Navigation – Plan du site
Les femmes prennent la plume

Olympe Audouard dans l’univers de la presse, (France, 1860-1890)

Isabelle Ernot

Résumés

Cet article s’intéresse aux relations entre la presse et Olympe Audouard, femme de plume et fondatrice de plusieurs revues sous le Second Empire et au début de la IIIe République. Les sources, qui émanent de la presse quotidienne et de l’univers des revues littéraires et culturelles, permettent de mettre en évidence les réactions d’un milieu professionnel alors essentiellement masculin face aux ambitions d’une femme. Son parcours, qui fait retrouver les tensions entre pensées progressiste et conservatrice, pose la question de la mixité et des résistances qu’elle a suscitées au sein de cette profession encore très liée au monde de la littérature. Les différents angles d’approche permettent de présenter ses créations et les aléas rencontrés, l’intérêt que la presse lui a porté saisi à travers son « image médiatique », enfin le regard porté sur ses ouvrages qui met en présence les pensées de la différence et celle de l’identité des sexes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voyage dans mes souvenirs, Paris, Dentu, 1884, p.120.

« Mais, puisque ce voyage à travers mes souvenirs […] constitue en définitive mes mémoires, je dois vous dire, comment, moi Marseillaise, me trouvant séparée à vingt ans et sans protecteur dans le monde, j’ai pu fonder à Paris un journal, le premier Papillon […]. N’avoir jamais écrit autre chose que des lettres et les livres du ménage, arriver à Paris, et faire paraître, trois mois après, une revue qui avait pour collaborateurs des écrivains d’un grand talent, c’est, avouez-le, un tour de force, et moi je l’avoue sans hésiter, je suis fière d’avoir pu faire ce tour de force. Il me prouve qu’avec de l’énergie, et en ayant le courage d’oser, on peut beaucoup »1.

  • 2 Une confusion a existé sur ses dates et lieu de naissance due en partie à des erreurs datant de son (...)
  • 3 Sur les femmes de lettres : Christine Planté, La petite sœur de Balzac, Paris, Seuil, 1989 ; La lit (...)
  • 4 Histoire générale de la presse française, Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral, Fernan (...)
  • 5 Références ayant trait au 19e siècle : Evelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France, (...)

1Femme de plume, Olympe Audouard (1832-1890)2 s’est illustrée dans différentes activités littéraires, liées les unes aux autres, notamment le roman, le récit de voyage et le journalisme3. C’est à cette dernière que cet article s’intéresse plus particulièrement. Ses Mémoires publiés en 1884 évoquent ici ses débuts dans le journalisme, un quart de siècle auparavant, au début des années 18604. Évoluant après les saint-simoniennes et les « femmes de 48 » et précédant la génération de La Fronde5, Olympe Audouard se distingue des unes et des autres. Sa démarche, également sous-tendue par une posture féministe, est à la fois plus individuelle et davantage tournée vers la mixité. Alors qu’elle a été aux yeux de bien des contemporains une figure du féminisme, son engagement se retrouve peu au sein de ses revues. La censure mise en place par le Second Empire et la République en ses premières années n’en n’est pas la seule cause ; son projet n’a jamais été, semble-t-il, de créer un organe de presse de nature féministe ou tourné vers le seul public féminin. Elle aspirait surtout à pouvoir s’exprimer librement sur les sujets d’actualité. Quant à la dimension de la mixité, elle concerne tout aussi bien son environnement intellectuel que le lectorat espéré.

  • 6 Voir la liste à la fin de l’article.
  • 7 L’échantillon est évidemment dépendant de l’état actuel des numérisations. À la date de cet article (...)

2Fondatrice de plusieurs revues, son écriture journalistique qui s’étend sur plusieurs années compte des centaines d’articles et de chroniques. Cette recherche s’appuie toutefois sur d’autres sources sélectionnées au sein du fonds Gallica de la Bibliothèque nationale de France. Il s’agit d’écrits qui portent sur sa personne et émanent de la presse quotidienne et de l’univers des revues littéraires et culturelles, dus majoritairement à des hommes et à quelques femmes6. Les occurrences de son nom au sein de ces quotidiens et revues sont au nombre de plusieurs centaines entre 1860 et 18907.

3Ces sources, qui offrent un panorama global de son activité à travers notamment les commentaires qu’elles ont suscitées, invitent à questionner du point de vue du genre la relation entre le monde de la presse et une femme de plume, engagée. Ce questionnement est relatif non seulement à la dimension professionnelle mais également au regard « médiatique » porté sur sa vie publique et son œuvre romanesque, et au-delà, sur la perception de la femme de lettres dans la société d’alors. La presse se révèle une chambre d’écho de la situation globale des relations socio-sexuées, à l’intérieur de laquelle, à plus petite échelle, se jouent aussi ces relations. Le parcours d’Olympe Audouard, qui fait retrouver les tensions entre pensées progressiste et conservatrice, pose ainsi la question de la mixité et des résistances qu’elle a suscitées au sein d’une profession encore très liée au monde de la littérature.

4La démarche est organisée en trois temps. Le premier s’attache à retracer l’activité d’Olympe Audouard et ses difficultés au sein de l’univers de la presse, le second fait ressortir l’attitude ambiguë d'une presse masculine qui navigue entre séduction et misogynie à l’égard d’une femme mue par un engagement en faveur de la liberté et de l’égalité. Enfin, sont exposées deux perspectives sur l’écriture féminine : si celle de l’hostilité est connue, l’autre fait apparaître une situation différente, reposant sur une certaine bienveillance et une reconnaissance de la femme de plume.

I. Une femme engagée, dans la presse

La fondatrice de cinq revues

  • 8 En 1882 dans sa revue Le Papillon (n°37), elle-même n’évoque que trois revues peut-être parce que l (...)
  • 9 97 numéros.
  • 10 24 numéros. À partir du 6 (23/03), les noms des collaborateurs disparaissent, le titre est simplifi (...)
  • 11 85 numéros sont connus entre 1879 et 1881. L’actuelle notice de la BNF précise toutefois que la rev (...)
  • 12 Autre lien : l’adresse de la rédaction est la même que celle du Papillon (II) : 173 rue Saint-Honor (...)
  • 13 Deux notamment ont été identifiées : L’art moderne. Expositions, Musées, Collections, Peinture, Scu (...)

5Olympe Audouard est à l’origine de cinq créations. Trois d’entre elles sont connues et nous proposons ici d’en identifier deux autres8. Leur temps d’existence fut variable. La première, Le Papillon paraît entre janvier 1861 et décembre 18639. En parallèle, elle est sans doute à l’origine d’une revue créée à Marseille et dont la vie fut courte, entre janvier et juillet 1862, Le Fantaisiste. Littérature, Arts, Causeries de salons, Chronique du Palais, Histoire, Revue bibliographique10. Sa Revue Cosmopolite ne vit également que quelques mois, entre janvier et juin 1867. Douze ans plus tard, en 1879, mettant à profit ses nombreux voyages, elle apparaît être la créatrice de la Revue des Deux mondes illustrés qui publie des récits de voyages11. La fin de celle-ci (dernier numéro, 17 avril 1881) semble liée au lancement d’une nouvelle revue qui reprend le nom de sa première Le Papillon (24 avril 1881)12 qu’elle abandonne en 1884 pour raison de santé. Elle est par ailleurs intervenue dans d’autres revues.13

  • 14 Le Papillon (I), n° 97, 13/12/1863, p.1 et (II), n°1, 24/04/1881, p.2.
  • 15 Ibid., pp. 130-131.

6Si l’on reconnaît comme siennes, les créations de 1862 et 1879, elle aurait donc fondé cinq revues en l’espace d’une vingtaine d’années. Des raisons personnelles expliquent la fin des deux Papillon : en 1863, le décès de son enfant14 et en 1884, une grave affection. Peu d’informations sont toutefois données dans les revues elles-mêmes sur leur fin, sauf en 1867 pour la Revue Cosmopolite. Pour la première, elle indique un bon démarrage : elle eut, grâce à des « amis et amies […] cinq cent abonnés, et mille à la fin du mois [début 1861]. Je reçus des demandes pour la Perse, la Chine, la Turquie, l’île d’Haïti, l’Égypte et l’Amérique […] »15. Mais ses créations ultérieures ne rencontrèrent sans doute pas le même succès. L’évolution de ses revues est présentée ci-après en fonction des entraves imposées à la liberté d’expression et de leurs conditions de production envisagées surtout depuis la question de la « sociabilité professionnelle ».

Des revues soumises aux aléas politiques

  • 16 Le Papillon (I), n° 11, 10/06/1861, p.241.
  • 17 Décrets de décembre 1851, février et mars 1852.
  • 18 Christophe Charle, op. cit., p. 91-110.
  • 19 « Les droits de la femme. La situation que lui fait la législation française », Lettre aux Députés, (...)

7L'histoire des revues créées par Olympe Audouard est intimement liée au contexte politique. Dans le cadre de son travail de presse, jusqu’en 1881, sa revendication principale a porté sur la liberté d’expression. Elle souhaitait particulièrement pouvoir écrire sur ce qu’elle nomme le « fruit défendu » : « la politique et l’économie sociale »16. Sous le Second Empire, ses aspirations sont entravées par le contrôle que subit la presse d’une manière générale. Au temps du Papillon (I), la législation est issue du coup d’État17 : il fallait obtenir une autorisation préalable pour créer un organe de presse et être admis à payer un cautionnement pour aborder des questions de nature politique et sociale. Elle travailla dans le premier cadre où, en cas d’infraction, les sanctions prévoyaient un avertissement et au bout de deux, la suspension ou la suppression18. Elle dit avoir été convoquée 17 fois au ministère de l’Intérieur durant le temps d’existence du Papillon (I)19. Ces contraintes ont pesé sur l’intérêt des revues : le fait de ne pouvoir aborder des sujets de société explique en partie la forme désuète de ses éditoriaux, intitulés « Causeries », portant un peu sur tout et sur rien et où, jouant avec la censure, elle s’amuse à frôler les questions d’actualité.

  • 20 Ibid.
  • 21 Revue des Deux Mondes illustrés, n°83, p.434 ; dans les années 1870, elle fait savoir au Rappel à d (...)
  • 22 Le Papillon (I), 10/01/1861, p.1.
  • 23 Voir Silhouettes parisiennes, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1883.

