Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Patrick Farge, Cécile Chamayou-Kuhn et Perin Emel Yavuz (éds.), Le lieu du genre. La narration comme espace performatif du genre, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 209 p.

Hildegard Haberl

Texte intégral

1Dirigé par deux germanistes et une historienne de l’art, cet ouvrage collectif propose une interrogation du concept ricœurien d’ « identité narrative » à partir d’une approche en termes de genre. Précisément c’est une double série d’analyses sur la narration genrée, d’un côté, et la narration du genre/gender, de l’autre, que développent les auteurs. S’inscrivant dans le tournant performatif, les directeur/trices du volume abordent le genre/gender avec Judith Butler comme l’un des éléments constitutifs de l’acte narratif qui se dit en faisant. La narration (de soi) fonctionne ainsi comme « un espace performatif » de représentation.

2Narration est ici à comprendre dans un sens très large. Les contributions du volume ont ainsi pour objet des performances genrées, des interviews biographiques, des lettres et souvenirs rapportés, des romans. Les supports médiatiques de ces récits vont du corps humain au film en passant par des textes écrits factuels et fictionnels. Plusieurs disciplines sont également représentées : l’histoire, l’histoire de l’art, la critique littéraire, la sociologie, la psychologie, la philosophie, les études cinématographiques. Si l’extrême diversité du matériau et des approches peut de toute évidence être considérée comme une richesse du volume, elle constitue néanmoins une source de difficultés pour le lecteur qui cherche à s’orienter dans cet ensemble foisonnant, difficultés renforcées par les usages très hétérogènes que les auteurs font des quatre concepts-clés de genre, identité, performance et narration. A cet égard l’avertissement des directeur/trices, soulignant qu’une « unité thématique ou théorique ne pouvait être l’objectif recherché » (p. 16-17), est d’un faible secours. Les contributions peuvent être néanmoins réparties pour cette revue en deux groupes : celles centrées sur des récits factuels (performances, interviews, textes administratifs, récits historiques etc.) et celles consacrées à des récits fictionnels.

3Parmi les premières un ensemble de trois contributions développe une interrogation riche sur la transgression des identités de genre. La contribution de Jacques Lajarrige qui ouvre le volume propose une analyse du travail artistique des actionnistes viennois depuis la fin des années 1960 et plus particulièrement de l’artiste autrichienne contemporaine VALIE EXPORT - qui, selon l’auteur, « s’inscrit elle aussi dans le prolongement de l’actionnisme auquel elle donna la part féminine et féministe qui lui faisait naturellement défaut » (p. 21). Lajarrige montre en particulier comment ces artistes ont placé le corps au centre de leur projet artistique pour remettre en cause les identités de genre. Si les notions de genre/gender et de performance servent ainsi à décrire d’une manière très précise et claire les actions artistiques avant-gardistes dans l’Autriche d’après-guerre, la narration comme concept théorique est ici absente. Elle est en revanche mobilisée par la contribution de Lorraine Alexandre à partir d’une réflexion sur son expérience de travail photographique artistique avec un groupe de travestis. Alexandre suggère en particulier que « par la performance travestie du corps, il est possible d’interpeller un système social en le citant, en le parodiant ou en lui faisant écho ». (p. 51) Le philosophe Jacques Brunet-Georget complète ce cycle avec l’analyse d’une série d’entretiens cliniques avec des candidats au changement de sexe. Se référant aux travaux du philosophe Pierre-Henri Castel il suggère que les « procédures normalisées » mobilisées par ces entretiens empêcheraient l’expression de singularités individuelles mais permettraient une indexation sur des critères prétendument objectifs. (p. 174)

4Deux contributions d’historiens examinent la référence au genre dans des récits autobiographiques. L’article que Susanne Beer, Marten Düring et Elissa Mailänder consacrent à des entretiens biographiques vise surtout à montrer comment leur méthode, empruntée à la « Hermeneutische Dialoganalyse, HDA » (l’analyse herméneutique du dialogue) des psychologues sociaux allemands Olaf Jensen et Harald Welzer, peut mettre en question la neutralité recherchée dans ces entretiens et permettre ainsi de rendre compte d’interactions souvent implicites. L’historien Patrice Arnaud analyse quant à lui les rapports de genre/gender dans les souvenirs et correspondances de volontaires françaises parties en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Il montre comment « le mythe de la volontaire-prostituée » qui s’est construit autour d’elles s’explique au moins en partie par le fait que « le départ des Françaises en Allemagne est quelque chose de scandaleux qui suggère un viol symbolique ». (p. 76) La stigmatisation collective dont elles furent l’objet se lit d’abord dans les actes administratifs des autorités françaises et dans des témoignages d’ouvriers français rédigés pendant la guerre. Arnaud montre à partir de cette analyse que la nation s’est estimée en droit de leur demander des comptes sur l’usage qu’elles ont fait de leur corps. (p. 71)

5L’ « imbrication des narrations littéraires et du récit de soi » (p. 91) est finalement au cœur du texte de la sociologue Viviane Albenga qui conclut ce premier ensemble de contributions consacrées à des récits factuels. Sur la base d’observations et d’entretiens menés auprès de trois cercles de lecture à Lyon, l’auteur propose une analyse des processus d’identification de lecteurs (empathique, cathartique et admirative) à des figures littéraires, c’est-à-dire des personnages de roman ou des écrivaines (notamment Nancy Huston, Annie Ernaux et Catherine Millet). S’inspirant de l’analyse structurale du discours, Albenga conclut que « la narration de soi par la lecture appréhendée au prisme des identifications montre que le genre masculin et le genre féminin demeurent des polarités de référence ». Elle suggère toutefois que les femmes au centre de son étude font preuve d’une plus grande mobilité de genre par rapport à leurs mères que les hommes par rapport à leur père (p. 104).

