Navigation – Plan du site
Les femmes prennent la plume

Prendre la plume pour s’imposer dans le parti ? Le cas de Therese Schlesinger, militante du Parti social-démocrate autrichien

Jean-Numa Ducange

Résumés

L'article présente Therese Schlesinger, figure de la social-démocratie autrichienne, notamment ses contributions parues dans les principales revues de la social-démocratie allemande. Il montre comment nombre de ses publications, notamment de nombreux comptes-rendus d'ouvrages, ont contribué à en faire une des personnalités féministes majeures de l'époque, à la charnière de l'Autriche et de l'Allemagne. Une de ses contributions sur l'histoire des femmes est publiée au moment de la crise «  révisionniste  », qui met en cause les fondements du marxisme. Cette publication montre l'habilité de Schlesinger, capable de mobiliser des courants différents au service de sa principale cause : la bataille pour la reconnaissance de la légitimité des luttes féministes au sein du mouvement ouvrier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur Therese Schlesinger, outre la notice biographique parue dans Georges Haupt et Jean Maitron (dir (...)
  • 2 Tânia Puschnerat, Clara Zetkin : Bürgerlichkeit und Marxismus : eine Biographie, Essen, Klartext, 2 (...)
  • 3 Karen Offen, Les féminismes en Europe 1700-1950, Rennes, PUR, 2012.

1Si Therese Schlesinger est une des militantes sociales-démocrates les plus célèbres du mouvement ouvrier autrichien1, notamment pour son action après la Première Guerre mondiale, elle demeure peu connue en France par rapport à d’autres figures comme par exemple la sociale-démocrate allemande devenue communiste à partir de 1919, Clara Zetkin. Surinvestie par l’historiographie est-allemande, cette dernière a fait l’objet de plusieurs biographies, même après la réunification allemande2. Zetkin est toujours la figure la plus citée dans les synthèses évoquant l’histoire des femmes et leurs rapports aux partis du mouvement ouvrier. C’est le cas par exemple dans l’ouvrage de Karen Offen, qui ne cite pas Schlesinger mais mentionne en revanche plusieurs dirigeantes de la social-démocratie allemande3.

  • 4 Paul Pasteur, Femmes dans le mouvement ouvrier autrichien 1918-1934, Thèse d’études germaniques, Ro (...)

2Le rôle de Therese Schlesinger n’en a pourtant pas moins été important. Au niveau du socialisme international, elle est parfois mentionnée pour avoir été une des rares pacifistes pendant la première guerre, investie dans le cercle « Karl Marx » avec Friedrich Adler. L’une des premières femmes élues députés en 1919 en Autriche et une des seules, à côté d’Adelheid Popp, à avoir été membre du comité directeur du Parti social-démocrate autrichien de 1926 à 1932, elle a ainsi occupé des mandats politiques importants et est considérée « avec Käthe Leichter [comme] la seule militante sociale-démocrate de cette époque à défendre des positions de classe mais aussi à utiliser une méthode dialectique, une des rares véritables marxistes4 ». Ouverte aux courants de pensée de son époque, elle a fréquenté le milieu des psychanalystes viennois dans l’entre-deux-guerres.

  • 5 Adelheid Popp, Jugend einer Arbeiterin, Berlin, Dietz, 1991 (1909). En français : Journal d’une ouv (...)
  • 6 Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité  (...)
  • 7 Pour un exemple à travers des revues libérales allemandes accueillant des plumes autrichiennes voir (...)

3Sa trajectoire dans les années 1920-1930 étant relativement étudiée et connue, c’est aux premières étapes de l’itinéraire de Therese Schlesinger que l’on s’intéressera ici, au moment où elle publie ses premiers écrits à la toute fin du xixe siècle puis dans les années suivantes. À une époque où la social-démocratie allemande domine largement le socialisme européen, Schlesinger fait partie des militants autrichiens qui disposent de rapports parfois étroits avec des dirigeants de la social-démocratie allemande, montrant un réseau de relations étendues au sein du parti, dont peu disposent alors à l’époque. La plus célèbre militante de la social-démocratie autrichienne – du moins en France grâce à une traduction de son journal –, Adelheid Popp5, n’a quasiment rien publié dans les revues allemandes. Therese Schlesinger s’inscrit à la charnière des univers allemand et autrichien : sur ces échanges et publications au sein des pays germanophones, en particulier la façon dont des militants investis à l’origine en Autriche deviennent d’importantes figures dans le SPD, une histoire croisée resterait à écrire6, en intégrant le déplacement durable de quelques-uns des meilleurs militants de la social-démocratie autrichienne venant par exemple enseigner à l’école du parti allemand, la plus prestigieuse d’Europe7. Le cas de Karl Kautsky (1854-1938) est le plus célèbre, né à Prague et militant à l’origine de la social-démocratie autrichienne, ou encore Gustav Eckstein qui devient enseignant à l’école du parti en Allemagne après avoir été longtemps militant en Autriche. Gustav Eckstein était par ailleurs le frère... de Therese Schlesinger. S’il existe bien un espace autrichien spécifique, que montre par exemple de façon très nette la spécificité « austro-marxiste » sur la question du traitement des nationalités dans l’empire austro-hongrois, n’oublions pas que, dans la continuité des révolutions de 1848, les sociaux-démocrates souhaitaient l’établissement d’une grande République allemande réunissant tous les germanophones.

