Navigation – Plan du site
Réseaux de femmes, femmes en réseaux

De la salle à manger aux salons de la République. La place des réseaux féminins et masculins dans l’itinéraire de la cause contraceptive (1956-1967)

Bibia Pavard

Résumés

L’article se concentre sur le Mouvement français pour le planning familial de son émergence en 1956 à la loi Neuwirth en 1967. Il interroge l’impact du genre sur la constitution de réseaux militants et leur influence politique dans le processus de libéralisation de la contraception. Deux périodes se distinguent dans l’itinéraire de la cause contraceptive. De 1956 au début des années 1960, la légitimité du contrôle des naissances se construit au sein d’une association de femmes respectables qui s’appuient sur des réseaux associatifs préexistants et des sociabilités féminines au niveau national, international et local. À partir de l’ouverture des premiers centres de planning familial, en 1961, et jusqu’au vote de la loi libéralisant la contraception en 1967, au contraire, le planning familial s’impose comme une association d’experts, où les médecins spécialistes, des hommes notamment, jouent un rôle de plus en plus marqué. Les hommes militant au planning tissent alors des relations dans les cercles proches du pouvoir, permettant de faire de la contraception une question politique crédible.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, « Considérations sur la “maternité volontaire” », Revue des Trav (...)
  • 2  Le terme de militant-e-s est utilisé pour suggérer la mixité de la population évoquée, militants e (...)
  • 3 Voir Françoise Picq, « Le contrôle des naissances : du néo-malthusianisme au féminisme », in Christ (...)

1En 1955 une femme gynécologue, Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé fait un discours à l’Académie des sciences morales et politiques où elle réclame la « maternité volontaire »1. À la suite de cela, les articles dans les journaux se multiplient, trois propositions de lois sont déposées en faveur de la suppression des articles 3 et 4 de la loi de 1920 relatifs aux procédés anticonceptionnels par des députés socialistes et progressistes. Dans la foulée, l’association Maternité heureuse, ancêtre du Mouvement français pour le planning familial (MFPF), est créée en mars 1956. Soudainement, il devient possible de parler ouvertement de contraception et d’avortement sur la scène publique, alors qu’a priori la loi de 1920 interdit toute propagande en faveur des produits anticonceptionnels. La stratégie de cette nouvelle association, et de ceux qui la soutiennent, diffère de celle des premier-e-s militant-e-s2 de la contraception, les néo-malthusien-ne-s qui, depuis la fin du XIXe siècle, avaient adopté une approche subversive de la question. Ils prônaient la grève des ventres afin d’améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres mais aussi pour miner le pouvoir bourgeois en diminuant le nombre de travailleurs et de soldats. Certaines féministes3, dans la mouvance anarchiste, faisaient de la contraception et de l’avortement un moyen de libérer les femmes du fardeau de la maternité et de maîtriser leur propre corps. À partir du milieu des années 1950, la Maternité heureuse aspire au contraire à la respectabilité. L’association mettra onze ans à obtenir une légalisation des moyens contraceptifs. Dans ce laps de temps, elle connaît des changements significatifs : d’un modeste regroupement de femmes, elle devient une association structurée qui se développe dans toute la France et a accès à la parole sur la scène publique.

  • 4  Janine Mossuz-Lavau, Les lois de l’amour. Les politiques de la sexualité en France : 1950-2002, Pa (...)
  • 5  Pour une présentation générale voir Manlio Cinalli « Analyse de réseaux » in Dictionnaire des mouv (...)
  • 6  Marie Aynié, Les amis inconnus. Se mobiliser pour Dreyfus, 1897-1899, Toulouse, Privat, 2011.
  • 7  Laure Bereni, De la cause à la loi : Les mobilisations pour la parité politique en France (1992-20 (...)
  • 8  Alban Jacquemart, Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d'un (...)
  • 9  Cet article s’inscrit dans le prolongement d’une thèse d’histoire qui a été soutenue en 2010 à l’I (...)
  • 10  Pour une analyse de l’intérêt de la prosopographie en histoire des femmes et du genre, voir Peggy (...)
  • 11  Il s’agit des archives du Mouvement français pour le planning familial conservées au siège de la f (...)
  • 12  Les recherches se sont appuyées sur les dossiers de presse conservés à la Fondation nationale des (...)
  • 13  Cette recherche a pu s’appuyer sur les mémoires de certains acteurs clés comme par exemple Lucien (...)

