Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Les Expositions d’artistes Femmes en France entre 1975 et 2009 : coulisses d’une histoire de la marginalité », Master 1, Sciences Humaines et Sociales, sous la direction de M. Benoît Buquet, Université François-Rabelais, Tours, 2013

Aurore Dufresne

Texte intégral

1Le présent dossier se propose de dresser une étude historiographique portant sur un objet culturel à part entière : l’exposition et plus précisément, les expositions d’artistes femmes en France de 1975 à 2009. Qu’elles soient officielles (patronnées par les institutions françaises) ou bien plus en marge (organisées par des groupes de plasticiennes), les expositions sont en effet très importantes dans le mécanisme d’appréhension et de reconnaissance de l’art des femmes et de l’art féministe en France. C’est pourquoi nous les avons étudiées de leur conception à leur réception et présentons une vue d’ensemble sur la création féminine de ces trente dernières années et sur les différents discours qui s’y rattachent. L’objectif de notre dossier de recherche était ainsi de témoigner de l’existence, à partir du début des années 1970 en France, d’un autre univers de l’art. Impulsé par le Mouvement de Libération des Femmes, cette révolution artistique permit effectivement de faire découvrir au monde la présence d’une création jusqu’alors restée en marge de la communauté artistique, alors composée d’hommes en grande majorité.

I – En quête de visibilité : les expositions d’artistes femmes en France de 1975 à 2009

2 En effet, c’est, en grande partie grâce aux expositions que les artistes femmes françaises sont parvenues à « sortir de l’anonymat ». Mais, paradoxalement, cette reconnaissance fut bien souvent de faible rayonnement et, plus encore, de faible durée. C’est pourquoi, à partir du milieu des années 1970 surtout, les manifestations visant à promouvoir l’art des femmes se multiplièrent. Un phénomène, particulièrement, permet de mieux comprendre cet essor soudain : la formation de collectifs d’artistes femmes/plasticiennes. Fondés dans l’unique but de promouvoir leur pratique artistique et de la légitimer, ces groupes organisèrent, dans des espaces alternatifs parisiens, des expositions, que nous qualifierons de « périphériques ».

3 La première partie de notre étude est donc d’une part, consacrée à cette multiplicité d’expositions d’artistes femmes et d’art féministe dans les musées et autres institutions culturelles françaises, mais aussi à la formation de ce réseau en marge du monde de l’art et de ses iniquités. Ce chapitre permet ainsi de mettre en exergue l’existence simultanée de deux « mondes de l’art » parallèles, mais également d’établir une chronologie des manifestations françaises majeures portant sur l’art des femmes et également de découvrir les travaux des artistes y ayant participé. De plus, l’analyse des discours rattachés à chacune de ces expositions permet d’apprécier l’évolution quant à la place des femmes dans l’art en France.

II – Étude de cas : Féminie-Dialogue (1975 -?)

  • 1 Aline Dallier-Popper, « Le Mouvement des femmes dans l’art » in Opus International, n°66-67, Paris, (...)

« L’un des événements les plus intéressants de ces dernières années me paraît être l’avènement d’un mouvement qui progressivement s’étend en France sous forme de groupes plus ou moins larges où se réunissent des artistes femmes résolues à sortir de leur double isolement en tant que femmes et en tant qu’artistes. »1

4 La seconde partie qui compose ce dossier se concentre sur un groupe d’artistes femmes en particulier : il s’agit de Féminie-Dialogue, une association loi 1901 fondée en 1975 par l’artiste Christiane de Castéras. Ce chapitre vise à pénétrer dans les coulisses de ce microcosme que constitue ce groupe et a en démontrer la singularité, une singularité qui réside majoritairement dans sa production très active d’expositions sur les trois dernières décennies du xxe siècle. Nous nous sommes intéressée également aux différentes membres de ce groupe, à son fonctionnement, ses publications et, bien sûr, aux artistes invité(e)s à exposer leur œuvres dans ce cadre si particulier.

5 Sur un total de douze expositions s’étant déroulées en France et à l’étranger entre 1975 et 2002, quatre ont été traitées : Féminie 75, Féminie 76, Féminie 77 et Féminie 79, s’étant respectivement déroulées dans les locaux de l’Unesco à Paris en 1975, 1976, 1977 et 1979. L’étude de ces manifestations est elle-même envisagée en trois sous-parties : l’étude des textes du catalogue, l’analyse des œuvres (ou du moins, de leurs reproductions photographiques) et enfin la question de la réception de l’ensemble.

Haut de page

Notes

1 Aline Dallier-Popper, « Le Mouvement des femmes dans l’art » in Opus International, n°66-67, Paris, 1978, p. 35 [repris dans Art, féminisme et post-féminisme. Un parcours de critique d’art, Paris : l’Harmattan, 2009, p. 109]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Dufresne, « « Les Expositions d’artistes Femmes en France entre 1975 et 2009 : coulisses d’une histoire de la marginalité », Master 1, Sciences Humaines et Sociales, sous la direction de M. Benoît Buquet, Université François-Rabelais, Tours, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1912

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page