4En étudiant ici une série de publications de Therese Schlesinger, nous entendons ainsi apporter une première pierre à un travail plus vaste sur ces rapports complexes à l’échelle des militant-e-s du monde germanophone. Sans jamais quitter le domaine autrichien, Schlesinger fait partie des figures connues dans le monde social-démocrate avant 1914, fait d’autant plus exceptionnel qu’il s’agit d’une femme. Un examen attentif de ses publications, notamment dans les deux grandes revues de la social-démocratie allemande, Die Neue Zeit et Die Sozialistische Monatshefte, permet de mieux comprendre comment Schlesinger a cherché à s’imposer dans des lieux où l’écrasante majorité des contributeurs étaient, à l’image de la direction du parti, des hommes.

L’investissement politique et théorique d’une « bourgeoise »

  • 8 Outre la thèse citée, voir du même auteur Pratiques politiques et militantes de la social-démocrati (...)

5Therese Schlesinger n’était pas à l’origine une « fille du peuple ». Née en 1863, issue d’une famille d’industriels cultivés et donc d’origine bourgeoise, elle a, pour reprendre les termes de l’époque, choisi de « rejoindre le camp de la classe ouvrière » après un premier engagement dans des structures féministes bourgeoises, constituant en cela un cas singulier. En effet, dans les années 1890, elle publie déjà des contributions dans un journal, Die Volksstimme. Elle lit la presse sociale-démocrate, mais c’est à l’occasion d’une grande enquête sur la situation des femmes ouvrières qu’elle rencontre des militants du Parti social-démocrate, notamment Victor Adler, son principal dirigeant. Elle s’en rapproche progressivement puis adhère au parti en 1897 à l’occasion d’une campagne électorale, peu avant que la social-démocratie décide de créer un « Comité des femmes d’Empire » (Frauenreichskomitee) pour coordonner le travail du secteur féminin du parti. Elle va devenir alors une des représentantes les plus en vue du mouvement des femmes sociales-démocrates, mouvement dont on sait les difficultés auxquelles il a dû faire face en Autriche. Significativement, au congrès de fondation de la social-démocratie autrichienne de Hainfeld en 1888-1889, on ne repère qu’une seule femme déléguée... qui en fut expulsée, car jugée indésirable ! Passons sur les difficultés et les différentes étapes de structuration des organisations de femmes en marge puis au sein du parti, sur lesquels Paul Pasteur et quelques autres historien-ne-s nous ont livré des études précieuses8 ; l’appartenance n’est pas aisée à saisir et de ce point de vue le rôle de la presse est décisif, l’Arbeiterinnenzeitung (fondé en 1892), journal des ouvrières sociales-démocrates, constituant un moyen utile pour repérer à la fois le contenu doctrinal mais aussi le nombre de femmes structurées par la mouvance sociale-démocrate.

  • 9 IISG, Archives Karl Kautsky, D XX 243-267, 1897-1937 (25 lettres).

6Si l’on établit la bibliographie de toutes ses publications, outre ses articles dans la presse spécifique féminine, il est possible de relever également une forte présence dans la revue théorique de la social-démocratie allemande connue dans toute l’Europe, Die Neue Zeit fondée en 1883 par Karl Kautsky, puis dans Der Kampf, revue du parti autrichien publiée à partir de 1907. Une correspondance avec Karl Kautsky est conservée dans les archives de ce dernier, où l’on peut lire notamment des propositions de correction de ses articles, montrant des échanges réguliers avec celui que l’on surnommait alors « le pape du marxisme9 ».

  • 10 À noter que l’Arbeiterinnenzeitung reprend souvent des articles de portée générale parus dans Die G (...)
  • 11 « Die erste Konferenz deutscher Sozialdemokratinnen in Oesterreich », Die Neue Zeit, 1897-98, p. 31 (...)
  • 12 « Der internationale Sozialistenkongreß zu Amsterdam und das Frauenwahlrecht », Die Neue Zeit, 1902 (...)
  • 13 « Die österreichische Wahlrechtsbewegung und das Frauenstimmrecht », Die Neue Zeit, 1906-1907, p. 1 (...)
  • 14 « Zu dem Kampfe gegen die Reglementierung der Prostitution », Die Neue Zeit, 1898-99, p. 365-374 ; (...)
  • 15 « Frauenarbeit und Lohnpolitik », Die Neue Zeit, 1911-1912, p. 53-60 ; « Herr Dr. Ludwig Pohle und (...)

7Sur la Neue Zeit, plusieurs remarques s’imposent. En premier lieu, en publiant de tels articles, au-delà des seuls organes propres dédiés aux femmes comme Die Gleichheit de Zetkin10, Schlesinger fait ainsi partie des militantes qui inscrivent dans les « grandes » revues sociale-démocrates les thématiques féministes ou qui, du moins, tentent de le faire. Entre 1898 et 1914, Schlesinger publie notamment un compte-rendu de la première conférence des femmes sociales-démocrates en Autriche11 et un commentaire d’une adresse au Congrès de l’Internationale socialiste demandant la prise en compte du droit de vote des femmes12, thème repris trois ans plus tard dans un article exigeant de nouveau ce droit à l’heure où le suffrage universel masculin a été obtenu en Autriche13. Plusieurs contributions sur la règlementation de la prostitution et la sexualité sont également à relever14 et l’on trouve enfin deux articles sur la condition des ouvrières dans différents secteurs, fondés sur des publications récentes relatives à leur situation15.