2Si la libéralisation de la contraception a surtout été étudiée sous l’angle des discours et, en particulier, des discours politiques4, il s’agit ici de s’intéresser à la place des sociabilités dans la progression d’une cause. Ce travail s’inscrit dans la tradition de la sociologie des mouvements sociaux qui a fait de l’analyse des réseaux une clé de compréhension des mobilisations collectives5. Il se veut aussi dans le prolongement de travaux récents qui ont montré l’intérêt de ne pas se concentrer uniquement sur les personnalités connues mais de prendre en compte une base plus large. La thèse de Marie Aynié sur les soutiens anonymes dans l’affaire Dreyfus, en particulier, souligne leur rôle et l’ancrage profond de la mobilisation6. Néanmoins, il s’agit ici de croiser l’analyse de l’engagement et l’analyse en terme de genre. La thèse de Laure Bereni sur la mobilisation en faveur de la parité dans les années 1990 a démontré le caractère heuristique de ce croisement en soulignant la spécificité de « l’espace de la cause des femmes »7. Alban Jacquemart, quant à lui, a mis en lumière la place souvent occultée des hommes dans les réseaux féministes depuis la IIIe République8. Dans le prolongement de ces travaux, il s’agit de démontrer que les réseaux féminins et masculins ont eu une importance distincte selon les périodes dans le processus de diffusion et de reconnaissance du contrôle des naissances9. Si les sources ne sont généralement pas assez précises pour réaliser de véritables prosopographies des militants et militantes du Planning familial10, l’objectif est, à partir des archives de l’association11, du dépouillement de la presse et de la télévision12 ainsi que des témoignages des acteurs de cette histoire13, d’interroger le rôle du genre à la fois comme matrice de sociabilités différenciées et comme critère de légitimation distincts pour une nouvelle revendication. C’est pourquoi les termes de réseaux féminins et masculins sont préférés à réseaux de femmes ou d’hommes, afin de mettre l’accent sur l’analyse des représentations autant que sur celle des caractéristiques relationnelles.

3Deux périodes se détachent. La première, de 1956 au début des années 1960, voit une construction de la légitimité du contrôle des naissances au sein d’une association de femmes respectables qui mettent en place une « politique de la salle à manger » au niveau national, international et local. À partir de 1961 et jusqu’en 1967, au contraire, le Planning familial s’impose comme une association d’experts, où les médecins spécialistes, principalement des hommes, jouent un rôle prépondérant et où « la politique des salons » - il faut entendre ici les salons politiques dans les cercles proches du pouvoir – permettent de faire de la contraception une question politique crédible.

I. La « politique de la salle à manger » : des réseaux féminins au service du contrôle des naissances

  • 14  Lettre d’Evelyne Sullero à Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé reproduite dans Catherine Valabrègue, (...)

« Je ne suis pas outrageusement féministe, mais je trouve que dans ce pays où les femmes sont considérées comme majeures, puisqu’on leur confère le droit de vote, ce serait d’abord aux femmes de venir dire leur point de vue sur ce qui les intéresse avant tout. […] Que nous soyons gynécologues, psychiatres, assistantes sociales écrivains, journalistes ou mères de famille (c’est mon cas), ne pourrions-nous pas tenter de faire boule de neige, de nous reconnaître, puis de nous faire connaître, et de définir les paliers d’une action modérée et efficace qui soit susceptible de faire céder peu à peu l’obscurantisme14 ».

  • 15  Evelyne Sullerot a étudié à l’École libre des Sciences politiques et à la faculté de lettres où el (...)
  • 16  Biographie sur le site des archives de l’Institut Pasteur, http://www.pasteur.fr/infosci/archives/ (...)
  • 17  Entretien avec Evelyne Sullerot, 23-02-2006.
  • 18  Informations données par Delphine Naudier, « Les relais culturels du Planning familial (1956-1975) (...)

