Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Luis Vives et l’éducation de la femme à la Renaissance : essai sur le De Institutione Fœminae Christianæ », Master 2 de Charlotte Fuchs, sous la dir. de Pascal Brioist, Université François Rabelais de Tours, 2013

Charlotte Fuchs

Texte intégral

1En 1524, suite à un séjour en Angleterre à la cour d’Henry VIII et de Catherine d’Aragon, le philosophe espagnol Luis Vives publie un traité pédagogique à destination des femmes intitulé De institutione foeminae christianae. Si son De Ratione studii puerilis et surtout son De disciplinis, destinés à éduquer un public masculin, sont aujourd’hui largement connus et étudiés, il n’en va pas de même pour cet ouvrage. Bien que reconnu pour son influence sur la pensée humaniste, celui-ci pâtit d’un relatif vide historiographique. Peut-être est-ce parce que Vives, comme tant d’auteurs médiévaux, ne fait que reprendre et approfondir une taxinomie médiévale : celle de l’antique trinité que constituent la vierge, l’épouse et la veuve. Pourtant, il met en œuvre une véritable synthèse entre l’aristotélisme de l’université médiévale et l’humanisme du début du xvie siècle. Le De institutione foeminae christianae propose ainsi de hisser les femmes à l’égalité intellectuelle avec les hommes tout en les maintenant dans un cadre normatif socialement acceptable dans l’Europe renaissante. Le problème que pose l’ouvrage est donc la conciliation de l’endoctrinement moral et de l’enseignement humaniste.

  • 1 Valentín Moreno Gallegos, La recepción hispánica de Juan Luis Vives, Generalitat Valenciana, 2006, (...)

2À l’aube du xvie siècle, l’ouverture d’écoles et d’académies s’accompagne d’une multitude de réflexions sur la pédagogie de l’homme nouveau, loin de la scolastique médiévale. Luis Vives accompagne ce mouvement par une prolifique prose pédagogique. Depuis la fin du Moyen Âge, certains écrivains, tels Érasme ou Cornelius Agrippa, se mettent à parler de la condition féminine au moyen d’éloges, de traités médicaux ou de miroirs. Mais les ouvrages d’éducation des femmes restent rares et soumis à la censure. C’est la raison pour laquelle, comme le montrent les récents travaux de Valentín Moreno Gallegos, le succès éditorial du De institutione foeminae christianae est si remarquable1. Ce livre est ainsi connu par de très nombreuses traductions —anglaises, espagnoles, françaises, allemandes et italiennes— qui favorisent sa diffusion européenne dans les élites de cour puis dans les cercles bourgeois.

3Sous prétexte de vouloir dédier à Catherine d’Aragon un ouvrage sur les moments clef de la vie des femmes, Vives propose en réalité, en trois livres, un traité d’éducation complet. Ce qui apparaît de prime abord comme un essai parmi tant d’autres sur le mariage, renferme en réalité le premier texte pédagogique exclusivement adressé aux femmes. Alors que le premier livre, destiné à l’enfant et à la jeune fille, acquiert une forte valeur didactique, le deuxième et le troisième proposent des règles de vie et la mise en œuvre d’une économie domestique. Ce manuel pédagogique embrasse donc toute l’existence de la femme, du berceau à la mort. La richesse des arguments et des exemples proposés témoigne de la solide formation intellectuelle du Valencien et de sa fréquentation des cercles humanistes anglais et flamands. Les théories de Luis Vives apparaissent cependant en décalage avec l’état de l’éducation au début du xvie siècle.

4Si le De institutione foeminae christianae est indéniablement un ouvrage humaniste pour son ouverture et sa bienveillance envers le sexe féminin, il n’en reste pas moins fortement imprégné d’une tradition antique et médiévale. Car Vives se veut aussi moralisateur : afin que son texte soit accepté par le plus grand nombre, il parvient subtilement à lier les exigences normatives de la société du xvie siècle à la volonté exprimée par certaines familles de la haute noblesse d’orner l’esprit de leurs filles. C’est la raison pour laquelle le traité rencontre une telle postérité à la fois chez les Jésuites et chez les Protestants. Dans le contexte de la « Querelle des femmes », Vives réussit le tour de force de se positionner en porte-à-faux : tout en intégrant des arguments de l’un et l’autre camp, il parvient à n’être ni d’un côté ni de l’autre. C’est pourquoi, et ce malgré la visée morale de l’éducation vivésienne, le Valencien adopte pour la première fois dans la Querelle des femmes un véritable point de vue « sociologique ».

5Ainsi, l’ouvrage repose sur un paradoxe fondamental : l’ignorance n’est pas mère de probité bien que le savoir mal encadré mène au vice. Ce qui se joue dans le De Institutione foeminae christianae n’est donc pas tant la formation intellectuelle du sexe féminin que la représentation de son statut et de son rôle social. Le didactisme apparent du traité est ainsi progressivement décalé dans le champ de la littérature morale. C’est pourquoi l’intérêt du De institutione foeminae christianae réside essentiellement dans des questions de stratégie éditoriale, de métatextualité et de réception.

Haut de page

Notes

1 Valentín Moreno Gallegos, La recepción hispánica de Juan Luis Vives, Generalitat Valenciana, 2006, Biblioteca Valenciana, « Colección duque de Galabria ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Fuchs, « « Luis Vives et l’éducation de la femme à la Renaissance : essai sur le De Institutione Fœminae Christianæ », Master 2 de Charlotte Fuchs, sous la dir. de Pascal Brioist, Université François Rabelais de Tours, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1918

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page