Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Du corps-objet au corps-sujet: performer le féminin dans l’œuvre d’Hannah Wilke », Master 1, sous la direction de Pascal Rousseau, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2012

Ilana Eloit

Texte intégral

  • 1 Amelia Jones, « The Rhetoric of the Pose: Hannah Wilke and the Radical Narcissism of Feminist Body (...)

1Hannah Wilke (1940-1993) est une artiste féministe américaine dont l’œuvre demeure globalement méconnue en France. Aucun travail de recherche, aucune publication en français, n’ont été consacrés à l’artiste à ce jour. Pourtant, son travail propose une critique radicale de l’objectivation du corps féminin qui se démarque singulièrement du contexte artistique dans lequel il s’insère par la méthode adoptée. Ce travail s’attache à retracer les mécanismes par lesquels Wilke s’est emparée de la performance artistique pour déconstruire les stéréotypes patriarcaux de la féminité et l’injonction à la beauté et à la séduction. Si Hannah Wilke fut loin d’être la seule artiste féministe à explorer les potentialités de la performance pour désamorcer la réification du corps féminin, sa démarche est particulièrement originale – et à ce titre sujette à controverses – en ce qu’elle consiste à rejouer jusqu’à l’exacerbation les clichés de la féminité afin d’en révéler le caractère factice et aliénant. Ce faisant, elle dévoile par le biais de ce qu’Amelia Jones qualifie de « narcissisme féministe »1 des potentialités insoupçonnées de la féminité, dès lors réinvestie comme mode de résistance et outil d’empowerment. Cette critique apporte par ailleurs des éléments de réflexion particulièrement pertinents dans le contexte actuel, où la nudité des féministes, avec notamment la récente apparition du groupe Femen, interroge à nouveaux frais les différentes stratégies de résistance.

2Ce mémoire est consacré aux performances artistiques de l’artiste, réalisées du début des années 1970 au début des années 1980, et conservées sur supports photographiques et vidéos. Pour autant, l’analyse de la pratique performative d’Hannah Wilke est inséparable d’une analyse de sa pratique sculpturale par laquelle cette dernière débuta sa carrière d’artiste et qui informe l’ensemble de son corpus artistique. Son travail récurrent avec le chewing-gum comme médium artistique privilégié sert à la fois de métaphore pour signifier la malléabilité du corps féminin dans les schèmes de pensée hégémoniques et permet à Wilke de formuler, avec humour, une réflexion sur le sens même du geste artistique dans sa nature éphémère, fragile et irréductiblement singulière. Son entreprise consiste tant en la réinvention d’un langage féminin expurgé de l’emprise patriarcale et permettant ainsi une libre expression du pouvoir transformateur de l’éros, qu’en la reconnaissance de la fragilité et de la vulnérabilité de l’être comme ressources morales et bases d’une éthique à l’autre. La prise à témoin du spectateur selon diverses techniques narratives dépendantes du médium artistique employé participe de cette volonté de politiser l’art en effaçant les frontières entre le privé et le public, l’artiste et le spectateur, le corps et le médium artistique, l’art et la vie. Hannah Wilke s’inspire des mouvements artistiques les plus caractéristiques du xxe siècle comme le surréalisme, l’expressionnisme abstrait et le minimalisme pour les subvertir en retour. Ce refus de correspondre à des catégories ou à un style prédéfini résonne avec une pratique toujours réinterprétable et jamais figée, à l’image de son combat pour un féminisme ouvert et débarrassé de ses propres effets normatifs.

Haut de page

Notes

1 Amelia Jones, « The Rhetoric of the Pose: Hannah Wilke and the Radical Narcissism of Feminist Body Art », in Body Art / Performing the Subject, University of Minnesota Press, Minneapolis, 1998, pp. 151-195.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ilana Eloit, « « Du corps-objet au corps-sujet: performer le féminin dans l’œuvre d’Hannah Wilke », Master 1, sous la direction de Pascal Rousseau, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2012 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1920

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page