8En janvier 1867, avec La Revue Cosmopolite, elle espérait en la libéralisation pour accéder à une plus libre expression notamment en matière politique. En juin, le ministère lui ayant refusé le cautionnement, elle abandonne l’entreprise mais proteste publiquement par une Lettre aux députés où elle dénonce la situation des femmes comparée à celle des hommes, ces dernières étant discriminées professionnellement par le fait d’une première injustice, celle de n’être pas « citoyen »20. Durant une partie des années 1870, la nouvelle République s’appuie à son tour sur le contrôle de la liberté d'expression. Elle crée la Revue des Deux mondes illustrés à la fin de cette décennie (1879) ; encore en 1881, à un lecteur qui lui demande de parler de la Russie, sujet qu’elle connaît bien, elle répond à propos de la censure : « […] la paille humide du cachot ne me tente pas […] »21. À partir de 1881, elle dispose désormais de la liberté d’expression tant attendue. Le lancement du Papillon (II) se fait dans la simplicité. « Notre programme ! Ni naturalistes, ni pornographes, ni réactionnaires, bons patriotes et bons républicains. Notre consigne ! Avoir de l’esprit. Nous la suivrons si nous pouvons »22. La revue est composée d’une diversité de rubriques qui varient d’un numéro à l’autre : culturelle, artistique, judiciaire, financière. Chaque numéro s’ouvre sur un portrait contemporain, d’homme ou de femme, une manière de s’exprimer sur l’actualité23, ce qu’elle fait également dans la rubrique « Coups d’ailes dans la politique ». Toutefois, et comme l’exprime l’esprit du lancement, aucun discours ne s’écarte d’une certaine bienséance, la revue s’adressant à un lectorat bourgeois, aisé et modéré. Si le facteur politique a incontestablement joué dans l’évolution de ces revues, notamment en terme de censure et d’autocensure, il faut aussi questionner les conditions de production de ces petites entreprises intellectuelles et commerciales.

Identité professionnelle et mixité : réalités et limites

  • 24 Elle n’est pas seule dans ce cas à l’époque, voir Alice Primi, « Être fille de son siècle », th. ci (...)
  • 25 Le Papillon (I), n° 3, 10/02/1861, p. 66.
  • 26 Ibid., n° 7, 10/04/1861, p. 162.
  • 27 Ibid., n° 16, 25/08/1861, p. 370.

9La manière dont Olympe Audouard parle d’elle-même indique une identité professionnelle en place dès ses débuts. Dans le premier numéro du Papillon, elle se désigne comme « Directrice - Propriétaire » et « Rédacteur en chef » dans ses trois revues officiellement répertoriées24. Elle se qualifie également facilement de « journaliste » et « chroniqueuse » : « Me souvenant l’autre jour que j’étais journaliste et que j’avais droit à mes entrées dans tous les théâtres […] »25 ; à une amie, elle dit son labeur : « l’état de journaliste […] n’est pas tout rose »26 ; ou encore : « Je vous confesse franchement, lecteur, que malgré tout mon désir d’être une journaliste consciencieuse, je n’ai pu me résigner à aller m’enfermer dans […] les salles de spectacle ».27 Se dessine à travers cette construction identitaire une profession ouverte, animée principalement par des hommes et quelques femmes de plume et qui ne nécessite aucune formation particulière.

  • 28 Ibid., n° 75, 05/07/1863, p. 417-418.
  • 29 Ibid., n° 11, 10/06/1861, p. 251.

10Parallèlement, elle enracine d’emblée son identité dans un cadre mixte. Elle s’y pense à égalité avec les professionnels masculins. Ainsi, aurait-elle souhaité une profession plus solidaire : « […] avouez, mes chers confrères, que nulle corporation n’a moins l’esprit de corps que la nôtre. […] Cela ne devrait pas être. Serrons nos rangs, soutenons-nous, l’union fait la force ».28 Elle utilise les termes de « collaborateurs » et « confrères » : « La musique de ce ballet, que plusieurs de mes confrères ont prétendue être insignifiante, m’a paru, à moi, jolie ; je l’ai écoutée avec plaisir… »29. On peut toutefois questionner la réalité de la mixité qui fut en quelque sorte « affichée » lors du lancement du Papillon (I) :

  • 30 Ibid., n°1, 10/01/1861, p.1.

« […] nous nous sommes assuré la collaboration d’une élite littéraire […] Aussi n’est-ce point sans une certaine fierté que nous écrivons ici ces noms […] : MM Théophile Gautier, Arsène Houssaye, Louis Enault, de Saint-Georges, Eugène Chapus, Jules Lecomte, Henri de Pène, Charles Monselet, Albert de Lasalle, Alfred des Essarts, Charles Coligny, Roger de Beauvoir, Théodore de Banville »30.

  • 31 Elle est citée comme l’une des maîtresses d’Alexandre Dumas : Dominique Fremy et Claude Schopp, Qui (...)

11Ces hommes de lettres, nés en majorité entre le début du siècle et les années 1820, qui contribuaient à divers journaux et revues, jouissaient d’une certaine notoriété. Dans ses Mémoires, elle dit sa proximité avec quelques-uns, notamment Théophile Gautier, Alexandre Dumas père, l’éditeur Dentu, le marquis Alexis de Pomereu, ce dernier dont elle se dit l’une des meilleures amies est cité dans la presse comme son « protecteur »31. On découvre autour d’elle l’existence d’une sociabilité littéraire. Emmanuel des Essarts, fils du publiciste Alfred qui participe au Papillon, écrit :

  • 32 L’esprit français, Paris, 1929, dans une étude consacrée à Stéphane Mallarmé dont Olympe Audouard a (...)

«  […] Il y a deux ans qu’une Phocéenne est venue conquérir Paris, rien qu’en se montrant et en se faisant entendre, comme son ancêtre Euxénos […]. Ainsi nous est apparue Mme Audouard, cette Grecque de Marseille, dont la renommée sait aujourd’hui le nom ; avec les armes irrésistibles du talent et de la beauté, elle a, comme en un clin d’œil, subjugué les poètes, soumis la critique, dompté le public. Ainsi que les fées suscitent des prestiges, elle a su d’un coup de baguette créer un journal fêté tout d’abord par le succès, immédiatement signalé par la fraternelle entente des plus beaux esprits et des gloires les plus élégantes. Il s’appelle Le Papillon, ce journal exquis et mignon comme le colibri et la perle [...]. C’est à ce rendez-vous de l’art et de l’urbanité qu’Arsène Houssaye et Théophile Gautier se retrouvent ; Jules Lecomte y accueille Stéphane Mallarmé ; Alfred des Essarts et Louis Enault s’y rencontrent ; le cigare bordelais de Monselet et la cigarette parisienne de Banville y font excellent ménage. Elliacim Jourdain s’y réconcilie avec le classique Galoppe d’Onquaire, et c’est encore là que Catulle Mendès étincelle et rayonne Roger de Beauvoir et que Charles Coligny flamboie ».32

  • 33 Au moment du décès de Dentu, on apprend qu’elle fut l’une des premières à honorer sa dépouille, Le (...)
  • 34 Gil Blas, 16/01/1890.
  • 35 Ibid.

12Sur un ton plaisantin, il éclaire l’ambiance et les relations qui régnaient entre les littérateurs qui fréquentaient son bureau au 76 rue de la Victoire. Trois décennies plus tard, au moment du décès d’Olympe Audouard, Paul Foucher du Gil Blas évoque une atmosphère proche, bon enfant, chez l’éditeur Dentu. Ce dernier la nommait « sa Papillonne »33 : « Bien souvent, dans l’arrière-boutique de Dentu, nous nous amusions à la plaisanter, à la faire monter à l’échelle, comme on dit vulgairement. Ça prenait toujours et elle s’écriait : Oh ! Les hommes, tous les mêmes ! Egoïstes, accapareurs, despotes, féroces ! Des monstres ! »34. La presse surtout satirique a pu sous-entendre au moment de son décès qu’elle avait été une femme légère. Dans le même contexte, Paul Foucher (Gil Blas) a sans doute voulu contrecarrer cette représentation lorsqu’il précise : « Olympe Audouard fit un grand nombre de passions, d’ailleurs platoniques et eut pour amis, intellectuellement, les écrivains les plus distingués de la génération précédente »35.

  • 36 Michael R. Finn, « Rachilde : Une décadente dans un réseau de bas-bleus », article en ligne : @naly (...)

13Cette sociabilité a son pendant féminin constitué de femmes qui « feuilletonnent », animent des revues, donnent des articles à plusieurs d’entre elles : « […] il a donc existé dans les dernières années du XIXe siècle des réseaux de femmes qui se sont connues par leur activité journalistique, leurs fictions et leur art. « […]. Ce sont les femmes seules - séparées, divorcées, veuves, célibataires - qui ont mené le jeu, des femmes comme Olympe Audouard, Camille Delaville, Georges de Peyrebrune, Jeanne Thilda, Louise Mie d’Aghonne et, de façon parfois un peu contradictoire, Rachilde. »36

  • 37 Publication de son poème « A Fontainebleau ». Il est précisé qu’elle est née dans les Iles (N°1, p. (...)
  • 38 Nelly Sanchez, « Camille Delaville (1838-1888), une journaliste féministe ? », Genre & Histoire n°7 (...)
  • 39 Silhouette…, op. cit, p.302.
  • 40 Citée comme une amie dans Voyage…, op. cit., p.286.
  • 41 Evoqué aussi dans Voyage… p. 107 ; Marie-Lætitia Bonaparte-Wyse fut successivement par ses différen (...)

14Eugénie Poujade, poétesse, essayiste, directrice de la revue La Parisienne est citée comme sa collaboratrice au Fantaisiste en janvier 1862 bien qu’aucun article d’elle n’y soit indentifiable37. Au milieu des années 1870, son travail avec Marc de Montifaud a été signalé. Le Papillon (II) la montre proche de Camille Delaville38, qu’Olympe Audouard considère comme « la première femme vraiment journaliste, c’est-à-dire faisant chaque jour cent lignes sur l’événement du jour, qu’il soit tragique ou comique »39. Par ailleurs, dans son entourage, au fil des années, sont citées notamment Jeanne-Thilda (Mathilde Stevens)40 ou encore Mme Rattazzi – Olympe Audouard est signalée au « Chalet » à Aix-les-Bains, lieu de théâtre animé par Mme Rattazzi, où elle aurait rencontré Alexandre Dumas41. Olympe Audouard est l’une des convives du Dîner des Bas-Bleus en juin 1884 évoqué par Jeanne-Thilda dans le Gil Blas, le mois suivant :

  • 42 Gil Blas 10/07/1884, p. 1-2.

