Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« "Il est homme hardy et subtil et prudent en tous ses faiz", la masculinité princière au temps de la guerre Armagnacs-Bourguignons, Master 2, Université Paris 1, dir. Patrick Boucheron et Jean-Philippe Genet, 2013

H. Dufour

Texte intégral

1Le présent mémoire se propose de faire une relecture de l’affrontement entre Armagnacs et Bourguignons sous l’angle du genre, en menant plus précisément une réflexion sur la masculinité des princes de cette époque. La guerre civile du tournant des xive et xve siècles place en effet les grands seigneurs sur le devant de la scène politique, permettant par là d’observer comment le prince se vit homme. Ici, le genre est pensé et employé comme un outil mis à la disposition de l’historien, une clef nouvelle, utile à la relecture d’un contexte par ailleurs déjà bien documenté. Il s’agit donc d’imbriquer histoire des genres et histoire politique, pour voir comment l’étude de la masculinité des princes apporte un éclairage spécifique quant à leurs pratiques de gouvernement. Pour cela, un ensemble divers de sources a été utilisé, en particulier des chroniques, et notamment celle du Religieux de Saint-Denis, mais aussi une geste, des chansons, des actes dits de la pratique et différents objets et monuments.

2Un premier temps du mémoire porte sur la stratégie mise en place par les princes pour s’imposer, en toutes circonstances, à leurs semblables. Ainsi, le prince de la guerre Armagnacs-Bourguignons, pour pleinement se réaliser en tant qu’homme, est d’abord un chef de guerre, modèle non seulement du combattant, mais aussi du capitaine et du stratège ; il incarne également à lui seul un parti, en tenant son rang à la cour et en brillant au travers des plaisirs nobiliaires. Enfin, sur un plan plus symbolique, ce prince se montre en chrétien parfait, faisant de l’ostension de sa dévotion un outil de légitimation politique, l’établissant en champion de la foi et, même, en nouveau Christ.

3La masculinité princière n’est cependant pas qu’affirmation du pouvoir, et peut s’exprimer de manière plus policée. Par un double apprentissage, fondé sur la valorisation des vertus et sur l’expérience, les princes se montrent hommes de culture, lettrés au goût volontiers prononcé pour la musique ou les livres. Plus qu’un simple meneur d’hommes, si abouti soit-il, le prince fait preuve de réelles aptitudes intellectuelles, dans sa maîtrise de la rhétorique notamment. Une figure nouvelle, modérée, émerge alors : celle d’un homme-prince transformé par l’amour, dont la masculinité est régulée par la figure elle-même idéalisée de la femme.

4Afin de saisir toute la densité de la masculinité princière, il faut quitter cet idéal et observer le mauvais homme que tout prince est en danger de devenir. Qu’il soit homme des excès – âpre au gain, avaricieux, sanguinaire ou sauvage, « putier » se perdant dans la luxure, la compagnie des femmes licencieuses et le condamnable jeu – ou bien individu faible ne parvenant pas, par sa lâcheté, sa traîtrise ou sa mollesse, à s’affirmer, ce contre-modèle illustre le lien entre la propension au vice d’un homme et la corruption dans l’exercice de son pouvoir.

5Les princes mettent eux-mêmes en scène leur masculinité – montrant par là leur pleine conscience de l’enjeu politique de cette question – au travers du faste les entourant et servant à leur valorisation. Ainsi, la personne même du prince est mise en spectacle, tant par la richesse de son hôtel que par la pratique généralisée du don, expression d’une largesse personnifiée. Surtout, la masculinité entre parfaitement dans l’affirmation symbolique du pouvoir du prince, par le biais de nombreuses allégories et comparaisons des plus flatteuses, chargées de rappeler, et ce jusque dans la mort, que le prince admirable est d’abord un homme exemplaire.

6Ce mémoire fait donc le portrait d’une masculinité princière composite, plurielle, qui ne saurait se réduire à la première image, si ce n’est trompeuse, tout du moins fautivement simpliste, d’un homme-prince cantonné de manière monolithique au simple exercice de la violence armée. Le propos est ici, à l’inverse, de montrer une masculinité princière bigarrée, au travers d’une galerie de portraits, de nuances permettant d’en entrevoir le visage protéiforme. Le prince est au centre d’un paradoxe, entre une masculinité idéalisée, inatteignable et sa réalité concrète, devant se traduire dans l’exercice de son pouvoir politique. Ainsi, le genre, envisagé comme outil historique et heuristique, révèle des aspérités nouvelles quant à l’étude du gouvernement des princes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

H. Dufour, « « "Il est homme hardy et subtil et prudent en tous ses faiz", la masculinité princière au temps de la guerre Armagnacs-Bourguignons, Master 2, Université Paris 1, dir. Patrick Boucheron et Jean-Philippe Genet, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1910

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page