Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Une Etude féministe de l’œuvre d’Éva Gonzalès », Master 2, Histoire de l’Art, sous la direction de Jean-Loup Korzilius, Université de Franche-Comté, 2013

Julie Janin

Texte intégral

  • 1 Baudelaire Charles, Le peintre de la vie Moderne, publié pour la première fois en 1863 dans Le Figa (...)
  • 2 « Mais le génie n’est que […] l’enfance, douée maintenant, pour s’exprimer, d’organes virils […] » (...)
  • 3 Nochlin Linda, «  Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grande femme artiste ? », Femmes, art et pouvoir et (...)

1Lorsque Charles Baudelaire évoque en 1863 sa vision du « Peintre de la Vie Moderne » dans le journal Le Figaro1, l’artiste qu’il décrit est un génie, un flâneur, un homme du monde et doit, par-dessus tout, être doté d’organes virils lui permettant de s’exprimer2. Cette image de l’artiste exclusivement masculin devait perdurer pendant bon nombre d’années, et ce n’est qu’en 1971 que Linda Nochlin, historienne de l’art et féministe, s’interroge sur l’origine de cette partialité3. Son article « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grande femme artiste ? » met alors en lumière les mécanismes qui aboutirent à la disparition des femmes de l’Histoire de l’Art. Cette approche novatrice de la discipline entraîna de nouvelles perspectives de recherches, passant notamment par la redécouverte et l’étude d’œuvres d’artistes femmes. C’est dans cette démarche que s’inscrit ce mémoire sur Éva Gonzalès.

2Éva Gonzalès, fille d’un romancier populaire et d’une musicienne, grandit à Paris et montre très tôt son attrait pour la peinture. À 16 ans, on lui choisit un maître, Charles Chaplin, peintre à la mode tenant un atelier où il enseigne la peinture aux jeunes filles. Alors que le talent d’Éva Gonzalès s’affermit, elle décide d’abandonner l’enseignement de Chaplin et se tourne vers une personnalité alors très controversée dans le monde de l’Art, Édouard Manet. Elle parvient à devenir son élève et sa peinture embrasse petit à petit les nouvelles idées des cercles d’Avant-Garde. Les scènes de la vie quotidienne qu’elle représente s’imprègnent alors des jeux de lumière et de la liberté de touche de ceux qui se feront appeler les Impressionnistes. Malgré ces similitudes, elle refuse, tout comme Édouard Manet, d’exposer avec les autres artistes composant ce mouvement, préférant le Salon Parisien aux expositions indépendantes, dans le but de rendre officielle sa participation féminine à l’Art de son époque.

3De ce parcours, l’Histoire de l’Art a retenu surtout d’Éva Gonzalès sa proximité avec Manet. Bien que ses œuvres aient remporté l’approbation du public lors des expositions au Salon, Éva Gonzalès est encore aujourd’hui une grande absente des manifestations et écrits sur l’Impressionnisme, mais son travail reste cependant largement évoqué dans le cadre de réflexions sur l’Art des femmes.

4L’œuvre d’Éva Gonzalès se résume-t-elle à la seule notion de féminité ? Quels sont les facteurs féministes et féminins de son œuvre ? C’est à partir de ces interrogations que le raisonnement de ce mémoire fut construit. À l’ère où la croyance voulait que le véritable génie ne soit que masculin, Éva Gonzalès, comme de nombreuses femmes, tenta tout de même d’imposer son talent artistique afin d’être reconnue comme une véritable professionnelle. L’étude iconographique de l’œuvre d’Éva Gonzalès révèle sa volonté de mettre en scène des sujets presque exclusivement féminins et modernes, ayant pour but de représenter la vie quotidienne des femmes de la bourgeoisie de son époque. Désirant évoquer sa propre expérience par le biais de sa sœur Jeanne qui fut son modèle de prédilection, Éva Gonzalès laisse ainsi transparaître dans ses œuvres le carcan imposé aux femmes de sa condition. Ce sont des scènes et des lieux accessibles aux femmes que l’artiste représente, touchant souvent à la sphère de l’intime, bien loin des cafés et cabarets que fréquentaient les Impressionnistes masculins.

  • 4 « Elle fit honneur à son guide, comme elle se fit honneur à elle-même, et, partie des mièvreries én (...)
  • 5 Alfred Stevens, Éva Gonzalès au piano, 1879, dimensions inconnues, huile sur bois, John and Mable R (...)

5Éva Gonzalès ne se borne pas à une représentation convenable des femmes de son époque et tente d’emprunter des thèmes chers aux artistes hommes, comme des scènes de toilette féminine qui, sous son pinceau, délaissent l’érotisme au profit de l’intime. Elle échappe aux accusations de mièvrerie et de sentimentalité grâce à un ton juste et des compositions sans excès, mais aussi en développant un geste énergique, parfois qualifié de « masculin »4 se traduisant par une touche de plus en plus fractionnée. Loin d’être une féministe militante, Éva Gonzalès défend cependant à sa manière sa légitimité en tant qu’artiste professionnelle. Afin d’appréhender au mieux la complexité de la condition de femme et d’artiste d’Éva Gonzalès, il était important d’examiner aussi les commentaires dont cette artiste faisait l’objet. L’étude de son œuvre s’accompagne donc d’une série d’analyses d’articles de journalistes et critiques d’art de son époque portant sur son travail, ainsi que de réflexions sur les œuvres qu’elle inspira à ses proches, qu’il s’agisse de reprises de ses tableaux ou de portraits, comme Éva Gonzalès au piano, huile sur bois peinte par Alfred Stevens5.

6Les différences sexuelles construites par la société patriarcale se manifestaient aussi dans l’Art où les hommes et les femmes affirmaient leur appartenance à une certaine identité. Ainsi, Éva Gonzalès, tout en étant résolument féminine, parvint à s’imposer dans la sphère artistique de son époque, mais sa disparition subite ainsi que son retrait volontaire du mouvement Impressionniste firent peu à peu disparaître son nom de l’Histoire de l’Art. Éva Gonzalès, par l’affirmation de sa féminité loin des stéréotypes, participe ainsi à la déconstruction de la représentation des femmes en tant qu’objet du désir masculin.

Haut de page

Notes

1 Baudelaire Charles, Le peintre de la vie Moderne, publié pour la première fois en 1863 dans Le Figaro, Collection Litteratura.com, s.l.n.d.

2 « Mais le génie n’est que […] l’enfance, douée maintenant, pour s’exprimer, d’organes virils […] » in BAUDELAIRE Charles, op. cit., Chapitre III « L’artiste, homme du monde, homme des foules et enfant », p. 8

3 Nochlin Linda, «  Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grande femme artiste ? », Femmes, art et pouvoir et autres essais, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon, 1993.

4 « Elle fit honneur à son guide, comme elle se fit honneur à elle-même, et, partie des mièvreries énervantes de Chaplin elle arriva […] à fournir des notes énergiques, masculines, humaines. » BAZIRE Edmond, Manet, Illustrations d’après les originaux et gravures de Guérard, Paris, A. Quantin, 1884, p.76

5 Alfred Stevens, Éva Gonzalès au piano, 1879, dimensions inconnues, huile sur bois, John and Mable Ringling Museum of Art, Sarasota

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Janin, « « Une Etude féministe de l’œuvre d’Éva Gonzalès », Master 2, Histoire de l’Art, sous la direction de Jean-Loup Korzilius, Université de Franche-Comté, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1908

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page