4Ce sont les mots d’Evelyne Sullerot, jeune mère de famille, âgée de 31 ans en 1955, ayant interrompu des études qui promettaient d’être brillantes15 pour élever ses quatre enfants. Elle écrit à la doctoresse Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé après son intervention à l’Académie des sciences morales et politiques dont elle a lu le compte rendu dans le journal Le Monde. Elle lui propose donc de créer une association de femmes et, au vu de la liste qu’elle propose, elle entend s’appuyer sur un réseau de personnalités compétentes qui pourraient mettre leur expertise au service de la cause du contrôle des naissances. Les papiers déposés à la préfecture montrent que l’association est en effet composée de femmes éduquées, de classe supérieure. Ainsi, sur les vingt-trois membres du bureau et du conseil d’administration, onze ont déclaré une profession : une avocate, trois doctoresses en médecine, une bibliothécaire, deux professeures et quatre femmes de lettres. Parmi ces dernières, se trouve Clara Malraux. D’autre part, un certain nombre d’entre elles bénéficient indirectement du prestige de leur époux qui occupe une position sociale élevée. C’est le cas de la présidente Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, épouse de Benjamin Weill-Hallé, célèbre pédiatre qui a réalisé la première vaccination BCG sur un enfant tuberculeux en 1921, membre de l’Académie de Médecine depuis 195016. Ce dernier avait suggéré de mettre dans l’association deux ou trois femmes dont le mari était important17. Les deux vice-présidentes sont ainsi épouses de hauts-fonctionnaires, Gustave Monod, ancien directeur de l’enseignement du second degré au Ministère de l’Education Nationale et Gabriel Ardant, inspecteur des finances, commissaire général à la productivité depuis 1953, tous deux anciens résistants. Parmi les fondatrices se trouvent aussi Madame Lindon, épouse d’un avocat général, Nadine Gorse, épouse d’un député socialiste et Madame Domenach, épouse du directeur de la revue Esprit18. Les fondatrices de l’association la Maternité heureuse appartiennent donc à un groupe social favorisé introduit dans les milieux intellectuels et politiques parisiens.

  • 19  Entretien avec Evelyne Sullerot, op .cit.

5Cela constitue indéniablement une ressource pour le développement de l’association mais aussi pour l’image du combat qu’elle mène. Pour faire valoir un discours légitime sur le contrôle des naissances, les militantes doivent éviter d’être renvoyées au néo-malthusianisme, au féminisme ou à un délitement des mœurs sexuelles. Elles choisissent alors d’user du genre et de la classe pour y échapper et de créer une association de mères de familles respectables. Evelyne Sullerot précise ainsi à Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé : « si nous sommes une sorte de belle petite armée de femmes mères de familles ça fera du spountz si on nous arrête19 ». Elle a donc l’idée d’utiliser les normes de genre comme arme : elle entend légitimer le contrôle des naissances par la valorisation de la maternité des animatrices de l’association, leur parcours personnel pouvant servir de bouclier contre des attaques éventuelles.

  • 20  Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir (1945-1970), Paris, Seuil, 2000, p. 158.
  • 21  Rapport moral d’Evelyne Sullerot à l’Assemblée générale du 19-10-1957 reproduit dans La Maternité (...)
  • 22  Mouvement Français pour le Planning Familial, 25 ans d’histoire du Planning Familial, op. cit., p  (...)

6Une autre ressource de poids, dans les débuts de l’association, est la constitution d’un réseau de soutien qui sert de support à la diffusion de ses idées et de voie de recrutement pour de nouvelles militantes.  Les liens familiaux, amicaux et ceux constitués par un engagement préalable dans des associations féminines se révèlent cruciaux. Ainsi, deux réseaux préexistants sont des vecteurs d’engagement en faveur du contrôle des naissances. Le premier est le réseau protestant de l’association Jeunes femmes, mouvement féminin créé en 1946 et composé de jeunes adultes, principalement des femmes mariées, au foyer, avec une proportion importante de diplômées parmi elles20. Cette structure implantée dans toute la France, qui publie un bulletin, réfléchit à la fois sur la vie intime, le quotidien des femmes et la vie politique. Elle est un appui considérable au développement de la Maternité heureuse à ses débuts. Le deuxième réseau est constitué par les laïques et les libres penseuses. La Ligue de l’enseignement est mentionnée comme ayant été une aide « pour déterminer l’éventail des personnes à toucher21 » et, parmi les nouvelles personnes qui entrent dans le conseil d’administration en juin 1958, se trouve Fernande Kraemer, de l’action féminine, Ligue de l’enseignement. De plus, la Grande Loge Féminine de France fournit plusieurs fondatrices et militantes de la première heure à la Maternité heureuse, notamment par l’intermédiaire d’Yvonne Dornès. Cette dernière, amie de Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, est à la tête d’une entreprise de renseignements téléphoniques qui fonctionne bien. Elle est initiée en 1955 et contribue sans doute au fait que la GLFF consacre l’année 1956 à la réflexion sur « les devoirs de la femme et la liberté de la conception22 ».

