Navigation – Plan du site
Les femmes prennent la plume

Le journalisme comme récit théorisé du militantisme chez Teresa Billington-Greig (Grande-Bretagne, 1877-1964)

Myriam Boussahba-Bravard

Résumés

Teresa Billington-Greig est une suffragiste anglaise qui dénonce les violences politiques et physiques faites aux femmes dans l’Angleterre d’avant 1914. Lors de son engagement dans des organisations suffragistes successives, sa détermination la conduit à « dire » et écrire combien les femmes doivent repousser la violence des hommes, pratiquement, politiquement et métaphoriquement, au mépris des comportements sociaux normés que les femmes doivent adopter. Dans son combat politique, entre 1900 et 1914, elle ne sépare jamais la pratique suffragiste ordinaire sur le terrain de celle de ses écrits militants et journalistiques. Lorsque son engagement féministe exclut sa position suffragiste, elle tente de maintenir une activité de journaliste féministe, sans succès avant et après la Première Guerre mondiale. Elle ne réussit pas à investir le métier de journaliste, nouvellement ouvert aux femmes, qui ne fait pas de place aux articles féministes cantonnant encore les femmes journalistes aux rubriques dites féminines. A vouloir transgresser l’ordre établi, celui de la politique, puis celui de la profession journalistique, Teresa Billington-Greig peut être perçue par ses contemporains comme une femme en échec ; cependant, au regard de l’histoire, elle offre une trajectoire emblématique, celle du rejet du silence, sans que sa voix ne soit pour autant longuement entendue.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La première, la Manchester National Society for Women’s Suffrage est fondée en octobre 1865. L’Enfr (...)
  • 2 En 1851, John Stuart Mill et Harriet Taylor publient « The Enfranchisement of Women », Westminster (...)
  • 3 Elizabeth Crawford, « Fawcett, Millicent Garrett (1867-1929) », The Women’s Suffrage Movement, A re (...)
  • 4 E. Crawford, « Pankhurst, Emmeline (1858-1928) », op. cit., p. 499-514.
  • 5 Le service d’ordre des réunions publiques des partis expulsait brutalement ceux qui étaient considé (...)

1En 1906, la campagne électorale législative met en présence les candidats du parti libéral, ceux du parti conservateur ainsi que ceux qui s’appelleront bientôt les travaillistes. L’Angleterre, démocratie fondée sur un suffrage censitaire, exclut toutes les femmes de l’électorat et encore certains hommes. La revendication suffragiste est ancienne et structurée depuis les années 18601, avant que John Stuart Mill ne prononce son fameux discours à la chambre des Communes en 18662. En 1897, les suffragistes se fédèrent en une puissante fédération nationale sous la présidence de Millicent Garret Fawcett3 ; la National Union of Women’s Suffrage Societies (NUWSS) continue le lobbying parlementaire tout en élargissant son audience à l’ensemble du pays. Au début du XXe siècle (1903), Emmeline Pankhurst4 crée un nouveau groupe suffragiste à Manchester, la Women’s Social and Political Union (WSPU), dont les ambitions nationales motivent son déménagement à Londres en 1906. Dès 1905, les suffragistes de la WSPU interpellent en public les candidats libéraux à la députation au sujet du vote des femmes, puis les élus libéraux et les membres du gouvernement après leur victoire aux législatives de janvier 1906. Arguant qu’elles n’obtiennent jamais de réponse, elles continuent de poser la même question jusqu’à ce que le service d’ordre les expulse d’une réunion publique sans ménagement5.

  • 6 La Women’s Freedom League est créée à l’automne 1907 après une scission d’avec la WSPU des Pankhurs (...)

2Pendant ce premier semestre 1907, en plus de faire l’apologie de la WSPU dans la presse suffragette, Teresa Billington-Greig publie plusieurs essais dont The Woman with the Whip (« La femme au fouet ») qui fait référence à la violence spécifique, de type sexuel, utilisée contre les femmes lors de leurs actions militantes « perturbatrices ». Elle s’insurge contre ces agressions sexuelles et explique pourquoi elle a sciemment utilisé un fouet pour se protéger des attouchements de membres de service d’ordre lors de cette campagne législative. Très tôt dans son activité militante, elle a théorisé la rébellion comme méthode politique et inscrit la désobéissance civile au cœur de l’action : « La femme au fouet », un de ses premiers textes, rapporte un acte précis de rébellion sous la forme d’un témoignage, puis le justifie ensuite dans un contexte plus large qui est non seulement celui de la revendication du vote législatif pour les femmes, mais aussi celui des rapports sociaux de sexe. La rébellion, acte puis récit théorisé, incarne alors l’action politique et obéit à une logique citoyenne et féministe. Plus tard éditorialiste, elle développe ces thèmes dans l’hebdomadaire suffragiste Vote (fondé en 1909), organe de la Women’s Freedom League6.

3Dans le cas de Teresa Billington-Greig, le militantisme mène en droite ligne au journalisme. Dès ses débuts en politique, elle utilise dans ses écrits un mélange d’événements narratifs qu’elle met en perspective pour proposer une analyse politique de l’incident. Cette narration inscrit systématiquement un événement, précis, dans un cadre général d’interprétation ; ainsi utilise-t-elle une écriture accessible qui mène pourtant ses lectrices vers une vision de plus grande envergure. Cette méthode est certes didactique, mais surtout militante puisque la théorisation s’adresse à toutes par le biais du récit d’émancipation comme l’illustre « la femme au fouet » de 1906.

  • 7 Martin Conboy, Journalism: a historical introduction, Londres, Sage, 2010, p. 67-78.
  • 8 Myriam Boussahba-Bravard (dir.), « Introduction », Suffrage Outside Suffragism, Women’s Vote in Bri (...)
  • 9 De nombreux tapuscrits (1920-1923) attestent de ses vaines tentatives, 7/TBG, archives de la Women’ (...)

4À l’époque, la professionnalisation des journalistes n’est pas encore d’actualité et celle des femmes l’est encore moins ; pourtant, à la fin du XIXe siècle, le journalisme de masse ainsi que la presse populaire ciblent déjà fortement un lectorat féminin en utilisant des femmes auteures7. Néanmoins, le parcours de Teresa Billington Greig fondé sur la théorisation de l’écrit politique obéit à un paradoxe général développé dans cet article. Malgré son talent et sa renommée au-delà de la campagne suffragiste, malgré son envie et sa forte motivation à devenir journaliste, elle n’a jamais eu de carrière journalistique en dehors du suffragisme8 ; ses nombreuses tentatives dans la presse généraliste avant et après la Première Guerre mondiale n’ont pas abouti9.

5En dehors des circuits militants, sa « non-carrière » suggère des pistes de réflexion sur les enjeux de pouvoir et les circulations de savoir dans et hors du milieu séparatiste suffragiste, soulignant combien la voix des femmes clamant leurs droits politiques, et pour certaines leur quête de liberté, ne put s’exprimer ni longuement ni partout. Il s’agit donc ici à travers un parcours individuel de questionner une réussite exemplaire, bien que limitée à la période de militantisme actif.

« La femme au fouet », Northampton, juin 1906

  • 10 Les élections législatives de 1906 portent les Libéraux au pouvoir. Pour la première fois, 29 déput (...)
  • 11 Herbert Asquith, anti suffragiste notoire, devient Premier ministre en 1908.
  • 12 Les militantes de la WSPU sont qualifiées de « suffragettes » dans un éditorial du Daily Mail de ja (...)
  • 13 (Mrs) Emmeline Pankhurst et Annie Kenney.
  • 14 Teresa Billington épouse Frederick Greig en janvier 1907. A l’issue de la cérémonie civile, ils par (...)
  • 15 A dog whip (petit fouet) comme nous l’apprend le Daily Chronicle, journal conservateur. La non préc (...)
  • 16 Caroline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), « Introduction générale. Penser la violence des femmes  (...)
  • 17 Niklaus Largier, « Introduction», In Praise of the Whip, A Cultural History of Arousal, New York, Z (...)
  • 18 Ils feront l’objet d’un prochain article.
  • 19 Daily Chronicle, 16 juin 1906, p. 3.
  • 20 « Woman » en 1906 s’oppose à « lady » ; ce terme introduit l’idée qu’il s’agit d’une femme non resp (...)
  • 21 Todd Browning, Freaks ou La Monstrueuse parade. Ce film de 1932 a immortalisé ces personnages, phén (...)

