Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, 442 p., avec un préface d’Arlette Farge.

Claire Chatelain

Texte intégral

1Evénement intellectuel selon Arlette Farge, ce très riche ouvrage collectif, issu du colloque de l’université Paris-Diderot en juin 2010, est édité par leurs co-organisatrices, les sociologues Coline Cardi et Geneviève Pruvost. Il regroupe 26 contributions pluridisciplinaires écrites par des littéraires, historien-ne-s, sociologues, anthropologues, criminologues et politistes autour d’un sujet difficile et nécessaire, celui de la violence des femmes. La démarche s’inscrit dans l’intérêt social et politique d’aujourd’hui pour les questions de formation des assignations de genre, enfin sorti du seul champ académique ou des interrogations solitaires des travailleurs sociaux. La reconnaissance de formes de violences féminines, décollées de leur assimilation à une mythique « nocivité féminine » tient alors à leur rigoureuse analyse par les sciences humaines et sociales.

2Une introduction nourrie rédigée par C. Cardi et G. Pruvost pose les enjeux politiques et épistémologiques de cette vaste brassée regroupée en quatre parties. La première est consacrée aux violences politiques des femmes : trois contributions concernent les XVIe et XVIIIe siècles, en particulier autour des mouvements révolutionnaires, cinq autres, les guerres civiles des XIXe et XXe siècles. Un deuxième volet s’intéresse aux violences nées de la dichotomie privé/public, de façon un peu fourre-tout, en mêlant des articles sur les sociétés matrilinéaires, les violences lesbiennes occidentales ou encore intra domestiques au Mali … La troisième partie consacrée au traitement institutionnel de la violence des femmes trouve une plus grande cohérence thématique en se centrant autour de la sous-qualification ou au contraire de l’hyperbolisation des actes de violence féminine. Les représentations figurant et défigurant les femmes violentes font l’objet de la quatrième partie et notamment, la question des mots désignant ces femmes (« pétroleuses », « tricoteuses ») qui commettent des violences politiques. Une postface de Rose-Marie Lagrave conclut l’ouvrage. Une bibliographie fournie et une liste de sigles sont incluses mais pas d’index, fait regrettable pour un volume si dense. Signées de Dominique Godineau, Marie-Elisabeth Handman, Colette Parent et Eric Fassin, les introductions de chaque partie, bienvenues, donnent un cadre général à de courtes études et de multiples sujets qui, on l’a compris, sortent totalement du cadre académique standard. Ainsi la question controversée des faits d’armes des femmes héritières de fiefs ou qui accomplissent leur devoir de guet municipal entre les XVe et XVIIe siècles (Nicole Dufournaud). Ou la question souvent inenvisageable de la pédophilie féminine (Jean-Raphaël Bourges) comme celle de la participation inédite et terrible des femmes hutues au génocide rwandais (Violaine Barraduc). Autres exemples, les violences liées à l’appartenance à une catégorie de « marge » (lesbienne, dealeuses brésiliennes, bad girls en bandes) qui questionnent impitoyablement les capacités d’interprétation des SHS. Comment procéder ? Avec quels objectifs ?

3« Exhumer, dénaturaliser, contextualiser, historiciser, repolitiser la violence des femmes, tel est l’objet de ce livre » annoncent les auteures de l’introduction. Et donc, quitter les catégories essentialisantes et naturalisantes d’hier, quand ce ne sont pas les stéréotypes les plus éculés, comme celui de l’inusable hystérie féminine, pour entrer dans l’étude des processus de repérage et de classification des survenues de la violence féminine. Si tout ce qui ressort des clichés andro et ethnocentrés de la violence est révoqué, sont également renvoyés au catalogue des catégories anachroniques ou ahistoriques, certaines notions ayant une valeur descriptive (les pulsions), l’ambition étant alors d’historiciser les actes concrets de violence comme faits. Ces derniers sont souvent assimilés par les représentants de l’ordre et de la cité, au dévoiement d’un certain nombre de fonctions dites féminines : par exemple, le ragot, la calomnie et l’infanticide, sont des chefs quasi exclusivement féminins. De fait, cruciale est la proposition suivante (notamment pour le champ éducatif) : « interroger l’ordre social que sous-tend l’assignation majoritaire [des femmes] à la position de l’ « a-violence » (p. 56).

