Navigation – Plan du site
Réseaux de femmes, femmes en réseaux

« Réseaux de femmes, femmes en réseaux » : Avant propos

Dominique Picco

Texte intégral

  • 1  Carole Carribon, Delphine Dussert -Galinat et Bernard Lachaise en histoire contemporaine ; Dominiq (...)
  • 2  REST-HIST (Groupe Réseaux et histoire) est soutenu par l’IUF et « vise à favoriser le dialogue ent (...)
  • 3  Christine Bard, « L’impact du genre » in Jean‑François Sirinelli, Pascal Cauchy, Claude Gauvard, d (...)

1 Le dossier thématique intitulé « Réseaux de femmes, femmes en réseaux » présenté dans ce numéro de Genre et histoire, est issu d’un programme de recherche éponyme du CEMMC (Centre d’Études des Mondes Modernes et Contemporains) de l’Université Bordeaux-Montaigne. Il résulte de l’initiative et de la volonté de quelques chercheur(se)s en histoire moderne et contemporaine1 de croiser l’histoire des femmes et du genre avec le concept de réseau. En effet, alors que la notion de “réseaux” est en plein (ré)investissement par les historiens, comme en témoigne la première rencontre RES-HIST2 qui s’est déroulée à Nice du 26 au 28 septembre 2013 et que les recherches sur le genre ont connu un essor remarquable, en histoire en particulier3, au cours de la dernière décennie, ces deux thématiques n’ont convergé que de façon extrêmement marginale. La spécificité de cet axe de recherche “Réseaux de femmes, femmes en réseaux” est donc de se focaliser sur la place et le rôle des femmes dans les réseaux, qu’il s’agisse de la formation de réseaux exclusivement féminins ou de leur participation à des réseaux mixtes.

I. Le projet global

2 Étudier les réseaux que des femmes ont pu mettre en place de l'époque moderne à nos jours et leur présence au sein de réseaux rassemblant des individus des deux sexes permet d'envisager l'histoire des femmes sous un double aspect. Il s'agit de contribuer à l'histoire des femmes, en tant que groupe ayant son identité, ses normes, ses préoccupations et ses spécificités par rapport à celui des hommes, mais aussi de réfléchir, à travers les réseaux mixtes, dans une perspective de genre, soit de comparaison entre les deux sexes sous l’angle de leur construction et de leur identité sociale. Par leur nature et par leur objet, les réseaux sociaux impliquant des femmes sont multiples, ce projet implique donc les champs de l'histoire politique, économique et sociale - tant celle des élites que des catégories plus modestes - culturelle et religieuse.

  • 4  Wasserman S., Faust J., Social network analysis : méthodes et applications, Cambridge, Cambridge U (...)
  • 5  John A. Barnes, « Class and Committees in a Norwegian Island Parish », Human Relations, n° 7, 1954 (...)
  • 6  Élisabeth Bott, Family and Social Network. Roles, Norms and External Relationships in Ordinary Urb (...)
  • 7  Jeremy Boissevain, Friends of friends: Networks, Manipulations and cohabitations, Oxford, Basil Bl (...)
  • 8  Emmanuel Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, 1998. Pour une bibliogr (...)
  • 9  David Bates, Véronique Gazeau et alii, Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans le (...)

3Depuis les années 1950, la sociologie anglaise et américaine a développé les notions de réseau (network) et d’analyse de réseau (network analysis)4. John Barnes, publiant en 1954 un article sur un petit village de pêcheurs en Norvège, serait le père de l’étude des réseaux5. La sociologue Elizabeth Bott en pose véritablement les bases dans son travail sur la famille contemporaine, en prenant comme échantillon une vingtaine de couples londoniens6. L’utilisation d’un vocabulaire spécifique comme « social circle » distinguant trois niveaux de connaissance (parents, amis et voisins) inspire l’École de Manchester dans les années 19707. Cette dernière établit une distinction entre réseau personnel égocentré, c’est-à-dire toutes les relations qu’un individu a en lien direct, et le réseau social, complet ou total (whole network), mettant en scène l’ensemble des relations entretenues par des individus dans une période donnée8. Depuis les années 1990-2000, les historiens se sont plus largement emparés de cet angle d’analyse, celui-ci leur permettant de mettre en lumière aussi bien des solidarités interpersonnelles que des stratégies collectives9.