7Les réseaux de soutien sont renforcés par une sociabilité à la fois féminine et bourgeoise. Ce sont les appartements de la présidente et de la Secrétaire générale qui servent de lieu de rencontre mais aussi de diffusion de l’information. Comme s’en souvient la seconde secrétaire générale, Catherine Valabrègue :

  • 23  Catherine Valabrègue, Sandrine Treiner, La pilule et après ? Deux générations face au contrôle des (...)

« Nous avons travaillé pendant quatre ans sans avoir assez d’argent pour louer un local. M.‑A. Weill‑Hallé organisait des réunions de médecins, d’assistantes sociales, de conseillères conjugales…dans sa grande salle à manger. À mon domicile, où le siège social du mouvement était domicilié, je recevais les visites de personnes qui avaient appris ici ou là notre existence.23 »

  • 24  Belinda Davis parle elle de « politique de la table de la cuisine », « kitchen table politics » po (...)

8C’est donc « une politique de la salle à manger24 » que les pionnières du contrôle des naissances en France mettent en place : une forme hybride de fonctionnement où l’espace public, l’espace professionnel et l’espace privé ne sont pas clairement séparés.  La salle à manger est en effet un espace intime et ouvert sur l’extérieur, à la fois lieu de réception et de représentation qui, d’un point de vue pratique, comporte une table autour de laquelle on peut se réunir et travailler. Espace privé, la salle à manger permet d’allier des sociabilités féminines traditionnelles à un engagement politique risqué –la propagande anticonceptionnelle est interdite– qui demande une certaine discrétion.

  • 25  Ludovic Tournès emploie ce terme pour évoquer la politique de la fondation Rockefeller dans l’entr (...)
  • 26 Catherine Valabrègue, « 48 heures à Londres sous les auspices de l’IPPF », La Maternité heureuse, B (...)
  • 27  News of Population and Birth control, n°56, juin 1957.
  • 28  Ils sont combinés à une crème spermicide, qui est progressivement fabriquée en France, par un labo (...)

9Cette politique de la salle à manger, s’appuie également sur un réseau de soutiens internationaux bien structuré autour de la Fédération internationale de parenté planifiée (International planned parenthood federation, IPPF) qui réunit diverses associations nationales. Après plusieurs conférences qui débutent en 1946, cette fédération est créée officiellement en 1953 à la conférence de Stockholm. Ces réunions internationales sont le témoin de la renaissance, après la Seconde Guerre mondiale, des réseaux internationaux qui existaient déjà dans l’entre-deux-guerres. En effet, il s’agit d’une reprise d’activité des grandes figures du néo-malthusianisme qui prônent désormais le planning familial, à l’aide d’arguments relevant davantage de la santé publique que de la lutte des classes. Des femmes, membres d’une élite intellectuelle, impliquées sur la scène internationale, sont au cœur de ces réseaux : l’américaine Margaret Sanger (1879-1966), première présidente de l’IPPF et la suédoise Elise Ottesen-Jensen (1889-1973), seconde présidente, en sont représentatives. Venues au contrôle des naissances par leur engagement anarchiste et féministe, elles s’allient ensuite avec des médecins qui leur donnent une caution scientifique. Une autre figure est Mary Stopes (1880-1958) : elle incarne la médicalisation progressive des questions sexuelles. Biologiste, elle ouvre la première clinique de contrôle des naissances au Royaume-Uni en 1921. Les voyages à Londres, au siège de l’IPPF, sont essentiels aux débuts de l’association la Maternité heureuse. Cette forme de « tourisme scientifique25 » devient un passage obligé pour les premier-e-s gynécologues et militant-e-s. Catherine Valabrègue raconte son séjour avec Yvonne Dornès dans le bulletin de la Maternité heureuse, ce qui permet d’apprécier la mécanique bien rôdée de ces visites : conférence sur les moyens anticonceptionnels au siège du Planning familial anglais ; visionnage de films ; visite des bureaux de l’IPPF26. Les militant-e-s français-e-s y puisent un matériel de propagande déjà utilisé par les associations américaines ou anglaises. Dans le Bulletin de l’IPPF de juin 1957, il est précisé qu’« en quête d’information sur le planning familial, des membres de l’association Maternité heureuse menés par leur présidente, docteur Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé ont visité la Belgique, la Hollande, et le RU, étudiant les cliniques et rencontrant les principales figures de la fédération internationale de parenté planifiée et d’organisations alliées27 ». C’est en Angleterre que les médecins français-e-s se fournissent en contraceptifs (diaphragmes et capes) dont les ordonnances doivent être envoyées à l’IPPF, à Londres, qui les distribuent ensuite directement aux patientes françaises28. Les réseaux féminins militants préexistant sont donc essentiels à la création et à l’installation de l’association la Maternité heureuse. Ils fournissent les soutiens et le discours nécessaires à l’implantation de l’Association et ils participent à la construction d’une image respectable autour de femmes compétentes et humanistes.

