Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Meurtre(s) en famille. Réflexions sur la culpabilité à partir des murder pamphlets et des canards français dans la première moitié du XVIIe siècle », Master 2, sous la direction de M. Eric Schnakenbourg, Université de Nantes

Charlotte Moysan

Texte intégral

1« The bloudy mother ! » « A barbarous, and most inhumane murther ! » Au XVIIsiècle, c’était par ces mots clamés dans la cité londonienne que les colporteurs distribuaient leurs papiers, des feuillets parfois maladroitement coupés appelés les pamphlets. Les murder pamphlets en particulier attiraient les passants, l’oreille excitée par les propos des porte-balles ou l’œil choqué par les illustrations figurant en première page. Ces derniers forment le corpus principal des sources du mémoire, auxquelles s’ajoutent leurs pendants français : les canards. Une catégorie en particulier semble prédominer dans l’ensemble des sources consultées d’un côté et de l’autre de la Manche : l’abondance des récits concernant les crimes domestiques. Parmi eux, la présence de nombreux portraits de criminelles est un fait notable qui oriente le mémoire vers une analyse réalisée au prisme du genre. La richesse des murder pamphlets et des occasionnels, qui évoquent des femmes tuant leur mari en les empoisonnant, des maris violents qui s’emportent et tuent leur épouse et des mères qui étouffent leur bébé, fait de ces imprimés des sources privilégiées pour analyser les discours et les représentations des crimes domestiques. Le fil directeur du mémoire s’articule ainsi autour d’une réflexion sur la construction de la culpabilité dans les récits de cette première moitié du XVIIsiècle. De quelle manière, par la forme et le fond, les auteurs construisent-ils la culpabilité des protagonistes de leurs histoires ?

2Au préalable, il est nécessaire de revenir sur le rapprochement effectué entre les murder pamphlets et les canards, qui se veut une approche originale. Deux approches sont principalement présentées : l’aspect extraordinaire des crimes relatés, ainsi que la mise en œuvre d’un processus d’inversion. En effet, c’est en dépeignant ce qui relève du désordre social que les murder pamphlets s’efforcent de transmettre l’idée du foyer familial comme une institution primordiale pour maintenir une certaine stabilité dans la société. L’aspect extraordinaire des crimes relatés est ainsi le maître mot de cette première partie, façonnant la forme narrative et conditionnant une lecture qui termine immanquablement par l’exécution du coupable.

3Un type de meurtre se distingue : celui exécuté par des femmes, et plus particulièrement le meurtre du mari par son épouse. Leur surreprésentation dans les récits s’explique principalement par la rupture de l’ordre social que les crimes féminins semblent représenter davantage que ceux commis par leurs homologues masculins. Le caractère extraordinaire des récits est ainsi totalement mis au service d’un des objectifs de cette littérature, à savoir la vente. Cette fonction se couple à sa mission édificatrice, qui donne à voir le meurtre inévitablement suivi d’une punition. La culpabilité du protagoniste s’avère par conséquent être une composante invariable des récits.

4Il reste à examiner comment cette culpabilité est construite par le récit. La deuxième partie est ainsi l’occasion d’entrer plus profondément au cœur des récits, en suivant l’itinéraire choisi par les auteurs pour dérouler leur histoire. Interagissent ensemble le/la coupable, la communauté et la justice. Le voisinage s’élève au rang des acteurs principaux et pose la question de l’existence d’une sphère privée au sein du foyer familial. Il participe encore par la parole et les rumeurs. Rumeur et témoignage sont par ailleurs bien distincts. Bien que tous les deux soient des actes de paroles, le second se démarque dans la personnalisation de cette parole par un individu – individu qui est le plus souvent une femme. Cet aspect féminin du témoignage est à souligner, expliciter et à mettre en contraste avec les figures masculines représentant l’autorité juridique. Les femmes jouent en plus un rôle primordial dans la construction ou la destruction de la réputation d’un individu. Il existe une seconde relation liant la collectivité à l’individu criminel : le péché. Intervient alors toute la dimension moralisatrice des récits, anglais comme français, les auteurs forgeant le criminel comme un exemple à ne pas suivre, mais montrant également la potentialité en chacun de devenir un criminel.

  • 1 Garthine Walker, Crime, Gender and Social Order, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 11 (...)

5La conception d’un monde dans lequel Dieu et Satan interviennent constamment amène ainsi à s’interroger sur le degré de responsabilité du criminel. Les récits accordent en effet une place de choix à la repentance de celui-ci, puisqu’il s’agit à travers cette prise de parole du criminel de rétablir l’ordre social troublé par l’acte meurtrier. Ainsi, la trilogie évoquée par Garthine Walker se retrouve constamment dans les récits, à savoir l’articulation « sin, divine providence and redemption »1. L’articulation entre la responsabilité et la culpabilité apparaît particulièrement tendue dans le cas des crimes dits féminins. L’agency des femmes pose ici question. L’infanticide, parce qu’il est associé aux femmes, incarne cette problématique. La perception de ce crime dans les mentalités modernes joue également sur la façon dont les criminelles sont représentées, celles-ci apparaissant comme des mères monstrueuses. Outre cet aspect, de nombreux éléments viennent nuancer cette première approche, notamment la façon dont les cours de justice jugent les cas d’infanticide. En en rapportant certains éléments, les récits permettent un débat d’idées dans la société moderne, qui voit la naissance d’une opinion publique.

Haut de page

Notes

1 Garthine Walker, Crime, Gender and Social Order, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Moysan, « « Meurtre(s) en famille. Réflexions sur la culpabilité à partir des murder pamphlets et des canards français dans la première moitié du XVIIe siècle », Master 2, sous la direction de M. Eric Schnakenbourg, Université de Nantes », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1914

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page