  • 10  Pierre Bouvier, Le Lien social, Paris, Gallimard, 2005.
  • 11  « Histoire de la famille et analyse de réseaux », Annales de démographie historique, 2005-1 ; « Le (...)
  • 12  Claire Bidart, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte, 1997.
  • 13 François Audigier, Bernard Lachaise et Sébastien Laurent, dir., Les gaullistes. Hommes et réseaux, (...)

4Le terme de réseau est envisagé ici au sens large, à partir de son étymologie latine, rétis, soit le filet. Il est en effet entendu dans son sens de lien social10, de relations entre les individus, englobant les différentes parentés11, les clans et clientèles, les liens d’amitié12 et de sociabilité, jusqu'aux groupes de pression en passant par les différentes formes d'engagement et d’action politique - dont les partis pour l’époque contemporaine13. Ces liens entre les individus - plus ou moins structurés selon leur nature, l'espace et le temps dans lequel ils s'inscrivent - ne créent pas tous des réseaux sociaux (ou social network) au sens où l'entendent les sociologues. Néanmoins pour dépasser la simple métaphore, il est nécessaire que ces réseaux soient exploités - voire instrumentalisés - sous une forme ou une autre. Il est donc essentiel de cerner finement l'objet « réseau » et ses limites (seuil numérique, frontière par rapport au lien) avant de le confronter au sujet « femmes ».

II. Les différentes déclinaisons du projet

1. Les réseaux exclusivement féminins

  • 14 Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des femmes françaises, Paris, Le Cerf, 2006 ; Anne Cova et Brun (...)
  • 15 Vincent Vilmain, Féministes et nationalistes? Les femmes juives dans le sionisme politique (1868-19 (...)
  • 16  Françoise Battagliola, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réfo (...)
  • 17  Christine Bard, Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard , 1995. D (...)
  • 18  Linda J. Rupp, « Constructing Internationalism : The Case of Transnational Women’s Organizations, (...)

5 Au-delà d'un effort d'inventaire, aux différentes époques, des réseaux mis en place par des femmes et dont elles constituent les seuls membres mais également des secteurs concernés, il faut questionner leur délimitation. Ils peuvent être exclusivement composés de femmes par nature, par nécessité ou par volonté d'exclure les hommes compte tenu de leur finalité. Les conditions entourant la naissance et la survie de ces réseaux sont diverses : passé commun, activité partagée ou projet de nature religieuse14, politique15, sociale16 ou de promotion de la femme17. Les modalités d'adhésion ou de recrutement peuvent être multiples ; les formes prises par le réseau varient de la correspondance aux rencontres plus ou moins formalisées. De l'appartenance à un ou plusieurs de ces réseaux découlent des solidarités multiples qui peuvent traverser les frontières18. Des liens personnels plus ou moins profonds ont pu naître à la faveur d'un réseau : amitiés, alliances ou parentés spirituelles.

  • 19  Anne Parageau, « "Respublica litterarum et respublica mulieum" le cerce féminin transnational d’An (...)
  • 20  Michèle Tournier, L’accès des femmes aux études universitaires en France et en Allemagne (1861-196 (...)

6 De ces différents constats découle toute une série de questionnements liés à l'insertion de ces réseaux dans la vie des sociétés les englobant. Certaines périodes et certains milieux ont été plus favorables à la naissance de réseaux féminins. Les élites nobiliaires et bourgeoises semblent être les seuls groupes pour lesquels, à l'époque moderne, les sources permettent de repérer des embryons de réseaux féminins19. Les solidarités entre femmes analphabètes et préoccupées de la survie quotidienne de leur famille peuvent-elles être qualifiées de réseau ? Au XXsiècle, la féminisation progressive de certains métiers ou secteurs a entraîné la création de réseaux spécifiquement féminins20.

