Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

« Féminités et masculinités à l’épreuve de la contestation. Le genre des luttes sociales et politiques au Mali (1954-1993) », thèse, Université Paris 1 (IMAf), sous la direction de Pierre Boilley, soutenue le 2 décembre 2013.

Ophélie Rillon

Texte intégral

1Située à la croisée de l’histoire du genre en Afrique et de la sociologie des mouvements sociaux, cette thèse analyse les dynamiques sexuées qui imprègnent les formes de l’action collective et la manière dont l’engagement contribue à modifier les rapports de genre dans le Mali contemporain. De l’accentuation de la lutte anticoloniale dans les années 1950, au renversement de la dictature militaire lors de la révolution de 1991, sont étudiés, de concert, les modalités de l’expression politique et les usages que les individus font des assignations de genre, tant féminines que masculines, pour contester l’ordre social et politique. À cette fin, des sources variées, émanant de fonds français et maliens, ont été exploitées : des archives diplomatiques et administratives qui proviennent de services centraux et régionaux (défense, sécurité intérieure, organisations de masses), des fonds privés (archives d’avocat, iconographie, matériel militant), des sources de presse, filmiques, littéraires et des enquêtes orales. La diversification des matériaux comportait un double enjeu : contourner les biais d’une documentation produite par des administrateurs peu enclins à noter ce qui sortait du cadre de leurs représentations et se départir d’une mémoire militante construite autour des seules icônes masculines des luttes syndicales et politiques.

  • 1 Scott James, La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, E (...)

2L’outil du genre contribue à repenser les frontières du politique dans la société malienne, en intégrant à l’analyse les pratiques quotidiennes, les questions sexuelles et familiales, suivant l’idée que « le privé est politique ». Partant d’une définition volontairement large de la contestation, la thèse accorde autant d’importance aux modes d’action ouverts (grèves, rébellions armées) qu’à l’infra-politique des subalternes1 qui empruntent, bien souvent, les chemins discrets de la résistance silencieuse (abandons du domicile conjugal, usages vestimentaires comme langage politique). Un des enjeux de cette recherche a donc été de comprendre comment le répertoire de l’action collective évoluait au gré des contextes historiques et variait selon les ressources individuelles. Hommes et femmes ; ruraux/ales, nomades et urbain-e-s ; lettré-e-s et illettré-e-s ; cadet-e-s et aîné-e-s ne disposaient pas des mêmes armes. C’est donc à l’intersection des catégories de genre, d’âge et de classe qu’ont été pensées les formes de la contestation.

3L’ouverture de l’espace politique, à la fin de la période coloniale, a constitué un moment de bouillonnement revendicatif au cours duquel de nombreuses femmes se sont engagées dans les organisations nouvellement créées. L’appartenance sociale, autant que les rôles de genre, imprégnaient les formes de l’activisme féminin. D’un côté, les « instruites » usaient de modes d’action légaux propre aux élites sociales : articulant féminisme et panafricanisme, elles faisaient entendre leurs voix dans la presse ou dans les meetings et elles s’organisaient dans des espaces autonomes des partis masculins. Usant des marqueurs symboliques du genre et du registre maternel, elles énoncèrent des revendications spécifiques (Code du mariage, interdiction de la polygamie et de l’excision) et firent de l’action sociale le ressort de leur engagement politique. De l’autre, les militantes issues des milieux populaires investissaient l’espace mixte de la rue et le territoire masculin des organisations partisanes, n’hésitant pas, pour s’imposer et se défendre, à recourir à la confrontation physique et verbale avec leurs adversaires. Ces modes d’action publics et violents doivent moins être interprétés comme une transgression des assignations de genre que comme une adaptation des modalités de la lutte aux expériences du quotidien.

  • 2 Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de SciencesPo, 200 (...)

4L’accession à l’indépendance en 1960 s’est accompagnée de la mise en place d’un régime de parti unique. Comme dans d’autres contextes autoritaires, l’usage de stéréotypes de genre a constitué, sous le Mali socialiste puis militaire, un outil efficace de mobilisation et de légitimation pour contourner la répression. Les luttes de ces décennies étaient genrées au sens où certaines causes ont été plus facilement portées par des hommes (revendications économiques et politiques) et d’autres par des femmes (défense des jeunes manifestant-e-s), sans que cette différentiation ne soit immuable. L’émergence de figures de jeunes filles rebelles, dans les mouvements étudiants et lycéens de la fin des années 1970, souligne à quel point le poids du genre se renforce avec l’âge et se décline selon les statuts sociaux des individus. Néanmoins, hommes et femmes avaient d’autant plus intérêt à jouer des identités publiques de « chef de famille » et de « mère courage », que les régimes successifs ont fait de la mystique familiale un fondement de leur rhétorique politique. Ces « identités stratégiques »2 ne sont donc pas envisagées uniquement sous l’angle de la reproduction des rapports de pouvoirs et de la contrainte, mais bien comme des ressources, évoluant au gré des transformations sociales et politiques.

  • 3 Thébaud Françoise (dir.), Histoire des femmes en Occident. Le XXe siècle, Paris, Plon, 1992.

5Finalement, cette thèse montre que si les barrières de genre ont pu s’estomper dans le cadre de mobilisations, notamment celles portées par les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s, la remise en ordre du politique s’est accompagnée, sur toute la période, d’une réaffirmation de l’ordre gérontocratique et patriarcal. Au-delà d’avancées ponctuelles, l’encadrement des jeunes générations et la « nationalisation des femmes »3 sont demeurés une constante des régimes et des luttes collectives dans le Mali contemporain.

Haut de page

Notes

1 Scott James, La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Editions Amsterdam, 2009.

2 Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de SciencesPo, 2009.

3 Thébaud Françoise (dir.), Histoire des femmes en Occident. Le XXe siècle, Paris, Plon, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ophélie Rillon, « « Féminités et masculinités à l’épreuve de la contestation. Le genre des luttes sociales et politiques au Mali (1954-1993) », thèse, Université Paris 1 (IMAf), sous la direction de Pierre Boilley, soutenue le 2 décembre 2013.  », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1939

Haut de page

Auteur

Ophélie Rillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page