Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Les ouvrières à domicile du Rhône, de la Première à la Seconde Guerre mondiale. Genre au travail et travail du genre », Master 2, sous la dir. De Sylvie Schweitzer (Université Lumière Lyon 2), ENS Lyon

Camille Richert

Texte intégral

1Le mémoire de recherche de Master 2 que je soumets à l’appréciation du jury du prix Mnémosyne a porté sur les ouvrières à domicile du Rhône entre la Première et la Seconde Guerre mondiale. Il a été réalisé dans le cadre de mon master à l’École normale supérieure de Lyon et dirigé par Sylvie Schweitzer, professeure à l’Université Lumière Lyon 2. J’ai choisi de traiter ce sujet d’histoire sociale à travers le prisme du genre, et plus spécifiquement du point de vue de l’interaction entre deux systèmes normatifs, celui du genre et celui du travail. Ainsi, la question qui a dirigé ce travail a été la suivante : dans quelle mesure les ouvrières à domicile du Rhône respectent-elles ces deux systèmes normatifs dans lesquels elles prennent place ?

2Ni artisanes, ni patronnes, les ouvrières à domicile de cette époque sont des maillons intermédiaires de la production industrielle, essentiellement dans le domaine textile. Elles ne sont maîtresses ni de la conception de l’objet, ni de sa commercialisation. En revanche, elles font partie intégrante de l’industrie de l’époque qui s’est recomposée autour de plusieurs types de main-d’œuvre, principalement celle travaillant en atelier et celle travaillant domicile. Cette dernière est une variable d’ajustement qui permet aux patrons de convoquer la main-d’œuvre nécessaire selon les périodes de presse et morte-saison. Les ouvrières à domicile formeraient même, selon l’inspection du travail, 50 % de la main-d’œuvre ouvrière féminine avant la Première Guerre mondiale.

3Les sources utilisées pour mener ce travail de recherche sont de nature diverse : les archives des Prud’hommes de Lyon, celles d’entreprises privées, les recensements de l’entre-deux-guerres, les archives de grève et des éléments de représentation discursifs et iconographiques en ont constitué le matériau archivistique.

4Leur analyse a permis de voir que les ouvrières à domicile mettaient à mal tant le genre de leur travail que les normes du travail elles-mêmes, allant en cela à rebours des attributs dits féminins de l’époque. C’est en cela qu’il est apparu nécessaire de s’intéresser aux discours contemporains sur les ouvrières à domicile. Là où le travail à domicile est dit convenable pour une femme car lui permettant de s’occuper de ses enfants, on a vu que ce paramètre était loin de s’appliquer à toutes les ouvrières identifiées : nombre d’entre elles sont des femmes plus âgées que la moyenne de la main-d’œuvre ouvrière féminine, ayant des enfants à charge mais déjà actifs, voire n’ayant pas d’enfants et s’occupant d’un parent. C’est davantage la notion de care plus que la maternité qui caractérise les ouvrières à domicile. Par ailleurs, là où l’on vante cet emploi qui permettrait aux femmes de toucher un salaire d’appoint à celui de l’époux, on a pu voir que cela ne concernait pas l’ensemble des travailleuses à domicile : si l’essentiel de celles identifiées aux Prud’hommes avaient en effet un époux actif, celles identifiées dans les archives d’une entreprise textile étaient pour moitié des femmes vivant de leurs seuls revenus ou à l’aide des revenus d’une personne autre du foyer. En cela, les ouvrières à domicile disposent de moyens inégaux pour se défendre en cas de préjudice : les femmes mariées à un actif, vivant à proximité d’un tribunal de Prud’hommes et de nationalité française ont davantage les moyens – financiers, temporels et linguistiques – de faire valoir leurs droits que les autres. On a enfin pu voir de quelles ressources les ouvrières à domicile disposaient pour se défendre : outre les moyens mis en place pour elles (syndicats, conventions collectives), il existe des moyens développés par elles-mêmes, telle la grève.

5Pour les grèves, les exemples sont rares, et pour cause : les archives sont bien souvent écrites au masculin. La question de la visibilité des ouvrières à domicile a été centrale tout au long des recherches. On a ainsi pu parler d’une certaine grammaire du genre, d’un « masculin neutre » occultant la présence réelle des femmes. Alors que l’activité professionnelle d’une ouvrière à domicile est par définition avérée par sa présence au tribunal de Prud’homme, le recensement ne restitue pas toujours cette activité. On a donc pu souligner combien les directives étatiques du recensement, le jugement de l’agent recenseur voire la déclaration des ouvrières elles-mêmes participaient de la sous-estimation du travail à domicile féminin. Loin d’être considérée comme un obstacle épistémologique, il s’est agi de voir en quoi cette occultation était révélatrice de la pensée du travail à domicile, et plus largement du travail féminin en cette époque.

6Ainsi, j’ai voulu montrer que la place accordée à ces travailleuses est inférieure à celle qu’elles prennent vraiment dans la société et dans le monde du travail, et que la prise en compte de ces travailleuses dans l’histoire de l’industrie au XXe siècle en redéfinissait l’image, encore monolithique à ce jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Richert, « « Les ouvrières à domicile du Rhône, de la Première à la Seconde Guerre mondiale. Genre au travail et travail du genre », Master 2, sous la dir. De Sylvie Schweitzer (Université Lumière Lyon 2), ENS Lyon », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1934

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page