7 Enfin, deux dimensions sont à prendre en compte, et d’abord celle du regard de la société sur ces réseaux féminins. Comment sont‑ils décrits ou mis en image  par les contemporains ? Quant à la comparaison avec les réseaux masculins, elle est indispensable ne serait-ce qu’en termes de solidarité entre ses membres, en d’autres termes les formes de solidarité entre les femmes de ces réseaux sont-elles identiques à celles nées dans des réseaux strictement masculins ?

2. Les réseaux mixtes

  • 21  Vincent Gourdon, « Aux cœurs de la sociabilité villageoise : une analyse de réseaux à partir du ch (...)
  • 22  Guido Alfani, Philippe Castagnetti, Vincent Gourdon, Baptiser. Pratique sacramentelle, pratique so (...)
  • 23  Viera Rebolledo-Dhuin, « Les réseaux financiers de quartier dans la librairie parisienne au XIXe s (...)
  • 24 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral. Un réseau secret international antimoderniste : (...)
  • 25  Françoise Thébaud, « Réseaux réformateurs et politiques du travail féminin. L’OIT au prisme de la (...)
  • 26  Cyril Grange, « Les réseaux matimoniaux intre-confessionnels de la haute bourgeoisie juive à Paris (...)
  • 27  Jean Garrigues, dir., Les groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux (...)

8 Étudier les réseaux impliquant des hommes et des femmes nécessite là-aussi un effort d'identification et d'inventaire. À l'époque moderne, ces réseaux s'appuient souvent sur des parentés étroites ou élargies21, sans oublier les parentés spirituelles22. La distance peut séparer ces parents entre villes et campagnes, entre capitale et province. L'éloignement peut être encore plus important et les liens affectifs entretenus par la correspondance et le partage d'activités professionnelles ou d’engagement politique. Ces réseaux mixtes peuvent, à toute époque, être de nature familiale, professionnelle23, religieuse24, politique25, syndicale, intellectuelle ou bien encore de différentes natures26. D'aucuns sont officiels et ont plus ou moins ”pignon sur rue” comme certains groupes de pression27, d'autres sont virtuels voire clandestins.

  • 28  L’AFFDU, association des femmes diplômées des universités françaises a vu le jour en 1920, soit pe (...)
  • 29  Juliette Rennes, Le Mérite et la Nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux pro (...)

9 Les modes d'insertion des femmes dans des réseaux primitivement masculins interrogent aussi l'historien. L'accès des femmes à l'enseignement secondaire puis supérieur28, la mixité des établissements scolaires, la féminisation de nombreuses professions29 a pu ouvrir aux femmes l'accès à des réseaux masculins. Certains réseaux masculins sont cependant restés fermés aux femmes : quels sont alors les discours tenus à leur propos par les femmes ? Quelles stratégies de contournement ont-elles imaginées ? Inversement, quelle est l’attitude des femmes face à l'entrée des hommes dans des réseaux liés à des métiers traditionnellement féminins ou à la promotion de la femme ?

  • 30  Claire Andrieu, Les résistantes, perspectives de recherche, dans Antoine Prost, dir., La Résistanc (...)

10 Quelles que soient la nature, les conditions de naissance et de développement, d'accession à la mixité de ce type de réseaux, les questions fondamentales restent identiques : quelle est la place dévolue aux femmes et quel est leur poids numérique ? Leur position y est-elle subalterne ou motrice ? Enfin, les rapports entre les sexes au sein de ces structures reproduisent-ils les schémas de la société environnante ou bien sont-ils des champs d’expérimentation de rapports différents en particulier au sein de réseaux clandestins30 ?

  • 31  En France, les premières associations d’anciens élèves naissent, dans les grandes écoles, à partir (...)

11 Parmi des réseaux mixtes, une place particulière peut être faite aux réseaux élitaires et aux réseaux éducatifs. Dans les premiers, peut-on repérer une participation féminine et si oui, sous quelle forme et quelles sont alors les conditions de la reconnaissance de leur rôle ? Au sein des mêmes élites, se repèrent dès l'époque moderne, des réseaux éducatifs : certaines familles placent leurs enfants dans les meilleurs établissements à la faveur de puissants liens de clientèle. À l'université, la période contemporaine a vu se développer de multiples réseaux nés de la fréquentation d’une même faculté31.