4La question centrale se pose alors de l’acception et de la désignation des actes de violence en question par les institutions telles la justice, les médias, la police, etc. Elles sont celles qui les imputent ou les « invisibilisent » lorsque ces actes sont commis par des femmes (ainsi, les émeutières parisiennes en 1775 étudiées par Clara Chevalier), ou que des femmes en sont au contraire les victimes. La façon dont ces mêmes institutions et leurs représentants légitiment ou rendent illégitimes, par exemple par leur pénalisation, des types d’actes de violence attribués aux femmes est de même placée au centre des préoccupations de l’ouvrage.

5En effet, le propre de la violence est de se poser souvent en se niant verbalement. La question de sa reconnaissance sociale est donc décisive. Dans cette « perspective constructiviste », trois cadres descriptifs transversaux sont retenus par C. Cardi et G. Pruvost : la violence des femmes effective « hors cadre » d’assignation, la violence commise sous tutelle [masculine ou autre], la violence d’émancipation. Ces trois cadres permettent aux deux chercheuses de souligner les points de convergences des contributions, malgré leur diversité thématique. Le déni d’antériorité d’un phénomène violent imputé à des femmes en est un, ainsi la délinquance adolescente étudiée par David Niget, tout aussi récurrent que son sous-enregistrement par l’ensemble des institutions, y compris celles de la recherche.

6Les sujets des études sont fascinants, le ton souvent colère malgré le lissage académique (p. 55-56 et p. 245). Les thèses prêteront à de fécondes controverses, souhaitons-le ; ainsi disons-le franchement, la lecture de certaines analyses est inégalement convaincante. Par exemple, une étude criminologique d’inspiration interactionniste (« Une femme peut-elle être jugée violente ? », p. 314-329) est consacrée aux représentations « genrées » des juges lors des comparutions immédiates mais fait l’économie d’une confrontation aux données sociologiques. Il en va de même pour la présentation analytique de la procédure, qui fait cependant l’objet d’un jugement lapidaire. L’analyse est alors rabattue sur la seule perception des juges en termes de stéréotypes de genre au sujet des prévenues, préjugés qui sont reconduits par le dispositif du tribunal et les « considérations pratiques » (p. 329)  du métier de magistrat. Et si « le juge était une femme » (titre d’une série B), se demande-t-on ? On aimerait trouver sur ce complexe et important sujet, une étude moins « mono contextuelle », à partir de la prise en compte de réalités sociales, politiques et institutionnelles plurielles et de leur croisement.

7Etudier la violence agie ou subie au prisme du genre et d’une pragmatique de l’action revient à étudier ce phénomène au prisme de la domination masculine. Cette domination est un fait massif incontestable, évident au point que certains termes de description critique, peut-être d’ailleurs trop tautologiques comme celui d’ « aliénation », ont disparu du vocabulaire des analyses. Si les auteures mettent en relief l’exceptionnalité des faits de violence féminine (p. 37), il s’agit bien tout de même de prendre la mesure de ses effets. Si un « accès des femmes au pouvoir de violence » ne modifie certes pas « l’état des rapports sociaux de sexe », (p. 37), la capacité d’action des femmes violentes peut tout de même être appréhendée au travers d’un « troisième grand récit [qui est …celui de l’] évènement émancipatoire ». Or, le contenu de la deuxième partie (remarquablement introduit par M-E. Handman) souffre à cet égard d’un point aveugle analytique du point de vue de l’historicisation annoncée, car le clivage privé/politique qu’elle entend englober par sa thématique recoupe celles d’autres parties du livre (comment l’éviter ?). L’intitulé de cette troisième partie montre la difficulté à désigner, pour ce type d’études, le caractère précisément historique de certains dispositifs sociaux et culturels dans lesquels les acteurs et actrices doivent se déterminer. Ainsi, la violence à la fois domestique et publique des femmes au Mali équivaut-elle à une revendication par les actrices de leur puissance de femmes au sein de la niche domestique où elles sont confinées, ou à une réaction violente à la violence des hiérarchies sociales locales et politiques ? Autrement dit, la catégorie du genre agit-elle ici comme catégorie autonome et vectrice d’un nouveau statut de sujet ou intégrée et hiérarchisée à d’autres principes discriminant et instituant (aussi p. 52 où il est question de « neutralisation des différences de sexe ») ? Une petite phrase de Dominique Lagorgette (qui étudie les termes disqualifiant les femmes en politique) résonne : « Entre stigmatisation de tout un genre et reconnaissance du droit à la colère et à l’altérité, la tension est constante » (p. 387). La violence est-elle alors le fait seulement du genre et des rapports de genre, lorsqu’elle est agie par une ou des femmes ? A l’évidence, les études intersectionnelles le montrent, les formes de violences aliénantes se croisent, outre celle, première en quelque sorte, de concerner un être à la fois social et indivi/dué. Cette forme de violence attributive n’est-elle pas une force transindividuelle marquant la constitution de n’importe quel sujet historique, quoique pas du tout de la même manière, dimension dont on peut peut-être regretter qu’elle ne puisse être explicitement prise en compte de façon à enrichir l’approche générale, alors qu’elle borde chaque sujet ? Cet aspect est d’ailleurs évoqué par Nehera Feldman (p. 241), qui insiste sur la violence banale de l’entre-femmes au Mali, en particulier entre épouses, dont la concurrence équivaudrait à une contestation subversive de la place qui est dévolue à chacune dans la maisonnée soumise à des règles de parenté patriarcales.