6En juin 1906, tous les députés du Northamptonshire élus depuis quatre mois sont des libéraux10 ; ils accueillent le ministre de l’économie et des finances du moment, Herbert Asquith, pour une grande célébration libérale11. Les suffragettes12 de la WSPU sont présentes. Au cours des derniers mois, les services d’ordre des partis connus pour leur violence envers les hommes développent vis-à-vis des femmes une brutalité de type sexuel, notamment des attouchements, des insultes et des quolibets liés au sexe des perturbatrices. À Northampton, lorsque les premières militantes13 sont expulsées aux yeux de tous, puis sexuellement attaquées par le service d’ordre qui les emmène vers la sortie, Teresa Billington14, munie de son (petit) fouet15, attend patiemment son tour. Elle est résolue à dénoncer publiquement les auteurs de ces agressions sexuelles, qui jouissent de l’humiliation de leurs victimes et parient sur leur silence. Elle choisit une méthode peu orthodoxe, mais qui va s’avérer très efficace au niveau des médias et de l’opinion publique : au lieu de « dire » ce qui est indicible, elle repousse à coups de fouet les videurs qui posent la main sur elle. Lorsque Teresa Billington fouette ainsi des hommes en public, elle transgresse les codes de comportement sociaux prescrits aux femmes, d’autant qu’elle utilise la violence contre plusieurs hommes à la fois16. Elle résiste à la loi des organisateurs de la réunion, explicitement identifiés à des hommes. Elle se donne à voir à un public provincial et libéral comme une adepte de la force, systématiquement alors associée à la virilité. Son instrument, le fouet brandi par une femme contre plusieurs hommes, transporte les spectateurs17 dans un lieu bien différent, où une dominatrice au fouet satisferait les fantasmes sadomasochistes de clients masculins. Les différents récits qui sont faits de l’épisode dans la presse18 vont de l’omission du fouet, pourtant élément factuel essentiel du récit, mais aussi comme acte militant du point de vue de Billington, à la détestation de cette femme éhontée, amazone dominatrice ou créature sauvage, présentée dans certains titres comme masculine et moustachue, seule explication « plausible » à son acte. Dans un des récits de la presse locale, elle fut la plus violemment expulsée19, puisqu’elle a résisté, en public, à des hommes dont la force musculaire justifie leur présence à la réunion politique. Temporairement victorieuse face à des hommes recrutés pour leur carrure, elle les ridiculise aux yeux de tous et de toutes les présent-e-s et garantit une couverture malicieusement transgressive dans la presse. La nouvelle est une bombe médiatique immédiate, localement et nationalement. Teresa Billington devient « la femme20 au fouet », appellation qui l’extrait du groupe des femmes « respectables » et l’introduit chez les monstres de foire, souvent identifiés par leurs attributs21. Pour la bonne société comme pour les classes laborieuses qui viennent admirer ces derniers, leur succès repose sur la surprise, le corps hors normes, la monstruosité physique.

  • 22 Frederick Pethick-Lawrence, Labour Record, mai 1906, p. 61: « Et donc, une frange de ces femmes qui (...)

7À Northampton en 1906, quand les journalistes locaux décrivent les femmes présentes sur la scène politique, elles n’existent qu’en tant que perturbatrices et /ou monstres, c'est-à-dire comme des « anomalies » politiques. Les suffragistes, elles, récusent ce qui serait une existence anecdotique et revendiquent la présence légitime et permanente des femmes, y compris dans les méthodes d’action qu’elles choisissent22. Assumant son acte, Teresa Billington dite « la femme au fouet » écrit sur les raisons personnelles et politiques de cet épisode, sans honte et sans fard.

Le récit de la « la femme au fouet » par elle-même

  • 23 Teresa Billinton-Greig, « The Woman with the Whip», Towards Woman’s Liberty, [1907], Letchworth, Ga (...)

8 Dans son essai publié dans son recueil Towards Woman’s Liberty23, Teresa Billington-Greig annonce en introduction qu’elle conserve précieusement son fouet comme « un signe et un symbole de beaucoup de ce qui reste encore non-dit ». Sa détermination est intacte :

  • 24 Ibidem, p. 43 : “The figure of the woman with the whip was hailed as typical of those unsexed creat (...)

La figure de la femme au fouet fut accueillie comme un avatar de plus de ces créatures monstrueuses sans sexe qui demandent le droit de vote. La presse affichait allègrement son mépris pour l’ensemble du mouvement suffragiste, condamnant surtout ceux et celles qui osaient défendre l’usage du fouet. Harpie, amazone, et délinquante, étaient les noms d’oiseaux les plus couramment employés dans les commentaires à chaud du jeune journaliste qui fit un récit inexact, mais certainement haut en couleur, de l’événement24.

9Puisque certains hommes sont des « demi-sauvages », des « malotrus », il était normal qu’elle utilisât son fouet pour les repousser, écrit-elle. Pourquoi certains hommes agissent-ils ainsi ? Parce qu’ils jouent le rôle de créatures rationnelles qu’ils ne sont pas, ajoute-t-elle. Elle inverse donc la proposition idéologique traditionnelle qui affirme que seuls les hommes par opposition aux femmes seraient doués de raison ; elle les présente comme des primitifs portant le costume d’hommes civilisés dont la violence s’exprime axiomatiquement contre les femmes, et systématiquement contre celles qui rejettent l’obéissance aux codes sociaux imposés :

C’est comme si la brute aveugle et dévorée par les préjugés était dissimulée sous un voile de culture fabriqué pour l’occasion. Si on touche à ses passions primitives à l’origine de ses préjugés irrationnels, cet homme se révèle être un demi-sauvage. La passion politique est également une force profondément déraisonnable au service des partis. Et donc quand elle se combine au ressentiment brutal et aveugle qui naît au plus profond de la nature masculine, c'est-à-dire lorsque les hommes s’opposent aux revendications de liberté des femmes, on y découvre une force qui détruit les dieux et bafoue la moralité. C’est cette force que nous avons réveillée […]

  • 25 Ibidem, p. 44-45 : “It seems as though the blind prejudiced brute is but hidden in some men by an a (...)

Le traitement qu’on a fait aux femmes qui posaient des questions [les perturbatrices] n’est plus simplement l’expulsion brutale appliquée aux hommes, mais est devenue une attaque systématique des corps féminins, affronts spécifiques faits aux femmes qui doivent ainsi être ramenées à leur condition prescrite celle du silence social et politique et celle du corps soumis aux exigences masculines. À leur retour des meetings de Manchester et Londres, les femmes étaient en état de choc ; humiliées, elles pleuraient et tremblaient tout à la fois25.

  • 26 Une série de lois sur la propriété des épouses donne progressivement à celles-ci le droit de posséd (...)

