Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Linda Guerry, Le genre de l’immigration et de la naturalisation, Lyon, ENS éditions, 2013, 310 p.

Francesca Sirna

Texte intégral

1Linda Guerry nous livre un ouvrage, issu de sa thèse en histoire soutenue à l’Université d’Avignon, fort intéressant dès son titre. L’auteure propose une analyse genrée des politiques nationales d’immigration et de naturalisation ainsi que des pratiques administratives, notamment appréhendées à partir du cas marseillais, dans l’entre-deux-guerres en France. Par l’étude de différentes sources et de milliers de dossiers, Linda Guerry démontre comment ces politiques et ces pratiques sont soumises à l’influence des représentations individuelles et collectives des étrangers et des nationaux, mais aussi des conjonctures économiques. Son travail apporte un éclairage substantiel dans le champ de l’histoire sociale du politique et de l’histoire politique des populations. La variation réussie de l’échelle d’analyse, du national au local, voire à l’individuel, avec la reconstruction de parcours de migrants, nous rappelle l’importance de coupler différentes approches, qualitatives et quantitatives, afin de déceler la complexité des phénomènes et l’imbrication des différents acteurs.

2Le premier chapitre, qui aurait mérité d’être résumé davantage, propose une analyse des représentations de l’immigration, tant dans le discours politique, scientifique que journalistique de 1918 à 1940, au niveau national mais aussi local. L’auteure examine l’influence de ces représentations dans les procédures de comptage des étrangères et étrangers. Elle rappelle la plasticité des catégories statistiques et la présence importante des femmes au sein des flux migratoires.

3Dans le deuxième chapitre, Linda Guerry pose la question, encore peu explorée, de la gestion sexuée de la main-d’œuvre étrangère dans le contexte français de la crise économique du milieu des années 1920. L’analyse met en évidence la multiplicité des acteurs dans l’élaboration de la politique d’immigration (les Etats d’émigration et d’immigration, les employeurs et les associations de protection des travailleurs étrangers). Ainsi, si à l’échelle nationale, l’immigration d’ouvrière est souhaitée par les employeurs car moins coûteuse, à travers l’étude du cas marseillais, l’auteure dévoile comment le contexte socio-économique local en crise joue sur la diminution des embauches de main-d’œuvre étrangère (surtout d’ouvrières) afin de protéger les travailleurs nationaux. L’analyse du contexte marseillais a le mérite de questionner également le rôle du genre de la main-d’œuvre étrangère dans différents secteurs et, notamment, celui de la domesticité, caractérisé par une forte pénurie. Les inquiétudes des acteurs publics face à la mobilité internationale de femmes, jeunes et seules, embauchées comme domestiques, sont rapidement réduites par l’arrivée sur ce marché du travail d’une main-d’œuvre masculine indochinoise. Le genre représente, dans ce cas précis, un critère de sélection important dans le recrutement collectif organisé.

4L’auteure poursuit son analyse présentant une autre voie d’immigration : les familles rejoignantes. Il s’agit de la procédure du regroupement familial, dont on situe souvent l’origine au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais qui existe déjà à partir de 1920. Le contexte socio-économique détermine des pratiques différentes. Ainsi, au lendemain de la Grande Guerre, l’arrivée des familles est largement souhaitée par les autorités publiques car elles seraient un facteur de stabilité et de bonne conduite morale des travailleurs et répondraient aux besoins démographiques de la France des années 1920. L’auteur souligne cependant qu’il est très difficile d’obtenir des autorisations de travail en entrant en France par cette voie. A travers l’étude des lettres d’appel dès 1927, l’auteure met en évidence le poids considérable de la conjoncture économique qui conduit à des restrictions importantes de cette voie d’immigration. De plus, la prise en compte du genre dévoile plusieurs processus au cours de la décennie 1920-1930 : le besoin d’une main-d’œuvre féminine se fait sentir dans les secteurs désertés par les Françaises (certaines branches de l’industrie et la domesticité) ; le secteur agricole tend à remplacer la main-d’œuvre étrangère masculine par son équivalent féminin ; le recours à ces travailleuses entraîne des préoccupations particulières de la part des Etats d’émigration et d’immigration, dont la mobilité masculine est exempte ; l’immigration familiale est déjà réglementée à partir des années 1920.