  • 16 Therese Schlesinger, « Dr. André de Màday, Le Droit des Femmes au Travail. Etude sociologique, V. G (...)
  • 17 « E. Sylvia Pankhurst, The Suffragette. The historie of the women’s militant suffrage movement 1905 (...)
  • 18 « A. Forel, Sexuelle Ehtik. Ein Vortrag mit Anhang : “Beispiele ethisch-sexueller Konflikte aus dem (...)

8Ces articles, pour significatifs qu’ils soient, constituent davantage de longs comptes-rendus de réunions politiques ou sur une série d’ouvrages relatifs à un thème déterminé, que d’un article d’analyse à proprement parler, même si certains contiennent des développements non négligeables. Par rapport aux grands ténors du parti, le nombre d’articles de Schlesinger reste donc malgré tout limité. Et à part ses écrits, toujours relatifs à la situation du mouvement des femmes en Autriche, elle a surtout publié majoritairement des comptes-rendus d’ouvrages. On dénombre pas moins de soixante-dix recensions, sans compter le fait qu’il s’agit parfois d’un texte rendant compte de deux ou trois ouvrages, donc une sorte de « mini-article » soit en tout près de quatre-vingts ouvrages lus et présentés. Ces comptes-rendus constituent un ensemble cohérent de textes, souvent brefs mais informés, qui renseignent sur l’histoire des femmes à l’époque : ils évoquent des ouvrages sur la situation sociale des femmes ouvrières16, des contributions historiques sur les suffragettes17, plus généralement sur les revendications de droit de vote pour les femmes, sur l’état du mouvement féministe dans toute l’Europe sans oublier la psychologie, la sexualité18 et la prostitution. La liste même des ouvrages recensés permet d’établir une riche bibliographie des publications sur ce sujet en allemand (et aussi dans une moindre mesure en anglais et français) entre 1900-1914, d’autant que la revue devient pendant cette période hebdomadaire. Ils sont parfaitement complémentaires des articles présentés ci-dessus. Therese Schlesinger évoque enfin plusieurs ouvrages sur la question de l’éducation des enfants. Évoquer les questions éducatives permettait de se donner une légitimité importante : la Bildung (éducation, formation, culture) était en effet un concept fondamental pour la social-démocratie autrichienne, renvoyant à ses origines mêmes ; l’ancêtre direct du parti était en effet une association éducative destinée aux ouvriers fondée en 1867.

9Therese Schlesinger demeure largement cantonnée aux questions spécifiques liées à l’organisation des femmes dans le mouvement ouvrier et, pour la majeure partie des textes, à un genre relativement mineur, le compte-rendu d’ouvrage, qui plus est parfois très bref et peu analytique. En ne tenant compte que des articles, Schlesinger peut être tenue pour une figure secondaire ; mais en considérant les comptes-rendus et les centaines de pages qu’ils recouvrent sur plus d’une décennie, on peut nuancer cette affirmation. Leur publication ne paraît absolument pas anecdotique, surtout lorsqu’il s’agit d’un thème comme celui des femmes : il y avait une stratégie de légitimation dans la revue qui passait par l’écriture de comptes-rendus, quel que soit le type d’ouvrage concerné.

  • 19 Paul Pasteur, Pratiques politiques et militantes..., p. 229.

10Comment finalement classer cette figure quelque peu atypique de la social-démocratie au regard de ses écrits dans la Neue Zeit ? Therese Schlesinger reste aux marges puisqu’elle ne publie pas de « grands » articles sur la question des femmes dans l’organe de la social-démocratie allemande qui reste principalement le domaine « réservé » des grands dirigeants politiques. Ces publications témoignent malgré cela d’un réseau étendu de relations, puisqu’il n’est pas donné à tout le monde de publier dans la Neue Zeit, alors lue par l’élite du parti en Allemagne et en Autriche mais aussi également par les socialistes européens maîtrisant l’allemand depuis la France (Paul Lafargue et Jean Jaurès) jusqu’à la Russie (les diverses tendances sociales-démocrates dont certaines figures célèbres comme Plekhanov et Riazanov), qui devaient donc au moins connaître le nom de Therese Schlesinger. Ainsi, au même titre qu’il est possible d’établir une typologie de « cadres intermédiaires19 » au niveau de la structures des partis sociaux-démocrates germanophones, on peut avancer l’idée d’un groupe d’intellectuel-le-s « intermédiaires » lié-e-s à la revue, écrivant régulièrement, mais sans occuper de position dominante.

Une brochure sur l’histoire des femmes : un moyen d’exister de façon autonome ?

  • 20 Therese Schlesinger, Die Frau im Neunzehnten Jahrhundert, Berlin, Verlag Aufklärung Berlin, 1902.