« Le dîner des Bas-Bleus - Il faut bien en parler de notre dîner, puisqu’à Paris on s’en occupe beaucoup ; certains journaux nous ont traitées avec une grande bienveillance, d’autres naturellement ont blagué les Bas-Bleus – […] le temps n’est pas encore venu en France où l’on permet à la femme d’avoir du talent et de penser à autre chose qu’aux chiffons et aux fanfreluches ; longtemps encore on nous jettera au visage la vieille rengaine qui consiste à faire bouillir le pot au feu et à débarbouiller les marmots. […] Donc le voilà fondé le dîner des Bas-Bleus. J’ai l’honneur d’être la Présidente d’une foule de jolies femmes brunes ou blondes, signant des romans, des pièces, des articles de noms connus, sinon tout à fait célèbres […]. Citons celles qui veulent bien être nommées et que la publicité n’effraie pas trop : Paul de Charry du Pays ; Camée, de la Patrie; Camille Delaville de la Presse et de l’Opinion nationale ; Georges de Peyrebrune […] ; Maurice Reynold, Gustave Aller, l’auteur du Bleuet ; Olympe Audouard, la directrice du Papillon ; Mme Bloch, la statuaire, et votre servante, Thilda. De plus, quelques jolies femmes du monde, des débutantes dans les lettres et auxquelles nous souhaitons tous les succès possibles.42

  • 43 Ibid.
  • 44 A noter que Barbey d’Aurevilly a fréquenté le salon de Mathilde Stevens. Nelly Sanchez, « Critique (...)

15Elle ne cite pas le nom des hommes qui assistent à ce repas, mais indiquent des « artistes, financiers, écrivains »43 ; la lettre de Barbey d’Aurevilly par laquelle il décline l’invitation est lue publiquement avec l’intention de chahuter celui qui avait tant insulté les femmes de lettres44. A cette occasion, en ce milieu littéraire, la mixité peut être interprétée comme un engagement.

  • 45 Ainsi Jeanne Thilda donne alors des articles à La France et Gil Blas ; Camille Delaville au Gil Bla (...)
  • 46 Voyage…, op. cit, p.142.
  • 47 Le Fantaisiste n° 6, 23/03/1862 ; Revue des Deux mondes illustrés n° 70, 2/01/1881.

16Cependant, dans le cadre du journalisme professionnel, cette mixité en est aux balbutiements. Les femmes écrivant dans les quotidiens d’importance restent des exceptions, signant le plus souvent d’un pseudonyme masculin ou féminin45. Lors du lancement du premier Papillon, un quart de siècle auparavant, c’est bien la donnée de la mixité qu’Olympe Audouard met en avant. On peut toutefois supposer qu’il ne s’agissait que de participations occasionnelles : les hommes et femmes de lettres se contentant surtout de lui faire passer un texte sans pour autant prendre de responsabilité quant à l’édition des numéros. Dans ses différentes revues, la réalité dominante fut plus sûrement celle de la solitude et du labeur, des paramètres qui expliquent aussi leur évolution. À propos du Papillon (I), elle livre des renseignements sur le quotidien : « […] je tenais mon bureau moi-même, je tenais ma comptabilité, je faisais mes bandes, je n’étais aidée que de mon concierge, un brave homme très intelligent qui me servait de garçon de bureau »46. Cette gestion très solitaire explique sans doute que les revues, dont le caractère restait artisanal, aient connu des interruptions de publication47.

  • 48 Le Papillon (I), n° 80, 16/08/1863, p. 497-498.

« Amis lecteurs, je réclame votre indulgence pour ce dimanche passé. Je pourrais vous dire : Mon Papillon n’a pas paru parce que… l’imprimerie a brûlé… parce que j’étais à Mazas pour cause politique… parce que… une foule d’autres raisons enfin. Mais je ne sais pas mentir […] ; il faut que je dise tout bêtement et crûment la vérité […] Et bien ! mon Papillon n’a pas paru parce que… j’avais chaud… mais chaud à étouffer… à fondre… à être abrutie… Je n’avais plus une idée, j’étais incapable de tenir une plume. »48

  • 49 Georges d’Heylli, Dictionnaire des pseudonymes, Paris, 1887, p.27-28.

17Ainsi, si la collaboration d’hommes de lettres fut assurée au Papillon (I), en revanche, au sein de l’éphémère Revue Cosmopolite, Olympe Audouard fut sans doute seule, endossant plusieurs identités. Le Papillon (II) retrouve quelques collaborateurs, mais c’est elle encore qui tient la plupart des rubriques avec l’aide notamment de Camille Delaville. Des Deux mondes illustrés, elle est aussi l’auteure principale, prenant part à plus de 50% de chaque numéro et sans doute davantage, sous des pseudonymes. D’une revue à l’autre, elle a quelquefois utilisé les mêmes dont certains, fantaisistes : Féo de Jouval, Lord Niett, Lady Bonsens, Lord Spleen, Epmylo49, son prénom inversé. Ils ne masquent pas seulement son identité mais semblent témoigner de la nécessité de multiplier les identités, les pseudonymes contribuant en quelque sorte à créer une illusion de mixité.

II. La presse face à une femme engagée : fantasme et dénigrement

18Face à cette femme libre, engagée, républicaine, voyageuse, dont la beauté est signalée par plusieurs contemporains, la presse masculine navigue entre dénigrement et attraction.

Originale, célèbre et fantasmée : les conséquences de l'engagement

  • 50 Le Passant, 20/07/1882, n°9, p.1. Signé de son pseudonyme, Pierre de Chatillon.

« Après Sarah Bernhardt, écrit Camille Delaville en 1882, je ne crois pas qu’il y ait, à notre époque, une femme dont le nom soit plus répandu que celui d’Olympe Audouard, mais en même temps il n’en est pas une non plus qui soit plus ignorée de ceux qui parlent d’elle ou écrivent sur son compte »50.

  • 51 Elle a mis également en valeur l’éducation libérale reçue de son père, Voyage, op. cit.
  • 52 Gil Blas, 16/01/1890.

19Cette célébrité est le résultat d’une interaction entre une personnalité quelque peu extravertie et le monde de la presse51. Paul Foucher (Gil Blas) rappelle son « exubérance de kermesse » : « elle était gaie, un peu toquée, excentrique dans sa mise, dans ses gestes et dans ses éclats de voix, agressive sans méchanceté »52. Elle n’a pas craint de s'exposer, comme l’illustre la publication de son portrait dans certains de ses livres, une pratique moquée par les journalistes.

Les Mystères de l’Egypte dévoilés, 1865

A Travers l’Amérique. Le Far West, 1869 (portrait de 1866)

20Ne dédaignant pas la lumière, elle a néanmoins souffert de la calomnie. En 1881, elle écrit dans Le Papillon (II) :

  • 53 Le Papillon (II), 04/09/1881.

« Dès 1869, je commençais à plaider dans les conférences deux grandes causes, le divorce et l’affranchissement de la femme… Que d’insultes tous les figaristes de Paris ne m’ont-ils pas jetées à la face ! […] Certains journalistes me posaient comme une sorte de virago, comme une femme protestant contre les charges et les devoirs de la femme ; ils ne parlaient jamais des opinions que j’émettais, mais ils me prêtaient toutes les sottises écloses dans leur cerveau mal équilibré. Pourtant je luttais toujours, étant de celles qui disent : « fais ce que tu dois, advienne que pourra. »53

  • 54 Ibid. Voir le portrait de Camille par Olympe, Silhouette…, op. cit, p.302.

21Camille Delaville dans Le Passant (1882) dresse d’elle un portrait qui se veut juste. En substance, dit-elle : Olympe n’est pas une virago, au contraire, elle est une femme du meilleur monde, douce, patiente, bonne, généreuse, non rancunière, ignorant la médisance, une amie dévouée et elle fut une mère tendre.54 Cette « contre-représentation » vient rétablir un peu de vérité autour d’un personnage dont l’image était malmenée par les journalistes.

22C’est moins son travail journalistique que sa personnalité, ses engagements et certains de ses ouvrages qui ont attiré l’attention. Ses voyages intercontinentaux également : s’ils furent raillés par les uns, ils furent respectés par d’autres qui voyaient en elle une bonne connaisseuse de contrées lointaines. Sa passion pour le spiritisme a été moquée. Mais c’est surtout son engagement féministe qui a fait d’elle une « cible » pour un certain nombre de journalistes. Selon Camille Delaville :

  • 55 Ibid., p.2.

« […] elle essaya de lever contre le sexe fort l’étendard d’une révolte intelligente. Ce fut une fatale idée. Toute femme qui en France écrit ou parle pour réclamer les droits que la loi ne lui donne pas est vouée aux plaisanteries de ses contemporains, dit-elle les choses les plus raisonnables du monde ».55

  • 56 Voyage…, op. cit.
  • 57 Le Radical, 28/10/1885 ; voir également Le Rappel, 26/10.

