Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« La Représentation des Communardes dans le roman français de 1871 à 1900 », Master 1, sous la direction de Isabelle Tournier, Université Paris 8, 2013

Anaïs Bensaad

Texte intégral

  • 1 Théophile Gautier, Tableaux du siège. Paris 1870-1871, 1872, p. 21.
  • 2 Edith Thomas, Les « Pétroleuses », Gallimard, 1963 ; Jacques Rougerie, Procès des Communards, Julli (...)
  • 3 Paris-Match, n° 2658, 4 mai 2000, cité par Robert Le Quillec, Bibliographie critique de la Commune (...)

1« Pétroleuse, mot hideux, que n'avait pas prévu le dictionnaire : mais les horreurs inconnues nécessitent des néologismes effroyables »1 commente Théophile Gauthier en 1872. De la déstabilisation des rapports de classe à celle des rapports de sexe, les représentantes androgynes de la tourbe parisienne condensent à elles-seules tous les spectres agités par la Commune de Paris. Aggravant au féminin le rejet suscité par l'insurrection, elles héritent des représentations les plus outrancières d'un système discursif agissant jusqu'à nos jours. Récemment encore, et malgré les apports historiographiques d’Édith Thomas et de Jacques Rougerie qui ont démontré le caractère mythique des pétroleuses2, Paris-Match présentait Louise Michel comme une incendiaire mettant le feu non seulement aux bâtiments mais également aux Versaillais3. Notre recherche vient de cet étonnement. La perspective se devait dès lors de revenir à la genèse de cette mémoire en sondant les différentes voies historiques, idéologiques et poétiques empruntées par la représentation des communardes.

  • 4 Henri Mitterand, « Littérature et société en 1875 », Europe, n° 559-560, novembre-décembre 1975, p. (...)
  • 5 Paul Lidsky, Les Ecrivains contre la Commune, Maspero, 1970 ; Roger Bellet, Philippe Régnier (dir.) (...)
  • 6 Edith Thomas, op. cit, et les travaux de Jacques Rougerie, notamment : « Les femmes de 1871 », dans (...)
  • 7 Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Edit (...)

2 Parce qu'ils sont des objets historiques capables de refléter les imaginaires en même temps qu'ils les façonnent, les romans ont été la principale source d'analyse mobilisée. L'étendue du corpus, composé de plus d'une vingtaine d’œuvres, a constitué l'un des principaux enjeux de l'étude, visant – suivant Henri Mitterand – à saisir toute la complexité d'un certain « discours social », sans risquer de donner une « idée fausse ou incomplète du rôle idéologique que joue à une époque donnée l'ensemble des œuvres de fiction, et notamment dans cet ensemble, le roman dit populaire »4. Sur ce sujet d'analyse littéraire d'un corpus assez partiellement visité par la critique5, sur ce sujet d'histoire politique et culturelle à l'inverse très bien documenté6, y compris par des études récentes7, notre approche tire son originalité et nombre de ses propositions de la perspective « genrée » qu'elle adopte.

  • 8 Roger Bellet, Philippe Regnier (dir.), op. cit., p. 13.
  • 9 Arsène Houssaye, Le Chien perdu et la femme fusillée, Denti, 1872, t. I, p. 221.

3 La première partie du master se concentre sur l'étude des romans publiés dans les années 1870. Roger Bellet et Philippe Régnier avaient déjà noté que, dans cette période, « la plume tenait à accompagner l'épée »8. Nous avons, pour notre part, essayé de rendre compte des procédés littéraires de cette légitimation de la répression, du point de vue du genre. Les romanciers redoublent d'arguments dans le cas des personnages féminins, privés à cet effet, de leur féminité, notamment à travers la figure viriloïde de la révolutionnaire incendiaire. On peut lire par exemple, en 1872, dans Le Chien perdu et la femme fusillée d'Arsène Houssaye, « Les assassins ne sont ni des hommes ni des femmes, il faut fusiller les assassins »9. La Commune, représentée comme un gouvernement de malfrats ayant institué le vol, est aussi accusée d'avoir déstabilisé l'ordre du genre.

4 À la faveur de l'amnistie et des lois en faveur de la liberté de la presse, les plumes partisanes de la Commune émergent à partir de 1880 aux côtés d'une nouvelle génération d'écrivains anti-communards. Faisant l'objet de la seconde partie de l'étude, les romans post-amnistie ont révélé un relatif délaissement des procédés de dénonciation hyperbolique et tératologique ainsi que l'apparition de figures positives de femmes insurgées. Une entreprise générale de « reféminisation » des communardes est menée par tous les bords politiques à des fins partisanes. Conflictuelle à partir de 1880, la mémoire de la Commune se caractérise néanmoins par une ligne de partage somme toute fragile au sujet des femmes et de la féminité.

  • 10 Eric Fournier, op. cit, p. 90.

5 D'une période à l'autre, le rôle social des communardes fictives est donc différemment sexué. Les romans post-amnistie l'attestent par une étonnante disparition : celle des pétroleuses. Le récent numéro de Paris-Match indique néanmoins une certaine survivance du mythe, probablement réactivé au delà des bornes de notre recherche. La mémoire de la Commune, mobilisée et investie par des groupes divers tout au long des XIXe et XXe siècle, se caractérise par sa « grande plasticité politique »10. La littérature témoigne de ce légendaire sans cesse remodelé pour les enjeux de chaque période.

Haut de page

Notes

1 Théophile Gautier, Tableaux du siège. Paris 1870-1871, 1872, p. 21.

2 Edith Thomas, Les « Pétroleuses », Gallimard, 1963 ; Jacques Rougerie, Procès des Communards, Julliard, 1964.

3 Paris-Match, n° 2658, 4 mai 2000, cité par Robert Le Quillec, Bibliographie critique de la Commune de Paris 1871, La Boutique de l’histoire, 2006, p. 130.

4 Henri Mitterand, « Littérature et société en 1875 », Europe, n° 559-560, novembre-décembre 1975, p. 21.

5 Paul Lidsky, Les Ecrivains contre la Commune, Maspero, 1970 ; Roger Bellet, Philippe Régnier (dir.), Ecrire la Commune. Témoignages, récits et romans (1871-1931), Du Lérot, « Idéographies », 1994.

6 Edith Thomas, op. cit, et les travaux de Jacques Rougerie, notamment : « Les femmes de 1871 », dans Christine Faure (dir.), Encyclopédie politique et historique des Femmes, Presse Universitaire de France, 1997.

7 Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Editions Libertalia, 2013.

8 Roger Bellet, Philippe Regnier (dir.), op. cit., p. 13.

9 Arsène Houssaye, Le Chien perdu et la femme fusillée, Denti, 1872, t. I, p. 221.

10 Eric Fournier, op. cit, p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Bensaad, « « La Représentation des Communardes dans le roman français de 1871 à 1900 », Master 1, sous la direction de Isabelle Tournier, Université Paris 8, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1964

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page