Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christiane Klapisch-Zuber (dir.), « Les femmes dans l’espace nord-méditerranéen », Études Roussillonnaises. Revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, tome XXV, 2013, 183 p.

Lucie Laumonier

Texte intégral

1Les articles rassemblés et introduits par Christiane Klapisch-Zuber dans ce tome des Études Roussillonnaises s’inscrivent dans une histoire des femmes aux résonnances historiographiques, méthodologiques et sociales résolument contemporaines. Du IXe au XXe siècle, les articles couvrent de larges champs de l’histoire, multipliant les sources et les approches. Les études réunies ont en commun le fait de s’interroger sur les moyens dont disposent les femmes pour agir, autrement dit sur l’étendue de leur autonomie. Un deuxième dénominateur commun est l’analyse des discours portés sur elles et les représentations qu’il en découle, dans les textes prescriptifs, en particulier juridiques, la littérature et la sculpture monumentale. Sur les dix-huit études proposées, les deux tiers portent sur la période médiévale, les autres s’échelonnant entre les époques moderne et contemporaine. Le cadre géographique couvre principalement le Languedoc et la Provence, mais les articles sur Byzance, les îles grecques, Majorque, l’Espagne, Venise et la Catalogne offrent une perspective comparatiste enrichissante.

2Le volume est divisé en cinq sections. Dans la première, « Contraintes », les contributions d’E. Santinelli-Foltz, C. Béghin et M. C. Marandet interrogent les conditions d’accès des femmes au patrimoine et leurs capacités - juridiques et individuelles - à en disposer, dans le Languedoc médiéval, du IXe au XVe siècle. Ces trois contributions font une large place à la documentation notariée - testaments, contrats de mariage, quittances de dot - et montrent que, si le droit méridional accorde une certaine autonomie aux femmes et qu’elles bénéficient de plusieurs moyens pour obtenir, gérer et disposer de biens, leurs actions sont souvent limitées par l’intervention des hommes. C’est dans le veuvage que certaines acquièrent le plus de marge de manœuvre et obtiennent de nombreuses responsabilités. Le quatrième article, signé par M. A. Barrachina déplace le regard sur la littérature prescriptive dans l’Espagne des années 1845 à 1945, rappelant que les discours juridiques et religieux s’abreuvent à la même source pour former un ensemble normatif cohérent.

3La deuxième section, « Femmes de pouvoir », propose cinq recherches couvrant le Moyen Âge central et la fin du Moyen Âge, qui s’intéressent aux femmes de la noblesse et de l’aristocratie, dans un large cadre géographique. Les trois premiers articles s’inscrivent dans la micro-histoire, à travers des études biographiques sur des femmes des milieux de cour : les vies de deux femmes de la noblesse byzantine sont analysées par G. Sidéris, grâce aux hagiographies d’hommes de leur parenté ; les nombreux enjeux matrimoniaux entourant les noces d’Aliénor du Portugal, au milieu du XIVe siècle, sont démêlés dans l’article d’A. M. Seabra de Almeida Rodriguez ; et B. Leroy offre une analyse des Mémoires d’une noble Castillane, datés du début du XVe siècle, qu’elle édite et traduit. L’influence de ces femmes gravitant dans les hautes sphères de leurs sociétés s’appuie sur des réseaux lignagers fondamentaux. Leur capacité d’action se heurte de fait aux enjeux de pouvoir et dépend d’évènements sur lesquels elles n’ont que peu, voire pas, de prise. Moins limitées dans leurs actions sont les femmes seigneures et châtelaines du Languedoc, de la Catalogne et de la Provence des XIe, XIIe, et XIIIe siècles. L. Verdon et H. Debax proposent deux études très complémentaires portant sur la manière dont le pouvoir des femmes s’exprime au sein du cadre féodal : elles endossent les devoirs et les responsabilités habituellement dévolus aux hommes, malgré une régression progressive de ces opportunités au XIIIe siècle.

4La troisième partie, « Univers féminins », se concentre sur les villes de la fin du Moyen Âge à partir d’un important corpus de sources notariées. À Toulouse, à Montpellier et dans le royaume de Majorque, différentes activités féminines sont passées au crible. Le monde domestique est l’objet des articles de V. Lamazou-Duplan et de R. L. Winer. Dans les riches demeures où se côtoient servantes, apprenties, femmes de la parenté, R. Winer étudie le cas des esclaves-nourrices du royaume de Majorque, tandis que V. Lamazou-Duplan analyse l’intimité des maisons et les responsabilités qui incombent à la maîtresse des lieux, dans le Toulouse de la fin du Moyen Âge. Parmi les femmes des élites urbaines, certaines n’hésitent pas à investir leur patrimoine et à le faire fructifier, agissant par elles-mêmes ou à travers leur procureur, comme l’illustre K. Reyerson autour de trois études de cas. Les univers féminins dont il est question dépassent donc la sphère domestique. Les notions de choix et d’obligation sont mises en avant : les femmes des élites ayant la possibilité de rester en retrait de toute activité économique ou au contraire de s’y plonger, tandis que les esclaves y sont contraintes, de par leur statut.