23Son engagement en faveur du divorce a particulièrement retenu l’attention. Elle fut concernée au premier chef. Mariée précocement, mère de deux enfants, elle obtient une séparation à son avantage. Elle a alors refusé le statut de « déclassée » attaché aux « séparées », alors même qu’elle s’estimait la victime d’un mari volage.56 En 1885, elle est une des premières à profiter de la loi Naquet. Son divorce est annoncé par plusieurs journaux. Le Radical ironise, désormais, elle « va pouvoir se remarier. »57

  • 58 Fox Robert, « Les conférences mondaines sous le Second Empire », Romantisme, 1989, n°65. p. 49-57.
  • 59 Elle a surtout « conférencé » à Paris mais également aux Etats-Unis ainsi qu’en Algérie, à Marseill (...)
  • 60 Le Gaulois, 31/03/1869
  • 61 Le Rideau Journal illustré des théâtres, journal de Marseille (N°12) publie son portrait en premièr (...)
  • 62 Le Figaro, 18/05/1869
  • 63 Le Rappel, 11/02/1870

24Sa participation à des conférences publiques l’a également exposée. Ces réunions publiques se développent durant les années 1860, porté par l’intérêt du public bourgeois58. C’est à son retour des États-Unis, en 1869-1870, qu’elle mène une intense campagne de conférences59. Son désir d’expliquer le système démocratique américain et d’évoquer en parallèle la question des libertés, la fait alors percevoir comme une opposante au régime impérial. La presse se fait l’écho de ses démêlés avec les autorités : Le Gaulois indique qu’elle est citée en police correctionnelle pour avoir attaqué publiquement le gouvernement de l’empereur60 ; en mai, à Marseille61, elle donne des soirées littéraires sur les libertés en Amérique : Le Figaro indique qu’elle s’est déclarée « républicaine et démocrate » ; « Très applaudie, du reste. Serait-on prophét…esse dans son pays ? » questionne le journaliste62 ; son expression publique a pu être gênée, comme à Saint-Étienne, fin 1869, où elle est contrainte de s’exprimer en présence du commissaire ; le 11 février 1870 sa conférence sur « la Femme dans le Mariage » est interdite à Paris : « Est-ce que Mme Olympe Audouard est si dangereuse que cela ? » demande Le Rappel63. En avril 1870, Charles Yriarte du Monde Illustré ‒ qui ne l’apprécie guère ‒ doit constater son succès. En même temps qu’il nous fait pénétrer dans la salle de conférence, ses propos sur ses collègues doivent être relevés :

  • 64 Pour « Je »

«  […] nous64 avons bravement pénétré dans la boutique sombre, au fond d’une cour du boulevard de la Madeleine, où Mme Audouard, d’abord écrivain léger, puis écrivain démocratique et orateur du droit des femmes, rend volontiers des oracles. Il nous en a bien coûté cinq francs. […] [L]e trépied de cette jeune dame, qui est ma foi une jolie femme, est installé dans un endroit bizarre. C’est un magasin aux murs nus, à l’aspect froid, où on a dressé une sorte de tribune et placé des chaises ; cinq cents personnes au moins remplissaient cette salle improvisée, et le public avait fort bon air, public docile, doux et poli.

La dame monte sans embarras, s’installe, joue de l’éventail, boit un verre d’eau sans peur et sans tressaillement, et commence à annoncer son intention de réduire en poussière M. Barbey d’Aurevilly. Et pour commencer l’attaque, elle lit […]. Et elle entremêle ces lectures de réflexions tout à fait méprisantes ; elle a des hauteurs et des dédains exquis ; venge Mme Sand outragée par M. D’Aurevilly […] et réclame bravement pour son sexe l’émancipation la plus radicale.

  • 65 Monde Illustré (Le), 6/04/1870, p.243

Il y a même, de ci de là, des allusions à M. Emile Ollivier, - car cette blonde est de l’opposition, - et des amertumes à Napoléon III qui a délégué le commissaire de rigueur. […] Savez-vous que la plupart de nos confrères étaient venus là pour entendre cet éreintement. Oui, nous avons enflé la recette, et ce que nous avons eu de plus clair, c’est le Barbey. »65

25Dès le début des années 1860, des journalistes ont eu conscience du phénomène médiatique qu’elle suscitait, à l’image de « Petit-Jean » dans le Monde illustré.

  • 66 Le Monde illustré, 01/03/1862, n°255 p.142.

[…] Si les grands génies ont le privilège des grandes infortunes, les célébrités plus modestes ont aussi leurs petites misères, auxquelles échappent les existences anonymes. Voyez, par exemple, Mme Olympe Audouard. Tant qu’elle a été tout simplement la femme d’un obscur notaire de Marseille, elle a pu voiler aux regards l’intimité de son foyer ; elle a pu même étaler devant un tribunal ses infortunes conjugales, faire briser, autant que la loi le permettait, le lien qui l’unissait à son mari, sans que le bruit de ces tristes débats aient trouvé un écho dans le public. Mais un jour elle arbore l’indépendance, elle s’élance avec éclat sur le vaste théâtre des réputations parisiennes ; elle s’y fait remarquer par sa beauté, ses grâces, son élégance, pas ses talents littéraires ; car elle a chaussé résolument à ses pieds mignons le bas d’azur, elle a fait un roman, elle a fondé un journal : - dès ce moment, elle devient la proie de la publicité : un procès lui vient, les journaux judiciaires s’en emparent avidement, ils le servent à leurs lecteurs comme un morceau de choix, - et me voici moi-même, pour ne pas faillir à mes devoirs de chroniqueur, obligé d’en ramasser les miettes et d’y picorer à mon tour66.

  • 67 Le Passant, art. cit.

26Son amie Camille Delaville rapporte les fantasmes entendus de journalistes de Trouville au début des années 1870. Selon eux, elle était passée à la rédaction de leur journal, elle « y avait fumé une pipe, assise sur la table de la rédaction, tandis que d’autres expliquaient qu’elle ne voyageait jamais sans une douzaine de chevelures de Peaux Rouges destinées à être exhibées dans ses conférences », « Je passe, écrit Camille Delaville, les aventures fantastiques mises à son avoir par divers avec une générosité sans limites et une désinvolture extraordinaire »67.

La réponse du milieu journalistique à son engagement féministe

  • 68 Lette à M. Haussmann, préfet de la Seine, Paris, imp. Balitout, 1868.

27L’intérêt de la presse pour sa personne se renforce au gré de plusieurs « affaires » qui se succèdent entre 1866 et 1870 : en 1866, le procès en diffamation qu’elle intente et gagne contre la Patrie au sujet de son ouvrage Guerre aux hommes ; en 1867, la protestation publique envoyée aux députés au sujet de la liberté de la presse et de l’expression des femmes journalistes en particulier ; en 1868, la protestation auprès du préfet Haussmann contre le projet de modification du cimetière Montmartre où gît l’un de ses enfants68 ; en 1869, la provocation en duel du directeur du Figaro, de Villemessant.

  • 69 Quelques années auparavant, en 1863, Le Figaro avait été attaqué par Marie-Laetitia Bonaparte-Wyse (...)
  • 70 Voir document à la fin de l’article.

28Il faut s’arrêter sur cette dernière affaire qui concerne au premier chef le milieu journalistique69. Le 23 août 1869, Le Figaro publie une information qu’Olympe Audouard juge diffamatoire, relative à ses conférences menées dans les villes d’eau, ayant pour sujet la question de l’émancipation de la femme : « L’autre jour à Spa, elle a trouvé moyen, devant un public très clairsemé, de se faire rire au nez par les uns, et siffler par les autres, le tout en trois quarts d’heure. Il y a des gens qui connaissent le prix du temps ». Elle se rend personnellement au journal pour protester mais de Villemessant refuse de publier un rectificatif ; il publie néanmoins une lettre d’elle qui joue ce rôle où elle fait connaître sa vérité, à savoir qu’il n’y a eu aucun incident, qu'il y avait un public nombreux et qu'elle a été applaudie. Estimant sa dignité atteinte par l’insulte et le refus de rectifier, elle provoque de Villemessant en duel. Il refuse de se battre contre une femme et demande à Albert Millaud de répondre par un poème70. L’affrontement qui fut relayé par plusieurs journaux, se retourna contre elle, du moins au sein de la presse, qui la présenta désormais comme une femme agressive, voire violente, et ‒ reprenant le titre de son ouvrage ‒ menant une incessante Guerre aux hommes.

  • 71 La Petite Revue, Février-Mai 1864
  • 72 Le Monde illustré, 13/07, p.35, n°431.
  • 73 L’Illustration de Bade, 15/10.
  • 74 Respectivement : 26/03/1877 et 25/03/1877.
  • 75 Voyage…, op. cit.
  • 76 Le Figaro, 18/03/1884. Toutefois en juin, elle participe au repas des Bas Bleus.

29Camille Delaville l’a souligné, les journalistes ont produit d’elle une représentation déformée, peu flatteuse, fruit de fantasmes, comme dans le cas des journalistes normands cités. Sa vie, ses déplacements, ses actions, sans être scrutées à la loupe sont néanmoins l’objet de l’attention des quotidiens. Régulièrement, des brèves anecdotiques évoquent sa santé, voire sa disparition. Ainsi en 1864, la Petite Revue informe qu’elle serait rentrée au couvent71 - une information sans doute en relation avec son départ pour l’Égypte ; en 1865, Le Monde illustré évoque son retour dans l’espace public alors qu’on la « disait morte, ou tout au moins nonne »72 ; en 1866, Charles de Lorbac dans L’Illustration de Bade s’étonne de la croiser puisque selon la presse, il la croyait morte du choléra73 ; dix ans plus tard, Le Petit Parisien et Le Gaulois74 annoncent, qu’atteinte d’hydropisie, elle reçoit les derniers sacrements ‒ ce qui à trait à une maladie grave dont elle se sort de justesse75. En 1884, les problèmes de santé qui la conduisent à prendre du recul, trouvent encore un écho dans la presse76.

  • 77 Le Gaulois, 20/09/1868
  • 78 Ibid., 20/10/68
  • 79 Le Figaro, 6/05/1869
  • 80 Le Carillon, 30/01/1870
  • 81 Le Figaro, 8/04/1875

30Par ailleurs, son nom a été érigé en symbole noir d’une « actualité féministe » aux accents internationaux. Ainsi dans Le Gaulois : « une fiche de consolation pour Mme Audoaurd, les Anglaises votent aux municipales »77 ; à New York, une actrice a voulu fouetter un critique : « Les doctrines de Mme Olympe Audouard ont porté leur fruit en Amérique »78 ; Le Figaro : « Madame de Grandfort joue à Milan les Olympe Audouard, et fait des conférences qui obtiennent un grand succès de … beauté »79. En relation avec la France, dans Le Carillon : « cela va lui faire plaisir d’apprendre la pose de vespasiennes pour les femmes à Marseille »80 ; Le Figaro, alors qu’un homme a été agressé par une femme : « Joli le sexe auquel on doit Mme Olympe Audouard »81. Cette dernière expression « le sexe auquel on doit… », revient régulièrement dans d’autres journaux.

  • 82 Revue des deux mondes illustrés, 6/02/1881, N°75, p.305
  • 83 La Lanterne, 11/11/1880

31La presse a pu également travestir ses opinions politiques. Ainsi proteste-t-elle en 1881 auprès du Triboulet : « Je n’étais point à la gare Saint-Lazare en décembre [retour de Louise Michel], je n’étais point aux obsèques - manifestation de M. Theisz [ancien communard]. Je suis sincèrement républicaine, mais ne suis point intransigeante, et encore moins communarde ; il m’est fort désagréable qu’on me fasse faire ce que je ne fais pas. […] »82. Sa présence au retour de Louise Michel avait aussi été indiquée par La Lanterne83.