11Afin de mieux la situer au sein de la mouvance intellectuelle de la social-démocratie, intéressons nous à la publication de la première brochure de Therese Schlesinger, écrite en collaboration avec son frère Gustav Eckstein, régulièrement mentionnée dans les bibliographies et biographies la concernant. Il s’agit de Die Frau im Neunzehnten Jahrhundert (La femme au dix-neuvième siècle). La brochure est publiée en 1902 en Allemagne à Berlin, et non à Vienne20. Or, c’est précisément au moment où elle publie cette brochure qu’elle fonde avec d’autres, contre les résistances du parti, l’Association des femmes et des jeunes sociales-démocrates (Verein sozialdemokratischer Frauen und Mädchen) pour affirmer l’autonomie des femmes face à un parti plus que réservé sur cette question. Un an plus tard, en 1903, elle rejoint l’exécutif du Comité d’empire des femmes sociales-démocrates. Au cours de ces mêmes années, Schlesinger se bat pour que son parti inclue concrètement dans sa propagande le droit de vote pour les femmes (formellement inscrit depuis 1892 dans les revendications programmatiques) dans les divers congrès sociaux-démocrates comme au cours de conférences dédiées à des questions plus spécifiques. Elle en appelle par exemple en 1903 à la solidarité de ses camarades hommes au cours de la deuxième conférence des femmes sociales-démocrates :

  • 21 « La conférence exprime une attente, à savoir que les hommes sociaux-démocrates dans leur grande ma (...)

« Die Konferenz spricht zugleich die Erwartung aus, dass die sozialdemokratischen Männer in höherem Maße als bisher die Frauen in dieser Aufgabe unterstützen und bei jeder Gelegenheit für die rechtliche und politische Gleichstellung der Geschlechter eintreten werden, wie das Programm der sozialdemokratischen Partei in Österreich es von ihnen verlangt und wie sie es wiederholt auf unseren Parteitagen beschlossen haben21. »

12Mais Victor Adler lui répond au cours de la même conférence qu’il s’agit certes d’un objectif à long terme, mais que la priorité reste le suffrage universel... masculin :

  • 22 « Nous devons expliquer à chaque occasion, que nous sommes pour le droit de vote des femmes, que no (...)

« Wir müssen bei jeder Gelegenheit erklären, dass wir für das Frauenwahlrecht sind, dass wir auch den ersten Schritt auf diesem Gebiete machen wollen, aber dass der letzte Schritt erst gemacht werden kann, wenn der erste Schritt gemacht ist, und der ist : die Erkämpfung des Wahlrechtes für die Männer22. »

  • 23 Therese Schlesinger, « Mein Weg zur Sozialdemokratie » in Adelheid Popp (Hrsg.), Gedenkbuch : 20 Ja (...)
  • 24 Voir notre article « Révolutionnaires d’hier et d’aujourd’hui : l’ambiguïté des références à la Rév (...)

13C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la publication de cette brochure sur le xixe siècle qui, bien que modeste (une centaine de pages), constitue donc le premier ouvrage –hors des articles publiés – de Therese Schlesinger. Le contenu n’a en soi rien d’original : il s’agit d’une histoire générale des femmes développant notamment quelques rappels sur l’histoire du xviiie siècle, inspirée par la lecture marxiste. Elle connaît bien l’histoire de l’Aufklärung et de la Révolution française, sa formation bourgeoise ayant joué sur ce point incontestablement un rôle important. Dans un récit autobiographique publié en 1912, elle évoque dès les toutes premières lignes sa passion pour l’histoire et le premier événement cité est la Révolution française23. À cela il faut ajouter une autre dimension : les femmes investies dans le cadre des organisations du mouvement ouvrier ont eu une nette conscience de la nécessité de légitimer leur place dans l’histoire, à l’image du parti lui-même, qui se pensait le continuateur prestigieux d’une longue histoire de résistance des opprimés à travers les siècles24. Dans la presse, les femmes ont régulièrement consacré des articles aux femmes militantes qui les avaient précédées : 1848 bien sûr, mais aussi pour la période de la Révolution française Mary Wollstonecraft ou encore Olympe de Gouges, dont les sociales-démocrates autrichiennes reprennent le slogan : « si on a donné aux femmes le droit de monter à l’échafaud, elles doivent aussi avoir le droit de monter à la tribune ».

14C’est dans le cadre de cette double dimension – culture bourgeoise et volonté d’ancrer les combats actuels des femmes dans l’histoire – qu’il faut comprendre les quelques développements sur la Révolution française dans la brochure de Schlesinger (marche des femmes sur Versailles d’octobre 1789, figures d’Olympe de Gouges et Luise [sic] Lacombe) dont une présentation assez attendue de quelques précurseurs comme Condorcet et Mary Wollstonecraft. Son propos est plus singulier lorsqu’elle se montre critique à l’égard d’une révolution qui a laissé peu de place aux femmes. Elle souligne la répression des clubs féminins par la Convention nationale, soit une vision critique d’une œuvre révolutionnaire masculine et répressive. La « Grande Révolution » a vu émerger des courants féminins dont la social-démocratie hérite, mais la tradition révolutionnaire n’aurait laissé au bout du compte que très peu de place à leur libre expression. On peut légitimement supposer qu’une telle critique présentant les limites des réalisations révolutionnaires cadrait peu avec l’orthodoxie du parti, surtout qu’il s’agit de mettre au premier plan les femmes au cœur de la lutte. Faut-il y voir une critique à peine voilée, à travers un détour historique, de l’orientation du parti qui a accepté avec peine l’inscription du droit de vote pour les femmes dans son programme ?

Therese Schlesinger et le jeu des courants politiques

  • 25 Sur ce thème voir les travaux de Daniel Guérin et, pour une approche plus scientifique, ceux de Dom (...)