10Dans un tel contexte, la loi que Billington-Greig qualifie de « loi des hommes » ne peut pas protéger et s’appliquer aux individus des deux sexes ; elle est si partiale qu’elle en devient un instrument contre les femmes et leurs aspirations. Au service de la domination masculine, elle doit être dénoncée. Billington-Greig présente la législation comme un outil au service des instincts masculins non avoués et extérieur à toute morale politique et sociale. La législation ne serait donc plus garante de la moralité, autre hypocrisie que Billington-Greig souhaite mettre au jour, puisque la loi définit les femmes, encore en 1907, comme des objets sexuels. Depuis la loi de 1884 sur la propriété des épouses, ces dernières en devenant les seules propriétaires de leur corps sont devenues des individues au regard de la loi26. Mais l’institution de la propriété ne peut à elle seule garantir les droits de la personne, notamment au quotidien. En dehors de leur statut marital ou fiscal, la question du portrait qui est fait des femmes est donc essentielle : 

  • 27 T. Billington-Greig, « The Woman with the Whip», p. 46-47 : “The unfair marriage laws, the divorce (...)

[Toutes les lois qui assujettissent les femmes] sont non seulement immorales et injustes, mais elles construisent un environnement malsain dans lequel les hommes et les femmes sont salis et dégradés. Elles mettent en place un code des mœurs immoral pour les hommes et un assujettissement tout aussi immoral pour les femmes, car celles-ci sont alors considérées comme de simples objets sexuels utilisés à la convenance des hommes. L’opinion publique, par le roman, le music hall, le théâtre, la presse, exprime et diffuse cette vision des femmes en présentant des intrigues sordides, des histoires de divorce et les scandales de la vie des riches ; dans tous ces cas, les femmes sont réduites à leur seule caractéristique commune, celle d’être des êtres sexuels27.

11L’enjeu devient alors de promouvoir des portraits de femmes qui s’éloignent de leur assignation biologique. En plus de la superficialité de la description culturelle dénoncée par Billington-Greig, un tel essentialisme maintient les femmes dans une existence annexe, au service des hommes ; elles n’existent que comme objets sexuels sans individualité ni caractéristiques personnelles, ce que croient les hommes comme les femmes. Ceci est le point de vue politique que récuse Billington-Greig, qui choisit de défendre une toute autre opinion dans ses articles.

12Il s’agit donc pour elle de mettre en place une contre-culture grâce à l’engagement féministe, culture dans laquelle la grande diversité des femmes tout comme leur liberté politique et sociale sont soulignés. Modèle marginal et minoritaire dans un premier temps, il pourrait devenir une réalité dans un avenir plus ou moins lointain. Son ambition est bien de réformer la société anglaise en proposant un modèle social et politique égalitaire entre les sexes, qui deviendrait le modèle dominant y compris dans la vie quotidienne. Son intérêt pour la presse qu’elle considère comme un moyen d’action susceptible de changer les mentalités est directement lié à cet objectif.

  • 28 L’article du quotidien libéral de Northampton en 1906 est d’ailleurs un modèle du genre, « Local Ch (...)

13Sans surprise, écrire pour dire l’indicible, écrire pour analyser et pour revendiquer devient alors pour Teresa Billington-Greig une nécessité pour convaincre autrui, femmes et hommes, mais aussi pour construire une vision alternative des femmes, celle d’êtres indépendants en droit d’exercer leur liberté dans leurs choix de vie. Combattre le fond d’inspiration misogyne toujours à disposition des écrivaillons comme ceux de Northampton n’est pas la moindre de ses tâches28.

La militante journaliste  1907-1910.

  • 29 Teresa Billinton-Greig, Towards Woman’s Liberty, [1907], Letchworth: Garden City Press, « Sommaire  (...)

14Son premier livre (1907) Towards Woman’s Liberty (En marche pour la liberté des femmes) est un recueil d’essais divers qui tous demandent l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes dans la loi comme dans la citoyenneté. L’égalité est une vertu quasi naturelle pour Teresa Billington-Greig. À défaut, la rébellion devient la voie logique de l’expression contradictoire et la désobéissance civile, sa pratique. Publié en 1907, cet ouvrage retranscrit à la fois les méthodes militantes de la WPSU à ses débuts, mais théorise aussi les récits de la militante active. Billington-Greig dénonce, explique et propose sa lecture analytique aux lectrices et lecteurs dans une écriture compréhensible, proche du discours politique didactique29. Il est vrai qu’à la même période elle travaille au développement national de la WSPU. Conférencière très demandée, oratrice hors pair, Billington-Greig montre des qualités relationnelles indispensables comme le sens de l’humour et de la répartie ainsi qu’un courage physique sans failles lorsqu’elle et ses collègues sont physiquement attaquées par des foules hostiles.

  • 30 Myriam Boussahba-Bravard, « Frederick Billington-Greig (1875-1961) : seulement le mari de Teresa ?  (...)
  • 31 Créé le 27 juin 1907, cet hebdomadaire publie des nouvelles généralistes sur le vote des femmes (y (...)
  • 32 Teresa Billington-Greig tiendra cette chronique jusqu’en février 1908 lorsque Alice Munro la rempla (...)

15Billington parcourt le pays ; elle s’installe en Écosse après avoir épousé Frederick Greig, militant socialiste local qui soutient la cause des femmes et les activités politiques de son épouse30. Cependant, au sein de la WSPU, il devient impossible de supporter l’autocratie des Pankhurst ; largement soutenue par les militantes des débuts, T. Billington-Creig est à l’origine de la création de la Women’s Freedom League à l’automne 1907. Immédiatement, elle alimente une rubrique dans l’hebdomadaire suffragiste communautaire, Women’s Franchise31, qu’elle intitule « Scottish Notes32».

  • 33 Aucune autre région n’est ainsi traitée, même si les nouvelles sont organisées régionalement et nat (...)
  • 34 Assez rapidement (1906-1907), Christabel Pankhurst interdit toute autre affiliation (en particulier (...)
  • 35 Par exemple, le bref discours identique de ces femmes qui, lors de leur arrestation, déclarent touj (...)

16Écrite de Glasgow, sa chronique décrit minutieusement l’activité militante de la WFL en Écosse. Teresa Billington-Greig et deux employées permanentes animent les activités de l’association suffragiste. Dans cette rubrique, elle indique l’esprit des méthodes d’action, les activités militantes, les échecs et les réussites, le détail de l’inscription dans le paysage écossais et, pour les contemporaines, fournit un exemple de savoir-faire qui peut être reproduit ailleurs. Le fait de diffuser des informations sur le développement du mouvement en Écosse sert de prétexte à la diffusion d’idées plus générales33, et permet aussi de montrer aux militantes la nécessité de l’extension territoriale et de la construction politique de l’organisation. Il faut en effet informer ces dernières sur leur nouvelle organisation, résolument démocratique et non-violente dans la lutte pour l’égalité politique ; insister sur l’ouverture identitaire à d’autres affiliations est également indispensable pour que chacune puisse bien faire la différence avec la WSPU34. Le travail de terrain est minutieusement rapporté, mais aussi analysé ; Teresa Billington-Greig construit ainsi de semaine en semaine un vade mecum de la parfaite suffragiste, celle qui ne s’en laisse pas conter et dont les racines sont avant tout sur le terrain. Le récit des réunions publiques, des conférences, des collectes de fonds, de l’ouverture de nouveaux locaux, de la liaison avec l’organisation au niveau national, des encouragements aux militantes emprisonnées, est exemplaire, sans être ennuyeux, tandis que l’écriture s’affranchit progressivement des détails pratiques pour promouvoir la théorisation politique d’actes militants35.  

  • 36 Myriam Boussahba-Bravard, « La rébellion fiscale de la bourgeoise édouardienne », Revue d’histoire (...)
  • 37 T. Billington-Greig, «Women and Taxation » (« Les femmes et l’impôt »), Vote, 24 septembre 1910, p. (...)
  • 38 T.Billington-Greig, « Why Pay Taxes ? » (« Pourquoi payer des impôts ? »), Vote, 22 octobre 1910, p (...)