  • 84 La Gazette anecdotique, 31/01/1890, n°2, p.39
  • 85 Le Grelot, 19/01/1890

32Au moment de son décès, la presse satirique évoque une femme quelque peu légère. La Gazette anecdotique écrit qu’elle eût après la séparation maritale « une vie des plus accidentées ». « En somme, ce fut en tous les points de vue, une irrégulière et une excentrique ; mais elle avait un cœur excellent, et de véritables amis. Qu’il lui soit donc beaucoup pardonné, car elle a beaucoup péché !... »84. Dans Le Grelot : « Il lui sera beaucoup pardonné parce qu’elle a beaucoup aimé… la littérature et les littérateurs. [ …] »85.

III. La critique littéraire masculine et la figure de la femme de plume : entre conservatisme et reconnaissance

  • 86 Christine Planté, La petite sœur…, op. cit. ; Annelise Maugue, « Littérature antiféministe et angoi (...)

33Certaines sources concernent plus particulièrement l’écriture littéraire. En émane une double réalité : la première est connue, il s’agit de la position conservatrice incarnée ici notamment par Jules Barbey d’Aurevilly86 ; la seconde l’est peut-être moins : elle laisse entrevoir une mixité acceptée du champ intellectuel, appuyée sur l’idée implicite de l’identité intellectuelle des sexes.

La presse : lieu et instrument d’une résistance conservatrice

34Si certaines « affaires » ont fait du bruit, c’est avant tout parce qu’Olympe Audouard ne s’est pas laissé faire et a volontiers donné un écho médiatique aux affaires la concernant. Deux affaires en relation avec la question de l’écriture féminine sont significatives. La première en 1866 a trait à son ouvrage au titre quelque peu provocateur Guerre aux hommes : elle gagne son procès en diffamation contre La Patrie qui en avait publié un compte rendu mensonger :

  • 87 Voyage…, op. cit.

« [J]e faisais la guerre aux vices, aux sottises et aux ridicules, mais un livre dont une mère aurait permis la lecture à sa fille. […] Ernest Dréole sous le pseudonyme du gérant Garat, m’insulta à propos de ce livre de la façon la plus grossière. Son article débutait ainsi : « La police opère avec soin la saisie de la charcuterie avariée, je ne sais pourquoi elle n’opère pas avec le même soin la saisie des immondices que des femmes de lettres déposent chez les éditeurs ! »87.

  • 88 Le Gaulois, « Le duel tombé en quenouille » (2/09).
  • 89 Les deux textes de Barbey sont reproduits dans son ouvrage, Polémiques d’hier, Paris, Albert Savine (...)

35Jules Favre était son défenseur mais elle plaida elle-même. Ernest Dréole dut reconnaître être l’auteur du compte rendu insultant. Elle obtient l’insertion dans cinq journaux et la somme symbolique de 5 francs d’amende. La seconde affaire, celle concernant Le Figaro, a été citée, elle commence avec la provocation en duel de Villemessant et la réponse sous forme de poème de Millaud (fin août 1869). Le duel se poursuit toutefois sur le papier durant septembre avec cette fois Jules Barbey d’Aurevilly qui se saisit du fait divers pour publier un texte dans Le Gaulois contre l’égalité, égratignant au passage la, les femme-s de lettres88. Toujours dans Le Gaulois, Olympe Audouard lui répond le 15 et lui encore, le 16 septembre.89

  • 90 Geneviève Fraisse, Les deux gouvernements : la famille et la cité, Paris, Folio essais, 2000.
  • 91 Éléments récurrents dans la construction du discours sur les bas-bleus, Martine Reid, « La couleur (...)
  • 92 Sa production sur les « bas-bleus », en 1866 : « Les bas bleus » republié dans Les Ridicules du tem (...)

36Millaud et Barbey d’Aurevilly activent la représentation des deux sphères, renvoyant Olympe Audouard vers le foyer domestique90. Barbey d’Aurevilly, plus que tout autre, incarne l’hostilité à l’écriture féminine et aux auteures. Les propos de ces deux hommes sont d’autant plus violents qu’ils sont publics ; l’insulte fait aussi partie du dispositif. Leurs textes peuvent être interprétés comme une résistance à l’entrée des femmes dans la sphère publique, intellectuelle, appuyée sur une violence verbale qui tente de signifier une hiérarchie sexuée tout en recherchant l’humiliation. Le poème de Millaud fut sans doute douloureux pour une mère qui avait alors déjà perdu un enfant. Leurs discours montrent qu’ils ne parviennent pas à imaginer une femme aux aptitudes multiples, relevant des deux sphères : à la fois, mère, éducatrice, femme d’intérieur et intellectuelle91. À l’origine, l’affaire ne concerne pas l’écriture des femmes, c’est Barbey d’Aurevilly qui l’oriente ainsi.92

  • 93 La Danse de Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), sculpture composée d’un groupe de personnages dénud (...)

« Il n’a été bruit, cette semaine, que d’un cartel envoyé par une femme au Directeur du Figaro ; et déjà on s’est pris à rire, sur toute la ligne, de cette incartade de mousquetaire sans en être qui, ce semble, n’a pas été troussé pour le mousqueton. Cette femme crâne, qui fait sa tête, fut une bien jolie tête… C’est Mme Audouard, Mme Olympe Audouard qui, il y a quelques années, était vraiment charmante. L’est-elle encore ? Elle est tachée d’encre comme la statue de Carpeaux, mais c’est elle-même qui s’est tachée et probablement ce n’était pas la nuit. Hélas ! elle n’écrit que trop au grand jour »93.

« Le bas bleuisme est éternel. Sous toutes les latitudes et dans tous les temps, la femme révoltée contre sa nature, contre son destin et contre Dieux, a voulu singer l’homme, et, pour sa peine, est devenue guenon. »

  • 94 Le Gaulois, 15/09.

37Le glissement de l’affaire vers le sujet de l’écriture féminine traduit surtout un refus quasi pathologique que Barbey d'Aurevilly exprime d’ailleurs lui-même : « C’est mon obsession que ces dames. Je ne dis pas ma possession. Elles m’obsèdent, m’excèdent, mais ne me possèdent pas […] »94. Il est intéressant de noter comment il tente de construire la représentation d’une solidarité masculine à l’intérieur de l’équipe du Gaulois et de la presse en général.

  • 95 Ibid., 16/09.

« Madame, Et bien vous voilà, je n’ose pas dire comme je vous aime, mais comme on pourrait vous aimer ! J’ai reçu votre lettre et nous l’avons publiée hier au Gaulois pour vous y faire fête, pour montrer que d’humeur du moins, vous savez revenir au ton doux et aimable de la femme, - de la vraie femme qui ne fait point l’homme, et même l’homme armé… Qui croirait jamais que cette lettre est de la même petite main qui voulait trouer le gros ventre de Villemessant, trouer M. Richard, trouer peut-être M. Magnard, massacrer tout enfin au Figaro, jusqu’aux garçons de bureau inclusivement, ce qui n’eût pas fait un massacre d’innocents, car tous, au Figaro, sont plus ou moins coupables envers les dames, quand la vanité des dames s’extravase. Cela les fait toujours rire, les compères ! Au Figaro, j’en conviens le premier, ils n’ont pas le sentiment du respect excessivement développé. Ils aiment tous « à blaguer », comme ils disent. »95

Les échos de la critique littéraire : l’acceptation de la femme de plume

38La question de la qualité des écrits d’Olympe Audouard a peu de sens pour Barbey d’Aurevilly : eut-elle été très bonne, son jugement aurait été le même. Il exècre LA femme de lettres et Olympe Audouard a concentré l’expression de son ire, si ce n’est de sa haine. Barbey d’Aurevilly n’est pas un individu isolé. Il appartient à un courant qui attaque et dénigre l’écriture dès lors qu’elle est féminine. Les sources relatives à ses ouvrages révèlent toutefois un élément intéressant, émanant notamment des revues culturelles, qui semblent indiquer que les propos misogynes – proches de l’insulte – sont minoritaires ; les autres citations relèvent de la critique littéraire. Et en ce qui la concerne, elles sont globalement positives. N’étant pas fondée sur le conflit, cette expression attire moins l’attention. Barbey d’Aurevilly savait-il qu’Olympe Audouard rencontrait une certaine réussite littéraire ? En 1882, Camille Delaville s’en fait l’écho :

  • 96 Le Passant, art. Cit., 1882.

« Elle a déjà publié vingt-deux volumes, quant à ses articles, ils ne se comptent pas. Douée d’une grande imagination, elle aurait certainement produit des œuvres plus parfaites si elle avait travaillé avec moins de hâte ; emportée par son sujet elle oublie quelquefois, un peu trop, de ciseler son style mais ses ouvrages sont au nombre de ceux qui se vendent beaucoup et toujours, ce qui est la meilleure preuve qu’ils sont goûtés du public ».96

39On comprend toutefois que la critique ait préoccupé Olympe Audouard. Le procès gagné contre La Patrie en 1866 fut une véritable victoire dans le cadre d’un affrontement des deux sexes « joué » sur la scène publique, victoire contre le dénigrement de l’écriture féminine. Le 14 octobre 1873, au sujet de son ouvrage Gynécologie, essai sur l’histoire des femmes dans l’antiquité, Le Gaulois publie une lettre d’elle relative à la critique (future) de son ouvrage :

« Monsieur, Se faire une réclame à soi-même est une chose en dehors des usages admis, et ce n’est point mon intention ; mais en prévision du sort qui attend le volume que je viens de publier, je m’adresse à votre obligeance pour vous prier d’accorder l’hospitalité à ces quelques lignes.

Il est certains ouvrages que les critiques louent ou blâment après les avoir lus, et nul dans ce cas ne leur conteste le droit de blâme. Mais quelques critiques ouvrent à peine les livres qu’ils ne jugent que d’après le titre, la couverture, et disons le, d’après le sexe de l’auteur ; s’il est femme, il est condamné sans rémission ; quelques phrases prises au hasard suffisent à la mauvaise foi et servent de texte à des comptes rendus blessants parfois, fantaisistes toujours, qui dénaturent aussi bien la nature de l’écrit que les opinions de l’auteur.