15Gardons-nous de faire de cette critique féministe une prise de position « révolutionnaire » (à l’image des clubs féminins « plus à gauche » que la Convention en 1793-179425) contre la modération du parti. Les lignes de clivages ne sont en effet pas aussi simples. La maison d’édition qui publie la brochure de Therese Schlesinger, Verlag Aufklärung de Berlin, a également diffusé une quinzaine d’ouvrages abordant un thème général du dix-neuvième siècle lié à l’histoire du socialisme (par exemple « État et commune », « Le mouvement ouvrier », « Le socialisme », « La Révolution » mais aussi « Théâtre et musique »). L’examen du catalogue de cette maison d’édition mérite attention : les auteurs de ces différents ouvrages (Eduard Bernstein, Max Schippel, Eduard David, Conrad Schmidt, entre autres) et les publicités que ces brochures contiennent pour la revue Sozialistische Monatshefte (Les cahiers mensuels socialistes) indiquent clairement qu’il s’agit d’un ensemble éditorial à l’initiative de ceux que l’on appelle les « révisionnistes », c’est-à-dire ceux qui ont lancé une vaste entreprise de révision du marxisme, retenus par l’histoire comme les premiers théoriciens conséquents du réformisme s’opposant au “révolutionnarisme” du parti. Ces cahiers socialistes fondés par Josef Bloch sont en effet publiés par ceux qui critiquent la ligne du parti comme Eduard Bernstein, dénonçant la phraséologie révolutionnaire en décalage selon eux avec la réalité effective du parti. L’objectif avoué de ces Cahiers était de faire concurrence à l’orthodoxie de la Neue Zeit. À noter que si le débat « révisionniste » est avant tout allemand, il a des échos dans la plupart des grands pays européens, surtout dans l’Autriche voisine à travers le principal contradicteur de Bernstein, Karl Kautsky. Le congrès de Vienne de 1901 du Parti social-démocrate a débouché sur une révision du programme montrant l’influence du révisionnisme, bien que Karl Kautsky s’en défende lui-même.

  • 26 Voir notamment Therese Schlesinger, « Bürgerliche und proletarische Frauen Bewegung », Sozialistisc (...)
  • 27 Elle publie des articles dans le Sozialistichen Akademiker (1896-1897), ancêtre des Sozialistische (...)
  • 28 Therese Schlesinger, « Mein Weg... », p. 132.

16Or, en parallèle de cette brochure, Schlesinger écrit jusqu’en 1904 quelques articles politiques dans ces Sozialitische Monatshefte26. Elle y a publié neuf articles dont sept avant 1900, c’est-à-dire avant la crise « révisionniste », traitant pour la plupart de questions relatives à la condition des femmes ouvrières. Elle a certes commencé en parallèle, on l’a vu, une collaboration à la Neue Zeit, mais limitée principalement à des comptes-rendus d’ouvrages. À regarder de près, elle est même une des premières collaboratrices des Sozialistische Monatshefte27 et livre des articles sur la situation des femmes à Vienne dès 1898 : c’est ainsi, du moins dans un premier temps, une correspondante privilégiée de la revue. Son essai autobiographique confirme ses liens précoces puisqu’elle affirme qu’en 1896 elle était déléguée à un congrès international des femmes « bourgeoises » à l’occasion duquel elle avait pris des contacts avec des sociaux-démocrates qui cherchaient déjà à établir des ponts avec certains libéraux, donc ceux bientôt proches des « révisionnistes »28. Il est intéressant de relever qu’elle souligne dans ce même texte avant tout ses rapports avec Karl Kautsky et la Neue Zeit, et ne mentionne que rapidement ses contacts avec les Sozialistische Monatshefte. Elle sous-estime, consciemment ou pas, ses propres écrits des premières années, probablement en raison de son positionnement au sein de la social-démocratie au moment où elle rédige son autobiographie (en 1912 elle est à la gauche du parti), publiée qui plus est dans un ouvrage collectif où il s’agit de célébrer avant tout les grandes avancées du mouvement ouvrier féminin.

  • 29 Roger Fletcher, Revisionism and Empire. Socialist Imperialism in Germany 1897-1914, London, G. Alle (...)
  • 30 Jean-Numa Ducange, « Le révisionnisme n’est-il qu’un réformisme ? : sur quelques aspects de la prem (...)

17Plutôt que de vouloir rétrospectivement repérer des sensibilités politiques encore mal définies, il faut souligner la dynamique de ces différents réseaux éditoriaux « révisionnistes ». C’est ce que soulignait jadis l’historien Roger Fletcher29 au sujet des Sozialistische Monatshefte qui, selon lui, n’eurent guère de difficulté à attirer des signatures prestigieuses du socialisme international, notamment de tous ceux qu’exaspérait la doxa répétitive du centre et d’une partie de la gauche du parti, y compris des collaborateurs de la Neue Zeit. Le débat sur la révision du marxisme, du moins dans sa phase initiale de ces années 1898-1902, est loin d’être un affrontement limpide entre réformistes et révolutionnaires30 ; la confrontation doit aussi être saisie comme une ouverture pour tous ceux qui, exaspérés par un certain marxisme, souhaitent faire avancer des idées hétérodoxes. Comme Rosa Luxemburg sur la question nationale (qui avait publié un texte dans les Sozialistische Monatshefte sur ce point) Therese Schlesinger, avant que le débat ne fige les positions politiques définitivement, se sert de « l’appel d’air » qu’un temps la révision du marxisme a semblé offrir, face à une doctrine du parti fermée à des réalités dont ne voulait guère entendre parler la majorité des militants.

