Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Céline Schoeni, Travail féminin : retour à l’ordre ! L’offensive contre le travail des femmes durant la crise économique des années 1930, Lausanne, éditions Antipodes, 2012, 622 p.

Sylvie Schweitzer

Texte intégral

1Travail féminin : retour à l’ordre ! est un gros ouvrage, la publication de la thèse d’histoire de Cécile Schoeni articulée dans une comparaison franco-suisse a priori improbable. Reste que ces deux pays ont, entre les deux guerres, des taux d’activité féminins élevés (un très gros tiers de la population active est composé de femmes) et que les femmes n’y ont le droit ni de vote, ni d’éligibilité. Là comme ailleurs, les associations féministes de toutes obédiences (confessionnelles, laïques, professionnelles) et les syndicats corporatistes féminins (comme le Groupement des femmes fonctionnaires de la CGT en France) sont actifs pour la défense des droits au travail et arrimés à des liens internationaux dont le Bureau international du Travail (BIT) de Genève est un des pivots dès les lendemains de la Première Guerre mondiale.

2C. Schoeni a privilégié l’étude du temps court (1927-1938), soit la crise économique des années 1930 et ses prémisses, observé d’abord dans un contexte transnational avec le BIT et les associations féministes (première partie), puis en Suisse (deuxième partie) et en France (troisième partie), une option qui lui permet de contourner la difficulté comparative puisque les deux pays ont des institutions fort différentes : les politiques suisses se déroulent dans un contexte fédéral aux échelons multiples et où cantons et communes ont loisir d’agir de manière différenciée, quand les politiques françaises sont jacobines et unifiées.

3C’est un des intérêts de l’ouvrage que de mettre d’une part l’accent sur le rôle du BIT, de ses enquêtes et de ses rapports dans la mise en perspective des diverses politiques nationales, et, d’autre part, sur celui des associations féministes pour la défense de la place des femmes sur le marché du travail et notamment les fonctionnaires, objets de la recherche. À Genève s’élaborent des normes, des résolutions et des conventions, qui peuvent d’ailleurs n’être que des principes ou des vœux pieux en matière d’égalité des sexes. Est bien mise en valeur ici la circulation internationale des idées féministes (en particulier avec l’International Council of Women / Conseil international des Femmes et l’Open Door international), le plus souvent articulée dans une prégnance de la vision d’une complémentarité des sexes, mais aussi la vitalité du mouvement de défense de la place des femmes sur le marché du travail, en particulier dans un secteur tertiaire en incessante expansion. Au-delà des frontières des États, on voit aussi comment la question de la place des femmes dans la société est affaire de contexte économique et social bien plus que d’habitus nationaux.

4Dans l’ensemble de l’ouvrage, la recherche est une mine de renseignements pour l’analyse des discours contrastés — tant féministes que misogynes — sur la place des femmes dans les sociétés occidentales dans les années 1930, durant cette décennie où se concrétisent les avancées féminines dans les métiers très qualifiés, avancées dues en particulier à leur place renforcée dans les études supérieures et donc les professions auxquelles ces dernières conduisent. Il y a là en particulier les métiers d’autorité dans la fonction publique, accessibles sur concours, avec des diplômes universitaires et généralement ouverts aux femmes aux lendemains de la Première Guerre mondiale. La progression féminine y est suffisamment rapide pour que la grande crise économique autorise la mise en place de mesures destinées à enrayer cette avancée bien sûr pensée comme menaçante pour l’ordre économique, mais surtout pour l’ordre social où domine la hiérarchie entre les sexes. Le premier registre de mesures est celui des quotas, qui peuvent être limitatifs (par exemple 20% des postes réservés aux femmes) ou simplement s’énoncer en parité (le nombre de reçues est limité à 50%). En ces temps de crise économique et de chômage important, l’argument avancé relève de la protection du travail des hommes et spécialement ceux qui sont chargés de famille. C’est là la première réaction pour enrayer la montée des femmes dans les postes d’autorité de la fonction publique.

5L’autre registre d’attaque contre les femmes s’inscrit dans les politiques déflationnistes et les économies budgétaires des années 1930 : on assiste à la suppression de certains avantages, par exemple la suppression de la prime de résidence aux épouses de fonctionnaires ou la suppression de la pension de réversion aux veuves de fonctionnaires. En Suisse a lieu une offensive contre le recrutement d’institutrices mariées. Parallèlement s’organisent les premières politiques familiales d’importance, avec le déploiement en France d’allocations familiales doublées par des allocations pour les mères au foyer.

6Pour l’analyse de ces entraves faites aux femmes fonctionnaires, on peut sans doute reprocher à cet intéressant et volumineux ouvrage de s’inscrire dans un temps historiographique quelque peu doloriste et de surcroît très attaché aux discours misogynes. Sans doute aurait-il fallu marquer plus fermement que les quotas mis en place pour les recrutements (dont d’ailleurs on voit mal les répercussions concrètes) ne touchent qu’une petite minorité de femmes très diplômées en France et que, par ailleurs, les embauches les plus importantes se font dans des métiers de toute manière réservés aux femmes : « demoiselles » des téléphones, dames des chèques postaux, dactylographes et secrétaires… De même, les suppressions de primes de résidence touchent seulement les épouses, quand le vocabulaire employé au fil du texte reste trop généralisateur en employant très systématiquement l’expression de « femmes fonctionnaires ». Bien sûr  — et même si le retour à l’ordre n’aura guère lieu — cela ne minore en rien les attaques menées contre les salariées de la fonction publique par des hommes politiques de gauche comme de droite, ni ne cache comment, en France, les politiques menées par Vichy s’inscriront dans la continuité de celles de la IIIe République. Pour encore de nombreuses décennies, les sociétés occidentales resteront mues par la peur des conséquences sociales générées par l’égalité entre les hommes et les femmes et tout spécialement sur le marché du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Schweitzer, « Céline Schoeni, Travail féminin : retour à l’ordre ! L’offensive contre le travail des femmes durant la crise économique des années 1930, Lausanne, éditions Antipodes, 2012, 622 p. », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1958

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page