Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Représentations et interprétations de la condition féminine dans les Indes orientales : Jemima Kindersley, voyageuse britannique de la seconde moitié du XVIIIe siècle », Master 1, sous la direction de Silvia Sebastiani, ENS Ulm, 2013

Delphine Froment

Texte intégral

1La question du rôle joué par les femmes durant la colonisation britannique à l’époque moderne a suscité un large débat au sein des postcolonial studies qui ont vu s’opposer Billie Melman (Women’s Orients, 1992) et Felicity Nussbaum (Torrid Zones, 1995). Alors que la première tendait à affirmer que les femmes, n’ayant aucun pouvoir civique, n’avaient été que des actrices passives de la colonisation, la seconde a réfuté cette thèse, démontrant que les femmes avaient au contraire participé au projet colonial en recourant à une distinction entre climats froids et climats torrides qui posait d’emblée l’infériorisation du colonisé, amorphe et efféminé par la chaleur inhérente à son environnement naturel.

2À l’instar de ces historiennes, c’est en étudiant des sources épistolaires que mon travail de recherche s’est ancré dans ce débat historiographique. À ceci près que les Letters from the Island of Teneriffe, Brazil, the Cape of Good Hope, and the East Indies (Londres, 1777) qu’a écrites Jemima Kindersley entre 1764 et 1769 au cours de son voyage vers les Indes orientales ne sont que des lettres fictives, dont les destinataires sont fictifs. Issue d’un milieu humble, c’est en épousant l’officier Nathaniel Kindersley que cette femme anglaise née en 1741 a parfait son éducation et s’est initiée à la philosophie de Montesquieu. Imprégnée des théories du climat et d’un imaginaire orientaliste, Jemima Kindersley rejoind son époux mobilisé dans l’artillerie du Bengale de la Compagnie anglaise des Indes orientales au tout début de l’emprise coloniale sur ce qui devait devenir, au xixe siècle, le Raj britannique. Tout au long de son voyage, elle dit ses attentes, décrit ses découvertes, raconte ses impressions, énonce ses jugements. Outre les descriptions des mœurs culturelles et religieuses, de la politique et de l’administration au sein de l’empire moghol déclinant qu’elle découvre, la voyageuse s’intéresse tout particulièrement à l’observation de la condition des femmes indiennes : les descriptions de la polygamie, du harem (zenana) ou du sacrifice des veuves (sati) sont des passages majeurs des Lettres de Kindersley, et grandement appréciés des critiques contemporaines au moment de la publication de ce récit de voyage en 1777. Cet intérêt se trouve confirmé à la lecture de l’Essay on the Character, the Manners and the Understanding of Women in Different Ages, from the French of Mr. Thomas, with Two Original Essays, traduction d’un ouvrage d’Antoine Léonard Thomas (Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes dans les différens siècles, 1772) que Kindersley propose en 1781 ; à cette traduction, elle ajoute deux essais de sa production dans lesquels elle développe la question du pouvoir et de l’éducation des femmes au sein des sociétés occidentales et orientales.

3C’est à ces deux écrits (les Lettres de 1777 et les Essais de 1781) et sur la condition des femmes dans les Indes orientales que s’intéresse ce travail de mémoire : comment Jemima Kindersley, en tant que femme, appréhende-t-elle la condition féminine dans les Indes orientales ? Au prisme de quelles représentations et de quelles catégories ? Féminin, son regard est-il également politisé et selon quelles modalités ? Car Jemima Kindersley est aussi une Anglaise qui s’avance avec la Compagnie des Indes orientales dans un but colonisateur. Femme, voyageuse, britannique, Kindersley est enfin une intellectuelle imprégnée de la philosophie de Montesquieu. Ces différents traits biographiques invitent à ne pas simplifier son discours dans un sens ou dans l’autre : la figure de Kindersley apparaît ambivalente, car si elle semble établir une hiérarchie entre les peuples et cultures qu’elle observe pour mieux revaloriser l’Angleterre, elle n’hésite pourtant pas à briser l’image du zenana comme institution cruelle pour les femmes et à remettre en question la condition et le manque de pouvoir que connaissent les femmes dans les pays occidentaux.

4Aussi, plutôt que de chercher la généralisation dans sa réponse, cette étude vise à complexifier les connaissances historiques de la période de la colonisation des Indes orientales, et du rôle qu’y jouent les femmes : l’échelle micro que permet une biographie y a largement contribué. Toutefois, le voyage de Kindersley est conditionné par le contexte particulier  de la colonisation, de la formation de l’empire britannique et des transferts politiques, économiques et culturels entre différentes civilisations : ne pas prendre ces points en considération aurait conduit à la perte d’une partie importante de ce cas ; et c’est pourquoi une échelle globale a été superposée à l’échelle micro.

5Ce jeu d’échelle et cette problématique permettent en définitive à cette étude de renouveler le débat historiographique et d’articuler les enjeux des postcolonial studies, ceux de l’histoire intellectuelle et ceux des gender studies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Froment, « « Représentations et interprétations de la condition féminine dans les Indes orientales : Jemima Kindersley, voyageuse britannique de la seconde moitié du XVIIIe siècle », Master 1, sous la direction de Silvia Sebastiani, ENS Ulm, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1922

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page