  • 1 A. Corbin, J.-J. Courtine, G. Vigarello, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011, 3 v.

8Le regret provocateur de la sociologue R.-M. Lagrave qu’il n’y ait « nul ouvrage synthétique sur la violence des hommes » (p. 410) marque peut-être d’ailleurs une limite de ce type d’approche. Polémiquons un peu : les études synthétiques sur les violences de guerre, ou études de micro histoire sur les bourreaux du IIIe Reich (voir entre autres, les travaux de Christopher Browning) abondent désormais, même si leur labellisation officielle « genre » est tardive, marquée en particulier par la très récente Histoire de la virilité, qui montre par de nombreux aspects les logiques enfermantes que ce « devoir de virilité » a permis de perpétrer1. Parler de violence en régime de genre viril est-il tautologique ? Etudier et aborder le problème des souffrances post traumatiques des bourreaux des bataillons de policiers réservistes allemands, qui témoignent de logiques de virilité dominée, reste très dérangeant pour le sens commun, parce que cela fait état du caractère non univoque des caractères et des identités. De façon asymétrique, quels possibles recèlent la proposition u/topique d’une « réflexion sur des modes de résistance, de subversion, de révolte et de combat désindexée des grammaires de la violence historiquement disponibles » (Ibid., p. 411), à l’aide d’une « grille de lecture politique de la violence des femmes » ? Ce serait pensable dans le contexte de la mondialisation, et l’on pense aux jeunes et courageuses Femen et à la pratique -et la conception- de l’acting qui n’est pas abordée ni discutée dans ce volume.

9L’introduction générale, fort érudite et transdisciplinaire de C. Cardi et G. Pruvost, passionne donc tout autant qu’elle invite à la discussion, et ce en raison de leurs prises de position méthodologiques et épistémiquesmarianne thivend2014-07-20T15:52:00. Plutôt que de prendre chaque point terme à terme, quelques éléments prélevés ici dans une lecture historienne peuvent être soumis au nécessaire débat : le premier, déjà abordé, portera sur la typification et la dynamique des violences, et la dimension d’actrices de la violence ; le deuxième sur l’usage de l’histoire (comme discipline constituée) qui est proposé ; le troisième portera sur l’apport de la psychanalyse à la réflexion.

