Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« La mise en scène du corps féminin dans les fabliaux français : une mise en valeur ? (XIIe – XIVe siècles) », Master 2, sous la dir. de Christophe Maneuvrier, Université de Caen - Basse-Normandie, 2013

Clémentine Letellier

Texte intégral

1En 2003, Jacques Le Goff introduit son ouvrage Une histoire du corps au Moyen Âge, en affirmant que « l’histoire traditionnelle était désincarnée. Elle s’intéressait à des hommes et, accessoirement, à des femmes. Mais presque toujours sans corps ». À la jonction de l’histoire du corps et de l’histoire du genre, l’étude de la mise en scène du corps féminin est importante pour comprendre le rapport des individus à leur corps.

2Ce mémoire propose d’étudier la mise en scène du corps féminin à travers les fabliaux, des contes versifiés qui ont connu un très grand succès entre la fin du xiie et le début du xive siècle. Écrits par des clercs et des jongleurs, ils sont destinés à faire rire un public diversifié en utilisant majoritairement un registre grivois. Les femmes présentes dans ces textes sont très souvent des épouses infidèles ou des personnages sexuellement insatiables, mais elles ne sont pas toutes condamnées pour autant. Si de nombreux auteurs mettent en garde les hommes qui les écoutent contre les femmes, d’autres encouragent ces dernières à vivre libres. De la même manière, la mise en scène du corps féminin n’est pas systématiquement critiquée. Mais comment les femmes mettent-elles en scène leur corps et peut-on parler d’une mise en valeur du corps féminin dans cette source ?

3La mise en scène du corps est subordonnée au regard des autres. Hommes comme femmes s’évertuent donc à entretenir ce corps et veillent à ce que l’image qu’ils envoient d’eux mêmes plaise aux autres. Le premier geste pour mettre en scène son corps consiste à le tenir propre, au moins pour les parties visibles que sont les mains et le visage. Une fois propre, le corps est habillé et paré. Si cela ne suffit pas à montrer une image plaisante de soi, certaines femmes n’hésitaient pas à se maquiller pour se rapprocher d’un canon de beauté difficilement atteignable en camouflant des défauts naturels, mais les cosmétiques permettaient aussi dans certains cas d’atténuer les traces de violences physiques. Quoi qu’il en soit, les fabliaux témoignent d’un usage des cosmétiques moins controversé que le goût des femmes pour les bijoux.

4La très grande majorité des personnages féminins des fabliaux sont beaux. Pourtant les descriptions sont très rares. Les fabliaux étant conçus pour faire rire un public, les auteurs prennent rarement le temps d’interrompre leur récit pour décrire un personnage. Il est cependant possible d’étudier un archétype de beauté féminine qui possède avant tout un âge, qui est de 15 ans. Ce canon de beauté littéraire est très exigeant, surtout en ce qui concerne le visage, dont on décrit même l’écart idéal entre les deux yeux, et les cheveux. La chevelure est, au Moyen Âge, une partie du corps féminin hautement érotisée. On ne la voit normalement que dans l’intimité, et les femmes ne se décoiffent pas facilement. Les cheveux étant le marqueur de féminité le plus symbolique, les hommes n’hésitent pas à punir les femmes présumées volages en les mutilant dans leur féminité, c’est à dire en leur coupant les cheveux.

5En dépit de la réputation misogyne des fabliaux, force est de constater qu’il existe plusieurs textes qui louent la ruse féminine et qui défendent les femmes face à leur mari jaloux. L’infidélité de la femme est parfois considérée comme naturelle et le plaisir sexuel féminin est revendiqué. Ce discours n’est pas commun, et pour illustrer la marginalité de certains fabliaux il convient de les comparer à d’autres œuvres littéraires. Le choix est large et la comparaison ne peut pas être totalement fiable, elle donne simplement une idée de la différence de discours, mais le plus représentatif est sans doute une comparaison avec Le Roman de la Rose de Jean de Meun. Dans le registre de la misogynie, Jean de Meun est plus virulent que la plupart des auteurs des fabliaux, mais son discours ne semble toutefois pas entièrement partagé par son public puisque l’auteur ressent la nécessité de s’excuser pour ses propos.

6En comparant le Roman de la rose et les fabliaux, il est possible de constater que ces derniers estiment beaucoup plus le corps féminin que Jean de Meun. Il n’est pas un objet et sa mise en scène est appréciée par les hommes à condition qu’elle ne soit pas démesurée. Cette comparaison permet de considérer que les fabliaux participent d’une mise en valeur relative du corps féminin qui est à mettre en relation avec la vision que les auteurs ont des femmes. Si elles sont haïes, comme dans le Roman de la rose de Jean de Meun, leur corps est détesté et il en va de même pour sa mise en scène. Il n’y a alors aucune mise en valeur possible du corps féminin. Mais dès lors que les femmes sont jugées moins négativement, voire sont flattées, la mise en scène de leur corps devient acceptable et même agréable. C’est uniquement à partir de ce moment là qu’il est possible de parler d’une mise en valeur du corps féminin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Letellier, « « La mise en scène du corps féminin dans les fabliaux français : une mise en valeur ? (XIIe – XIVe siècles) », Master 2, sous la dir. de Christophe Maneuvrier, Université de Caen - Basse-Normandie, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1924

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page