Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Affreuses, sales et méchantes, Les femmes en prison au XIXe siècle en France », sous la direction de Sylvie Chaperon, Université Toulouse II-Le Mirail, 2013

Anna Le Pennec

Texte intégral

  • 1 Michelle Perrot, Les Ombres de l’histoire. Crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammarion, 20 (...)

1Le titre provocateur Affreuses, sales et méchantes, les femmes en prison au xixe siècle en France fait référence, de manière anachronique, au film italien d’Ettore Scola réalisé en 1976, Affreux, sales et méchants. Ce long-métrage met en scène les habitants d’un bidonville particulièrement pauvre de Rome. À travers ce titre, le réalisateur choisit de souligner le jugement social porté sur cette population en marge. Jugement qui est bien souvent mieux connu que les individus eux-mêmes, ce que nous retrouvons chez les prisonnières. Affreuses, sales et méchantes, tel est le regard porté sur ces femmes qui par leur comportement, défient autant les lois que les normes de genre. Au-delà de cet imaginaire collectif très lié à la façon dont sont considérées les femmes au xixe siècle, les réalités à l’intérieur des murs s’avèrent beaucoup plus difficiles à appréhender. Problème de nombre d’abord : les prisonnières ne représentent que 15% de la population carcérale en France en 19001, il est donc difficile de trouver des sources exploitables pour analyser leur situation. Mais peut-être plus encore que leur faible nombre, les représentations liées au monde carcéral, ce « monde d’hommes », ce « monde de la virilité », constituent un véritable obstacle pour la recherche. Les politiciens, juristes, religieux, philanthropes et autres spécialistes qui s’expriment au sujet des détenus focalisent leur attention sur l’écrasante majorité masculine. Ces textes, contrairement aux sources sur les femmes, sont très nombreux : la mise en place du système pénitentiaire au xixe siècle et sa généralisation sur le territoire français donne lieu à une production foisonnante de documents, d’où le choix de cette période d’étude.

2Pour mener à bien ce travail, nous avons dû consulter une quantité importante de sources, cherchant les quelques textes faisant référence aux rares femmes détenues. Croiser les échelles locale et nationale s’est avéré indispensable, au vu de la pauvreté des archives toulousaines sur notre sujet. Nous pouvons classer l’ensemble des sources très disparates que nous avons utilisées en trois catégories : les archives pénitentiaires locales produites essentiellement par l’administration pénitentiaire (consultables aux Archives départementales de la Haute-Garonne), les textes publiés écrits par des personnes extérieures à la prison (sources nationales) et les quelques témoignages de détenues, rares mais variés.

3Ces documents conduisent à s’interroger sur les questions suivantes : quelles sont les spécificités de l’enfermement au féminin ? Quelles sont les caractéristiques sociales des prisonnières et en quoi les détenues se différencient-elles des femmes libres ? Avant la détention, étaient-elles déjà considérées comme déviantes ou au contraire comme des femmes quelconques ? Pour traiter ces questions, les registres d’écrou s’avèrent particulièrement utiles. Ce sont les documents dans lesquels l’administration pénitentiaire enregistre chaque personne entrant en prison et les informations la concernant. D’autres thématiques sont plus difficiles à aborder au regard des sources disponibles : comment les détenues vivent-elles la détention et plus spécifiquement comment vivent-elles les difficultés spécifiques à leur condition de femme ? Les rares témoignages de prisonnières permettent d’émettre des hypothèses sur ces interrogations. Toutefois, ces textes sont le plus souvent l’œuvre de femmes peu représentatives de l’ensemble de la population pénale féminine : ce sont leur notoriété, leur capital culturel ou leur classe sociale qui leur permettent de témoigner. Citons notamment Marie Cappelle Lafarge et Louise Michel. La plupart des prisonnières sont illettrées et lorsqu’elles ne le sont pas, les règlementations de l’administration pénitentiaire viennent très vite freiner leur liberté d’expression. Enfin, il est intéressant de se demander comment l’expérience carcérale transforme-t-elle les prisonnières, et comment les transforme-elle en tant que femmes ? Au cœur de ces questionnements, la forte stigmatisation sociale des libérées et leur difficile réinsertion apparaissent comme des problématiques dominantes dans les sources étudiées.

4Pour traiter ces thématiques, nous avons suivi quatre axes d’analyse : nous avons d’abord présenté le contexte de mise en place du système pénitentiaire au xixe siècle, puis nous nous sommes intéressée aux caractéristiques sociales des détenues avant d’aborder leur quotidien dans la prison et de terminer sur les conditions de communication et les sociabilités à l’intérieur des murs.

Haut de page

Notes

1 Michelle Perrot, Les Ombres de l’histoire. Crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Le Pennec, « « Affreuses, sales et méchantes, Les femmes en prison au XIXe siècle en France », sous la direction de Sylvie Chaperon, Université Toulouse II-Le Mirail, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1930

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page