Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Autres travaux

Amandine Malivin, La différence des sexes comme fondement inaliénable de l'organisation sociale : construction et usages de la figure de l'hermaphrodite dans les discours médicaux (1830-1914)

Maîtrise, Université Paris 7, 2005
Amandine Malivin

Texte intégral

1Sur les notions de sexe et de genre, la figure de l’hermaphrodite offre des pistes d’études sérieuses aux chercheurs. Elle représente une forme de transgression innée des lois naturelles et, de par son existence même, l’hermaphrodite questionne le principe du bimorphisme masculin/féminin, ainsi que les systèmes de pensée et d’organisation sociale qui en découlent.

2C’est cette confrontation qui est ici étudiée, pour les années 1830 à 1914, alors que la société française se consolide dans son organisation, autour des principes du Code civil de 1804, et que, dans le monde savant, des sciences nouvelles prennent leur essor : sciences du crime, du sexe et, de façon générale, de la déviance et de l’anormalité. L’hermaphrodite se retrouve aux croisements de ces disciplines. Il est en effet un être doublement monstrueux : affront tant aux lois de la nature qu’aux lois sociales.

3Ce double aspect nous a porté à étudier des sources variées. Certes, les sources littéraires nous démontrent que la figure de l’hermaphrodite n’a pas perdu son pouvoir de fascination. Mais, si nous nous attachons à retrouver les traces d’individus, d’existences, ou d’affaires judiciaires, ce sont en premier lieu les sources médicales qui offrent de précieuses informations : les observations, études, récits de vies et photographies d’hermaphrodites rapportés par la presse médicale sont nombreux, et intéressent autant les gynécologues que les tératologues ou les aliénistes. Les experts des tribunaux et les juristes sont aussi amenés à travailler sur le sujet, de par la nature problématique de ces cas, aux yeux de la Loi. Les sources judiciaires, telles que rapports d’experts, ouvrages de jurisprudence, archives et presse nous ont donc également été d’un grand usage.

4Nous avons cherché à mettre en avant au cours de cette étude les discours et les pratiques qui se sont élaborés autour des hermaphrodites, tant au sujet de leur ambiguïté physique qu’au sujet de la place à leur accorder dans la société. Nous nous sommes aussi attaché à mettre en relief les contradictions qui ont pu exister entre ces discours, relevant de principes, et ces pratiques, relevant d’impératifs sociaux.

5Les savants s’échinent à faire disparaître, par l’élaboration de classifications et d’un vocabulaire spécifique, le monstre hermaphrodite. Cet être sexuellement double, parfait, est rejeté au rang de mythe. L’idée de nuance dans la séparation des sexes est introduite, mais elle s’inscrit toujours dans l’idée de manque, d’infériorité. L’espèce n’admet que des hommes et des femmes, chaque individu relève d’un « sexe vrai ». Les intersexués ne dérogent pas à cette règle, mais ils ne sont considérés que comme des femmes ou des hommes incomplets, inachevés.

6Ambigu, l’hermaphrodite est perçu comme tiraillé en permanence entre le masculin et le féminin qui se chevauchent dans son corps et son âme composites. Imparfait physiquement, il ne peut que l’être aussi moralement. Il apparaît alors comme figure emblématique du dégénéré, inspirant  tout à la fois pitié et crainte.

7Parce qu’il est « hors normes », il ne peut trouver sa place dans une société qui pose à sa base la différence des sexes. L’existence d’êtres intersexués, dans ce contexte, pousse donc à une réflexion des juristes et médecins sur la définition même du « sexe », en tant que catégorie sociale. Les sources mettent en lumière la complexité de cette notion, mais aussi les enjeux cruciaux qu’elle représente pour la société, notamment lorsque les débats portent sur l’existence, la définition et la reconnaissance sociale d’un « troisième sexe », ou encore sur la légitimité du mariage des hermaphrodites.

8Au delà de la réflexion et des discours, il y a les actes. Et ces derniers prennent l’aspect de mesures visant à normaliser les « anormaux ». De façon générale, on constate que tout est fait pour ne pas avoir à intégrer les intersexués en tant que tels dans le cadre de la loi, ou à modifier celle-ci en ce sens. Au contraire, médecins et juristes usent de pratiques, souvent en contradiction avec leurs discours, pour que les hermaphrodites se fondent dans la masse, « deviennent » des hommes ou des femmes, les plus conformes possibles aux normes établies. Ces manœuvres diverses mettent en avant le fait que la priorité n’est pas de prendre en compte la différence, mais de la rendre invisible, plus particulièrement en garantissant l’adéquation entre comportements et identité sexuels. Lorsque cette adéquation existe, l’anormal perd son caractère menaçant. Le sexe, dans ce contexte de préservation du modèle social, se fait malléable.

9Plus ils sont étudiés, plus les hermaphrodites échappent aux médecins. Ils mettent en avant la subjectivité des lois naturelles qui, devenues normes, se font fondatrices des sociétés. L’étude de l’hermaphrodisme fait apparaître un grand vide juridique perdurant jusqu’à nos jours, et met en relief l’aspect éminemment philosophique et politique de la notion de sexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Malivin, « Amandine Malivin, La différence des sexes comme fondement inaliénable de l'organisation sociale : construction et usages de la figure de l'hermaphrodite dans les discours médicaux (1830-1914) », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/200

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page