12 Enfin comme pour les réseaux féminins se pose le problème de leur représentation dans le reste de la société. Comment sont-ils perçus par les contemporains qui n'en font pas partie ? Ces réseaux sont‑ils dévalorisés ou valorisés par leur mixité ?

3. Les femmes de réseaux

  • 32  Virginie De Luca, « Analyser es trajectoires féminines en démographie historique », in Itinéraires (...)
  • 33 Mathilde Dubesset, Michelle Zancarini-Fournel, Parcours de femmes. Réalités et représentations, Sai (...)
  • 34 Vincent Gourdon, « Réseaux des femmes, réseaux de femmes. Le cas du témoignage au marige ciivil au (...)

13 Reste à envisager les femmes ayant peuplé ces réseaux à travers une démarche sociologique, biographique et prosopographique32. Plus que la notice individuelle, il est intéressant de repérer l'existence ou non de déterminants sociaux33, culturels ou politiques pour expliquer l'insertion de femmes dans tel type de réseau à un moment donné34.

  • 35 André Lespagnol, « Femmes négociantes sous Louis XIV. Les conditions complexes d’une promotion prov (...)

14 Pour l'époque moderne, l'appartenance aux élites nobles et bourgeoises n'entraîne pas nécessairement pour une femme l'insertion dans un réseau. Le milieu familial et la culture qui lui est propre, les activités professionnelles et/ou politiques du père et l'éducation reçue semblent jouer un rôle essentiel. Dans les réseaux négociants, par exemple, la place des femmes s'explique par leur situation familiale comme fille, femme ou veuve de marchand35. Le questionnement est du même type à l'époque contemporaine : il s'agit d'estimer le poids du milieu social, de l'origine géographique, de l'éducation mais aussi des facteurs religieux et culturels.

  • 36 Bernard Lachaise, « Les femmes dans les instances dirigeantes des mouvements gaullistes (1958-1988) (...)

15 L'appartenance à un réseau peut avoir eu une incidence momentanée ou durable sur la vie de ces femmes. À toutes époques, elles ont pu y rencontrer un homme, une femme avec qui elles ont noué des liens qui ont pu laisser des traces dans leur vie : choix du conjoint, maternité, homosexualité, inspiration littéraire ou artistique née de ces rencontres. Dans leur vie professionnelle, le maintien de relations avec d'ancien(ne)s camarades de classes a pu jouer un rôle déterminant dans l'évolution d'une carrière. Un moment clé mérite d'être étudié avec soin, celui du passage pour certaines du réseau caritatif, associatif à l’engagement politique, puis à l’action publique en tant qu'élues36.

16 On ne saurait enfin laisser de côté le regard des autres contemporains et générations suivantes. Qu'en est-il de la perception de ces femmes par le reste du corps social, par les hommes et par les femmes de leur temps qui n'ont pas voulu ou n'ont pas pu entrer dans ces réseaux ? La postérité a-t-elle été plus critique ou plus indulgente à leur égard ?

III. La mise en oeuvre du projet

17 En 2011-12, après un premier séminaire de réflexion méthodologique sur les concepts de réseaux, de genre et sur leur croisement possible, ayant rassemblé Pascal Cristofoli (EHESS), Cyril Grange (CNRS) et Françoise Thébaud (Université d’Avignon), une journée d’étude s’est focalisée sur les enjeux de l’implication des femmes dans des réseaux politiques, qu’ils soient mixtes ou uniquement féminins. Dans un champ chronologique allant du XVIe au XXe siècles et couvrant un large espace européen ont été envisagés des cas français, espagnols, italiens sans oublier la dimension transnationale des réseaux entre les cours, la diplomatie, les mouvements politiques ou encore l’espionnage à travers les interventions de Guillaume Hanotin (Université Bordeaux-Montaigne), Alain Hugon (Université de Caen), Sébastien Laurent (Université de Bordeaux), Bibia Pavard (Université Paris II), Magali Della Sudda (IEP-Université de Bordeaux) et Caroline Zum Kolk (Centre de recherches du château de Versailles).