17L’appel à la désobéissance civile constitue l’entrée pratique en rébellion pour les femmes ; inlassablement, Teresa Billington-Greig lui donne sa pleine mesure théorique dans les éditoriaux de Vote, nouvel hebdomadaire suffragiste lancé par la Women’s Freedom League à l’automne 1909. Éditorialiste talentueuse, elle initie une des campagnes les plus originales de résistance passive menée par la WFL à laquelle s’associent d’autres femmes sur une base individuelle : la grève de l’impôt36. À l’automne 1910, elle signale encore combien les femmes sont d’excellentes citoyennes, car elles sont rarement délinquantes et toujours de paisibles contribuables qui paient leurs impôts en temps et en heure, alors même qu’elles ne possèdent pas le vote37. Un mois plus tard, son éditorial intitulé « Why Pay Taxes ? »38 encourage les femmes mariées, et non plus seulement les veuves et les célibataires, à entrer en résistance fiscale : tant que le gouvernement libéral ne leur accordera pas le vote, elles refuseront de payer l’impôt. Représentante de la WFL, elle est également à l’origine de la Tax Resistance League (Ligue pour la rébellion fiscale) fondée un an plus tôt.

  • 39 Il n’empêche que cette chronique devait être faite du point de vue des femmes ; elle le fut à l’occ (...)
  • 40 Frederick Pethick-Lawrence lança ce mensuel progressiste au printemps 1905 ; une page était dédiée (...)
  • 41 Par exemple, les rubriques internationales et de politique étrangères ne volent pas la vedette aux (...)
  • 42 De nombreuses réactions sont publiées dans le courrier des lecteurs, autre « rubrique » intéressant (...)
  • 43 La question du suffrage universel a beaucoup divisé les progressistes entre ceux qui voulaient inst (...)

18La cinquantaine d’éditoriaux qu’elle écrit dans l’hebdomadaire Vote entre octobre 1909 et décembre 1910 montre combien son écriture militante s’est professionnalisée. Elle écrit un éditorial et non plus une chronique ; la prescription programmatique remplace le récit analysé de l’événement brut. Ses analyses politiques hebdomadaires, remarquables, pourraient d’ailleurs constituer une chronique des relations du parti libéral – alors au gouvernement - avec les femmes à cette période39. Célébrité suffragiste, plume reconnue, Teresa Billington-Greig intègre épisodiquement et de façon aléatoire la presse généraliste (non suffragiste). En mai 1907, lorsque l’hebdomadaire New Age incorpore le mensuel The Labour Record and Review40, Teresa Billington-Greig fait la jonction en publiant le même article dans le dernier numéro du Labour Record et dans le premier numéro après fusion de New Age. Elle y est programmée pour une série de quatre articles sur le vote des femmes. New Age, dirigé par le nouveau rédacteur en chef Alfred Orage, devient l’hebdomadaire intellectuel qui compte, résolument progressiste tout en restant ouvert à l’expression intellectuellement conservatrice sur certains sujets41 ; son élitisme et sa critique du parti travailliste peuvent indisposer les lecteurs de la mouvance travailliste d’alors, sans pour autant le bannir de leurs lectures. Teresa Billington fait donc une transition idéale entre les deux titres, bien que New Age ne s’engage que sur la série intitulée « Woman’s Right to Vote » (« Le droit des femmes à voter ») qui est constituée de quatre articles de fond. Ici la franchise de son style surprend mais le contenu n’en est pas attaqué42. Les thématiques sont d’actualité et résonnent dans beaucoup des esprits du moment, surtout s’ils sont progressistes : « The Opposition of the Classes » (« Les oppositions de classes »), 9 mai 1907 ; « The Liberals and Adult Suffrage43 » (« Les libéraux et le suffrage universel [masculin] »), 16 mai 1907 ; « Short-Sighted Socialists » (« Des socialistes sans vision »), 23 mai 1907 ; « For Sex-Equality » (« Pour l’égalité des sexes »), 30 mai 1907.

19Les titres, évocateurs, sont au service de la cause du moment, le vote des femmes dans le cadre censitaire, qui devient très vite le seul objectif pour ces militantes qui réfléchissent en termes stratégiques. Dans cette optique, Teresa Billington-Greig publie également des articles dans les grandes revues contemporaines pour un lectorat de classes moyennes, cependant que son argumentaire évoque toujours le rapport entre vote et émancipation. Autrement dit, elle est suffragiste et féministe. Toutes ses publications d’avant 1911 affirment le point de vue suffragiste tout en expliquant le cadre plus général dans lequel le suffragisme opère ; ce faisant, elle justifie la campagne pour le vote par des arguments clairement identifiés comme féministes à l’époque, tandis que ces thématiques successives illustrent son passage de la WSPU à la WFL.

20Lorsqu’elle publie « The Conservatism of Woman » (« La conservation [de l’espèce] par les femmes », Albany Review, Juillet 1907), Billington-Greig s’essaie à un développement anthropologique assez convenu : les femmes qui donnent naissance aux enfants veulent les conserver en vie afin de ne pas perdre le temps et l’énergie déjà investis. Cela a déterminé des coutumes et des codes sociaux qui ne sont pas liés à la nature des femmes ni à leur instinct, écrit-elle. À la même date, elle fournit un regard rétrospectif sur la campagne suffragiste pré-WSPU (« Suffragist Tactics, Past and Present », Fortnightly Review, juillet 1907) pour mieux faire l’apologie de son organisation. Elle affirme que celle-ci a le potentiel pour réussir ce que n’ont pas pu faire les suffragistes des générations antérieures. Elle insiste d’ailleurs sur les « nouvelles méthodes » que sont la rébellion et la désobéissance civile qu’elle oppose au lobbying parlementaire soutenu par les réseaux respectables agissant depuis les salons des classes moyennes et supérieures. Dans sa description des « nouvelles militantes », on lit non seulement le constat du renouvellement des générations ainsi que la diversification de classes, mais aussi la détermination à agir au-delà de la légalité.

  • 44 M. Boussahba-Bravard, « Les Édouardiennes et le Parti Libéral », p. 75-97 ; Krista Cowman, Women in (...)
  • 45 Cet argument a encore été peu examiné par les historiens du parti libéral et de sa disparition, mêm (...)

21La scission au sein de la WSPU (1907) lui permet de prendre une place décisionnelle dans la nouvelle organisation (WFL) comme responsable de la propagande. Elle explique alors pourquoi la rébellion des femmes est légitime dans et hors du suffragisme puisqu’elles ne sont que des esclaves ; certaines, consentantes, sont aveuglées par leur éducation et par les codes de respectabilité qui les aliènent dans la subordination (« The Rebellion of Woman » (« La rébellion des femmes »), Contemporary Review, juillet 1908). Plus généralement, elle souligne pour un lectorat encore à convaincre combien les affiliations partisanes obscurcissent le combat suffragiste dont le slogan est « on the same terms as men » (« dans les mêmes conditions que les hommes »). Elle explique que le vote des femmes s’inscrit d’abord dans la lutte pour l’égalité des sexes même s’il s’agit de vote censitaire. En plus de lutter contre les antisuffragistes, les militantes doivent combattre des ennemis qui n’affichent pas directement leur discrimination envers les femmes, ceux qui, comme les libéraux, les travaillistes et les socialistes en 1908, réclament le suffrage universel masculin comme prioritaire à tout vote législatif féminin quel qu’en soit le cadre (« The Sex-Disability and Adult suffrage » (« La discrimination envers les femmes et le suffrage universel »), Fortnightly Review, août 1908). Pour Billington-Greig et les suffragistes, le suffrage féminin et le suffrage universel sont deux questions différentes qu’elles n’ont pas intérêt à confondre sous peine de disparaître dans un débat considéré comme plus légitime par beaucoup de progressistes. Dans cette perspective, la politique des libéraux au pouvoir vis-à-vis des suffragistes, alors que ceux-ci sont réélus en janvier 1910 dans une coalition confirmée en décembre de la même année, demande clarification dans et hors du suffragisme (« The Government and Women’s Suffrage » (« Le Gouvernement et le droit de vote des femmes »), Fortnightly Review, novembre 1910). Entre deux élections législatives, Billington-Greig s’interroge sur les conséquences politiques des trahisons répétées des libéraux envers les femmes, notamment envers les femmes libérales qui sont majoritairement suffragistes44. Elle envisage ainsi la fin du soutien des libérales à leur propre parti45, conséquence logique de la politique gouvernementale incarnée par le Premier ministre Asquith, antisuffragiste.