C’est contre ces critiques-là que je veux essayer de me défendre en expliquant moi-même le sujet, le but, et la conclusion […] » « j’ai voulu prouver que la femme […] pouvait revendiquer une large part dans l’histoire des races humaines ».

« Voilà ce qu’est mon livre comme pensée, comme intention ; qu’on dise si l’on veut que le style en est détestable, que le sujet est mal traité, mais qu’on ne me prête pas des opinions contraires aux miennes. Si mes lecteurs le trouvent intéressant, je serai récompensée du travail qu’il m’a coûté. Veuillez agréer…. »

  • 97 Le Monde illustré, 9/03/1861, p.146-147.

40Elle anticipe donc, prenant les devants, moins vis-à-vis de la critique que, comme elle l’indique, vis-à-vis de la diffamation liée au sexe de l'auteur. Dans ce domaine de la critique littéraire un tant soit peu sérieuse, les sources permettent cependant d’identifier l’existence d’une bienveillance à l'égard de ses revues et de ses ouvrages ‒ et ce, malgré ses faiblesses d’écriture. Ainsi, en 1861, quelques journaux souhaitent la bienvenue au Papillon : Le Monde illustré salue la nouvelle publication et la présente d’une manière sympathique97, tout comme La Revue anecdotique des excentricités contemporaines :

  • 98 La Revue anecdotique des excentricités contemporaines, 1861, nouvelle série, tome III, p.18-19.

« Le Papillon s’annonce […] avec des conditions de vitalité que nous avons rarement rencontrées chez un journal naissant. La directrice, madame Olympe Audouard, est, s’il faut en croire sa critique théâtre, un esprit littéraire qui ne manque pas de piquant ni de justesse, et elle a su réunir avec une habileté et une diplomatie toutes féminines les noms les mieux faits pour piquer l’attention ou attirer la sympathie du public. […] Avec de pareils noms, le succès est probable, il est certain, et nous souhaitons galamment toutes sortes de chances au papillon lancé par une jolie femme. Signé L. E-t98

  • 99 La Comédie parisienne, 09/1879.
  • 100 Le Rappel, 31/08/1879, n°3460, p. 531.

41Si la création de la Revue Cosmopolite a suscité peu de réaction en 1867, en revanche, en 1879, la Revue des deux mondes illustrés est annoncée par Charles de Senneville qui souhaite « Bonne chance à notre jeune confère »99 et par Le Rappel : « Les récits de Mme Audouard et de ses collaborateurs sont intéressants, vrais, émouvants, et ils auront le succès qu’ils méritent et que nous leur souhaitons »100. Quant au Petit Parisien, le 25 avril 1881, il souhaite la bienvenue au Papillon (II).

42Par ailleurs, ses romans et essais ont été reçus avec intérêt. Abordant des questions relatives aux relations entre les sexes, notamment à l’adultère et à l’hypocrisie qui l’entoure, elle a intéressé ses contemporains, comme le confirme l’affluence à ses conférences. Son ouvrage, Comment aiment les hommes (1861 et 1863, 2e édition), essai sur le comportement amoureux des hommes, est évoqué par La Comédie :

  • 101 La Comédie, 12/07/1863, n°17.

« La justice a le pas sur la rancune ; aussi, quoique appartenant au sexe malmené par le spirituel rédacteur du Papillon, sommes-nous forcés d’applaudir à cette nouvelle manifestation de son succès. Du reste, nous aurons peu le droit de nous plaindre, nous sommes blessés, c’est vrai, mais à qui la faute ? Hélas ! à nous-mêmes, avouons-le et quel homme, lisant cette étude de mœurs et faisant son examen de conscience, ne se dira : mea culpa ! »101 (Henri Demangeot).

43Toujours dans La Comédie, J. Bailly présente Un Mari mystifié. Nouvelle orientale, histoire d’un mari volage :

  • 102 Ibid., 27/12/1863, n°39, p.3.

« Ce nouveau roman, si impatiemment attendu, obtiendra, sans nul doute, cet hiver, un succès pareil à celui qu’a fait naître l’hiver dernier, l’apparition des Mystères du Sérail et des Harems turcs. Les ouvrages de Mme Olympe Audouard ont pris place parmi ceux qui se font lire encore, et parmi ceux que l’on attend. […]. Je glisserai pourtant une légère critique au milieu d’éloges bien méritées : Mme O. Audouard néglige trop souvent l’emploi de la conjonction […] ».102

  • 103 Revue des journaux et des livres, n°12, décembre.
  • 104 L’Annonce illustrée, 13 juin 1863, n°5.
  • 105 Ses récits de voyage connaissent des rééditions récentes.

44Au sujet de Singulières nuit de noces (1886), à l’approche de Noël 1886, le critique de Sernhac dans la Revue des journaux et des livres retient ce roman qui met en scène « adultère double, chapelets d’amours clandestins, passions affolées, voluptés baroques » dans la société mondaine du Second empire103. Toujours sur le même sujet, elle a écrit une comédie, jouée à Paris, Il n’y a pas d’amour sans jalousie et de jalousie sans amour (1863). Adolphe Rouvaire en fait l'éloge dans L’Annonce illustrée : « Les hommes y sont toujours un peu égratignés, mais Mme Olympe Audouard se fait tout pardonner aisément. Sa comédie mérite d’être lue sérieusement par la critique ; c’est un ouvrage vraiment littéraire. L’auteur réussira au théâtre ; elle a le vis comica des inspirés ; elle possède aussi le style du théâtre, bien qu’elle ait quelque fois des longueurs. Bref, c’est un succès réel »104. Ses récits de voyage ont également été appréciés et l’ont fait apparaître comme une spécialiste de plusieurs pays, les Etats-Unis et particulièrement la Russie. De quoi susciter la jalousie de confrères105.

Conclusion

  • 106 Femina, 1er octobre 1911, n°257, p.524. L’affaire du duel est rappelée en relation avec un parallèl (...)
  • 107 Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier, dir., La Belle époque des revues ( (...)

45Olympe Audouard est, à plus d’un titre, un personnage d’exception. Ses centres d’intérêt pluriels, l’écriture, la presse, son combat pour l’égalité, ses voyages et même sa pratique du spiritisme ont été vécus avec passion. Son engagement pour l’égalité entre les hommes et les femmes s’est exprimé par des conférences et dans des livres. La presse, qui fut l’une de ses activités, traverse toute sa vie. Du point de vue de son statut professionnel, si son sentiment d’appartenance à la profession de journaliste est présenté avec la force de l’évidence, il n’est pas certain qu’elle ait été reconnue ainsi par ses confrères. Ainsi a-t-elle a eu le courage d’affronter la diffamation masculine sur la scène publique et ce malgré le tribut à payer en terme d’ « image médiatique ». Son parcours révèle aussi la très faible présence des femmes au sein d’une presse essentiellement masculine, les femmes choisissant de fonder leur propre organe. La dimension de la solitude qui caractérise ses créations et son travail de presse, se retrouve dans la manière dont elle a organisé ses voyages intercontinentaux. Si cette solitude tient aux conditions de la presse d’alors, elle peut donc aussi être interprétée comme l’expression d’une autonomie réalisée. En 1911, des femmes journalistes à Femina redécouvrent l’ampleur du dénigrement de Barbey d’Aurevilly à l’encontre d’Olympe Audouard : « Quelle violence ! Après avoir lu ce pamphlet, nos femmes de lettres ne se plaindront plus de leurs nouveaux confrères ! »106. Ce faisant, ces femmes semblent constater une évolution des mentalités – modeste toutefois puisque l’on comprend qu’elles ont encore à se plaindre de leurs confrères. Un demi-siècle sépare les débuts d’Olympe Audouard dans le journalisme du constat de ces consœurs qui se focalisent là sur l’auteur des Diaboliques mais ignorent toutefois l’existence d’une sociabilité littéraire ouverte à la mixité à laquelle appartenait Olympe Audouard. L’acceptation de la figure de la femme de plume repose sur la progression de la reconnaissance du principe d’identité intellectuelle des deux sexes, élément qui soutient et explique aussi l’évolution durant la Belle époque de la présence des femmes au sein des revues, des formations et des professions intellectuelles107. Les expressions de la pensée de la différence, au temps de Barbey et à la Belle époque, qu’elles soient outrancières et provocatrices ou se réclamant de la science, constituent un dispositif de lutte et de résistance contre la présence des femmes dans la sphère publique ; elles peuvent aussi être lues comme révélatrices de la marche en avant de la mixité et de l’impuissance à l’entraver.

Annexes

Sources

Quotidiens

Figaro (Le)

Gaulois (Le)

Matin (Le)

Presse (La)

Radical (Le)

Temps (Le)

Revues

(L’astérisque signale les revues au sein desquelles elle a écrit)

Abeille impériale

Annales politiques et littéraires

Almanach de la littérature et des théâtres et des Beaux arts

Annonce illustrée

Art Moderne

Bas bleus

Beaumarchais, Journal satirique, littéraire et financier

Bibliographie contemporaine

Bulletin de la Ville de Paris

Carillon (Le)

Célébrité (La), Journal officiel de l’Institut polytechnique

Chronique de la jeunesse

Comédie (La)

Comédie parisienne (La)

*Deux (Les) mondes illustrés

Esprit français

*Fantaisiste (Le)

Femina

Feu follet (Le)

France Moderne (La)

Fronde, revue des lettres et des arts (La)

Gauloises (Les). Gazette des femmes artistes et des femmes lettrées

Gazette (La) anecdotique

Gazette des femmes, revue du progrès des femmes

Grande revue (La)

Grelot (Le)

Illustration (L’) de Bade

Journal amusant

Journal pour toutes

Lapin (Le)

Livre (Le)

Mémoires de l’Académie des sciences et Belles lettres, Marseille

Ménestrel (Le)

Monde (Le) Illustré. Journal hebdomadaire

Monde (Le) dramatique

Morale (La) indépendante

*Papillon (I)

Papillon (II)

*Passant (Le)

Petite revue (La)

Revue anecdotique des excentricités contemporaines, curiosités littéraires de Paris et de province

*Revue cosmopolite

Revue de France

Revue des journaux et des livres

Revue des livres nouveaux

Revue politique et littéraire

Rideau (Le)

Semaine des familles

Salle à manger (La)

Voleur (Le)

Documents

Poème de Albert Millaud

Réponse à Madame Olympe Audouard

C’est moi qui répondrai, madame,

À votre style virulent.