II. D’une association parisienne à un mouvement national

  • 29  Revue trimestrielle du MFPF n°17, juin 1961, p. 28.

10Les réseaux de femmes sont aussi au cœur de la transformation de l’association parisienne en mouvement national. En 1959, la Maternité heureuse adhère à l’International planned parenthood federation et change de nom pour devenir le Mouvement français pour le planning familial (MFPF). Un premier groupe de soutien au planning familial en dehors de Paris se constitue à Grenoble à la fin de l’année 1959 à l’initiative de deux hommes qui décident d’ouvrier le premier centre de planning familial en 1961. Ils bravent ainsi l’interdit légal en distribuant des contraceptifs aux adhérent-e-s. Quelques mois plus tard, la direction nationale, d’abord réticente, ouvre à son tour un centre de planning à Paris. Au tournant des années 1960, le Mouvement français pour le planning familial cherche donc à « développer [son] action, en particulier hors de Paris, partout où il y aura un responsable dynamique et un local disponible29 ». Pour cela, il faut recruter des militant-e-s au niveau local, hommes et femmes ; d’après les sources disponibles, il semble que ce soient les femmes qui répondent le plus massivement à l’appel. Les futur-e-s responsables sont notamment recruté-e-s lors des déplacements répétés des membres du bureau de l’association. Le rapport moral pour l’année 1961 fait ainsi état de 28 conférences-débats tenues entre janvier et mai 1961, dont la moitié dans des villes de province, ce qui montre l’effort entrepris pour s’étendre nationalement. La stratégie utilisée est décrite en détail :

  • 30  Rapport Moral de l’Assemblée générale du 31-05-1961, Revue trimestrielle du MFPF n°17, juin 1961, (...)

« Dès qu’en un point quelconque du territoire, une organisation nous demande de faire une conférence sur le planning familial, notre secrétaire avertit les Associations connues comme sympathisant avec notre Mouvement dans la région intéressée, ce qui permet de donner une meilleure diffusion à la conférence et d’en assurer un meilleur rendement30 ».

  • 31  Ibid., p. 28.
  • 32  Mme Dupont « L’expérience du groupe “Jeunes femmes” de Lens », Le Planning familial. Trois journée (...)
  • 33  Revue trimestrielle du MFPF n°17, juin 1961, p. 28.
  • 34  Revue trimestrielle du MFPF n°19, décembre 1961, p. 27.