  • 31 Therese Schlesinger, « Das Frauenwahlrecht auf socialdemokratischen Congressen », Sozialistische Mo (...)
  • 32 Therese Schlesinger, « Der internationale Sozialistenkongreß zu Amsterdam und das Frauenwahlrecht » (...)

18Certaines positions critiques ont pu un temps avoir un meilleur accueil chez ceux ayant suscité le débat dans le parti, avant que d’autres réalités politiques ne viennent recomposer et fixer les courants au sein des partis sociaux-démocrates. La chronologie est à ce sujet éclairante puisqu’après avoir publié plusieurs années dans ces Sozialistische Monatshefte, Therese Schlesinger écrit ensuite systématiquement dans la Neue Zeit jusqu’en 1914. Sauf erreur de notre part, Schlesinger publie dans les Sozialistische Monatshefte son dernier article en 1904 sur la question du droit de vote des femmes, question posée au congrès international d’Amsterdam31. Ce dernier article mérite attention car il proteste contre la décision du comité de l’Internationale socialiste de ne pas mettre à l’ordre du jour du congrès d’Amsterdam la revendication de droit de vote pour tous. On mesure avec cette publication combien Therese Schlesinger sait jouer de ses réseaux pour publier chez les « orthodoxes » ou les « révisionnistes » : un an plus tôt c’est dans la Neue Zeit32 qu’elle avait publié son article sur le droit de vote en prévision du congrès... ce qu’elle ne manque d’ailleurs pas de mentionner dans les Sozialistische Monatshefte !

19Néanmoins le choix majeur du congrès d’Amsterdam condamnant fermement tout révisionnisme, comme l’avait fait au niveau allemand le congrès de Dresde du SPD un an plus tôt, a probablement été un signe important pour la militante sociale-démocrate. Therese Schlesinger, après sa critique acerbe du choix de l’Internationale en 1904, ne publie plus ensuite dans la revue de Josef Bloch, probablement parce que désormais condamnée officiellement, la dissidence de Bernstein apparaît trop en marge de la social-démocratie et trop réformiste. Schlesinger se démarque de la modération politique des partisans de Bernstein et le contexte d’agitation des années suivantes va accentuer ce choix. Ainsi, alors qu’en 1898 elle publiait dans les Sozialistische Monatshefte un article sur les femmes salariées à partir de données récentes, elle reprend et étend sa réflexion sur le même sujet plus de dix ans plus tard, mais cette fois-ci dans la Neue Zeit.

  • 33 Cité par Paul Pasteur, Femmes dans le mouvement..., p. 51. L’article a paru dans l’édition du 28 no (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 Birgitta Bader-Zaar: « Teilhabe an der Macht ? Das Frauenwahlrecht und die politische Repräsentatio (...)
  • 36 Nicole Gabriel, « L’Internationale des femmes socialistes », Matériaux pour l’histoire de notre tem (...)
  • 37 Frau Schlesinger und Genossen, « Resolution » in International Conference of Socialist Women, 1, 19 (...)

20Surtout, peu après 1904, un événement radicalise ses positions sur la question du vote des femmes. En Autriche, la Révolution russe de 1905 a pour conséquence de ranimer la campagne en faveur du droit de vote, dans la perspective des élections de novembre. En février 1906 est promulguée la loi sur le suffrage universel... masculin. À la gauche du parti, Therese Schlesinger réaffirme la nécessité du droit de vote des femmes pour lequel elle bataille : elle rappelle, dans un article paru le 28 novembre 1905 que « le devoir de tous les membres du parti sans distinction est de lutter de toutes leurs forces pour l’application d’un vrai suffrage universel33 ». Dans la même contribution elle met en garde la social-démocratie « car des partis bourgeois pourraient s’emparer de cette revendication, la faire avancer et l’utiliser à leur profit34 ». Malgré ses protestations, il faudra attendre les lendemains de la guerre pour que les femmes autrichiennes obtiennent le droit de vote, acquis donc dans un contexte ultérieur et très spécifique35. Entretemps, l’acharnement des femmes sociales-démocrates aura permis de créer de nouvelles structures sans lesquelles on ne peut comprendre la « victoire » de 1919 : à l’occasion du congrès de Stuttgart de 1907 est fondée une internationale des femmes, témoignant des progrès accomplis36. Si traditionnellement on associe cette création à la figure de Clara Zetkin, à lire les débats de près, il faut rappeler le rôle non négligeable d’autres militantes, notamment Schlesinger, qui déposa une motion signée de « Schlesinger et ses camarades », jouant ainsi également un rôle dans ce processus d’affirmation de revendications des femmes37.

Femmes et social-démocratie

21Une manière de s’imposer dans le parti pour Therese Schlesinger a bien été de s’insérer dans des réseaux éditoriaux variés, lui permettant de présenter la situation des femmes ouvrières et de défendre la revendication de droit de vote, tandis que ses centres d’intérêts et ses nombreuses lectures ont permis de faire connaître, notamment via la Neue Zeit, des réalités probablement alors fort méconnues de la plupart des cadres du socialisme européen. Ses origines bourgeoises, cet habitus si l’on emprunte un terme à la sociologie, ne sont certainement pas pour rien dans cette capacité à entrer en contact avec des réseaux militants concurrents, qui lui permirent de rayonner bien plus que d’autres militantes de la même époque.