5Dans la quatrième section, « Se choisir », les articles interrogent la possibilité qu’ont les femmes de prendre une voie (religieuse et/ou conjugale), par leur propre volonté, parfois à contrepied des attentes familiales et sociales. Le sujet du mariage intéresse D. Iancu-Agou, qui étudie les mariages et remariages, entraînés par des conversions au christianisme, des trois sœurs Abram (XVe-XVIe siècles) qui gravitent dans les hautes sphères des élites de Draguignan. C’est aussi le point d’ancrage de l’étude de T. Plebani, qui porte sur les mariages clandestins dans la Venise du XVIIIe, unions délibérément choisies par les conjoints et qui scandalisent les parents. Prise entre désirs personnels et enjeux familiaux, la marge de négociation des personnes peut s’exprimer dans une opposition parfois farouche. Deuxième domaine du choix exploré par ces articles, celui de la confession religieuse, au cœur de la contribution de F. Ambrosini sur les femmes vénitiennes du XVIe siècle qui embrassent la religion réformée ou, au contraire, restent fidèles à la confession catholique et publicisent leur décision. La contrainte est interrogée en pointillé dans l’article de D. Iancu-Agou : les sœurs Abram ont-elles été converties de force ou de leur plein gré ? S’agit-il plutôt de stratégies familiales où la notion de choix doit être discutée ?

6La cinquième et dernière partie de ce volume porte sur les représentations des femmes, dans une acception large. L’article d’E. Zéi enquête sur les discours juridiques du XIXe siècle, posés sur la liberté des femmes des îles grecques des sociétés passées ; celui d’O. Courtois analyse la place des femmes et leur traitement stylistique dans les romans catalans de l’écrivaine Montserrat Roig (1946-1991) ; tandis que C. Doumenc-Ducros-Ousset s’intéresse aux représentations féminines dans la sculpture monumentale de Perpignan. Discours d’hommes sur les femmes du passé, discours d’une femme sur des femmes imaginées, tous sont porteurs de fantasmes et parfois de contradictions. Entre éternel féminin et figures métaphoriques, les femmes cristallisent dans ces représentations des enjeux du temps d’énonciation et de création. La contribution de M. A. Barrachina, sur les discours religieux et médicaux espagnols des XIXe et XXe siècles joue en écho avec cette section, car malgré les nombreuses limites que les discours masculins posent au champ d’action des femmes, ils les justifient par l’élaboration d’un contre-discours valorisant sur un certain idéal féminin maternel restrictif.

7Ce volume rappelle que l’histoire des femmes est toujours vigoureuse et ne s’inscrit pas nécessairement dans le courant des études de genre. Cette histoire des femmes bénéficie aujourd’hui des multiples approches développées dans l’historiographie : micro-histoire, histoire sociale, histoire des émotions, histoire économique, histoire juridique, histoire des représentations. Elle s’appuie sur des corpus de sources particulièrement diversifiés et ce tant pour la période médiévale, à l’honneur dans ce numéro, que pour les périodes moderne et contemporaine. Les études développées dans les articles portent principalement sur les femmes des élites, à l’exception des contributions de M. C. Marandet, C. Béghin et R. L. Winer. Ce point de vue sur les femmes des élites s’explique en partie sans doute par la difficulté à documenter de manière approfondie les parcours personnels des femmes du peuple, et par le fait que des ressources économiques limitées réduisent d’autant plus le champ d’action des femmes. Un deuxième point à souligner est la dimension très urbaine de ce numéro, à l’exception là encore de quelques articles - sur le monde féodal par exemple, ou sur les îles grecques. Ce parti pris témoigne peut-être d’une désaffection actuelle des études du monde rural et des campagnes.

8Le fil conducteur de ce numéro d’Études Roussillonnaises, l’évaluation du champ d’action des femmes, de leur autonomie et de leurs capacités à agir, s’avère fertile. Il n’est pas sans évoquer le concept d’agency, appliqué aux études de genre par Judith Butler, qui désigne cette capacité à agir mais aussi à accomplir, à transformer par l’action et à trouver une marge de liberté en dépit de contraintes liées à la construction du genre. Il s’agit de processus et de démarches qui ne sont pas toujours conscients : l’ensemble les femmes étudiées dans ce volume ne cherche pas nécessairement à conquérir des espaces d’action et de liberté, mais agissent et occupent des rôles qui leur sont accordés, voire assignés (veuves tutrices et administratrices par exemple). Seigneures, épouses royales, nobles dames des milieux de cour, femmes des élites, disposent de ressources et d’espaces, physiques et symboliques, certes circonscrits, pour exprimer leur volonté et agir. Ce volume montre bien que, de la méditerranée orientale à la méditerranée occidentale au Moyen Âge central, existe, dans la noblesse et l’aristocratie, une culture de l’exercice du pouvoir au féminin.

9D’autres femmes cependant manifestent vigoureusement leur volonté, parfois en se portant délibérément en faux avec les prescriptions qui leur sont faites. Ces femmes, donc, démontrent dans leurs prises de position et leurs actions leur conscience d’agir (conscious agency). On songe par exemple aux catholiques et protestantes de la Venise du XVIe siècle ou aux jeunes amoureuses vénitiennes du XVIIIe siècle. En choisissant leur foi et leur mari, en affirmant leur choix de vie, elles font acte de performativité et impriment leur marque dans leur existence par l’action et le verbe. Le choix effectué n’est pas toujours celui de l’action ou de la transgression consciente, un élément illustré dans l’article de K. Reyerson, à travers l’exemple de la veuve Marie Naturalis qui, au XIVe siècle, préfère ne pas agir directement sur ses affaires et se fait représenter par son procureur, là où d’autres femmes de sa parenté prennent un rôle de premier plan dans l’administration de leur fortune.

10À l’issue de la lecture, se dessine une image des femmes de l’espace nord-méditerranéen toute en nuances, modelée sur les parcours individuels, les choix familiaux, le contexte juridique et politique, le statut social. Cette image des femmes est dépendante des espaces qui leur sont laissés par les hommes, bien qu’elles parviennent parfois à renégocier leur place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Laumonier, « Christiane Klapisch-Zuber (dir.), « Les femmes dans l’espace nord-méditerranéen », Études Roussillonnaises. Revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, tome XXV, 2013, 183 p. », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1954

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page