11Les « adhérents qui ont accepté de donner leurs noms afin de grouper dans leur région toutes les bonnes volontés qui pourraient contribuer à l’ouverture d’une section locale31 » sont désormais répertoriés dans le bulletin. Cela permet, à nouveau, de mesurer le poids des réseaux associatifs et politiques préexistants pour la diffusion du planning familial en région. Une conjonction de situations sociales et de militantismes préalables favorise l’engagement local pour le planning familial. Comme le résume une militante protestante de Lens, revenant sur l’origine de la section locale de sa ville : « nous étions tous, au fond de la bonne étoffe dont on fait les futurs militants32 ». En effet, l’engagement pour le planning familial nécessite un fort degré d’implication en temps et un certain courage. La menace pénale est renforcée par la condamnation morale encore plus marquée dans des petites ou moyennes villes où les gens se connaissent et s’observent. Trois milieux sécants sont particulièrement représentés parmi les soutiens locaux au planning familial : la nébuleuse socialiste (en particulier autour du PSU et de la SFIO), la nébuleuse laïque et franc-maçonne et les enseignant-e-s, en particulier les institutrices et instituteurs. Hommes et femmes sont présents mais les femmes le sont dans une proportion plus importante selon les listes fournies par le bulletin de l’association. Minoritaires dans les partis politiques, mouvements laïcs, ou loges maçonniques, elles sont particulièrement surreprésentées dans le combat pour le planning familial au sein de ces organisations. Si les hommes participent au développement local du Mouvement Français pour le planning familial, ce sont des femmes qui sont majoritairement à l’origine de la création des sections, à l’exception de quelques une créées par des hommes médecins comme à Grenoble ou à Bordeaux. Ainsi, la liste des « adhérents qui ont accepté de donner leurs noms … »33 » est majoritairement féminine : en décembre 1961, elle compte 25 femmes, 14 hommes et 3 couples34.

  • 35  « Les orientations et activités du MFPF », Document non daté retraçant la création de la section l (...)
  • 36  L’expérience de Lens est évoquée au colloque de Royaumont en mai 1963 voir docteur Poiret « Centre (...)
  • 37  Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, op. cit., p. 307.

12Les fondatrices de sections locales sont enseignantes, souvent aussi socialistes et/ou laïques voire franc-maçonnes. Au Mans, par exemple, l’association « les forums du Mans », patronnée par le PSU, organise en 1961 une conférence-débat avec Suzanne Masse, membre du bureau du MFPF, sur « la liberté de contraception », qui attire 400 personnes. À la suite de cela, en 1962, deux institutrices, dont une a suivi un stage de formation pour devenir hôtesse d’accueil de planning familial à Paris, entrent en contact avec un responsable du PSU dans l’espoir d’ouvrir une permanence. Un local est ensuite fourni par un sympathisant de la cause, un anarchiste, qui prête une pièce inoccupée de son appartement35. Les fondatrices de sections locales proviennent aussi d’un tout autre réseau, celui du mouvement protestant. À Lens, l’initiative découle du groupe protestant, « Jeunes femmes », qui fait du contrôle des naissances le thème de réflexion pour l’année 1960-196136. Ses membres se penchent sur la documentation fournie par la MFPF, travaillent à partir de nombreux ouvrages et reçoivent les explications d’un médecin dont la femme appartient au groupe. Elles décident d’élargir le cercle et contactent des enseignant-e-s, des médecins, des assistantes sociales, des sages-femmes. Un délégué est envoyé à Paris, Grenoble et Londres. Finalement une assemblée générale réunit 400 personnes en juin 1962, ce qui permet de constituer l’association avec un conseil d’administration et un bureau avant de trouver un local. Un centre est ouvert dès décembre 1962, avec six hôtesses d’accueil qui y travaillent bénévolement. Une sorte de « nouvelle gauche des femmes37 », pour reprendre l’expression de Sylvie Chaperon, soutient donc le planning familial tant sur le plan national que local.