  • 37 « Femmes en résistance à Ravensbrück », Histoire@Politique, Politique, culture, société, 2008/2 (n° (...)

18 L’année suivante, la réflexion a été poursuivie dans deux autres journées. La première était centrée sur la place des femmes dans les réseaux professionnels et mêlait réflexion générale sur l’accès des femmes aux postes à responsabilité et études de secteurs particuliers (milieux universitaires et professions médicales) grâce à des communications proposées par des sociologues – Soline Blanchard (Université de Toulouse 2) et Emmanuelle Zolésio (ENS Lyon) – et des historiennes, Carole Carribon (Université Bordeaux-Montaigne), Emmanuelle Picard (ENS Lyon) et Nathalie Sage-Pranchère (Fondation Charles de Gaulle). La seconde a exploré les réseaux confessionnels et culturels. Le sentiment d’appartenance à une communauté confessionnelle – qu’elle soit majoritaire ou minoritaire – ou à une communauté de souffrance, telle celle née de la Shoah37, détermine de nombreux paramètres relatifs à l’identité religieuse des femmes qui les composent. La formation de réseaux, féminins ou mixtes, s’appuie à la fois sur les notions de solidarités (familiales, politiques, humanitaires) et de militantisme. Minoritaires dans la plupart des mouvements étudiés, des femmes s’allient pour être plus intelligibles, ce qui leur permet d’intégrer d’autres réseaux plus étendus, voire plus puissants. Sont venus apporter leur contribution à la richesse des débats : Céline Béraud (Université de Caen), Delphine Dussert-Galinat (Université Bordeaux-Montaigne), Isabelle Ernot (Union des Déportés d’Auschwitz), Séverine Pacteau (IEP-Université de Bordeaux), Antoine Roullet (Université Paris IV-Sorbonne) et Vincent Vilmain (EPHE).

  • 38 Bernard Bodinier, Martine Gest et Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, dir., Genre et éducation : forme (...)

19La prochaine étape de ce programme est l’orgnisation d’un colloque, les 16 et 17 octobre 2014, intitulé Femmes et réseaux dans les sociétés modernes et contemporaines. Réalités et représentations. Plusieurs thèmes de réflexion ont été proposés aux chercheurs en sciences humaines et sociales, dans le sens d’un approfondissement des pistes déjà amorcées mais aussi d’un élargissement tant chronologique (XVIe-XXIe siècles) que géographique (Europe et mondes extra-européens). Il s’agit de réfléchir sur les temps du réseau (organisation, évolution voire disparition des réseaux). Pourront être étudiés le rôle les femmes, à titre individuel ou collectif, les conditions d’existence de réseaux exclusivement féminins, les processus de féminisation des réseaux initialement masculins mais aussi le regard des hommes et des femmes – acteurs engagés ou observateurs – portés sur les différents types de réseaux et leurs évolutions. Il s’agit aussi d’interroger les champs du réseau, avec une attention particulière tournée vers les secteurs traditionnels d’investissement féminin, comme l’éducation et la formation38 à travers l’étude des réseaux – congrégations, écoles, associations – faisant de l’éducation (instruction, éducation spécialisée, sexuelle, etc.) et de la formation (spirituelle, technique, professionnelle, etc.) leur priorité. Quels sont les rapports entre réalités et pratiques de ces champs féminins (éducation, santé) ou perçus comme tels ? Enfin, à travers des trajectoires individuelles, il s’agira de déterminer pourquoi une (des) femme(s) décide(nt) de créer, de rejoindre, ou inversement, de quitter un réseau, tout en s’interrogeant sur la pertinence de l’identité sexuée des actrices de réseaux comme critère d’analyse. Dans le cadre de cette réflexion, quelle place accorder également aux témoignages, à la vision que les femmes ont de leur participation à des réseaux, de leur degré d’engagement – de l’appartenance passive aux plus hautes responsabilités – et des conséquences sur leur vie personnelle, leur parcours professionnel ou politique ? Au-delà de l’égo-histoire, le questionnement pourra plus largement porter sur la capacité des recherches à rendre compte, y compris par le biais de représentations graphiques, de l’ampleur et de la nature des liens entre femmes et réseaux.

