Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Joan W. Scott, De l’utilité du genre, Paris, Fayard, 2012, 219 p. (traduction : Claude Servan-Schreiber)

Violaine Sebillotte Cuchet

Texte intégral

  • 1 Voir “Millenial Fantasies : The Future of “Gender” in the 21st Century” (2001) introduit et traduit (...)

1Voici, en cinq essais de tonalité inégale, un rapide aperçu de l’approche défendue par Joan Scott, spécialiste depuis plus de vingt-cinq ans de l’histoire des femmes et du genre. Le titre choisi inscrit le volume dans une polémique que J.W. Scott avait elle-même nourrie au tournant du millénaire en déclarant le genre dépassé et contre-productif1. En 2012, et au-delà d’un simple effet opportuniste lié à l’affaire DSK, il semblait opportun de corriger le tir : le genre est utile pour dévoiler les situations conflictuelles et les rapports de force ; il l’est également parce qu’il vivifie la recherche. Et il est important de le faire savoir.

  • 2 Sur le succès de cet article publié dans l’American Historial Review 91/5, 1986, p. 1053-1075, voir (...)
  • 3 Voir la traduction d’Eleni Varikas dans Les Cahiers du Grif n°37/38, 1988, p. 125-153 (article cons (...)

2La nouvelle traduction du célèbre article « Le Genre : une catégorie utile d’analyse historique »2, outre qu’elle permet de discuter les effets de traduction3, est l’occasion de rappeler toute l’actualité du programme de travail proposé en 1986. Dévoiler les enjeux sociaux et les rapports de force qui formulent d’autres normes que celles produites par les sources dominantes, tel est toujours l’objectif de celles et ceux qui, en histoire, ont fait du genre un de leurs outils d’analyse. En ce domaine, les méthodologies ont gagné en assurance et gardent toute leur pertinence : l'historicisation des catégories et la recherche des stratégies discursives des sources sollicitées restent des éléments essentiels de la démarche.

3Au moment où les discriminations d’ordre économique pourraient reléguer les discriminations de genre à une époque révolue, la lecture de l’essai de 1988, « Les femmes dans La formation de la classe ouvrière anglaise », discussion scientifique de l’ouvrage d’Edward P. Thompson paru en 1963 est particulièrement bienvenue. J. W. Scott, qui était déjà une spécialiste reconnue de l’histoire ouvrière, y montrait comment le grand historien considérait les salariées, formant alors une catégorie à part parce que soumises à une division du travail « naturelle » (l’organisation domestique) qui les rendaient illégitimes dans l’analyse des rapports de classe construits à l’usine. On mesure aujourd’hui tous les acquis de la critique féministe qui a dévoilé les impensés d’un regard « neutre masculin » que ce soit en parlant de classe sociale, de production ou d’économie.

4Le troisième essai, écrit en 1999 et centré sur les significations du genre – et donc sur l’utilité ou non du concept – propose de substituer au processus de définition (ce que recouvre le sexe, ce que recouvre le genre) un processus d’interrogation globale (ce que produit le sexe, ce que produit le genre). Le sexe et le genre s’affirment ainsi comme des catégories de la cognition qui produisent et organisent des savoirs, des effets de vérité, des idéaux (« les femmes », les « hommes »). Dès lors, comment articuler ces savoirs avec les corps qui, par définition, intègrent du psychologique, du social et du physique ? Parmi les disciplines, seule la psychanalyse mêle ces trois plans lorsqu’elle analyse les processus psychiques. C’est ainsi que le fantasme, le désir et l’imagination entrent en scène pour produire un réel, celui produit par le travail herméneutique du sujet individuel. Les historien-ne-s souscriront sans peine à la dimension réflexive à laquelle les invite J. W. Scott. On peut, en revanche, parier sur le fait qu’ils et elles auront beaucoup plus de mal à intégrer la problématique du fantasme dans leur analyse des documents, tout simplement parce que les sources transmises constituent le résultat normé de processus vivants et indisciplinés qui, pour leur part, échappent en grande partie à l’enquête historique.

5Les deux essais qui terminent le volume, rédigés en 2010 et 2011, adoptent un ton très différent puisqu’il s’agit d’interventions polémiques dans le débat public français sur la laïcité, le foulard, la séduction, l’identité nationale et la différence des sexes. J. W. Scott expose ici sa propre lecture de la laïcité à la française, un processus normatif ignorant son présupposé principal, celui de la domination des femmes par les hommes. De celles et ceux qui considèrent la séduction comme un art spécifiquement français, elle dénonce – rapidement – les multiples sous-entendus : supériorité nationale, antiféminisme, homophobie. Les pièces principales de la controverse qui oppose une Américaine, considérée comme une des plus grandes spécialistes de l’histoire du féminisme français, à un cercle d’intellectuels français venus d’horizons divers ont été rassemblées par Pascale Barthélémy et sont consultables sur le site de l’Association Mnémosyne4. On ne peut qu’inviter les lecteurs intéressés à s’y rendre.

6La conclusion, rédigée en 2004, invite les disciplines à se rencontrer puisqu’aucune d’elle ne peut, à elle seule, embrasser tous les aspects – sociaux, biologiques et psychiques – du genre. L’enthousiasme communicatif qui émane de ce livre n’élimine pas la gêne à voir, même déplacée du physique (homme/femme) au psychique (le lacanien masculin/féminin), la polarité de genre réapparaitre, bien solide, sous la plume de J. W. Scott. Car, si le genre est aujourd’hui « utile » pour « penser la constitution historique des relations entre les femmes et les hommes » et si la psychanalyse est un recours nécessaire pour cette enquête, c’est parce que, selon J. W. Scott, « la différence sexuelle représente un dilemme insoluble » (p.10). Pour J. W. Scott, le « fantasme » est le nom qu’il convient de donner à la dynamique introduite par le genre, ce souffle inépuisable qui fluidifie, recompose et dérègle, selon les variations infinies que permet l’imaginaire, les configurations qu’imposent les normes. Il désigne aussi l’interprétation subjective du réel qui s’organiserait partout selon la polarité masculin/féminin. Quelles en sont les preuves ? Un bon nombre de recherches actuelles le montrent, il existe de nombreux contextes dans lesquels le genre n’intervient pas ou n’intervient que secondairement, dans lesquels les significations historiquement produites n’ont rien à voir avec le masculin ou le féminin. La plus grande utilité de l’outil genre n’est-elle pas, maintenant, de dévoiler ces autres mécanismes de distinctions sociales, ceux qui font mentir l’idée d’une « différence sexuelle » secrètement tapie à la base de l’édifice psychosocial ?

Haut de page

Notes

1 Voir “Millenial Fantasies : The Future of “Gender” in the 21st Century” (2001) introduit et traduit par la revue CLIO 32, 2010, p. 89-117 et accessible en ligne: http://clio.revues.org/9840

2 Sur le succès de cet article publié dans l’American Historial Review 91/5, 1986, p. 1053-1075, voir les chiffres de consultation en ligne donnés par Joanne Meyerowitz dans l’AHR, 113/, 5, 2008, p. 1346-1356.

3 Voir la traduction d’Eleni Varikas dans Les Cahiers du Grif n°37/38, 1988, p. 125-153 (article consultable en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/grif_0770-6081_1988)

4 http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/category/actualites/dossier-controverse-a-propos-du-feminisme-a-la-francaise/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Sebillotte Cuchet, « Joan W. Scott, De l’utilité du genre, Paris, Fayard, 2012, 219 p. (traduction : Claude Servan-Schreiber) », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1960

Haut de page

Auteur

Violaine Sebillotte Cuchet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page