Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Le Lobby Européen des Femmes. Histoire d’une organisation multiniveaux à la représentativité problématique », Master 2, dir. Christine Manigand, Institut d’Études Européennes de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3, 2013.

Claire Lafon

Texte intégral

1Ce mémoire est une histoire de femmes : celles qui pensent que l’Union européenne est une chance pour la cause féministe ; celles qui, dès les années 1980, s’organisent en réseau au sein de la plus grande coalition d’organisations de femmes d’Europe ; et enfin celles que cette coalition atypique – appelée Lobby Européen des Femmes (LEF) – déclare représenter depuis sa création.

2Il existe très peu de travaux universitaires spécifiquement sur le LEF, et ces derniers s’intéressent souvent aux stratégies d’influence du lobby sur les institutions européennes. Au contraire, ce mémoire analyse la construction et l’évolution de l’identité de ce « forum de femmes », en insistant sur les femmes qui le composent aux niveaux local, national et supranational et sur celles dont le lobby dit « porter la voix ». Il place au centre de l’analyse la structure interne multiniveaux du LEF, qui lui donne un statut de médiateur, de « traducteur » des codes européens auprès des féministes et femmes de la base. Or ce rôle du LEF n’est possible que par ses membres « intermédiaires », les coordinations d’associations nationales, auxquelles ce mémoire accorde une attention particulière à travers l’étude comparée des cas belge et français.

3Pour étudier l’identité du LEF sous ce jour, cette recherche revient d’abord sur le contexte historique, politique et législatif à l’origine de la création d’un tel organisme féministe transnational. Malgré la méfiance des associations de femmes face à l’intégration européenne, les intérêts des institutions internationales convergent avec les intérêts des mères fondatrices du lobby dans les années 1980. En effet, le développement de la problématique du genre, des politiques de l’égalité et de l’idée d’un nouvel espace public européen où le citoyen est davantage sollicité, permet aux mères fondatrices – des femmes politiques occidentales et formées à l’Europe – de faire évoluer le féminisme, par tradition contestataire, vers un âge politique institutionnel.

4Ensuite, ce mémoire met en lumière l’hétérogénéité des composantes du Lobby Européen des Femmes, notamment les différences historiques existant entre les coordinations nationales et entre les associations membres. Cela permet d’expliquer que le LEF semble « sans histoire » dans le double sens du terme, à savoir peu entré dans l’Histoire faute d’avoir réalisé un travail de mémoire efficace d’une génération de membres à l’autre, et lisse car apparemment sans « heurts » comparé aux militantes des années 1970 ou aux sulfureuses « sextrémistes » du xxie siècle.

5Enfin, cette recherche revient sur les évolutions réalisées par le Lobby Européen des Femmes pour répondre au mieux à l’exigence de représentativité réclamée par la Commission européenne, principale source de financements du lobby. Mais les efforts de circulation d’informations, de médiatisation, de transparence ou encore de diversité, ne semblent pas palier les faiblesses originelles du lobby, telles que le manque de leadership ou les difficultés consécutives aux élargissements.

6Novateur par son objet, ce mémoire l’est aussi par sa démarche puisqu’il est le fruit de nombreux entretiens originaux et du tri de sources primaires (dépliants, site et documents émanant du lobby…) qui ont permis de construire de nouvelles sources pour l’histoire et d’esquisser de nouvelles analyses des évolutions de cette structure à l’identité complexe, aux croisements du groupe de pression, de l’ONG et du mouvement militant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lafon, « « Le Lobby Européen des Femmes. Histoire d’une organisation multiniveaux à la représentativité problématique », Master 2, dir. Christine Manigand, Institut d’Études Européennes de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3, 2013. », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1926

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page