Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Madame de Montespan : fortune politique et fortunes familiales d’une favorite royale au XVIIe siècle », Master 2, sous la dir. de Fanny Cosandey, EHESS, 2013

Flavie Leroux

Texte intégral

1Ce mémoire de master propose d’analyser la figure de la favorite royale à travers l’exemple de la marquise de Montespan, maîtresse « en titre » de Louis XIV entre 1667 et 1691. En confrontant aux sources notariales les écrits des contemporains et en reconsidérant une historiographie polémique et souvent anecdotique, tout l’enjeu de ce travail est de se détacher de la démarche biographique afin de procéder à une étude sociale, économique et politique, à la croisée des Annales et de l’histoire des femmes. Il s’agit d’observer comment se manifeste, s’impose, existe et prend fin la faveur d’une femme que le roi choisit de privilégier, au-delà des simples considérations « sentimentales ». Inversement, l’objectif est aussi de voir comment, du fait de sa situation particulière, elle intervient dans l’histoire de sa famille. De quelle façon s’est construite la faveur de Françoise de Mortemart et dans quelle mesure a-t-elle influencé le destin de sa parentèle ?

  • 1 Le Roux Nicolas, La faveur du roi: mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-ve (...)

2À l’aide des généalogies, des sources du Cabinet des Titres de la BNF et des pièces du Minutier Central des Archives Nationales, est retracée, du début du xvie à la fin du xviiie siècle, l’histoire de deux grandes familles de la noblesse d’épée, puissantes localement, progressivement intégrées à la cour et à l’entourage royal : les Rochechouart Mortemart, d’une part, et les Pardaillan Gondrin, d’autre part, alliés le 28 janvier 1663 lors du mariage de Françoise avec Louis Henri de Pardaillan, marquis de Montespan. Devenir la favorite du roi en 1667 constitue une voie de promotion individuelle pour cette fille puînée : mariée à un époux d’ancienne noblesse mais en deçà de son rang, empêtrée dans un ménage qui croule sous les dettes, elle gravit les échelons de la hiérarchie des dignités et des charges, justifiant ainsi sa présence à la cour. Elle intègre alors un système de représentations au sein duquel est déployé tout le faste du roi qui la comble de grâces et la reconnaît ainsi comme sa favorite. On constate continuellement que bien qu’elles revêtent des temporalités différentes, faveur personnelle de Mme de Montespan et faveur familiale se nourrissent mutuellement, formant une « solidarité lignagère »1 : Françoise de Mortemart intègre la cour et l’entourage proche du roi grâce au passé familial et à ses parents ; et, inversement, une fois maîtresse de Louis XIV, elle réactive ces antécédents et participe à la construction de la fortune de son lignage. Si l’intercession de la marquise pour l’obtention d’une charge n’est pas toujours avérée car interviennent d’autres critères, comme le mérite personnel du demandeur, Mme de Montespan influence clairement le destin de ses parents par le biais des alliances et se pose comme une négociatrice de mariages avantageux. La marquise joue ainsi un rôle de catalyseur autant en déployant ses fidélités (elle met en jeu des relations construites dans les plus hautes sphères du pouvoir et de l’élite sociale) qu’en participant à l’établissement matériel des enfants puînés, ce qui permet de rehausser les ambitions sociales (alliances avec des princes étrangers), politiques (occupation de postes clés…) et économiques (rachat des biens éponymes hypothéqués, entrées de terres et d’argent par les dots…) de sa famille dans la continuité de la stratégie matrimoniale ancestrale. De cette façon, la fortune matérielle se fait le corollaire de la fortune sociale, l’économie de la faveur évoluant en économie familiale. En plus des profits personnels, autant sociaux qu’économiques, que la marquise de Montespan retire de sa faveur (résidences, biens meubles, fondations religieuses…), elle redistribue ses bénéfices, ce qui donne un caractère lignager à sa fortune : elle porte la faveur de ses parents directs, déjà latente, à son paroxysme, tout en participant à l’avancement de ses descendants par une politique d’acquisitions visant à assurer la perpétuation de sa lignée. Françoise Athénaïs donne une impulsion à la politique familiale, lui permettant de s’élever dans la hiérarchie de la grande noblesse, cette évolution sociale se révélant surtout par une puissance économique plus affirmée. C’est ainsi le rôle clé d’une femme au cœur des cercles de pouvoir, et pourtant sans légitimité, qui est analysé au cœur de la société de cour. Toutefois, même si elle a pris une part active dans la fortune de « ses » maisons à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, permettant sur le long terme à son lignage d’élever ses prétentions, Mme de Montespan se place dans la continuité d’une histoire familiale à laquelle elle a contribué sans en modifier profondément la trajectoire.

Haut de page

Notes

1 Le Roux Nicolas, La faveur du roi: mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, France, Champ Vallon, coll. « Époques », 2001, page 492.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavie Leroux, « « Madame de Montespan : fortune politique et fortunes familiales d’une favorite royale au XVIIe siècle », Master 2, sous la dir. de Fanny Cosandey, EHESS, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1916

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page