Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Emma Robinson-Tomsett, Women, Travel and Identity. Journeys by Rail and Sea. 1870-1940, Manchester, Manchester University Press, 2013, 244 p.

Grégory Quin

Texte intégral

1Avec Women, Travel and Identity, l’historienne Emma Robinson-Tomsett soumet aux lecteurs un travail absolument original sur une thématique encore peu traitée mais pourtant constitutive de notre modernité : le voyage. L’ambition de l’ouvrage est d’analyser les caractéristiques des voyages entrepris par les femmes britanniques entre 1870 et 1940 à la faveur d’un premier développement des moyens modernes de transport dans les principaux pays occidentaux. S’il se rattache à une tradition « classique » de l’histoire des femmes, plutôt qu’à des courants critiques du « genre », l’ouvrage se focalise sur l’expérience vécue par les femmes lors des voyages et des déplacements sur de longues distances. Women, Travel and Identity n’omet pourtant pas les relations entre femmes et hommes, ainsi que les manières dont le voyage accompagne, et même parfois favorise, un renouvellement de l’identité féminine au tournant du XXe siècle, sur fond de révolution industrielle et technique. Loin d’être anodin, ces voyages et ces déplacements sont extrêmement nombreux, puisque comme le rappelle l’auteure en tout début d’ouvrage, ce sont environ 15 millions de Britanniques qui auraient immigré entre 1815 et 1930, dont une partie de femmes bien évidemment (p. 18).

2Alors qu’à l’orée du XXIe siècle, nous sommes assaillis de messages vantant la vitesse – presque l’instantanéité – des déplacements que nous pouvons faire, de plus en plus facilement, en avion, en train ou même en voiture, il semble pourtant que cette accélération ne soit pas une exclusivité des dernières décennies. Si différents travaux se sont déjà intéressés à ces questions, tel que celui très novateur de Christophe Studeny L’invention de la vitesse, en 1995, ou plus récemment le numéro spécial de la revue Clio sur les « Voyageuses » paru en 2008, l’ouvrage d’Emma Robinson-Tomsett apporte une contribution majeure à la compréhension du déploiement de notre modernité faite de déplacements incessants et de vitesse quotidienne, sur fond de révolution industrielle et technologique. Dans les années 2000, il ne faut plus que deux heures pour parcourir jusqu’à 500 kilomètres en train et le gain en temps est de l’ordre de 50% par rapport à la fin des années 1970, ou devrait-on dire « de seulement 50% », car le raccourcissement des temps de voyage décrits par l’historienne pour les années 1860-1910 se fait dans des proportions similaires, si ce n’est pas plus importantes, soulignant les bouleversements parallèles des imaginaires collectifs. Ainsi le passage de la voile à la vapeur dans les traversées de l’Atlantique implique des temps de parcours très réduits. En 1861 il faut environ 13 jours pour traverser l’océan en « steamer » (premier bateau à vapeur) alors que le Titanic ne devait plus mettre que sept jours de Southampton à New York et qu’il fallait 26 jours à la voile en 1844 (p. 27). De fait, Women, Travel and Identity transporte le lecteur au cœur des avancées techniques, liées au chemin de fer et à l’utilisation croissante de la vapeur, qui changent les dimensions de notre monde. Sur fond de renforcement des nationalismes, les frontières se déplacent, l’Amérique se rapproche, le Canal de Suez est percé en 1869 et l’Europe connaît un développement ferroviaire majeur, jusqu’au Pacifique par l’Est avec l’achèvement en 1900 de la ligne transsibérienne. Dans ce cadre, « l’expérience féminine des avancées technologiques démontre que ce n’est pas uniquement un domaine masculin (…). Leur reconnaissance de ces technologies a contribué à la construction de représentations sur la modernité de ces femmes voyageuses, et leur utilisation de discours sur la navigation ou la géographie casse de nombreuses idées reçues sur la désorientation dont souffrirait les femmes, y compris en pleine mer lorsque les repères ne sont pas nombreux » (p. 193). Ainsi, le contexte industriel et technologique n’est pas une simple justification dans l’introduction ou un argument initial, il émane des discours des femmes en voyages, lesquelles semblent posséder une gamme de discours aussi variée que les hommes dans les mêmes situations.