  • 46 Note de la traductrice : « in a hurry » pourrait être traduit par « hâtive » ou encore « bâclée ». (...)
  • 47 Par exemple, elle apparaît pour la première fois dans The Times (27 mars 1911, p. 6) après la publi (...)

22En 1911, elle se trouve contrainte de quitter le milieu suffragiste. En effet, son ouvrage The Militant Suffrage Movement, Emancipation in a Hurry (Le mouvement des suffragettes, l’émancipation précipitée46, 1911) est une analyse politique rigoureuse des suffragettes, mais surtout de la WSPU et de l’autocratie d’Emmeline et Christabelle Pankhurst, et n’épargne pas certains aspects des autres organisations suffragistes. Dans le milieu suffragiste, le silence accueille cette publication considérée comme un brûlot anti-Pankhurst ; elle est condamnée à l’isolement par les suffragistes qui l’ignorent alors que beaucoup (NUWSS et WFL) réprouvent les Pankhurst et leurs méthodes, sans jamais le dire officiellement. Vue comme une « traîtresse » à la « nécessaire » solidarité officielle entre suffragistes, elle est félicitée par certains opposants naturels au droit de vote des femmes47. Hors du suffragisme, elle ne peut progressivement plus faire entendre sa voix sauf très marginalement jusqu’au silence imposé par la Première Guerre mondiale, puis plus durablement jusqu’au cinquantième anniversaire de la Women’s Freedom League en 1957.

La voix intérimaire d’une femme en quête de liberté

  • 48 La réaction du milieu suffragiste fut apparemment inexistante, mais son silence absolu était sans a (...)

23Le cas de Teresa Billington-Greig peut permettre d’apprécier la fragilité de la position de la militante devenue journaliste, et permet de formuler des hypothèses. Après avoir établi le diagnostic d’une « émancipation bâclée ou hâtive », elle est bannie du suffragisme et de ses réseaux48. La conséquence immédiate en est la diminution de sa capacité à être publiée hors du suffragisme, une fois qu’elle n’est plus représentante de celui-ci, d’autant qu’elle a démissionné (décembre 2010) de son poste d’éditorialiste bénévole et quitté la Women’s Freedom League, sans beaucoup d’explications. 

  • 49 Dora Marsden trouve le financement pour lancer le premier numéro le 23 novembre 1911 ; l’hebdomadai (...)

24Cependant, elle participe encore à la campagne suffragiste : elle continue de mettre l’imposition des femmes mariées au cœur de son analyse politique (« The Taxation of Married Women » (« L’imposition des épouses », Contemporary Review, février 1911) ; pour elle, le refus de donner le droit de vote aux femmes tout comme la rébellion fiscale s’inscrivent dans une théorisation politique de fond que ses consœurs occultent souvent au seul bénéfice d’une pression immédiate sur le gouvernement. Après la publication de The Militant Suffrage Movement: Emancipation in a Hurry (mars 1911), bien qu’exclue du suffragisme, elle revendique sa liberté d’expression jusque dans le titre de son article paru dans New Age, le 30 mars 1911 : « A free Feminist Platform » (« Une tribune féministe libre ») qui pose la question de l’après suffragisme. Une telle intention prouve que Billington-Greig ainsi que d’autres voient le suffragisme comme une approche trop limitée en comparaison du féminisme, entravé dans son expression et ses intentions par les stratégies suffragistes de court-terme. En critiquant ainsi le suffragisme, elle rejoint une position plus avant-gardiste et élitiste qui apparaît souvent chez certaines contributrices de New Age et encore plus dans l’hebdomadaire The Freewoman. La discussion qu’engage Billington-Greig concerne la position tenue par une majorité de suffragistes, position quasi antagoniste à celle des féministes se revendiquant comme telles. Pour autant, son questionnement reste ancré dans la pratique politique : que faire après l’obtention du droit de vote des femmes ? C’est aussi ce dont débat « Feminism and Politics », (« Féminisme et politique », Contemporary Review, novembre 1911) publié dans une grande revue ciblant les classes moyennes et éduquées. Là encore, la question de la nature du féminisme, de son rapport au politique constitue le coeur de ce court article qui entend susciter la réflexion d’un lectorat défini plutôt en termes socioculturels que partisans. L’ironie fondatrice situe son raisonnement après l’obtention du vote, ne laissant aucune place au doute concernant la citoyenneté formelle des femmes, pourtant non encore votée par le Parlement. Qu’un tel article ait été accepté montre l’ouverture de grandes revues généralistes aux débat dits de société ; pour autant, cet article a pu choquer parce qu’il affirme l’existence de la cause féministe comme naturelle au groupe alors même que nombreux sont encore ceux qui s’inquiètent des seules conséquences de l’obtention du droit de vote des femmes, non encore acquis, mais présenté comme certain. Autant l’article dans le mensuel Contemporary Review peut sembler osé voire perturbant pour ses lecteurs, autant la tonalité mesurée de celui publié dans The Freewoman49 (21 décembre 1911) peut exaspérer son lectorat féministe et avant-gardiste. « Women and Government » (« Les femmes et le Gouvernement ») ouvre le même débat, mais pour prouver que féminisme et avant-gardisme ne font pas bon ménage puisque la survie du féminisme est en jeu. Pour elle, les féministes doivent se méfier de ce qui n’est pas accepté par le plus grand nombre ; elles doivent s’intégrer à la vie politique et à la presse ordinaire ; elles doivent refuser la tentation du séparatisme intellectuel qu’est l’avant-gardisme.

  • 50 Dora Marsden dont le parcours éducatif, professionnel et militant est proche de celui de Teresa Bil (...)

25Dans les deux articles, T. Billington-Grieg manifeste un grand sens de la mesure, mais s’aliène sans doute des lectrices à chaque fois : excessive et ultra pour les unes, mesurée et timorée pour les autres. Une telle contributrice peut difficilement être publiée régulièrement ; or les publications occasionnelles ne constituent ni une carrière de journaliste ni une tribune de militante. Comment réconcilier les deux aspects sauf à créer son propre journal ou à en diriger un ? The Freewoman, notamment, aurait pu lui fournir une perspective de carrière, soit comme contributrice régulière soit comme éditorialiste, chemin qu’elle n’a pas choisi préférant « réfléchir » sans entraves50.

  • 51 The Consumer in Revolt, 1912 ; «The Truth about White Slavery », English Review, juin 1913, p. 428- (...)
  • 52 Des tapuscrits, plus ou moins développés, révèlent son projet, infructueux, 7/TBG, Women’s Library, (...)

26Après 1911, selon un prospectus retrouvé dans les archives, elle propose des conférences, sans que leur organisation ne soit avérée. Sa reconversion d’auteure féministe hors du suffragisme commence avec un ouvrage sur la consommation (1912) très mal accueilli, deux articles en 1913 et un dernier en 191451. La Première Guerre interrompt toutes les activités, surtout celles qui ne sont pas professionnalisées, et rend non pertinents la plupart des débats alors en cours. En 1918, le suffrage féminin sur une base censitaire est accordé aux femmes de plus de 30 ans alors qu’il devient universel pour les hommes de plus de 21 ans. L’élan féministe est interrompu : les conditions d’existence sont difficiles dans l’immédiat après-guerre ; la cause suffragiste est entendue à court terme, et le suffrage universel féminin sera bientôt acquis, une fois que certaines femmes seront devenues électrices et éligibles, comme l’avaient prédit les suffragistes. Au début des années 1920, Teresa Billington-Greig tente de faire accepter des projets d’articles réguliers sur les femmes dont la perspective est systématiquement féministe, mais ne réussit pas à convaincre les rédacteurs en chef des journaux qu’elle contacte52. Dans un contexte où la professionnalisation des femmes n’est toujours pas acquise, comment maintenir une forme de militantisme garant d’un journalisme au féminin qui ne soit pas limité aux sujets attendus sur la beauté, les enfants ou le foyer ? Les titres existants, spécialisés ou généralistes, affectent les chroniqueuses à ces rubriques que les lectrices sont supposées dévorer.