  • 39 Luc Capdevila, François Rouquet, Fabrice Virgili, Daniéle Voldman, Sexes, genre et guerres (France, (...)

20 De manière transversale, il s’agira également d’interroger la perception de l’engagement féminin en réseaux comme un acte spécifique. Réalité – parce que relevant, originellement ou fréquemment, d’une situation de minorité, de domination voire d’oppression – ou perception féministe de l’engagement féminin ? La spécificité supposée de la participation des femmes à des réseaux – féminins ou mixtes – se maintient-elle lorsque le contexte lui-même est perçu comme extraordinaire, par exemple en situation de guerre39, de conflit ou de crise, Les frontières, réelles ou mentales, entre le féminin et le masculin, s’effacent-elles ou se renforcent-elles, tant pour l’organisation de réseaux dont l’existence est liée à un contexte “extraordinaire”, que pour leur perception, immédiate ou ultérieure ?

21 Ce numéro de Genre & histoire, qui rassemble quatre articles issus des rencontres 2011-12, constitue la première étape de la publication des interventions de ce programme de recherche. D’autres suivront en format électronique et/ou papier et montreront la pertinence et la vitalité de ce champ d’investigation.

Haut de page

Notes

1  Carole Carribon, Delphine Dussert -Galinat et Bernard Lachaise en histoire contemporaine ; Dominique Picco en histoire moderne.

2  REST-HIST (Groupe Réseaux et histoire) est soutenu par l’IUF et « vise à favoriser le dialogue entre les historiens travaillant sur les réseaux et promouvoir le recours à des outils à la fois conceptuels et méthodologiques partagés et adaptés à notre discipline » voir http://reshist.hypotheses.org/

3  Christine Bard, « L’impact du genre » in Jean‑François Sirinelli, Pascal Cauchy, Claude Gauvard, dir., Les historiens français à l’œuvre, 1995-2010, Paris, PUF, 2010, p. 205‑235 ; Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire des femmes, histoire du genre », in Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt, dir., Historiographies, I, concepts et débats, Gallimard, coll. « Folio-histoire », p.208-219 ; Raphaëlle Branche, Danièle Voldman, dir., « Histoire des femmes, histoire des genres », Vingtième siècle, n°75, juillet-septembre 2002.

4  Wasserman S., Faust J., Social network analysis : méthodes et applications, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

5  John A. Barnes, « Class and Committees in a Norwegian Island Parish », Human Relations, n° 7, 1954.

6  Élisabeth Bott, Family and Social Network. Roles, Norms and External Relationships in Ordinary Urban Families, Londres, Tavistock Publications, 1971 [1ère édition, 1957].

7  Jeremy Boissevain, Friends of friends: Networks, Manipulations and cohabitations, Oxford, Basil Blackwell, 1974. 

8  Emmanuel Lazega, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, 1998. Pour une bibliographie actualisée voir Laurent Beauguitte (coord.), 2013, Les réseaux dans le temps et dans l’espace, Paris, Actes de la deuxième journée d’études du groupe fmr (flux, matrices, réseaux), http ://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/.

9  David Bates, Véronique Gazeau et alii, Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (XIe-XXe siècles), Publications de la Sorbonne, 2006.

10  Pierre Bouvier, Le Lien social, Paris, Gallimard, 2005.

11  « Histoire de la famille et analyse de réseaux », Annales de démographie historique, 2005-1 ; « Les réseaux de parenté, refonder l’analyse », Annales de démographie historique, 2008-2. 

12  Claire Bidart, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte, 1997.

13 François Audigier, Bernard Lachaise et Sébastien Laurent, dir., Les gaullistes. Hommes et réseaux, Paris, Nouveau monde Éditions, 2013.

14 Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des femmes françaises, Paris, Le Cerf, 2006 ; Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Femmes, genre et catholicisme : nouvelles recherches, nouveaux objets, LARHRA, 2012.

