Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Alcibiade, un efféminé ? », Master 2, sous la dir. de Violaine Sebillotte, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, 2013

Marion Briend

Texte intégral

1Alcibiade, stratège athénien du ve siècle avant J.-C., occupait l’une de ces fonctions qui incarnaient, à Athènes, l’idéal masculin de vaillance et de courage, signifié par le terme andreia, la virilité, le courage viril. Pourtant, l’historiographie contemporaine le présente souvent comme un homme efféminé. Pour étayer leur propos, les historiens modernes se fondent essentiellement sur la Vie d’Alcibiade de Plutarque dans laquelle l’auteur, vivant aux ier-iie siècles de notre ère, établit à plusieurs reprises des comparaisons entre Alcibiade et une femme en évoquant notamment le fait qu’il portait des vêtements féminins.

2L’important écart chronologique entre la période à laquelle a vécu Alcibiade et la période d’écriture de Plutarque pousse à s’interroger sur la perception de l’Athénien par les autres auteurs, et particulièrement ceux du ve siècle avant J.-C., afin de constater si cette comparaison avec une femme est également présente. Il est intéressant d’étudier les mœurs d’Alcibiade telles qu’elles sont présentées par les auteurs grecs du ve siècle avant J.-C. au iie siècle après J.-C. Cette étude a mis en lumière trois principales facettes des mœurs d’Alcibiade : un homme d’une grande beauté au fort pouvoir de séduction, un mode de vie très luxueux et, enfin, un tempérament violent et insolent. On s’aperçoit finalement que dans l’ensemble du corpus, seul Plutarque emploie un terme qui renvoie explicitement au féminin, auquel on peut ajouter un fragment d’Eupolis, auteur comique du ve siècle avant J.-C., qui présente un jeu de mots pouvant laisser une ambiguïté quant à la perception d’Alcibiade comme un homme efféminé du fait de ses nombreuses conquêtes féminines. L’association d’Alcibiade et du féminin n’apparaît donc pas comme un trait dominant des ses mœurs et ne semble même pas véritablement exister de façon directe et explicite avant les écrits de Plutarque.

3Le contexte politique de l’Athènes de la fin du ve siècle et du début du ive siècle, marqué par la guerre du Péloponnèse et la défaite d’Athènes, mais aussi par le procès de Socrate, est à prendre en compte pour une meilleure compréhension des comportements et des attitudes adoptés par Alcibiade et ainsi, pour nous demander si ce qui a été considéré par les historiens modernes comme relevant du féminin ne pouvait pas recouvrir d’autres réalités. En l’occurrence, la mise en contexte de ces différents arguments révèle la complexité des significations et de la perception d’éléments qui, a priori, auraient pu mettre en évidence l’effémination d’Alcibiade. Ainsi, les cheveux portés longs et lâchés, par les jeunes aristocrates, étaient d’abord un moyen de distinction sociale avant de pouvoir être interprétés en termes de masculin/féminin. De même, le comportement sexuel d’Alcibiade peut faire écho à la figure tyrannique cédant au moindre de ses désirs sans que le lien entre figure tyrannique et effémination ne semble établi aux yeux des Grecs.

4Des mots attribuant des caractéristiques pensées comme féminines à des hommes, montre que l’effémination est une réalité antique, valable dès l’époque classique. Cela permet, au travers de quelques exemples tels Agathon, Timarque ou Démosthène, de saisir les comportements qui pouvaient être associés par les Grecs au féminin et de souligner qu’il n’existe pas de catégorie signifiante ni homogène pour caractériser « le féminin ». Des comportements relèvent alors de l’apparence corporelle – la grande beauté d’Alcibiade, ses cheveux longs, ses vêtements qui rappellent ceux des Barbares et en particulier ceux des Perses –, et d’autres relèvent de l’apparence liée à la dépense ou encore à la sexualité. Mise à part son apparence corporelle, les autres comportements d’Alcibiade démontrent plutôt une incapacité de sa part à se maîtriser et à connaître la tempérance, et ce dans tous les domaines de sa vie.

5 Enfin, l’attribution de caractéristiques féminines à Alcibiade ne relève pas des mêmes enjeux selon qu’elle est considérée dans le contexte de l’époque classique ou dans celui de l’époque impériale. En effet, bien qu’Alcibiade adopte certains comportements qui pourraient être associés au féminin par les Grecs, ces éléments ne semblent pas déterminants dans l’affirmation de ce que nous appellerions à l’époque contemporaine une effémination de l’Athénien. En effet, le récit de Plutarque, qui évoque le plus clairement l’association d’Alcibiade au féminin, notamment par ses vêtements, apparaît comme un moyen de renforcer un discours plus global de réprobation des mœurs d’un homme qui, détenant une charge publique dans la cité, n’aurait pas dû se comporter de cette manière et aurait dû faire preuve de plus de mesure. Les sources de l’époque classique, quant à elles, bien que moins explicites, semblent montrer que ce ne sont finalement pas tellement ses cheveux longs ou ses vêtements qui feraient d’Alcibiade un efféminé, mais plutôt son « hyper-hétérosexualité », ses nombreuses relations avec des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Briend, « « Alcibiade, un efféminé ? », Master 2, sous la dir. de Violaine Sebillotte, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1906

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page