  • 53 Lucy Delap, « ‘Philosophical vacuity and political ineptitude’: The Freewoman’s critique of the suf (...)
  • 54 Julia Bush, Women Against the Vote: Female Anti-Suffragism in Britain, Oxford, Oxford University Pr (...)

27On peut se demander si Teresa Billington-Greig n’avait pas le profil idéal pour développer le militantisme féministe au-delà de l’obtention du vote soit au sein de Vote et de la Women’s Freedom League, démocratique et certainement féministe, soit avec The Freewoman53, qu’elle aurait peut-être pu maintenir proche des femmes au quotidien ordinaire. Que le suffragisme ait été par bien des cotés féministe, notamment par le type d’argumentaires développés par la Women’s Freedom League, est une évidence qu’il faut rappeler car certaines suffragistes n’étaient pas féministes, de même que certaines anti suffragistes54 invitent à réfléchir à leur féminisme.

Conclusion

  • 55 L’aventure réussie (à la date de rédaction, 2013) de Causette, mensuel féministe généraliste en Fra (...)

28Comment différencier la figure de la militante journaliste et de la journaliste militante ? La militante peut écrire sur tous les contenus et une professionnelle peut écrire sur des thématiques militantes ; c’est le statut de celle qui écrit qui change la donne : est-elle journaliste salariée ou chroniqueuse régulière ou bien encore pigiste ? Quelle liberté a-t-elle dans le choix des sujets ? La militante a sa liberté de parole, mais ne peut prétendre à la régularité de publication. Il semble bien que seul le titre de presse puisse garantir la fluidité de circulation des personnes et de leur production écrite, d’où sans doute la nécessité de faire vivre des titres militants ou féministes55 ou alternativement que ces thématiques soient des composantes fortes d’un titre généraliste.

29Si la professionnalisation est en marche avant la Première Guerre, l’origine militante des idées reste essentielle à une démocratie plurielle, politique, civile et de genre. Autrement dit, le parcours « du militantisme au journalisme » instaure un modèle d’expression plurielle, parfois d’opportunité individuelle, mais ne semble pas pérenniser ce processus ni au niveau individuel (la militante ne devient pas une journaliste professionnelle dans un titre généraliste), ni au niveau collectif (le groupe de militantes relayé par des journalistes ne peut pas faire vivre un journal au-delà de la période militante). La réponse à ces interrogations n’est peut-être pas dans la production journalistique et sa nature, objet de cet article, mais plutôt dans la capacité économique et culturelle du lectorat - ici surtout des lectrices - à soutenir un journalisme féministe généraliste, rêve sans lendemains pour Teresa Billington-Greig en 1911.

Haut de page

Notes

1 La première, la Manchester National Society for Women’s Suffrage est fondée en octobre 1865. L’Enfranchisement of Women Committee se formalise en novembre 1866 à la suite de la création de groupes successifs plus informels. Celui-ci devient la London National Society for Women’s Suffrage en juillet 1867. En quelques années, toutes les grandes villes anglaises et écossaises ont une société pour le droit de vote féminin.

2 En 1851, John Stuart Mill et Harriet Taylor publient « The Enfranchisement of Women », Westminster Review, sous le seul nom de Mill. En 1866, le député Mill présente à la Chambre des communes une pétition en faveur du droit de vote des femmes, pétition organisée par Barbara Bodichon, Emily Davies, Elizabeth Garrett et Dorothea Beasle. J. S. Mill et Richard Pankhurst avaient précédemment proposé un amendement instaurant l’égalité politique des hommes et des femmes au projet de loi électorale de 1867, sans succès, http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/PRmill.htm [11-06-2013]

3 Elizabeth Crawford, « Fawcett, Millicent Garrett (1867-1929) », The Women’s Suffrage Movement, A reference guide 1866-1928, Londres, Routledge, 1999, 2001, p. 214-218.

4 E. Crawford, « Pankhurst, Emmeline (1858-1928) », op. cit., p. 499-514.

5 Le service d’ordre des réunions publiques des partis expulsait brutalement ceux qui étaient considérés comme des perturbateurs, mais rarement des femmes avant 1905, parce qu’elles étaient moins nombreuses et parce qu’elles ne perturbaient pas les meetings. Christabel Pankhurst et Annie Kenney (WSPU) inaugurent une nouvelle ère en criant dans un meeting libéral à Manchester (octobre 1905) parce qu’elles n’obtiennent pas de réponse à leur question : les Libéraux donneront-ils le droit de vote aux femmes ? Après leur expulsion, elles continuent leur réunion dans la rue et n’obtempèrent pas face à la police locale (cf. le célèbre crachat de Christabel au visage d’un policier) ; comme elles refusent de payer l’amende, elles sont emprisonnées une semaine pour troubles à l’ordre public. 

6 La Women’s Freedom League est créée à l’automne 1907 après une scission d’avec la WSPU des Pankhurst, autocrates et organisatrices de violences publiques. Les militantes des débuts du WSPU, notamment, suivent Teresa Billington-Greig dans cette nouvelle organisation qui fonctionne démocratiquement en interne, prône la non violence, mais n’hésite pas à enfreindre la loi pour les besoins de la cause des femmes. Les militantes des deux organisations sont des suffragettes, qui s’appellent aussi « militant » pour se démarquer des suffragistes constitutionalistes de la NUWSS.

7 Martin Conboy, Journalism: a historical introduction, Londres, Sage, 2010, p. 67-78.

8 Myriam Boussahba-Bravard (dir.), « Introduction », Suffrage Outside Suffragism, Women’s Vote in Britain, 1880-1914, Houndsmills, Palgrave Macmillan, 2007, p. 1-32.

9 De nombreux tapuscrits (1920-1923) attestent de ses vaines tentatives, 7/TBG, archives de la Women’s Library, Londres [datation de l’auteure].

10 Les élections législatives de 1906 portent les Libéraux au pouvoir. Pour la première fois, 29 députés sont élus sous l’étiquette « travailliste » ; le parti travailliste est officiellement créé.

11 Herbert Asquith, anti suffragiste notoire, devient Premier ministre en 1908.

12 Les militantes de la WSPU sont qualifiées de « suffragettes » dans un éditorial du Daily Mail de janvier 1906. Elles acceptent le terme, négatif dans sa conception, mais emploient couramment « militant » pour se décrire et se définir.

13 (Mrs) Emmeline Pankhurst et Annie Kenney.

14 Teresa Billington épouse Frederick Greig en janvier 1907. A l’issue de la cérémonie civile, ils partagent le même nom de famille Billington-Greig.

15 A dog whip (petit fouet) comme nous l’apprend le Daily Chronicle, journal conservateur. La non précision laisse imaginer un immense fouet ce qui rend l’épisode bien plus dramatique. L’intérêt du Daily Chronicle (16 juin 1906) est de minimiser la taille du fouet pour ridiculiser la colère et la condamnation libérale.

16 Caroline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), « Introduction générale. Penser la violence des femmes : enjeux politiques et épistémologiques», Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012.

17 Niklaus Largier, « Introduction», In Praise of the Whip, A Cultural History of Arousal, New York, Zone Books, 2007, p. 13-16.

