Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Femmes criminelles à la marge en Haute-Garonne, 1843-1914 », Master 2, sous la direction de Sylvie Chaperon, Université de Toulouse II, 2013

Sandrine Pons

Texte intégral

1Entre 1843 et 1914, 16% des personnes traduites devant la cour d’assises de la Haute-Garonne sont des femmes. La criminalité féminine est faible statistiquement dans la deuxième moitié du xixe siècle, en France, comme en Haute-Garonne. Dans ce département, objet de notre étude entre 1843 et 1914, 90% des femmes sont poursuivies devant les assises pour des crimes contre les biens ou des crimes liés à la maternité (infanticides, avortements). Seules 10% d’entre elles sont jugées pour des crimes rares tels qu’homicides, empoisonnements, attentats à la pudeur, coups et blessures graves et même castration.

2Qui sont ces femmes accusées de crimes extraordinaires ? Marginales statistiquement, sont-elles marginales dans la société ? Comment la déviance féminine est-elle perçue et dite ? Les dossiers d’assises et les comptes-rendus des procès parus dans deux quotidiens régionaux – Le Journal de Toulouse et L’Express du Midi – sont les deux principales sources étudiées. Elles révèlent que la criminalité féminine intrigue, attise la curiosité, d’autant que ce sont des femmes du peuple qui sont présentées devant la Cour : des domestiques, des ménagères. L’affluence dans la salle d’audience rend les chroniqueurs perplexes.

3Être une femme ou un homme face à la justice, au xixe siècle, compte. Les verdicts sont empreints de différenciation sexuelle. Ainsi, une femme, épouse et mère accomplie, qui bénéficie d’une bonne réputation parmi ses semblables, peut espérer un jugement clément. La communauté rurale ou de quartier constitue le premier jury devant lequel les accusées comparaissent. En revanche, une femme aux mœurs jugées légères doit craindre un verdict sévère. On attend de l’individu qu’il se conforme à la norme, constituée d’institutions comme le mariage et de correspondance à l’ « essence féminine ». Toute femme qui s’en affranchit s’expose à l’exclusion. Les femmes ne sont pas jugées que sur la base du droit, elles doivent répondre aux « lois du genre ».

4Que révèlent les discours sur ces accusées qui ont commis des crimes à la marge ? Ceux-ci témoignent de l’univers mental des magistrats au xixe siècle, nourri de morale (les expressions telles « relations coupables » pour signifier l’adultère en attestent), de science au sens large (médecine, mais aussi psychiatrie et criminologie naissantes) et de stéréotypes (construits sur une définition dite naturelle de « la » femme). Les discours évoluent sur la période, tendant à se standardiser. Les efforts pour employer un vocabulaire neutre sont notables. La plus grande popularité des théories psychiatriques ou criminologiques est perceptible, notamment dans les stratégies de défense construites par les avocats. Mais aussi, dans les tentatives d’explication du passage à l’acte. Finalement, le parler populaire est peu accessible, « victime » de l’uniformisation opérée par la magistrature. Aussi, lorsqu’il transparaît, c’est souvent à dessein et à charge pour les femmes dont les paroles sont rapportées.

5En Haute-Garonne, comme dans le reste de la France, la criminalité féminine ne cesse de diminuer sur la période : la correctionnalisation de certains crimes en est la principale cause. Davantage d’acquittements sont également prononcés. Il semble que les juges et les jurys, issus des classes privilégiées, estiment trop sévères les peines prévues par le Code pénal et désapprouvent la seule responsabilité attribuée aux femmes, comme dans les cas d’infanticide. Ils tiennent compte, enfin, de la situation socioprofessionnelle des prévenues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Pons, « « Femmes criminelles à la marge en Haute-Garonne, 1843-1914 », Master 2, sous la direction de Sylvie Chaperon, Université de Toulouse II, 2013 », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1900

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page