3Centré sur l’expérience féminine du voyage, l’ouvrage utilise une grande variété de sources pour décrire à la fois les conditions de voyage mais aussi son déroulement depuis la prise d’information préalable jusqu’aux rencontres « acceptables » (ou pas) pour les femmes durant les voyages. Axe structurant du livre, mais encore plus présent dans les chapitres 4 et 5, l’organisation des lieux du voyage – que ce soit les ponts d’un navire ou les compartiments d’un train – fait l’objet d’une attention toute particulière. L’espace est ici à la fois pris dans sa dimension physique, puisque les voyages impliquent l’occupation de lieux aux dimensions réduites et parfois exiguës, et « sociales » pour les interactions singulières rencontrées. Au gré des citations de journaux de femmes, les coulisses de ce monde deviennent visibles et si les subversions des codes sont rares, les rapports sociaux prennent d’autres tournures qu’« à la maison ».

4Emma Robinson-Tomsett décrit également la manière dont les voyages s’incarnent dans l’intime, à travers des histoires d’amour et/ou parfois des relations sexuelles. S’il y a évidemment là l’expression d’un travail centré sur la littérature, actant le fait que « de nombreux auteurs contemporains des processus font de la perception du voyage un espace romantique » (p. 147), il s’agit aussi de souligner combien les voyages peuvent offrir des espaces de liberté au-delà des conventions. Si les écarts vont parfois jusqu’aux viols, et si les rapprochements sont liés à une certaine promiscuité inhérente aux espaces réduits du voyage, ceux-ci ne peuvent être davantage associés à certaines classes sociales, puisque l’on en trouve trace dans les trois « classes » que comptent alors les moyens de transport. Si l’exceptionnalité du temps du voyage ouvre certaines possibilités, il semble pourtant que les conventions dominent tout de même, dans la mesure où les frontières sociales, économiques et culturelles ne sont que rarement franchies par les femmes dans leurs relations ; sauf quelques exceptions, elles ne profitent pas de ces moments pour subvertir leurs identités. D’une certaine manière, le voyage n’a pas pour conséquence directe un changement des identités des femmes, en revanche, il est l’espace-temps idéal pour exprimer les nouvelles tendances et les nouveaux comportements « féminins » entre 1870 et 1930.

5De par les sources utilisées – et disponibles –, il faut convenir que les analyses sont évidemment concentrées sur une minorité de femmes, issues des classes les plus aisées, mais c’est une critique transversale à de nombreux travaux d’historiens et cela ne peut constituer une réelle critique contre l’ouvrage en lui-même. Comme le souligne l’historienne dans sa conclusion, la séparation entre les classes – à la fois sociales et purement spatiales sur les bateaux ou dans les trains – n’est pas réellement remise en question par les voyageuses, et à chaque classe correspond une expérience du voyage très différente, dont il faudrait prolonger la caractérisation sur la base des conclusions provisoires d’Emma Robinson-Tomsett. Bien avant toute idée de démocratisation, force est de constater le confinement des femmes les moins aisées à des voyages d’émigration, alors que l’agrément semble constituer un but en soi pour la majorité des voyages des femmes de l’aristocratie ou de la grande bourgeoisie.

6Dans son dernier chapitre, l’historienne ose également l’esquisse d’un travail comparatif cherchant à distinguer les spécificités des motivations féminines et masculines dans la littérature et les écrits autobiographiques. Plutôt en forme de pistes de recherche à creuser, ces analyses sont très stimulantes pour quiconque s’intéresse aux questions de transfert culturel – dont le voyage est l’essence même – et de partage d’imaginaires et de pratiques. Ainsi, les liens entre voyages et espaces coloniaux – ici observés du point de vue anglo-saxon – laissent à penser que les mêmes imaginaires se recomposent également dans les espaces coloniaux et la littérature francophones, mais aussi plus largement dans l’ensemble des espaces géographiques touchés par les révolutions technologiques du voyage et celles de l’identité féminine entre la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Quin, « Emma Robinson-Tomsett, Women, Travel and Identity. Journeys by Rail and Sea. 1870-1940, Manchester, Manchester University Press, 2013, 244 p. », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1957

Haut de page

Auteur

Grégory Quin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page