10En effet, il y a des partis pris d’objet de la part des éditrices : la violence en tant que force transindividuelle et aux limites de ce que l’on peut penser être une action engageant l’être rationnel des acteurs est finalement peu prise en tant qu’objet d’investigations mais plutôt appréhendée en tant que force instrumentale, du côté des actrices. Il n’est donc pas procédé, au cours de ce propos général, à la prise en compte de ce phénomène de flux et de champ de force de la violence (qui va de la « simple » agressivité à l’acte dévastateur, ou au contraire à son exorcisme par la démarche artistique). En revanche, de multiples études de cas l’ont bien mis en perspective, soit de façon théorique (ainsi, E. Fassin avançant l’idée de représentations artistiques de violences féminines comme étant spéculaires, répercutant celle inscrite par la domination masculine, p. 349) ; soit de façon parfois bien plus vertigineuse, parce que cela concerne des passages à l’acte réels, comme cherche à en rendre compte l’historienne V. Baraduc, au cours d’entretiens avec douze femmes génocidaires du Rwanda (p. 169-184). Son étude manifeste une interrogation permanente et forte au sujet de la construction même du cadre de son approche et progresse vers le constat d’une forme d’émigration intérieure des identités de genre « se superposant au brouillage de l’identité ethnique » p. 181. Ce, alors que les femmes impliquées dénient totalement leurs crimes, qui ont eu des cibles précises : les organes de la « virilité » masculine, les vieux et les enfants. Se devine en filigrane, au cours de la progression de l’enquête de V. Baraduc, la négation totale d’une place instituée socialement pour ces femmes, qui sont entrées dans la spirale d’une violence politique terrifiante. Les deux directrices d’ouvrage le reconnaissent d’ailleurs : elles n’ont fait que peu de place à la réflexion relative au passage à l’acte qui oblige à se situer non plus tant dans une démarche de déconstruction des identités de genre, que de saisie de dynamiques dans des configurations spécifiques, où tout est engagé et requiert de la part du chercheur, la construction ad hoc d’un objet multidimensionnel (et pas seulement intersectionnel p. 42) de recherches. Y compris sur la réception du témoignage. V. Baraduc montre ainsi fort bien comment cette institution qu’est la prison et sa topographie même peuvent jouer sur la parole et le témoignage des prévenues accusées de participation au génocide de 1994. Comme le montre l’intitulé de la troisième partie (Traitement institutionnel de la violence des femmes), les éditrices ne disconviennent pas de l’importance de cet aspect institutionnel mais on souhaiterait que ce fil rouge maint fois suggéré dans la construction de leurs hypothèses générales (p. 42 ; p. 55 et p. 59) soit renforcé, alors qu’elles reconnaissent que cet aspect est fondamental quant à la compréhension des attitudes face à la violence, auxquelles les actrices sociales sont assignées ou acculées.

11Pour introduire la troisième partie consacrée au privé et au politique, l’anthropologue M. –E. Handman propose une étude sur la violence féminine dans les sociétés matrilinéaires p. 187-200), sujet qui permet tout à la fois de critiquer des représentations normatives (les travaux antérieurs d’anthropologues) et de présenter une typologie d’actes de violence dans des sociétés océaniennes, asiatiques et amérindiennes, en les mettant en rapport avec les quelques variables suivantes : la résidence ; le caractère, réel, de l’égalité entre sexes, mais limitée entre clans au sein de ces sociétés, polarisées par des pouvoirs qui leur sont extérieurs. Elle conclut que les violences féminines en société matrilinéaire égalitaire « ne portent pas atteinte à l’ordre social [mais] le confortent ». Est-ce dire que la violence de quelques acteurs ne peut pas faire n’importe quoi contre la domination sociale, aspect passé sous silence (p. 61) bien que suggéré par l’étude criminologique déjà mentionnée ? Plutôt que d’effectuer l’étude des champs de forces dans n’importe quel ordre social, et de la répartition de rôles criminogènes genrés qui en serait issue comme une forme de symptômes sociaux des rapports de domination, l’idée est plutôt de déconstruire les attributions standards de genre (p. 50) : « On peut lire ces moments d’irruption de violence féminine [..] comme une forme de « différance » au sens de Derrida, de répétition décalée, qui crée une dissonance qui met au jour la construction de la violence comme typiquement masculine, instaurant une fracture qui peut réorienter le cours des évènements » p. 50. De façon passionnante (p. 61), certaines contributions donnent à voir quelles sont les grammaires différenciées de violence utilisées de façon synchronique par différents groupes de femmes par exemple, dans une même société donnée (les contributions de J.-C. Martin, p. 95-105 et de Camille Boutron, p. 138-154). D. Godineau tente de hiérarchiser les types de violences auxquelles sont autorisés simultanément hommes et femmes au même moment, en les mettant en rapport aux choses et aux biens qui contribuent à déterminer les différents comportements socialement autorisés ou au moins pensés (p. 70-71 ; p. 74). C. Boutron montre aussi comment des représentations (celles des femmes armées au Pérou) sont récupérées et instrumentalisées par les groupes de pouvoir dominants (p. 147). Ainsi, l’irremplaçable de l’approche historique paraît être de proposer une mise en rapport de différentes occurrences sociales et des potentiels de rupture ou de mutations qu’elles donnent à lire. Un amical désaccord à l’assertion de N. Dufournaud selon laquelle l’étude, à son avis trop souvent reconduite, des guerres de religion ou de la Fronde, ne livrerait que des analyses plaçant les actrices en position de victimes ou d’objets d’amusement (p. 76). Ainsi, les travaux de l’historienne britannique Penny Roberts montrent qu’il est justement indispensable de saisir ces moments de guerres civiles, durant lesquels des femmes sont désignées par les sources (masculines) comme des sujettes de l’histoire, assumant par leurs choix les violences du temps, qui sont collectives, tout en contribuant à en modifier l’économie, même à la marge.

