une bibliographie exhaustive de ce sujet, entre 1938 et 1976. De plus, il comporte un essai intitulé « Bellone1 » et l’Indochine ou l’émergence d’une conscience identitaire militaire féminine ainsi qu’une historiographie de la question.

  • 2  Personnel Féminin de l’Armée de Terre. De nombreux sigles sont utilisés dans ce résumé. Ils sont t (...)
  • 3  Robert-Jacques THIBAULT, Dictionnaire de mythologie et de symbolique romaine, Paris, Dervy, 1998, (...)
  • 4  Cette revue a pour sous-titre « Terre – Air – Mer »
  • 5  Institut Français de presse, Tirages des journaux sous la IVe République : août 1944-juin 1958, Pa (...)
  • 6  Association pour le développement et la diffusion de l’information militaire. Il semble que cette (...)
  • 7  En plus des abonnements en métropole et de tous ceux qui sont expédiés aux abonnées de l’Union Fra (...)
  • 8  H. de PUYFONTAINE, « A celles qui lisaient Bellone », Bellone, n° 105, novembre-décembre 1967, pp. (...)
  • 9  En effet, avant 1962, la revue TAM n’accorde aucune place aux femmes dans ses pages. Après cette d (...)

2Pour comprendre l’intérêt de la revue Bellone, il est indispensable de la replacer dans son contexte. Le Bulletin PFAT 2– qui devient plus tard Bellone3 – n’est pas né « à cause » de la guerre d’Indochine mais après la Deuxième Guerre Mondiale et pendant la guerre d’Indochine. Cette nuance a toute son importance car elle influence considérablement le contenu des pages de la revue. En effet, la Deuxième Guerre Mondiale – dont les conséquences sur l’intégration de personnels féminins dans l’armée furent considérables – et la guerre d’Indochine, sont deux conflits qui permettent d’exalter les revendications de ces femmes, à savoir principalement, la reconnaissance comme militaires à part entière. C’est en 1940 que les premières Françaises – sous  l’uniforme de l’armée de la France Libre – forcent les portes de l’institution la plus masculine qui soit. Entre 1945 et 1948, aucune revue de la presse militaire française ne s’intéresse aux femmes. Mais c’est leur rôle remarquable – au sens propre du terme – pendant la Deuxième Guerre Mondiale et leur (ré)engagement dans la guerre d’Indochine qui semblent avoir été les actes de naissance de Bellone. Les premiers numéros parus de 1948 à 1954 pendant la guerre d’Indochine, permettent d’apprécier ce qui fait de cette revue une source incontournable dans l’étude de la féminisation de l’Armée française. Présenter Bellone dans le contexte de ce conflit en Extrême-Orient sera le point de départ de cette analyse qui mettra en lumière l’élément fondateur de ce sujet : l’émergence d’une conscience identitaire militaire féminine. Si Bellone ne devait avoir qu’un intérêt, ce serait celui d’être la seule et unique revue féminine de l’histoire de la presse militaire. D’autres revues plus importantes comme Cols Bleus, Armées d’Aujourd’hui, ou encore TAM4, accordent parfois quelques articles aux personnels féminins de l’armée, mais elles n’en sont que peu informées puisque leur lectorat est majoritairement masculin. C’est là toute la singularité de Bellone. Ecrite majoritairement par des femmes de l’armée et pour elles, son lectorat est en grande partie féminin. Il aurait été intéressant pour ce travail de savoir de quel ordre furent son tirage et sa diffusion et de mettre en relation le nombre d’exemplaires et d’abonnements avec les effectifs des personnels féminins de l’armée. Malheureusement, ni le Bulletin, ni Bellone ne figurent dans les annuaires de la presse française ; ils ne font pas non plus partie des journaux pris en compte dans les études relatives à la presse sous la IVe République5. A l’heure actuelle, les éditions Mirambeau, qui étaient responsables de la diffusion et des abonnements dès 1948, puis ADDIM6 Editeurs en 1967, n’existent plus. Dans le dernier numéro de Bellone, un bref historique de la revue fait état pour l’année 1957 de « cinq cents abonnements au bénéfice de Celles qui servaient encore en Indochine7 », et en 1961, « la courbe [des abonnements] étant ascendante », les services administratifs de diffusion de revues militaires classent Bellone « en tête des publications payantes»8. D’abord publiée sous le nom Bulletin PFAT de Noël 1948 à décembre 1952, elle devient ensuite Bellone, Revue des forces féminines françaises. Ces deux publications sont bimestrielles jusqu’en décembre 1967. Cette année-là, ce seul et unique magazine militaire féminin de l’Histoire française, disparaît et est absorbé par TAM, revue existant depuis 1962, dont le lectorat est presque exclusivement masculin9. Il est donc très difficile, voire impossible de savoir quelle était la place de Bellone dans la presse militaire française de l’époque.

  • 10  En Russie, les premières femmes pilotes militaires servent dès 1917 dans la guerre contre l’Allema (...)
  • 11  Plusieurs articles sur les WACS en Amérique, les ATS en Angleterre, les femmes dans les armées bel (...)