18 Ils feront l’objet d’un prochain article.

19 Daily Chronicle, 16 juin 1906, p. 3.

20 « Woman » en 1906 s’oppose à « lady » ; ce terme introduit l’idée qu’il s’agit d’une femme non respectable ou alternativement/conjointement d’une femme des classes laborieuses. La traduction en « femme » sous-estime le mépris inhérent au terme « woman » dans son usage de 1906.

21 Todd Browning, Freaks ou La Monstrueuse parade. Ce film de 1932 a immortalisé ces personnages, phénomènes de foire s’exhibant comme monstres identifiés par leurs attributs physiques.

22 Frederick Pethick-Lawrence, Labour Record, mai 1906, p. 61: « Et donc, une frange de ces femmes qui veulent le vote sont arrivées à la conclusion qu’il leur faut utiliser des méthodes un peu moins pacifiques, un peu moins de persuasion ornementale. Quant à moi, je ne les blâme pas » (« And so, a certain section of those women who want the vote have come to the conclusion that something a little more than peaceful, decorous persuasion is required. And I for one do not blame them. »)

23 Teresa Billinton-Greig, « The Woman with the Whip», Towards Woman’s Liberty, [1907], Letchworth, Garden City Press, p. 41-50.

24 Ibidem, p. 43 : “The figure of the woman with the whip was hailed as typical of those unsexed creatures who demand the right of voting. The scorn and cheap condemnation of the press were poured forth with very joy upon the whole suffrage movement, and especially upon those who dared defend the use of the whip. Harpy, Amazon, and hooligan were the epithets most frequently employed by the young journalist in his explosive comments and his inaccurate if highly-coloured news communication dealing with the event”. [traduction de l’auteure].

25 Ibidem, p. 44-45 : “It seems as though the blind prejudiced brute is but hidden in some men by an artificial garment of culture. Touch his primal passions and the great unreasoning prejudices built upon them, and he stands revealed as a semi-savage. Party passion is itself a strong unreasoning force. But when alongside it is roused the blind and brutal resentment which wakes in the deeps of some men’s natures against women’s claims for liberty, you have a force to destroy gods and shatter morality. This force we had aroused. … The treatment to which women questioners were subjected ceased to be merely the rough usage that would be given under provocation to men [by liberal stewards], and became an affront specially turned against their sex. Women came away from meetings in Manchester and in London in a state of nervous humiliation, shocked, weeping and shuddering”.

26 Une série de lois sur la propriété des épouses donne progressivement à celles-ci le droit de posséder et d’administrer leurs biens (1882), le droit de posséder leur corps (1884) et, dès lors, puisqu’elles sont individues, le droit d’être tutrices de leurs enfants en cas de décès de leur mari (1886).

27 T. Billington-Greig, « The Woman with the Whip», p. 46-47 : “The unfair marriage laws, the divorce and separation laws, the laws of parentage, the criminal offences laws, were seen in a new light]. Not only were they immoral and unjust in themselves, but they formed an evil environment in which men and women were besmudged [sic] and degraded. They set up a code of immoral license for men and of equally immoral subjection for women, by which women were regarded as merely sex things to be used for men’s pleasure. Public opinion, through the novel, the music hall, the drama, the press, expressed and fostered this idea by the presentment of sordid intrigues, divorce stories, and high-life scandals, in which women were always and only concerned as sex beings.”

28 L’article du quotidien libéral de Northampton en 1906 est d’ailleurs un modèle du genre, « Local Chit-Chat », Northampton Daily Reporter and Echo, 16 juin 1906.

29 Teresa Billinton-Greig, Towards Woman’s Liberty, [1907], Letchworth: Garden City Press, « Sommaire » :

1. The Awakening of Woman. L’éveil des femmes

2. The Fight with Ignorance. La lutte contre l’ignorance

3. False Friends and Foes. Faux amis et vrais ennemis

4. To Prison for the Vote. En prison pour le vote

5. The Woman with the Whip. La femme au fouet

6. The Anti-Government Policy. La politique anti-gouvernementale

7. The Adult Suffrage Danger. Le danger du suffrage universel [masculin]

30 Myriam Boussahba-Bravard, « Frederick Billington-Greig (1875-1961) : seulement le mari de Teresa ? », in Martine Monacelli et Michel Prum (dir.), Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes, dix pionniers britanniques, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010, p. 177-192.

31 Créé le 27 juin 1907, cet hebdomadaire publie des nouvelles généralistes sur le vote des femmes (y compris quelques informations internationales) et partage le reste de ses colonnes entre trois organisations politiques suffragistes, la NUWSS, la WSPU, la Men’s League for Women’s Suffrage, puis quatre lorsque la Women’s Freedom League devient opérationnelle. Les tensions entre WSPU et WFL sont palpables au sein du groupe. La WSPU est la première à créer son propre hebdomadaire à la fin 1907 tandis que la NUWSS et la WFL le font à l’automne 1909. L’hebdomadaire communautaire se dissout par la suite.

32 Teresa Billington-Greig tiendra cette chronique jusqu’en février 1908 lorsque Alice Munro la remplace. Libérée de ses obligations locales, elle a plus de temps pour se déplacer dans le pays et aller à Londres pour les réunions du conseil d’administration de la Women’s Freedom League dont elle dirige la propagande et la politique.

33 Aucune autre région n’est ainsi traitée, même si les nouvelles sont organisées régionalement et nationalement. La stature de T. Billington-Greig qui réside en Écosse justifie le titre de la chronique, mais la démarche n’a rien de régionale ou de régionaliste. Les chroniques sont une leçon politique pour devenir de parfaites militantes.

34 Assez rapidement (1906-1907), Christabel Pankhurst interdit toute autre affiliation (en particulier travailliste) parallèle à celle de la WSPU. Par contraste, la WFL est résolument ouverte car elle n’interdit pas aux adhérentes d’avoir une autre identité politique, notamment travailliste ; elle reconnait aussi les affiliations suffragistes multiples auxquelles souscrivent les femmes et le travail en commun entre sociétés suffragistes et sections de femmes des partis politiques dans les régions ; voir June Hannam, « ‘To make the world a better place’ : Socialist women and Women’s Suffrage in Bristol, 1910-1920 »; Gillian Scott, « The Women’s Cooperative Guild and Suffrage »; in M. Boussahba-Bravard, Suffrage Outside Suffragism, p. 157-179, p. 132-156.

35 Par exemple, le bref discours identique de ces femmes qui, lors de leur arrestation, déclarent toujours de la même façon qu’elles considèrent la loi nationale comme illégitime. T. Billington-Greig, « Scottish Notes », Women’s Franchise, 23 janvier 1908, [Women’s Freedom League Section], p. 345 : « Les protestations dans les juridictions de police à Glasgow et à Leith ont conclu la semaine. Notre cercle de désobéissantes s’agrandit et nous pourrons bientôt augmenter le nombre et l’envergure de nos activités « illégales » » (« Police court protests in Glasgow and Leith closed the week. Our circle of protesting members is steadily growing and we shall soon be able to increase the number and extent of our militant activities »).

36 Myriam Boussahba-Bravard, « La rébellion fiscale de la bourgeoise édouardienne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 2009, 56-2, p. 104-134.