5L’échelle d’analyse se resserre dans le troisième chapitre avec l’étude genrée de la place des immigrant-e-s sur le marché du travail dans le contexte marseillais. Après une synthèse des travaux majeurs sur le genre et le travail dans l’analyse des migrations, l’auteure étudie les difficultés d’ordre administratif que les migrant-e-s ont pu rencontrer dans l’obtention des cartes d’identité. Ici, l’analyse genrée révèle que les femmes échappent davantage aux contraintes administratives de par le caractère informel de leur activité.

6Dans la deuxième partie de ce chapitre, Linda Guerry reconstruit les parcours individuels d’ouvrières du textile des usines du quartier de la Capelette à Marseille. L’analyse d’un imposant corpus de données est stimulante, qui dévoile la complexité des relations de travail, les pratiques d’embauches, d’intégration et d’exclusion à l’œuvre dans ce secteur, longtemps niche professionnelle des immigrées italiennes.

7Les deux derniers chapitres de cet ouvrage sont consacrés à question de la naturalisation par décret (chapitre quatre) et par mariage (chapitre cinq). L’auteure analyse, d’un point de vue sexué, la politique et la pratique administrative de cette procédure. Le poids du contexte historique sur ces politiques et ces pratiques est souvent mis en avant. Ainsi, dans les années 1920, des hommes et des femmes sont naturalisés par décret en récompense de leur rôle ou de celui de leurs fils joué pendant la guerre.

8Puis, la question de la naturalisation devient une affaire d’Etat guidée par l’intérêt national. Jusqu’au milieu des années 1930, la volonté de combler le déficit démographique a fortement influencé les pratiques administratives : les étrangers qui obtiennent la naturalisation par décret sont soit des jeunes hommes prochainement incorporés ou des mères de fils qui feront leur service militaire en France. L’approche à l’échelle des pratiques permet en effet de constater que si la législation relative à la naturalisation par décret n’est pas sexuée, les logiques à l’œuvre dans l’octroi de la nationalité française le sont en revanche et reflètent les rôles prescrits aux hommes et aux femmes « faits français » par l’Etat.

9L’analyse de la question de la naturalisation par mariage est tributaire aussi du contexte historique et connaît des changements majeurs dans la période de l’entre-deux-guerres. Jusqu’en 1927, l’épouse suit son mari en matière de nationalité (une femme française qui épouse un étranger perd la nationalité française et elle peut la recouvrer après divorce, décès du mari ou si ce dernier est naturalisé). Après le vote de la loi française de 1927 sous l’impulsion des mouvements féministes, les femmes ayant perdu la nationalité française par mariage, peuvent, sur simple demande, la recouvrer. Par conséquent les enfants de ces femmes redevenues ou restées françaises seront aussi français, apportant ainsi une solution à la dépopulation. Dès les années 1930, ce principe est remis en cause et témoigne de la xénophobie croissante de l’Etat et des Français qui conduit au décret-loi de 1938 supprimant l’acquisition automatique de la nationalité par mariage.

10L’ouvrage de Linda Guerry, dont la richesse des sources est remarquable, rappelle ainsi que des cas de figures, souvent considérées dans les sciences sociales comme récents, ont existé auparavant : les femmes migrantes seules, le regroupement familial. La variation de l’échelle d’analyse dévoile l’enchaînement de l’action des différents acteurs - nationaux, locaux, individuels - dans l’élaboration et l’application des politiques d’immigration et de naturalisation et dans leur contournement. Le contexte économique, social, historique imprègne la variété des pratiques, mais non seulement. Le genre des individus a également un rôle déterminant et l’auteure démontre pleinement l’utilité de cette catégorie dans la compréhension des processus migratoires et dans la construction des politiques étatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Sirna, « Linda Guerry, Le genre de l’immigration et de la naturalisation, Lyon, ENS éditions, 2013, 310 p. », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 29 août 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1951

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page