6Les contributions consacrées à l’analyse de récits fictionnels démontrent la pertinence de la proposition faite il y a une vingtaine d’années déjà par Susan Sniader Lanser de combiner les approches de la narratologie structuraliste (sémiotique) avec les aspects représentationnels (référentiels) de la fiction longtemps favorisés par la critique féministe, autrement dit d’aller vers une narratologie féministe contextualisante. La question de savoir comment le roman (ou le film) est raconté concrètement doit être abordée parallèlement à l’interprétation idéologique voire identitaire, et idéalement avec des outils méthodologiques communs. Les contributions qui suivent montrent que l’analyse peut se situer à plusieurs niveaux narratifs : l’auteur(e) – le lecteur/lectrice ; le narrateur/la narratrice – le narrataire ; le personnage.

7La comparatiste Anne Isabelle François s’inscrit clairement dans la problématique de la mise en voix narrative et de la construction d’identités genrées. A partir d’un corpus constitué de deux romans d’Anna Seghers et de Margaret Atwood, elle se penche sur des quêtes d’identité qui, momentanément au moins, réussissent. François montre que c’est la narration elle-même qui fait cette réussite : par exemple, le narrateur de Seghers raconte sa vie à un tiers ; ce faisant il s’efforce de donner un ordre à sa vie en exil. Comme le souligne François « [l]a narration permet non seulement de comprendre le fil des événements, leur caractère nécessaire et inéluctable, mais aussi de reprendre momentanément le contrôle, de se réapproprier, à travers la composition, pourtant tâtonnante et traversée par les échos d’autres voix et de schémas préétablis ». (p. 158) La germaniste Herta Luise Ott prolonge d’une certaine façon cette interrogation sur la voix narrative en se demandant si l’instance narrative a un sexe et pourquoi certaines écrivaines comme Ingeborg Bachmann ou Marguerite Duras ont longtemps « dissimulé en quelque sorte leur sexe biologique devant les lecteurs et lectrices ». Ott compare leur utilisation de l’instance narrative à celle de deux écrivaines nées dans les années 1970, Julie Zeh et Kathrin Röggla. Sa question initiale reste à juste titre sans réponse définitive, dans la mesure où celle-ci repose sur plusieurs facteurs, parmi lesquels le genre littéraire ou encore le caractère plus ou moins « construit » voire expérimental et autoréflexif de l’écriture. Zeh représenterait ainsi le roman réaliste et Röggla une écriture avant-gardiste qui oserait plus d’expériences narratives avec le je au féminin.

8Les deux contributions de la romaniste Katharina Münchberg et d’Antonia Eder examinent quelques-unes des traces laissées dans la littérature par deux mythes grecs, Narcisse et Electre. Münchberg analyse trois récits fictionnels de soi s’inspirant du premier de ces deux mythes (Les Métamorphoses d’Ovide, Madame Bovary de Gustave Flaubert et Les Confessions du chevalier d’industrie Félix Krull de Thomas Mann). Si Madame Bovary est très justement présentée comme « icône du narcissisme féminin » et bien analysée dans la dissolution de soi à partir de la scène de la transfiguration devant son miroir, on peut cependant se demander à quel niveau narratif se situe exactement le récit de soi (ou dans ce cas l’absence d’un langage approprié pour exprimer pulsions et désirs) dans la mesure où il y a bel et bien un narrateur qui décrit le personnage d’Emma et qui rapporte ses paroles. Antonia Eder souligne quant à elle la « rhétorique de l’horreur » à l’œuvre dans la reprise moderne de la figure d’Electre par Hugo von Hofmannsthal. Son destin tragique fait en effet de celle-ci une créature située dans un entre-deux, entre l’humain et l’inhumain, entre féminité (ordre matriarcal) et masculinité (ordre patriarcal), entre archaïsme et avant-garde. Le récit de soi d’Electre s’exprime à travers une narration corporelle monstrueuse.

9Dans la dernière contribution du volume, Wibke Straub analyse les procédés narratifs à l’œuvre dans le film d’Alain Berliner, Ma vie en rose (1997), consacré à l’histoire d’un(e) garconfille. Straub mobilise pour son analyse la catégorie générique de « Trans*Film », de plus en plus utilisée dans les études de cinéma, qu’elle distingue des films « crossdressing ». Si ces derniers mettent en scène un retour à la normalité, on peut parler à propos des premiers d’une volonté d’anti-normalisation. Ils mettent en place des stratégies narratives de dé-normalisation, voire un contre-discours qui permet la narration d’une identité genderqueer.

10L’auteure de la postface, la comparatiste Andrea Oberhuber, a plus que raison lorsque, rejoignant le constat des éditeurs du volume, elle écrit que si le concept de gender/genre est désormais présent dans l’enseignement, la recherche et la diffusion du savoir, « peu d’universitaires utilisent le gender comme concept fondamental dans leur recherche ». (p.198) Le constat apparaît plus vrai encore si on compare la situation française à la recherche germanophone. C’est bien ce qui fait tout l’intérêt de ce collectif inscrit dans une collaboration franco-allemande et ouvert aux théories « importées » (anglo-saxonnes). D’autant qu’il ne manque pas de recul critique - dans l’introduction et la postface - par rapport à la difficulté des concepts utilisés. Penser ensemble narration et genre/gender apparaît toujours comme un défi théorique passionnant malgré et à cause de sa complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hildegard Haberl, « Patrick Farge, Cécile Chamayou-Kuhn et Perin Emel Yavuz (éds.), Le lieu du genre. La narration comme espace performatif du genre, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 209 p. », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 29 décembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1840

Haut de page

Auteur

Hildegard Haberl

Université de Caen Basse-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page