Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Le sujet politique lesbien à Paris : compositions, recompositions et décompositions du sujet féministe (1970-1984) », Master 2, sous la direction d’Elsa Dorlin, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Ilana Eloit

Texte intégral

1Bien que peu connue, l’histoire de la construction du sujet politique lesbien en France nous apporte des réponses majeures à de vastes questionnements sur la pertinence et les limites des identités politiques, d’une acuité et d’une actualité surprenantes. Ce mémoire de Master 2 est consacré à la construction du lesbianisme comme catégorie politique ainsi que comme position critique sur le sujet politique du féminisme.

  • 1 Christine Bard, « Le lesbianisme comme construction politique », dans Eliane Gubin, Catherine Jacqu (...)

2Pour qualifier les premiers moments du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) en France à l’orée des années 1970, l’historienne Christine Bard parle d’« unanimisme fusionnel »1. Toutes les femmes se reconnaissent, quelles que soient leurs différences, y compris de sexualité, dans le sujet unitaire du féminisme : « Nous, les femmes ». Pourtant, dix ans plus tard, au début des années 1980, le sujet féministe s’engage dans un mouvement d’éclatement et de délitement avec la séparation des lesbiennes radicales, puis de certaines « lesbiennes minoritaires » qui questionnent à nouveaux frais les limites des identités politiques. Des subjectivités « minoritaires » commencent alors à se faire entendre au sein des communautés lesbiennes : « Nous, les lesbiennes noires », « Nous, les lesbiennes juives », ou encore « Nous, les lesbiennes arabes ». Ainsi, ce travail de recherche propose un regard alternatif et décentré sur l’histoire du MLF du point de vue lesbien. Il s’attache à retracer les conflictualités qui ont traversé le Mouvement des femmes et à débusquer les effets normatifs d’une conception monolithique du sujet féministe. Quelles résistances les lesbiennes ont-elles rencontré au sein du MLF dans leurs tentatives d’affirmation et d’autonomisation, et que nous apprennent ces résistances quant aux mécanismes d’institution des sujets politiques modernes ? Comment ces questionnements sur l’intersection des identités ont-ils émergé au sein des groupes lesbiens dans les années 1970 et 1980, et comment ont-ils recomposé et réinterrogé le sujet politique du féminisme ?

3Étudier les conflictualités qui ont traversé le féminisme et travaillé l’élaboration de la catégorie « lesbienne » comme schème d’intelligibilité mouvant d’une expérience spécifique de la domination revient à se poser la question « Qu’est-ce qu’une lesbienne ? ». Comment cette catégorie identitaire est-elle apparue et quels sens a-t-elle recouverts de 1970 à 1984 ? Dans quelles mesures les significations changeantes de l’identité lesbienne permettent-elles de retracer une généalogie des pensées de la résistance et des discours féministes ? Le cœur de ce travail consiste à étudier les manières dont les sujets se sont définis eux-mêmes et les définitions ont été envisagées comme les objets mêmes de la recherche plutôt que comme des points de départ. Ainsi, l’écriture de la généalogie du sujet lesbien – d’une histoire subalterne et oubliée du féminisme –, a nécessité la mise en pratique de méthodologies propres à l’histoire orale et au maniement d’archives privées afin d’exhumer, par un travail méticuleux d’analyse des discours, les traces de ces controverses marginalisées. Enfin, ce mémoire s’appuie sur la conviction qu’écrire l’histoire du MLF du point de vue lesbien, démultiplier les points de vue sur les histoires féministes et LGBT demeure une démarche fondamentale à la mise en lumière et au rappel des effets normatifs des identités politiques ainsi qu’à l’invention de stratégies sans cesse renouvelées de démarginalisation au sein même de ces mouvements.

Haut de page

Notes

1 Christine Bard, « Le lesbianisme comme construction politique », dans Eliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Les éditions de l'Atelier, 2004, p. 114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ilana Eloit, « « Le sujet politique lesbien à Paris : compositions, recompositions et décompositions du sujet féministe (1970-1984) », Master 2, sous la direction d’Elsa Dorlin, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1899

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page