12Le mot « sujet » renvoie tout autant aux analyses foucaldiennes des dispositifs instituant/assujetissant qu’aux théories psychanalytiques inspirées de la linguistique structurale ! Il surgit dans le texte introductif (p. 35), en référence à un ouvrage de Michel de Certeau, Les Possédées de Loudun. Parce qu’il avait historicisé cette notion, en analysant les procédés d’interpellation mobilisés par les exorcistes contre les démons possédant les religieuses ursulines de Loudun lors du premier XVIIe siècle, cet auteur trouve légitimité aux yeux de nos auteures à user du terme de « sujet-te ? » de parole. Or, la naissance et l’affirmation de la figure de l’hystérique a contribué à reléguer toute folie et déviance féminines du côté du médical, du psychiatrique et in fine de la relégation à la non-conformité biologique de ces patientes, en les réduisant pour le coup à leur pure corporéité féminine (p. 32-34). Certaines interprétations psychologiques soutenue par la doxa lacanienne n’ont-elles pas finalement encouragé la tendance du champ psychiatrique à déposséder « les femmes de leurs actes en substituant à leurs discours une interprétation psychiatrique… qui tend à leur ôter tout statut du sujet » (p. 34) ? Les catégories de la psychanalyse sont aussi accusées d’avoir contribué à individualiser et privatiser le fait de violence féminin, tout en jetant en particulier le soupçon sur le lien mère-enfant, lien « à risque ». Est alors cité, à charge, Lacan. En se référant à des travaux récents, ne pourrait-on cependant plaider pour une historicisation des configurations familiales, tenant compte d’une politique des familles, voire des conditions politiques de constitution de la parenté (voir les travaux de M. Godelier et de M. Tort), qui rendent acceptable et pensable l’idée que tout-e sujet-te est institué-e et altéré-e par du social, en porte une trace d’associalité et à ce titre, une potentialité de violence ? Par là même, toute parole et tout acte violent, porteurs d’une singularité altérée, recèlent une rationalité même « folle » à décrypter … ce que peut porter une clinique psychanalytique, au reste vulnérable au cadre politique dans lequel elle est exercée (voir les ouvrages de J.-M. Gaudillère et F. Davoine). Que l’on veuille ou non de la psychanalyse, son vocabulaire imprègne désormais celui des SHS. L’invocation de l’ouvrage de M. de Certeau devrait donc plutôt entraîner une clarification du recours à la démarche de la psychanalyse de la part des spécialistes des SHS s’intéressant aux violences des régimes du genre. Une des interrogations fortes du livre porte d’ailleurs sur la portée et la nature de la jouissance qui est éprouvée devant certaines représentations élaborées de violence féminine (filmiques par exemple, voir p. 51 et p. 349).

13Toutes ces discussions théoriques sont porteuses. Mais ce qui rend finalement nombre des études publiées dans Penser la violence des femmes passionnantes est la façon concrète dont elles suggèrent comment les dispositifs sociaux et institutionnels façonnent des rapports de violence utilisant ou supportés par le discriminant « genre » et à quelles fins pratiques, et par quelles tactiques parfois, les actrices peuvent tenter de détourner à leur profit les relégations dont elles font l’objet. Ou comment, au contraire, leur destructivité peut renvoyer aux impasses les plus sombres de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 A. Corbin, J.-J. Courtine, G. Vigarello, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011, 3 v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Chatelain, « Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, 442 p., avec un préface d’Arlette Farge.  », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1956

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page