Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

L’influence de l’Art nouveau sur la silhouette et l’image de la femme à la Belle Epoque, Master 1, Université de Caen- Basse Normandie, 2012

Marion Legentil

Texte intégral

1L’Art nouveau s’épanouit à la Belle Époque en pénétrant dans les intérieurs bourgeois au travers d’une lampe, en s’invitant dans une publicité vantant les délices d’un biscuit ou encore en ornant les entrées du métro de Paris. La courbe est la caractéristique principale de l’Art nouveau. Elle se veut grimpante et naturelle. Alors torsades, volutes et circonvolutions végétales se dessinent ou se sculptent sur divers supports. La femme est inspiratrice de l’art mais en aucun cas auteur. L’Art nouveau est alors né en réaction à l’émancipation de la femme, à l’évolution de son statut et de sa condition. La femme s’émancipe, elle inquiète. Face à cela les artistes vont réagir en la représentant dans son état de nature, exaltant sa beauté évanescente et la rendant même parfois fatale. Elle est associée à la nature ; devient une libellule ou est caressée par des voiles flottants qui se confondent avec sa longue chevelure ondulante. La femme Art nouveau est rêvée par ses créateurs : les hommes. Klimt évoque alors dans ses toiles des visions troublantes de la femme, le but étant de montrer la domination de l’homme par l’inquiétante étrangeté féminine.

2Parfois idyllique, parfois sensuelle, la femme prend différentes images dans un contexte où elle inquiète en commençant à s’émanciper à l’aube du siècle nouveau et à pénétrer les domaines réservés que sont l’art et la mode. L’art et la mode sont deux milieux intimement liés et en interaction. Des artistes comme Mucha, Klimt ou Van de Velde vont s’introduire dans la création du vêtement féminin par différents procédés.

3Cependant, la femme n’est pas seulement un prétexte à l’Art nouveau, elle en est aussi un support en arborant les créations telles que les bijoux ou les éventails, mais aussi en incarnant les caractéristiques du style. Elle cherche la perfection du teint, des cheveux en masse et ondulants, une taille de guêpe et une poitrine opulente. Ces nouveaux critères de beauté sont véhiculés par la presse féminine qui connaît alors un grand succès.

4Artisans et artistes se regroupent donc autour d’un idéal commun définit par l’Art nouveau. La mode est un des vecteurs du courant artistique qui permet de passer de l’imaginaire à la réalité. Elle va introduire dans ses créations les caractéristiques de l’Art nouveau, notamment cette ligne courbe venue de la nature qui s’insère dans les réalisations de l’époque. La presse féminine est alors le meilleur moyen de diffusion de cet idéal Art nouveau qui se fait connaître à presque toutes les pages des périodiques. Les créations vestimentaires vont évoluer tout au long de la période, de façon parallèle à la diffusion du mouvement artistique, depuis son apogée jusqu’à son déclin.

5Le corps lui aussi se trouve ainsi contraint à la dictature de l’art. Le corset, machine diaboliquement efficace mais non sans contraintes va dessiner le corps des femmes jusqu’à le rendre lui aussi ondulant avec une forme en « S » donnée par l’avancée de la poitrine, la taille étriquée et le volume des fesses que rend la tournure. C’est cette interrelation entre un corps créé par la nature et dompté par des créations humaines influencées par un mouvement artistique qui va s’imposer dans le quotidien des femmes. Aussi, au cours du temps la ligne se redresse dans l’art et le corset se dessert dans la mode lancée par les grandes maisons de couture. L’Art déco s’impose et la taille remonte. L’Art nouveau passe de mode.

6Mais passant alors de la ligne courbe de l’Art nouveau à la ligne droite de l’Art déco, la silhouette féminine ne se libère pas des contraintes de la mode, elle en adopte d’autres. Les contraintes se déplaçant verticalement, le buste n’est plus enserré cette fois mais ce sont les pieds qui se trouvent contraints avec le resserrement du tissu à leur niveau. À chaque époque ses contraintes guidées par les mouvements artistiques qui s’emparent alors du corps et de la figure féminine comme d’un matériel malléable à l’infini. Déjà à l’aube du XXème siècle, la mode, changeante et additive est un réel phénomène de société. Les femmes s’y soumettent mais à présent participent à la création des collections de cette ère nouvelle. Les mouvements artistiques se succèdent et quotidiennement, en enfilant chaque matin les exigences d’un style, les femmes deviennent les inspiratrices et les vecteurs de cette alliance si directive formée par l’art et la mode.

7

8

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Legentil, « L’influence de l’Art nouveau sur la silhouette et l’image de la femme à la Belle Epoque, Master 1, Université de Caen- Basse Normandie, 2012 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1941

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page