15 Vincent Vilmain, Féministes et nationalistes? Les femmes juives dans le sionisme politique (1868-1921), Thèse de doctorat d'histoire, Denis Pelletier, dir., EPHE, soutenue en décembre 2011 ; Fanny Gallot. Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations, Université Lyon 2 (LAHRA), M. Zancarini-Fournel, dir., thèse de doctorat soutenue en décembre 2012.

16  Françoise Battagliola, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réforme sociale, fin XIXe-début XXe siècle, dans « Itinéraires féminins », Annales de démographie historique, 2006-2, p. 77‑104.

17  Christine Bard, Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard , 1995. Dominique Loiseau, Femmes et militantismes, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La découverte, 2002 ; Karen Offen, Les féminismes en Europe (1700-1950), Rennes, PUR, 2012 (1ere éd.2000) ; Myriam Boussahba-Bravard, dir., Suffrage outside suffragism, women’s vote in Britain 1880-1914, Houndsmill, Palgrave-Macmillan, 2007 ; Claude Zaidman, « Le Féminisme », in Genre et socialisation. Un parcours intellectuel. Les cahiers du CEDREF, 2007, n°15, p. 45‑71, http://cedref.revues.org/371

18  Linda J. Rupp, « Constructing Internationalism : The Case of Transnational Women’s Organizations, 1888-1945 », The American Historical Review, 5, 99, 1994, p. 1571‑1600 ; Guyonne Leduc, dir., Les rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 111‑122, voir en particulier la préface de Suzan Van Dijk, p. 11‑19.

19  Anne Parageau, « "Respublica litterarum et respublica mulieum" le cerce féminin transnational d’Anne-Marie Van Schurman dans l’Europe savante du XVIIe siècle » in Guyonne Leduc, dir., Les rôles transfrontaliers.., op.cit., p. 111‑122.

20  Michèle Tournier, L’accès des femmes aux études universitaires en France et en Allemagne (1861-1967), thèse de 3e cycle, Université René-Descartes-Paris 5, 1972 ; Natalia Tikhonov Sigrist, « Les femmes et l’université en France, 1860-1914 », Histoire de l’éducation, 2009, n°119, p. 53‑70 http://histoire-education.revues.org/1940 ; Christian Chevandier, Infirmières parisiennes, 1900-1950, émergence d’une profession, Paris, PUPS, 2011.

21  Vincent Gourdon, « Aux cœurs de la sociabilité villageoise : une analyse de réseaux à partir du choix des conjoints et des témoins au mariage dans un village d’Ile-de- France au XIXe siècle », dans Histoire de la famille et analyse de réseaux, op.cit., p. 61‑94 ; Anna Bellavitis, Laura Casella, Dorit Raines, dir., Construire les liens de famille dans l'Europe moderne, Rouen, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2013.

22  Guido Alfani, Philippe Castagnetti, Vincent Gourdon, Baptiser. Pratique sacramentelle, pratique sociale (XVIe-XXsiècles), Publications de l’université de Saint-Etienne, 2009.

23  Viera Rebolledo-Dhuin, « Les réseaux financiers de quartier dans la librairie parisienne au XIXe siècle. Support et révélateur de la mobilité sociale et professionnelle » in Laurent Beauguitte, Les réseaux dans le temps et dans l’espace, op.cit., p. 172‑191.

24 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral. Un réseau secret international antimoderniste : la "Sapinière" (1909-1921), Tournai, Casterman, 1969.

25  Françoise Thébaud, « Réseaux réformateurs et politiques du travail féminin. L’OIT au prisme de la carrière et des engagements de Marguerite Thibert. », in Isabelle Lespinet-Moret et Vincent Viet, dir., L’organisation internationale du travail. Origine-Développement-Avenir., PUR, 2011, p. 27‑37 ; « Gaullistes, femmes et réseaux », Histoire@Politique. Politique, culture, société, 2012/2 (n°17). http://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2012-2.htm ; François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jacqueline Sainclivier, Université de Rennes 2, soutenue en décembre 2011.