22Comprendre comment des femmes ont pu prendre la plume dans des contextes aussi difficiles implique dans tous les cas une prise en compte non des seuls textes les plus attendus et/ou les plus théoriques, mais également des contributions en apparence plus secondaires comme les comptes-rendus, très rarement cités mais qui indiquent une présence spécifique d’un-e auteur-e ; la même remarque s’applique à des brochures parfois peu retenues par la postérité en raison de leur contenu sommaire mais souvent lues assez largement, bien plus que de nombreux ouvrages théoriques. Et au-delà de la singularité de la trajectoire de Schlesinger et de ce qu’elle révèle, il est enfin essentiel de souligner que la prise en compte des revendications politiques des femmes sociales-démocrates ne saurait être résumée au jeu des tendances dans la social-démocratie. Dans un contexte de méfiance générale, ce ne sont pas des tendances politiques clairement identifiées qui peuvent être caractérisées comme plus ou moins sensibles à ces revendications.

  • 38 Voir par exemple : http://www.rennerinstitut.at/frauenmachengeschichte/wahlrecht/wahlrecht.htm.

23La postérité historiographique de Schlesinger mériterait certainement une recherche plus spécifique. Pour ne prendre que l’exemple de sa première brochure publiée, on peut repérer que, dans la plupart des bibliographies où son titre est mentionnée, il est très rare de trouver la mention du lieu d’édition, à savoir Berlin, témoignant de la volonté de faire de Schlesinger une « pure » figure autrichienne, minorant ses rapports avec la social-démocratie allemande. Une démarche à inscrire dans celle du SPÖ d’après 1945 et son rapport à l’identité autrichienne : il y aurait matière à approfondir sur la façon dont, par exemple, l’Institut Karl Renner (Fondation du SPÖ actuel) écrit l’histoire de la social-démocratie, y compris de l’action des femmes en son sein38.

Haut de page

Notes

1 Sur Therese Schlesinger, outre la notice biographique parue dans Georges Haupt et Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international. Autriche, Paris, Éditions ouvrières, 1971, voir notamment l’article de Marina Tichy, « “Ich hatte immer Angst, unwissend zu sterben”. Therese Schlesinger : Bürgerin und Sozialistin », in Edith Prost (dir.), « “Die Partei hat mich nie enttäuscht...” : österreichische Sozialdemokratinnen », Wien, Verlag für Gesellschaftskritik, 1989, p. 135-184.

2 Tânia Puschnerat, Clara Zetkin : Bürgerlichkeit und Marxismus : eine Biographie, Essen, Klartext, 2003. En français : Gilbert Badia, Clara Zetkin, féministe sans frontières, Paris, Éditions ouvrières, 1993

3 Karen Offen, Les féminismes en Europe 1700-1950, Rennes, PUR, 2012.

4 Paul Pasteur, Femmes dans le mouvement ouvrier autrichien 1918-1934, Thèse d’études germaniques, Rouen, 1987, p. 423.

5 Adelheid Popp, Jugend einer Arbeiterin, Berlin, Dietz, 1991 (1909). En français : Journal d’une ouvrière, Paris, Maspero, 1979.

6 Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales. Histoire, sciences sociales, 1/2003, p. 7-34.

7 Pour un exemple à travers des revues libérales allemandes accueillant des plumes autrichiennes voir Philippe Alexandre, « La “question autrichienne” : points de vue libéraux en Allemagne et en Autriche (1900-1918) » in Thierry Carpent (dir.), Nation, nationalisme(s), identité(s). Les rapports des Allemands d’Autriche-Hongrie avec les autres nationalités de l’Empire (1867-1918), Nancy, CEGIL, 2012, p. 41-59.

8 Outre la thèse citée, voir du même auteur Pratiques politiques et militantes de la social-démocratie autrichienne 1888-1934, Paris, Belin, 2003. Sur les femmes en Autriche voir également Harriet Anderson, Utopian feminism – women’s movements in “fin-de-siècle” Vienna, Yale, Yale University Press, 1992 ; Irmtraut Karlsson (dir.), Frauen in Bewegung – Frauen in der SPÖ, Wien, Löcker, 1998 ; Gabriella Hauch, Frauen bewegen Politik. Österreich 1848-1938, Innsbruck-Wien-Bozen Studien zur Frauen und Geschlechterforschung 10, 2009, 308 p.

9 IISG, Archives Karl Kautsky, D XX 243-267, 1897-1937 (25 lettres).

10 À noter que l’Arbeiterinnenzeitung reprend souvent des articles de portée générale parus dans Die Gleichheit, la revue de Clara Zetkin.

11 « Die erste Konferenz deutscher Sozialdemokratinnen in Oesterreich », Die Neue Zeit, 1897-98, p. 310-312.

12 « Der internationale Sozialistenkongreß zu Amsterdam und das Frauenwahlrecht », Die Neue Zeit, 1902-1903, p. 739-742.

13 « Die österreichische Wahlrechtsbewegung und das Frauenstimmrecht », Die Neue Zeit, 1906-1907, p. 147-154.

14 « Zu dem Kampfe gegen die Reglementierung der Prostitution », Die Neue Zeit, 1898-99, p. 365-374 ; « Prostitution und Frauenfrage », Die Neue Zeit, 1904-1905, p. 820-826 ; « Sexuelle Ethik » Die Neue Zeit, 1909-1910, p. 278-282.