C’est en vers qu’on parle à la femme ;

Vous voyez comme on est galant.

La mission est délicate,

Délicate avec vous surtout ;

Vous avez des griffes de chatte

Avec un pistolet au bout.

Un duel, la chose est incivile,

Et l’on serait un assassin ;

Il serait vraiment trop facile,

Cruel - de vous percer le sein.

Dans ce duel, je dois vous le dire,

L’un des lutteurs serait dupé,

Madame, car le point de mire

Est chez vous plus développé.

Plus que vous, je voudrais qu’un frère

Vous imposât un peu sa loi

Et vous dit : « Prends garde ma chère,

Tout Paris se moque de toi.

Tenez, je serai votre frère,

Moi, quoique plus jeune que vous ;

Voici mon conseil salutaire,

Que je dépose à vos genoux.

Vous avez l’âme bien trempée,

Vous parlez d’épée et de duel.

Vous êtes une émancipée,

Envers vous Dieu fut bien cruel !

Au lieu, violente et virile,

De composer un grand travail,

Où vous narrez dans vote style,

Les petits secrets du sérail ;

Au lieu de mainte conférence,

Où le public, galant et sot,

Vous applaudit par complaisance,

Et n‘entend pas un traître mot ;

Au lieu de vous rompre la tête

À laisser dans tous les salons

Croire qu’au lieu d’une cornette

Vous enfilez des pantalons ;

Au lieu de ces littératures

Où vous fourrez vos doigts mignons,

Cuisinez-nous des confitures

Et préparez des cornichons.

Puisqu’on dit que votre esprit brille,

Ôtez donc votre affreux bas bleu ;

Soyez donc mère de famille

Et surveillez le pot-au-feu.

C’est en ménage qu’il faut vivre,

Songez-y bien, ma chère sœur ;

Ne pratiquez en fait de livre

Que le livre du blanchisseur.

C’est alors que pour vous, madame,

Les jolis chevaliers galants

Mettront leur épée et leur âme

Au service de vos bas blancs ;

Non !... vous voulez pour épitaphe :

« Femme inutile tout le temps,

Elle a tripoté l’orthographe

Au lieu de faire des enfants ! »

Albert Millaud

Œuvres d’Olympe Audouard

Lorsque l’éditeur n’est pas précisé : il s’agit de Dentu, Paris qui a édité tous ses livres à l’exception de trois dans les années 1880.

1861

- Le Papillon (Paris, Revue)

1862

- Comment aiment les hommes, préface par Jules Lecomte, (2e édition en 1862, 3e en 1864)

- Histoire d'un mendiant

1863

- Il n'y a pas d'amour sans jalousie et de jalousie sans amour, comédie en 1 acte et en prose –

- Les Mystères du sérail et des harems turcs... (2e édition : même année)

- Un Mari mystifié

1864

- Le canal de Suez. Chapitre détaché d'un livre sur l'Égypte, qui paraîtra prochainement

1865

- Le Luxe des femmes, réponse d'une femme à M. le Procureur général Dupin (32 p.) (2e, 3 et 4e éd. : même année)

- Les mystères de l'Égypte dévoilés (éd. 2e et 3e 1866 ; 4e 1884)

- Le luxe effréné des hommes : discours tenu dans un comité de femmes (36 p.) (2e éd. : 1865)

1866

- Guerre aux hommes

1867

- Lettre aux députés, [Paris], bureau de la Revue cosmopolite, (15 p.)

- L'Orient et ses peuplades

- Revue cosmopolite (Paris, Revue)

1868

- L'Homme de quarante ans

- Lettre à M. Haussmann, préfet de la Seine, Paris, impr. de Balitout, Questroy et Cie, (15 p.)

1869

À travers l'Amérique, le Far-West, 370 p.

1870

- La Femme dans le mariage, la séparation et le divorce, conférence faite le 28 février 1870

- M. Barbey d'Aurevilly, réponse à ses réquisitoires contre les bas-bleus, conférence du 11 avril, (34 p.)

1871

- À travers l'Amérique, North America, États-Unis : constitution, mœurs, usages, lois, institutions, sectes religieuses, 371 p.

1873

- L'Amie intime

- Gynécologie. La Femme depuis six mille ans

-  La Morale officielle S. V. P., lettre à M. de Goulard, ministre de l'Intérieur

1874

Les Mondes des esprits, ou la Vie après la mort

1876

- Les Nuits russes

- Le Secret de la belle-mère

1880

- L'Amour, le matérialisme, le spiritualiste, le complet et divin

- Les Roses sanglantes, (2e 1880)

- Les soupers de la princesse Louba d'Askoff : drame d'amour et de nihilisme

1881

- Voyage au pays des Boyards, étude sur la Russie actuelle

- Le Papillon (Paris. 1881-1884) (Revue)

1883

- Les Escompteuses, études parisiennes

- Silhouettes parisiennes, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 320 p.

1884

- Pour rire à deux, contes, Paris, C. Marpon et E. Flammarion

- Voyage à travers mes souvenirs : ceux que j'ai connus, ce que j'ai vu

1886

- Singulière Nuit de noce, drame de la vie parisienne, Paris, C. Marpon et E. Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Voyage dans mes souvenirs, Paris, Dentu, 1884, p.120.

2 Une confusion a existé sur ses dates et lieu de naissance due en partie à des erreurs datant de son vivant, qu’elle a entretenues par amusement. Son acte de naissance confirme sa naissance à Marseille le 13 mars 1832.

3 Sur les femmes de lettres : Christine Planté, La petite sœur de Balzac, Paris, Seuil, 1989 ; La littérature en bas-bleus, tome II, Romancières en France de 1848 à 1870, Andrea Del Lungo, Brigitte Louichon, dir., Paris, Classiques Garnier, 2013 ; sur les récits de voyage : Benedicte Monicat, « Ecritures du voyage et féminisme : Olympe Audouard ou le féminin en question », French Review, 69/1, 1995 ; Isabelle Ernot, « Voyageuses occidentales et impérialisme : l’Orient à la croisée des représentations (XIXe siècle) », Genre&Histoire, n°8, 2011. Olympe Audouard s’est essayée également à l’écriture de l’histoire à travers un essai : Gynécologie. La Femme depuis six mille ans, Paris, Dentu, 1873.

4 Histoire générale de la presse française, Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral, Fernand Terrou, dir., Paris, PUF, 1969-1976, 5 vol. ; Christophe Charle, Le siècle de la presse (1830-1939), Paris, Le Seuil, 2004.

5 Références ayant trait au 19e siècle : Evelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France, des origines à 1848, Paris, A. Colin, 1966 ; Laure Adler, A l’aube du féminisme : Les premières journalistes, 1830-1850, Paris, Payot, 1979 ; Edith Thomas, Les femmes de 1848, Paris, PUF, 1948 ; Michèle Riot Sarcey, La démocratie à l'épreuve des femmes : trois figures critiques du pouvoir : Jeanne Deroin, Désirée Gay et Eugénie Niboyet : 1830-1848, Paris, Albin Michel, 1994 ; Alice Primi, « Être fille de son siècle ». L’engagement politique des femmes dans l’espace public en France et en Allemagne de 1848 à 1870, thèse, Université Paris 8, 2006 ; Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, Rennes, PUR, 2010 ; Laurence Klejman, Florence Rochefort, L'Égalité en marche : le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques/Des Femmes, 1989. Sandrine Lévêque, « Femmes, féministes et journalistes : les rédactrices de La Fronde à l’épreuve de la professionnalisation journalistique », Le temps des médias, La cause des femmes, 2009/1, n° 12.

6 Voir la liste à la fin de l’article.

7 L’échantillon est évidemment dépendant de l’état actuel des numérisations. À la date de cet article, en ce qui concerne la presse et des revues, Gallica indique 1 357 000 fascicules numérisés. Il est à noter que seul l’outil informatique rend possible une telle recherche, ciblant d’emblée un nom au sein d’une multitude de sources. En ce qui concerne « Olympe Audouard », la base de données renvoie à une centaine de références principales qui elles-mêmes ouvrent sur des références particulières, notamment en ce qui concerne la presse quotidienne : ainsi La Presse (fondé en 1836), une quarantaine de références ; Le Figaro (1854) : une centaine ; Le Temps (1861) et Le Gaulois (1868) : une cinquantaine chacun ; Gil Blas (1879) : une soixantaine ; Le Matin (1884) : une quinzaine. Pour ce qui est de l’époque considérée, la majorité des grands journaux et des revues fait aujourd’hui partie des éléments interrogeables.

8 En 1882 dans sa revue Le Papillon (n°37), elle-même n’évoque que trois revues peut-être parce que les deux autres furent mineures et échouèrent. Par ailleurs, l’exactitude n’est pas l’une de ses qualités premières.

9 97 numéros.

10 24 numéros. À partir du 6 (23/03), les noms des collaborateurs disparaissent, le titre est simplifié.

11 85 numéros sont connus entre 1879 et 1881. L’actuelle notice de la BNF précise toutefois que la revue aurait existé jusqu’en 1884. Aucun numéro n’est identifiable après 1881 dans le Catalogue collectif de France.

12 Autre lien : l’adresse de la rédaction est la même que celle du Papillon (II) : 173 rue Saint-Honoré.

13 Deux notamment ont été identifiées : L’art moderne. Expositions, Musées, Collections, Peinture, Sculpture, Gravure, Iconographie, Archéologie, Céramique, numismatique (1875-1876) fondée par Marc de Montifaud, pseudonyme de Marie-Amélie Chartroule de Montifaud, 1849-1912. Ses articles relèvent de l’histoire de l’art, par exemple : « Note sur deux vases grecs trouvés dans un tombeau », pp.20-21, (09/1875) ; « L’artiste Dieu » (04/1876), pp.73-75 ; « Salon des refusés (06/1876), pp.94. Elle a également participé à une revue de Charles de Coligny, Le journal des baigneurs (Dieppe), (Le Figaro, 8/06/1865).