26  Cyril Grange, « Les réseaux matimoniaux intre-confessionnels de la haute bourgeoisie juive à Paris à la fin du XIXe siécle » in Histoire de la famille et analyse de réseaux, op.cit., p. 131‑156 ; Cyril Grange et Michael Houseman, « Objets d’analyse pour l’étude des réseaux de parenté : une application aux familles de la grande bourgeoisie juive parisienne XIXe-XXsiècles » in Les réseaux de parenté, refonder l’analyse, op. cit. p. 105‑144.

27  Jean Garrigues, dir., Les groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux Etats-Unis de 1820 à nos jours, Rennes, PUR, 2002 ; Hubert Bonin, Catherine Hodeir, Jean-François Klein, L’esprit économique impérial (1830-1970) ? Groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l’empire, Paris, SFHOM, 2008.

28  L’AFFDU, association des femmes diplômées des universités françaises a vu le jour en 1920, soit peu après la création, en 1919, de la FIFDU, fédération internationale des femmes diplômées des universités.

29  Juliette Rennes, Le Mérite et la Nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, Paris, Fayard, 2007 ; Mariette Sineau, Femmes et pouvoir sous la Ve République. De l'exclusion à l'entrée dans la course présidentielle, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2011 (2e éd.)

30  Claire Andrieu, Les résistantes, perspectives de recherche, dans Antoine Prost, dir., La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l'atelier, 1997 ; Margaret Collin Weitz, Les combattantes de l'ombre. Histoire des femmes dans la Résistance, Paris, Albin Michel, 1997 ; Mechtild Gilzmer, Christine Levisse-Touze et Stefan Martens [dir.], Les femmes dans la Résistance en France, Paris, Tallandier, 2003 ; Laurence Thibault, dir., Les femmes et la Résistance, Paris, AERI, La Documentation française, 2006.

31  En France, les premières associations d’anciens élèves naissent, dans les grandes écoles, à partir du milieu du XIXe siècle. La plus ancienne réunit les anciens des Arts et métiers (1846), elle fut suivie de celles des Ponts et chaussées (1860) et de Polytechnique (1865). Les associations d’anciens élèves des universités sont rares et tardives.

32  Virginie De Luca, « Analyser es trajectoires féminines en démographie historique », in Itinéraires féminins, Annales de démographie historique, 2006-2, p. 5‑7. 

33 Mathilde Dubesset, Michelle Zancarini-Fournel, Parcours de femmes. Réalités et représentations, Saint-Étienne (1880-1950), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1993.

34 Vincent Gourdon, « Réseaux des femmes, réseaux de femmes. Le cas du témoignage au marige ciivil au XIXe siècle dans les pays héritiers du Code Napoléon (France, Pays-Bas, Belgique) », in Itinéraires féminins, Annales de démographie historique, 2006-2, p. 33-55.

35 André Lespagnol, « Femmes négociantes sous Louis XIV. Les conditions complexes d’une promotion provisoire », Populations et cultures. Etudes réunies en l’honneur de François Lebrun, Rennes, AFL, 1989, p. 463‑470, Silvia Marzagalli, « Mariée et indépendante ? Une feme d'affaires à la fin du XVIIIe siècle, Hélène de Meyere, épouse Skinner », Annales du Midi, tome 118, n° 253, janvier-mars 2006, p. 73‑84.

36 Bernard Lachaise, « Les femmes dans les instances dirigeantes des mouvements gaullistes (1958-1988), Histoire@Politique. Politique, culture, société, 2012/2 (n°17), p. 14‑24 www.cairn.info/revue-histoire-politique-2012-2-page-14.htm.

37 « Femmes en résistance à Ravensbrück », Histoire@Politique, Politique, culture, société, 2008/2 (n°05). http://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2008-2.htm.

38 Bernard Bodinier, Martine Gest et Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, dir., Genre et éducation : former, se former, être formée au féminin, Édition PURH, 2009.

39 Luc Capdevila, François Rouquet, Fabrice Virgili, Daniéle Voldman, Sexes, genre et guerres (France, 1914-1945), Paris, Payot, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Picco, « « Réseaux de femmes, femmes en réseaux » : Avant propos », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 29 décembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1873

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page