37 T. Billington-Greig, «Women and Taxation » (« Les femmes et l’impôt »), Vote, 24 septembre 1910, p. 258.

38 T.Billington-Greig, « Why Pay Taxes ? » (« Pourquoi payer des impôts ? »), Vote, 22 octobre 1910, p. 306.

39 Il n’empêche que cette chronique devait être faite du point de vue des femmes ; elle le fut à l’occasion du programme de l’agrégation d’anglais 2011-2012, Myriam Boussahba-Bravard, «  Les Édouardiennes et le Parti libéral en Grande-Bretagne, 1906-1914 : quelles femmes ? Quel Parti libéral ? », in Antoine Capet et Martine Monacelli, « Le Parti libéral en Grande-Bretagne 1906-1924 », Revue française de civilisation britannique, CRECIB, n° 16-2, 2011, p. 75-98. Voir aussi Martin Pugh, « The Liberals and the Role of Women in British Politics, 1906-1929 », in Ibidem, p. 99-110

40 Frederick Pethick-Lawrence lança ce mensuel progressiste au printemps 1905 ; une page était dédiée aux femmes et rédigée par son épouse Emmeline Pethick-Lauwrence. Le couple suffragiste soutient l’Independent Labour Party mené par Keir Hardie. Ce dernier présente les Pethick-Lawrence à Mrs Pankhurst ; Emmeline devient la trésorière de la WSPU ; Frederick est le propriétaire du journal Votes for Women, totalement dédié à la WSPU (1908). Le couple se consacre à la campagne pour le droit de vote à partir de 1906 jusqu’à la Première Guerre. Frederick sera un député travailliste entre les deux guerres.

41 Par exemple, les rubriques internationales et de politique étrangères ne volent pas la vedette aux rubriques du Times ; de même, en littérature, les caciques ont encore la haute main sur les rubriques classiques qui coexistent avec une actualité stimulante dont l’hebdomadaire rend compte.

42 De nombreuses réactions sont publiées dans le courrier des lecteurs, autre « rubrique » intéressante de New Age : même si la représentativité des courriers est impossible à déterminer, le débat continue dans cette section, comme un écho aux colonnes du journal.

43 La question du suffrage universel a beaucoup divisé les progressistes entre ceux qui voulaient instaurer le suffrage universel (masculin) pour que tous les hommes aient le droit de vote aux élections législatives et les suffragistes qui voulaient l’égalité entre les sexes quel que soit le type de vote. Les premiers veulent mettre fin à une discrimination de classes (qui ne concernera que les hommes dans un premier temps), les secondes à une discrimination entre les sexes, neutralisant pour l’instant les différences de classes entre les femmes. L’une ou l’autre des positions induit ou exclut la participation de certains groupes. Par exemple, les femmes conservatrices et suffragistes appartenaient au NUWSS puisqu’elles soutenaient le vote censitaire ; les syndicats s’opposaient aux suffragistes puisqu’ils valorisaient avant tout le suffrage universel masculin.

44 M. Boussahba-Bravard, « Les Édouardiennes et le Parti Libéral », p. 75-97 ; Krista Cowman, Women in British Politics c. 1698-1979, Londres, Palgrave, 2010, p. 83-87.

45 Cet argument a encore été peu examiné par les historiens du parti libéral et de sa disparition, même s’il est présent chez les historiennes d’histoire des femmes : M. Boussahba-Bravard, « Le parti libéral 1906-1924 », op. cit., p. 89-96 ; Linda Walker, « Gender, Suffrage, and Party : Liberal Women’s Organisations, 1880-1914 », in M. Boussahba-Bravard, Suffrage Outside suffragism, op. cit., p. 77-102.

46 Note de la traductrice : « in a hurry » pourrait être traduit par « hâtive » ou encore « bâclée ». La traduction de « militant » par « suffragettes » clarifie la situation pour le lectorat français qui ne doit pas oublier que le terme « suffragettes » s’applique aux deux organisations, WSPU et WFL, qui n’hésitent pas à enfreindre la loi pour promouvoir l’obtention du droit de vote des femmes.

47 Par exemple, elle apparaît pour la première fois dans The Times (27 mars 1911, p. 6) après la publication de son ouvrage critique sur les suffragettes. Le journal annonce le débat sur lequel il rapporte (11 avril 1911, p. 13) en affirmant : « La rumeur court dans la presse londonienne et provinciale que cette réunion a été organisée pour appeler à la formation d’une encore nouvelle société suffragiste, mais elle souhaite faire taire cette rumeur. Plusieurs groupes lui ont demandé de créer une telle organisation, mais elle a refusé. »

La critique parue dans New Age assassine Billington-Greig : « Les féministes, cependant, considéreront certainement cet ouvrage comme satisfaisant pour des suffragettes excitées, mais peu pertinent pour elles-mêmes », D. Triformis, « The Militant Suffrage Movement. T. Billington-Greig. », Supplement to the New Age, 6 avril 1911, p. 12.

48 La réaction du milieu suffragiste fut apparemment inexistante, mais son silence absolu était sans appel. Teresa Billington-Greig le sait et, d’ailleurs, l’indique dans sa dédicace « Pour les femmes qui me connaissent et comprendront » et son avant-propos : « J’écris ce livre pour critiquer le mouvement des suffragettes [2 organisations] parce que j’y suis contrainte par une force aussi puissante que celle qui m’a fait appartenir à leurs rangs pendant cinq ans. J’écris parce que je suis convaincue que parler est nécessaire, parce que je sais que personne d’autre aussi bien informée que moi ne le fera, parce que je ne peux pas rester silencieuse plus longtemps sans me mépriser », The Militant Suffrage Movement, p. 1. Le bannissement est le processus qui correspond le mieux à l’exclusion silencieuse dont elle fait l’objet, et correspond tout à fait à la définition qu’en donne Voltaire dans son Dictionnaire philosophique (1764) : « Bannissement à temps ou à vie, peine à laquelle on condamne les délinquants, ou ceux qu’on veut faire passer pour tels ». L’inclusion organique du suffragisme ainsi que sa territorialité sont discutés dans M. Boussahba-Bravard, « Introduction », Suffrage Outside Suffragism, op. cit., p. 1-32.

49 Dora Marsden trouve le financement pour lancer le premier numéro le 23 novembre 1911 ; l’hebdomadaire est publié pendant 11 mois durant lesquels sa lecture engendre des réactions très enthousiastes ou très négatives, Crawford, « Marsden, Dora (1882-1960) », op. cit., p. 379-381.

50 Dora Marsden dont le parcours éducatif, professionnel et militant est proche de celui de Teresa Billington-Greig a été candidate au poste d’éditorialiste de Vote lorsque Teresa Billington-Greig a démissionné, archives 5/WFL, WFL Executive Committee Minutes, décembre 1910, n. p., a Women’s Library, Londres. Dora Marsden lui a proposé une collaboration régulière au sein de The Freewoman, qu’elle n’a pas acceptée.

51 The Consumer in Revolt, 1912 ; «The Truth about White Slavery », English Review, juin 1913, p. 428-446 ; « The Militant Methods: an Alternate Policy », Fortnightly Review, 1er novembre 1913, p. 1088-1099 ; « Commonsense on the Population Question », Malthusian League Publications, décembre 1914, 14 p. Elle n’a pas trouvé d’éditeur pour un ouvrage intitulé Woman and the machine, 1913, dont le manuscrit soit a été perdu soit n’a jamais existé.

52 Des tapuscrits, plus ou moins développés, révèlent son projet, infructueux, 7/TBG, Women’s Library, Londres.

53 Lucy Delap, « ‘Philosophical vacuity and political ineptitude’: The Freewoman’s critique of the suffrage movement», Women's History Review 11, 2002 ; Lucy Delap, « Avant-Garde Women and Women’s Suffrage », in M. Boussahba-Bravard, Suffrage Outside Suffragism, op. cit., p. 231-255.

54 Julia Bush, Women Against the Vote: Female Anti-Suffragism in Britain, Oxford, Oxford University Press, 2007.

55 L’aventure réussie (à la date de rédaction, 2013) de Causette, mensuel féministe généraliste en France semble bien montrer que c’est possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Boussahba-Bravard, « Le journalisme comme récit théorisé du militantisme chez Teresa Billington-Greig (Grande-Bretagne, 1877-1964) », Genre & Histoire [En ligne], 14 | Printemps 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1893

Haut de page

Auteur

Myriam Boussahba-Bravard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page