3L’autre question soulevée par cette revue est de savoir s’il s’agit d’une exception française. Si les armées britannique, américaine, polonaise ou encore russe semblent avoir intégré les femmes plus rapidement qu’en France10, il est très ardu de trouver un équivalent à Bellone dans ces pays, ou de savoir si elle était connue des personnels féminins des armées étrangères ou encore si elle aurait pu influencer la création d’une revue similaire. Par contre, la place occupée par les femmes militaires des autres pays est relativement importante dans les pages de la revue11.

4La guerre et le maniement des armes ont toujours été réservés aux hommes ; les femmes devant avant tout être des mères et des épouses capables d’assurer dignement le repos du guerrier à son retour du front. Telle était la répartition des rôles « naturels » dans la plupart des sociétés occidentales jusque très récemment. Quoi qu’il en soit, l’armée et les femmes coexistent depuis longtemps. L’institution « Armée » est considérée comme le bastion masculin par excellence, lieu de passage obligé dans la construction du masculin et de la virilité. Les femmes n’y ont donc « naturellement » pas leur place. Et même si la figure de LA femme est indissociable de celle DU soldat, sa militarisation n’est jamais envisagée. Pourtant, entre 1938, date de la première loi envisageant la mobilisation des femmes en temps de guerre, et 1976, date de la première loi qui ne distingue plus les hommes des femmes militaires, l’Armée française s’est féminisée – plus ou moins, malgré elle – engendrant de nouvelles règles et de nouveaux codes dans les rapports sociaux de sexe, qu’il s’agisse des relations entre hommes et femmes mais aussi entre femmes dans un milieu masculin. Le but de cette recherche est donc de montrer et de comprendre comment s’est déroulée cette « révolution » au sein de l’Armée et quelles en furent les conséquences.

Haut de page

Notes

1  Revue des Forces Françaises Féminines

2  Personnel Féminin de l’Armée de Terre. De nombreux sigles sont utilisés dans ce résumé. Ils sont traduits en annexe de mon mémoire de DEA.

3  Robert-Jacques THIBAULT, Dictionnaire de mythologie et de symbolique romaine, Paris, Dervy, 1998, pp. 53-54 : déesse romaine (sans doute d’origine sabine) de la guerre, assimilée à l'Enyo des Grecs. Elle était la sœur ou la femme de Mars. Elle attelait les chevaux du dieu Mars lorsqu'il partait pour la guerre et conduisait son char. Les poètes la dépeignent courant parmi les combattants, les cheveux épars, le feu dans les yeux, et faisant retentir dans les airs son fouet ensanglanté ; elle a dans la main une lance et une verge également ensanglantées. Plusieurs temples lui ont été dédiés. Elle personnifie la Guerre sanglante et furieuse. Elle est également représentée armée à l'antique, le casque en tête, la lance à la main, montée sur son char qui renverse tout sur son passage, précédée de l'Épouvante et de la Mort, s’élançant vers la bataille ou dans la mêlée : son visage est entouré d’une chevelure de serpents, la Renommée vole autour d'elle, appelant au son de la trompette la Défaite et la Victoire.

4  Cette revue a pour sous-titre « Terre – Air – Mer »

5  Institut Français de presse, Tirages des journaux sous la IVe République : août 1944-juin 1958, Paris, Institut français de presse et des sciences de l’information, 1989, 90 p. Dans cette étude, seuls figurent les quotidiens parisiens et régionaux, ainsi que les périodiques nationaux hebdomadaires, mensuels ou bimensuels. Le Bulletin et Bellone sont des bimestriels. Il semble surprenant que ce critère seul les ait écartés de l’inventaire.

6  Association pour le développement et la diffusion de l’information militaire. Il semble que cette maison d’édition ait cessé ses activités en 2000, date à laquelle elle était domiciliée 6 rue Saint Charles à Paris. Les recherches pour entrer en contact avec elle ont échoué.

7  En plus des abonnements en métropole et de tous ceux qui sont expédiés aux abonnées de l’Union Française (Madagascar, AOF, AEF, Tchad, Algérie, Tunisie, Maroc, entre autres).

8  H. de PUYFONTAINE, « A celles qui lisaient Bellone », Bellone, n° 105, novembre-décembre 1967, pp. 2-10.

9  En effet, avant 1962, la revue TAM n’accorde aucune place aux femmes dans ses pages. Après cette date, elle touche sans doute quelques lectrices féminines mais sans commune mesure avec Bellone.

10  En Russie, les premières femmes pilotes militaires servent dès 1917 dans la guerre contre l’Allemagne. Entre 1913 et 1914, en Pologne, trois mille femmes servent dans une formation féminine militaire : « la légion féminine de volontaires ». En Angleterre, le corps des volontaires féminines appelé « Queen Mary’s Army Auxiliary Corps » est créé en 1915 et devient rapidement le WAAC. Présent dans tous les corps de l’armée anglaise, le WAAC compte cent mille femmes à la fin de la Première Guerre Mondiale. A la même époque, aux USA, plus de dix mille femmes servent dans la Marine : Raymond CAIRE, La femme militaire des origines à nos jours, Paris, Lavauzelle, 1981, pp. 47 et 49-53.

11  Plusieurs articles sur les WACS en Amérique, les ATS en Angleterre, les femmes dans les armées belge, danoise…etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Jauneau, « Élodie Jauneau , Quand les femmes deviennent soldats. A l'origine de nouveaux rapports de genre dans l'armée française (1938-1976) », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/201

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page