14 Le Papillon (I), n° 97, 13/12/1863, p.1 et (II), n°1, 24/04/1881, p.2.

15 Ibid., pp. 130-131.

16 Le Papillon (I), n° 11, 10/06/1861, p.241.

17 Décrets de décembre 1851, février et mars 1852.

18 Christophe Charle, op. cit., p. 91-110.

19 « Les droits de la femme. La situation que lui fait la législation française », Lettre aux Députés, 19 juin 1867, Bureau de la Revue cosmopolite, Paris, E. Dentu, 1867.

20 Ibid.

21 Revue des Deux Mondes illustrés, n°83, p.434 ; dans les années 1870, elle fait savoir au Rappel à deux reprises que l’on refuse la publication de ses ouvrages, Le monde des esprits, 12/11/1874 et Les soupers de la princesse Louba d’Oskoff, 21/12/1879. Ils paraissent peu après sa plainte au journal.

22 Le Papillon (I), 10/01/1861, p.1.

23 Voir Silhouettes parisiennes, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1883.

24 Elle n’est pas seule dans ce cas à l’époque, voir Alice Primi, « Être fille de son siècle », th. cit., p. 394.

25 Le Papillon (I), n° 3, 10/02/1861, p. 66.

26 Ibid., n° 7, 10/04/1861, p. 162.

27 Ibid., n° 16, 25/08/1861, p. 370.

28 Ibid., n° 75, 05/07/1863, p. 417-418.

29 Ibid., n° 11, 10/06/1861, p. 251.

30 Ibid., n°1, 10/01/1861, p.1.

31 Elle est citée comme l’une des maîtresses d’Alexandre Dumas : Dominique Fremy et Claude Schopp, Quid d’Alexandre Dumas ? Opuscule accompagnant les Mémoires, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquin, p.152-153.

32 L’esprit français, Paris, 1929, dans une étude consacrée à Stéphane Mallarmé dont Olympe Audouard avait publié l’un des premiers poèmes, pp.183-184, signé Auriant cite Emmanuel des Essarts, poète et universitaire.

33 Au moment du décès de Dentu, on apprend qu’elle fut l’une des premières à honorer sa dépouille, Le Gaulois, 14/04/1884.

34 Gil Blas, 16/01/1890.

35 Ibid.

36 Michael R. Finn, « Rachilde : Une décadente dans un réseau de bas-bleus », article en ligne : @nalyses, Revue de critique et de théorie littéraire, in Femmes de lettres. Les réseaux de femmes de lettres au XIXe siècle, August 2008, http://www.revue-analyses.org/sommaire.php?id=1126

37 Publication de son poème « A Fontainebleau ». Il est précisé qu’elle est née dans les Iles (N°1, p.4), sœur du Consul général de Florence (N°22, p.2) ; A. Primi, th. citée, p. 397-398.

38 Nelly Sanchez, « Camille Delaville (1838-1888), une journaliste féministe ? », Genre & Histoire n°7 - Automne 2010.

39 Silhouette…, op. cit, p.302.

40 Citée comme une amie dans Voyage…, op. cit., p.286.

41 Evoqué aussi dans Voyage… p. 107 ; Marie-Lætitia Bonaparte-Wyse fut successivement par ses différentes mariages, Marie de Solms, Rattazzi, de Rute, (1831-1902). Elle est la fondatrice de la revue Les matinées espagnoles sous le pseudonyme du Baron Stock.

42 Gil Blas 10/07/1884, p. 1-2.

43 Ibid.

44 A noter que Barbey d’Aurevilly a fréquenté le salon de Mathilde Stevens. Nelly Sanchez, « Critique d’art au féminin au XIXe siècle : Mathilde Stevens », publication électronique, Collection Texte & Image, Volume N°1 / Les femmes parlent d'Art, 5 avril 2011 : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/texte&image/document.php?id=123 ISSN 2114-706X

45 Ainsi Jeanne Thilda donne alors des articles à La France et Gil Blas ; Camille Delaville au Gil Blas, Le Gaulois, La Presse.

46 Voyage…, op. cit, p.142.

47 Le Fantaisiste n° 6, 23/03/1862 ; Revue des Deux mondes illustrés n° 70, 2/01/1881.

48 Le Papillon (I), n° 80, 16/08/1863, p. 497-498.

49 Georges d’Heylli, Dictionnaire des pseudonymes, Paris, 1887, p.27-28.

50 Le Passant, 20/07/1882, n°9, p.1. Signé de son pseudonyme, Pierre de Chatillon.

51 Elle a mis également en valeur l’éducation libérale reçue de son père, Voyage, op. cit.

52 Gil Blas, 16/01/1890.

53 Le Papillon (II), 04/09/1881.

54 Ibid. Voir le portrait de Camille par Olympe, Silhouette…, op. cit, p.302.

55 Ibid., p.2.

56 Voyage…, op. cit.

57 Le Radical, 28/10/1885 ; voir également Le Rappel, 26/10.

58 Fox Robert, « Les conférences mondaines sous le Second Empire », Romantisme, 1989, n°65. p. 49-57.

59 Elle a surtout « conférencé » à Paris mais également aux Etats-Unis ainsi qu’en Algérie, à Marseille, Lyon, Saint-Étienne, en Normandie, dans les villes d’eau, sur la côte d’Azur entre 1885 et sa disparition. Maria Deraismes donne des conférences à cette même époque.

60 Le Gaulois, 31/03/1869

61 Le Rideau Journal illustré des théâtres, journal de Marseille (N°12) publie son portrait en première page.

62 Le Figaro, 18/05/1869

63 Le Rappel, 11/02/1870

64 Pour « Je »

65 Monde Illustré (Le), 6/04/1870, p.243

66 Le Monde illustré, 01/03/1862, n°255 p.142.

67 Le Passant, art. cit.

68 Lette à M. Haussmann, préfet de la Seine, Paris, imp. Balitout, 1868.

69 Quelques années auparavant, en 1863, Le Figaro avait été attaqué par Marie-Laetitia Bonaparte-Wyse pour diffamation, Cheryl A. Morgan, « Marie-laetitia Bonaparte-Wyse. « La princesse Brouhaha » ou l’art du scandale version Second Empire », in Andrea Del Lungo, Brigitte Louichon, La littérature…, op. cit., tome 2, p.101.

70 Voir document à la fin de l’article.

71 La Petite Revue, Février-Mai 1864

72 Le Monde illustré, 13/07, p.35, n°431.

73 L’Illustration de Bade, 15/10.

74 Respectivement : 26/03/1877 et 25/03/1877.

75 Voyage…, op. cit.

76 Le Figaro, 18/03/1884. Toutefois en juin, elle participe au repas des Bas Bleus.

77 Le Gaulois, 20/09/1868

78 Ibid., 20/10/68

79 Le Figaro, 6/05/1869

80 Le Carillon, 30/01/1870

81 Le Figaro, 8/04/1875

82 Revue des deux mondes illustrés, 6/02/1881, N°75, p.305

83 La Lanterne, 11/11/1880

84 La Gazette anecdotique, 31/01/1890, n°2, p.39

85 Le Grelot, 19/01/1890

86 Christine Planté, La petite sœur…, op. cit. ; Annelise Maugue, « Littérature antiféministe et angoisse au tournant du siècle », in Christine Bard, dir., Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999 ; Martine Reid, Des femmes en littérature, Paris, Belin, 2010 ; « Barbey d’Aurevilly, le "Grand exterminateur" » in Andrea Del Lungo et Brigitte Louichon, dir., La littérature…, op. cit., p.27-42.

87 Voyage…, op. cit.

88 Le Gaulois, « Le duel tombé en quenouille » (2/09).

89 Les deux textes de Barbey sont reproduits dans son ouvrage, Polémiques d’hier, Paris, Albert Savine, 1889. Sans doute l’ultime réponse d’Olympe Audouard intervient-elle quelques mois plus tard dans le cadre de la conférence donnée le 11 avril 1870 : M. Barbey d'Aurevilly, réponse à ses réquisitoires contre les bas-bleus, (34 p.). Plus d’une décennie après, elle lui consacre un portrait dans Le Papillon (II), repris dans Silhouettes…, op. cit.

90 Geneviève Fraisse, Les deux gouvernements : la famille et la cité, Paris, Folio essais, 2000.

91 Éléments récurrents dans la construction du discours sur les bas-bleus, Martine Reid, « La couleur d’un bas » in La littérature en bas-bleus, tome 1, Romancières sous la Restauration et la Monarchie de Juillet (1815-1848), Paris, Classiques Garnier, 2010, p.26.

92 Sa production sur les « bas-bleus », en 1866 : « Les bas bleus » republié dans Les Ridicules du temps, Paris, Ed. Rouveyre et G. Blond, 1883, pp.89-99 ; 1869 : les deux aritcles parus dans Le Gaulois en septembre sont republiés en 1889 dans Polémiques d’hier, Paris, Albert Savine ; 1878 : Les Bas-Bleus. Le XIXe, Les œuvres et les hommes, tome V, Paris, Société générale de librairie catholique.

93 La Danse de Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), sculpture composée d’un groupe de personnages dénudés, installée sur l’une des façades de l’Opéra Garnier, avait scandalisé et avait été souillée d’encre en août 1869.

94 Le Gaulois, 15/09.

95 Ibid., 16/09.

96 Le Passant, art. Cit., 1882.

97 Le Monde illustré, 9/03/1861, p.146-147.

98 La Revue anecdotique des excentricités contemporaines, 1861, nouvelle série, tome III, p.18-19.

99 La Comédie parisienne, 09/1879.

100 Le Rappel, 31/08/1879, n°3460, p. 531.

101 La Comédie, 12/07/1863, n°17.

102 Ibid., 27/12/1863, n°39, p.3.

103 Revue des journaux et des livres, n°12, décembre.

104 L’Annonce illustrée, 13 juin 1863, n°5.

105 Ses récits de voyage connaissent des rééditions récentes.

106 Femina, 1er octobre 1911, n°257, p.524. L’affaire du duel est rappelée en relation avec un parallèle contemporain, celui d’Arrya Ly qui a envoyé un cartel à un journaliste.

107 Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier, dir., La Belle époque des revues (1880-1914), Paris, Éditions de l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine, 2002 ; Juliette Rennes, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige, 1880-1940, Paris, Fayard, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Les Mystères de l’Egypte dévoilés, 1865
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1990/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Légende A Travers l’Amérique. Le Far West, 1869 (portrait de 1866)
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1990/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ernot, « Olympe Audouard dans l’univers de la presse, (France, 1860-1890) », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1990

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page