15 « Frauenarbeit und Lohnpolitik », Die Neue Zeit, 1911-1912, p. 53-60 ; « Herr Dr. Ludwig Pohle und die Fabrikarbeit verheiratheter Frauen », Die Neue Zeit, 1900-1901, p. 337-343.

16 Therese Schlesinger, « Dr. André de Màday, Le Droit des Femmes au Travail. Etude sociologique, V. Giard & E. Brière, Paris », Die Neue Zeit, 1906-1907, p. 246.

17 « E. Sylvia Pankhurst, The Suffragette. The historie of the women’s militant suffrage movement 1905-1910. London, Gay & Hancock Limited ; M. G. Fawcett, L. L. D. President of the National Union of Women’s Suffrage Societies, Women’s Suffrage. A short history of a great movement. London, T.C & E. C. Jack. Käthe Schirmacher, Die Suffragetts. Weimar, A. Dunker. », Die Neue Zeit, 1912-1913, p. 667-669.

18 « A. Forel, Sexuelle Ehtik. Ein Vortrag mit Anhang : “Beispiele ethisch-sexueller Konflikte aus dem Leben.” München, 1906, Ernst Reinhardt », Die Neue Zeit, 1905-1906, p. 679-680.

19 Paul Pasteur, Pratiques politiques et militantes..., p. 229.

20 Therese Schlesinger, Die Frau im Neunzehnten Jahrhundert, Berlin, Verlag Aufklärung Berlin, 1902.

21 « La conférence exprime une attente, à savoir que les hommes sociaux-démocrates dans leur grande majorité soutiennent les femmes à chaque occasion qui se présentera pour l’égalité politique et juridique des sexes, comme l’exige le programme du Parti social-démocrate en Autriche et comme cela a été décidé dans nos congrès du parti » (« Was fordern die Arbeiterinnen Österreichs ? », Bericht über die zweite Konferenz der sozialdemokratischen Frauen Österreichs, Wien, am 8. November 1903).

22 « Nous devons expliquer à chaque occasion, que nous sommes pour le droit de vote des femmes, que nous voulons aussi faire le premier pas dans ce domaine mais aussi que la dernière étape peut être atteinte si la première l’est préalablement, à savoir : le combat pour le droit de vote des hommes », Ibid.

23 Therese Schlesinger, « Mein Weg zur Sozialdemokratie » in Adelheid Popp (Hrsg.), Gedenkbuch : 20 Jahre Österreichische Arbeiterinnenbewegung, Wien, Kommissionsverlag der Wiener Volksbuchhandlung, 1912, p. 125.

24 Voir notre article « Révolutionnaires d’hier et d’aujourd’hui : l’ambiguïté des références à la Révolution française chez les féministes germanophones (1889-1914) » http://ciera.hypotheses.org/309.

25 Sur ce thème voir les travaux de Daniel Guérin et, pour une approche plus scientifique, ceux de Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Paris, Perrin, 2004. Voir également les travaux en anglais dans le sillage de Lynn Hunt ainsi que Jean-Clément Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française, Paris, Armand Colin, 2008.

26 Voir notamment Therese Schlesinger, « Bürgerliche und proletarische Frauen Bewegung », Sozialistische Monatshefte, 1898, p. 459-466.

27 Elle publie des articles dans le Sozialistichen Akademiker (1896-1897), ancêtre des Sozialistische Monatshefte (1897-1933).

28 Therese Schlesinger, « Mein Weg... », p. 132.

29 Roger Fletcher, Revisionism and Empire. Socialist Imperialism in Germany 1897-1914, London, G. Allen and Unwin, 1984.

30 Jean-Numa Ducange, « Le révisionnisme n’est-il qu’un réformisme ? : sur quelques aspects de la première révision du marxisme », Mil-neuf-cent, revue d’histoire intellectuelle, n° 30, 2012, p. 133-147.

31 Therese Schlesinger, « Das Frauenwahlrecht auf socialdemokratischen Congressen », Sozialistische Monatshefte, 3/1904, p. 224-230.

32 Therese Schlesinger, « Der internationale Sozialistenkongreß zu Amsterdam und das Frauenwahlrecht », Die Neue Zeit, 1902-1903, p. 739-742.

33 Cité par Paul Pasteur, Femmes dans le mouvement..., p. 51. L’article a paru dans l’édition du 28 novembre 1905 de l’Arbeiterinnenzeitung.

34 Ibid.

35 Birgitta Bader-Zaar: « Teilhabe an der Macht ? Das Frauenwahlrecht und die politische Repräsentation von Frauen » in Marianne Walle, Paul Pasteur : Femmes en Autriche au XXe siècle, Austriaca, n°42, juin 1996, p.63-80

36 Nicole Gabriel, « L’Internationale des femmes socialistes », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°16, juillet-septembre 1989, p. 32-41.

37 Frau Schlesinger und Genossen, « Resolution » in International Conference of Socialist Women, 1, 1907. Les documents de cette conférence ont été numérisés par la Friedrich Ebert Stiftung (Bonn, Fondation du Parti social-démocrate allemand), http://library.fes.de/si-online/frauen-intro-fr.html.

38 Voir par exemple : http://www.rennerinstitut.at/frauenmachengeschichte/wahlrecht/wahlrecht.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Prendre la plume pour s’imposer dans le parti ? Le cas de Therese Schlesinger, militante du Parti social-démocrate autrichien », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1895

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

Normandie Université, GRHIS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page