Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Les "bonnes mères émancipées" du Bolsa Família : évolution de l’incorporation des femmes dans la rhétorique du combat contre la pauvreté au Brésil (1990-2013) », Master 2, sous la direction de Béatrice de Gasquet, Université Paris 7 – Diderot, 2013

J. Ricard

Texte intégral

1Depuis les années 1990, la rhétorique du combat contre la pauvreté est à l’ordre de l’agenda international. Les transferts conditionnels de revenus, dits Conditional Cash Transfer (CCT), émergent parmi les initiatives préférées des organisations internationales telle que la Banque Mondiale. Ces programmes ont pour objectif (1) de réduire la pauvreté et les inégalités sociales et (2) de rompre la transmission intergénérationnelle de la pauvreté en encourageant l’accès aux services d’éducation et de santé. Ils s’appuient sur la participation des femmes pour combattre la pauvreté et en particulier améliorer les indicateurs de scolarisation, santé et nutrition. Sous prétexte qu’elles « s’occupent mieux des enfants », la participation des femmes à ces programmes est tenue pour acquise.

  • 1 Le Bolsa Família fait partie de la première génération de programmes de transferts conditionnels de (...)

2Au Brésil, dans le cadre du programme Bolsa Família1 créé sous le gouvernement de Lula da Silva (2003-2010), plus de 93% des bénéficiaires des allocations sont des femmes, un choix politique renouvelé depuis 1995 mais rarement justifié. Cette étude analyse les fondements politiques sur lesquels reposent ce choix, en remontant aux prémisses du premier programme de transfert conditionnel de revenus mis en place à Campinas (ville de l’état de São Paulo) en 1995. Deux axes d’analyse sont mobilisés pour comprendre comment et pourquoi les femmes sont choisies comme bénéficiaires de ces programmes.

3D’une part, l’examen de l’histoire de la protection sociale en Europe et aux États-Unis met en évidence que la division sexuelle du travail a déterminé les systèmes de protection sociale. Les premières prestations sociales attribuées aux femmes, notamment en Amérique Latine, sont conditionnées au « bon » exercice de leur maternité. Au Brésil, la famille est perçue comme unité de protection depuis l’avènement du courant hygiéniste au xixe siècle et s’est constituée comme l’axe principal du système de protection sociale. Une analyse socio-historique du rôle des femmes au sein de la famille, met en évidence que les « femmes-mères » sont historiquement perçues comme responsables du soin des enfants et du budget familial.

4D’autre part, une analyse approfondie de la constitution des programmes successifs de transfert conditionnels de revenus brésiliens de 1995 à 2011 met en évidence une continuité tacite du choix des femmes comme bénéficiaires prioritaires. Sans être véritablement expliqué depuis 1995, ce choix est ordinairement justifié par l’assomption essentialiste que les femmes s’occupent mieux des enfants. On comprend qu’il est à la fois hérité des modèles d’assistance sociale européens et nord-américains et renforcé par le rôle historique des femmes brésiliennes dans un système où la famille reste l’unité d’organisation primordiale de la vie.

  • 2 Le Bolsa Escola est l’un des programmes antécesseurs du Bolsa Família, mis en œuvre entre 2001 et 2 (...)

5Si la préférence accordée aux femmes est considérée comme un des piliers du succès du programme, ce ciblage a pour effet de délimiter progressivement des catégories d’interventions publiques. La constitution de catégories sociales de « femmes pauvres » qui concourt au renforcement de leurs attributions maternelles est particulièrement normative. À travers la sollicitation officielle des « mères des enfants brésiliens », le Bolsa Escola2 engendre une série de normes qui définissent le comportement des femmes, à savoir être des « bonnes-mères ». Dans la continuité de ce raisonnement, à partir du gouvernement de Dilma Rousseff (2011-2013), les discours ajoutent un standard de comportement : l’émancipation, présentée comme étant le résultat de l’accès à un revenu financier. L’ambivalence est évidente : alors que ces discours s’inscrivent dans la continuité de l’approche familialiste traditionnelle et renforcent la division sexuelle du travail, ils prêchent une « émancipation » des femmes.

6Le bien-être des femmes n’étant pas parmi les objectifs du Bolsa Família, la mise en valeur de son agenda genre soulève des questions. Les gouvernements successifs de Lula da Silva et Dilma Rousseff (2003-2013) sont particulièrement marqués par une volonté de faire du Brésil une puissance internationale. Le discours sur l’émancipation des femmes du Bolsa Família prend toute son ampleur dans le cadre de cette stratégie de développement. En effet, dans un contexte international où la lutte contre la pauvreté et le gender mainstreaming sont à l’ordre du jour, l’agenda genre du programme permet au Brésil de consolider une image de leader en « technologie sociale » et d’élargir son pouvoir d’attraction ou soft power.

7Cet agenda genre illustre l’ambivalence d’un gouvernement qui se veut autonome vis-à-vis des pressions internationales. De façon simpliste, les femmes du Bolsa Família sont les « ressorts pour vaincre la pauvreté », elles sont héroïsées et essentialisées comme mères dignes d’assistance. Ainsi, il n’y a pas de remise en question de la division sexuelle du travail. Au contraire, celle-ci est assujettie à l’agenda national et international de lutte contre la pauvreté. Le fait d’accorder l’argent aux femmes est davantage un pari stratégique cherchant à assurer le succès du programme que la manifestation d’une préoccupation envers celles-ci.

Haut de page

Notes

1 Le Bolsa Família fait partie de la première génération de programmes de transferts conditionnels de revenus développée dans des pays latino-américains à revenu moyen dans les années 1990. Il naît de l’unification du Bolsa Escola et de deux autres CCTs qui le précèdent. En 2012, 13,3 millions de familles dont le revenu mensuel est inférieur à R$ 154,00 (50 €), soit environ 20% de la population brésilienne, bénéficient du Bolsa Família. Les prestations accordées aux familles varient entre environ R$ 77,00 (25 €) et R$ 306,00 (100 €).

2 Le Bolsa Escola est l’un des programmes antécesseurs du Bolsa Família, mis en œuvre entre 2001 et 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

J. Ricard, « « Les "bonnes mères émancipées" du Bolsa Família : évolution de l’incorporation des femmes dans la rhétorique du combat contre la pauvreté au Brésil (1990-2013) », Master 2, sous la direction de Béatrice de Gasquet, Université Paris 7 – Diderot, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1904

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page