III. De la politique de la salle à manger à la politique des salons : la contraception dans les cercles du pouvoir

13Cependant, la multiplication des sections locales et surtout des centres de planning familial a des conséquences importantes sur l’organisation de l’association qui est devenue une fédération. Ainsi, lors de l’Assemblée générale du 31 mai 1961, la composition du conseil d’administration change radicalement, alors qu’elle avait été globalement stable depuis 1956. Il s’agit d’un signe important, car le conseil d’administration est le reflet des soutiens recherchés par l’association. En tout premier lieu, le nombre de ses membres augmente, passant de 21 en 1960, à 39, ce qui marque une extension des réseaux de l’association. Cette augmentation numérique s’explique avant tout par l’entrée d’un nombre important d’hommes. Depuis 1956, seuls deux hommes, le Dr Henri Fabre et le professeur de philosophie Georges Pascal, fondateurs de l’association grenobloise, l’avaient rejointe. Le conseil d’administration de 1961 compte, en revanche, 21 hommes pour 18 femmes, il devient donc majoritairement masculin. Il s’agit d’un tournant majeur, par rapport à la Maternité heureuse, qui était une association uniquement composée de femmes. En revanche, les fonctions les plus importantes, en termes hiérarchiques et de travail fourni, sont toujours occupées par des femmes : le bureau est encore uniquement composé de femmes en 1961 et si trois hommes y rentrent en 1962, c’est pour occuper les fonctions symboliques de vice-présidents et celle de secrétaire général adjoint, moins centrale. La présidente, la secrétaire générale et la trésorière sont des femmes et on peut dire que Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, Catherine Valabrègue et Simone Baur, qui occupent respectivement ces postes, la font fonctionner. Néanmoins, la première forme de légitimation, bâtie sur l’image de mères de familles respectables, est abandonnée au profit d’une nouvelle forme qui nécessite cette fois-ci la mixité. Le conseil d’administration renouvelé marque une volonté forte pour le MFPF d’être perçu comme un mouvement d’éducation sanitaire et sociale. Dans cette perspective, il s’agit de construire une image de spécialistes capables d’éduquer les couples. L’expertise médicale est particulièrement soulignée à partir de ce moment-là, notamment par la présidente. L’allocution de Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé lors de l’Assemblée générale suivante du 24 juin 1962 est révélatrice :

  • 38  Revue trimestrielle du MFPF n°22, septembre 1962, p. 1.

« En tant que présidente, je me bornerai aujourd'hui à diriger les débats, mais en tant que médecin – et vous ne devez pas oublier que c’est avant tout un souci professionnel non résolu qui m’a amené à fonder notre Association- je me suis réservée de faire le point sur l’actualité du Planning Familial chez les médecins, en France, et de vous mettre au courant des efforts personnels que j’ai poursuivis- sur le plan médical- dans le cadre du mouvement38

  • 39  Historique du collège médical, Bulletin d’information des médecins du MFPF, n°3, avril 1965.
  • 40  Sylvie Chaperon, « Le MFPF face au féminisme (1956-1970) », in Christine Bard et Janine Mossuz-Lav (...)
  • 41  Pourcentage donné par Nathalie Lapeyre et Nicky Le Feuvre, « Féminisation du corps médical et dyna (...)

14De manière significative, parmi les nouveaux hommes du conseil d’administration huit sont docteurs en médecine et l’association se dote d’un « collège médical » à partir de février 196139. Avec la création des centres, les médecins deviennent indispensables pour prescrire les contraceptifs et prennent donc une place importante. L’entrée massive des hommes dans l’association est liée à une volonté de médicalisation dans un contexte où la profession médicale est majoritairement exercée par des hommes : en 1960, les femmes ne représentent que 9% de la totalité des médecins40 et à peine 14% à la fin des années 196041. Toutefois, il faut aussi y voir la recherche, plus générale, d’une nouvelle forme de respectabilité. L’expertise est ainsi valorisée dans tous les domaines. Les universitaires sont au nombre de cinq dans le nouveau conseil d’administration, dont quatre hommes, contre une seule auparavant, et prennent le pas sur les femmes de lettres et journalistes, qui possèdent une compétence intellectuelle générale mais pas de compétence spécifique sur le planning familial. Ce nouveau positionnement de l’association implique également un détachement par rapport à l’image de mères de famille.

  • 42  Laure Bereni et Éléonore Lepinard ont montré le même type de processus dans la construction du dis (...)

15La présence d’hommes permet de revendiquer le caractère universel de la compétence de l’association. L’objectif de libération des femmes des maternités subies - qui aurait pu être interprété comme un objectif catégoriel - est englobé dans un objectif d’humanisme plus général d’éducation et de bien-être social. Ce discours était déjà présent auparavant, mais uniquement porté par des femmes, il risquait de ne pas être totalement entendu. Ainsi, l’entrée des hommes dans le mouvement permet « une montée en généralité » par le fait de « désindexer la revendication des intérêts catégoriels des femmes42 ». Très symboliquement, en 1965, la présidence d’honneur est attribuée à trois hommes de science, les prix Nobel de médecine de 1965 : François Jacob, André Lwoff et Jacques Monod.

16Au moment de la célébration du dixième anniversaire du Mouvement français pour le planning familial en 1966, cette nouvelle stratégie est particulièrement explicite. Une grande fête est organisée au palais de Chaillot. Dans la foule, se trouvent des personnalités appartenant tant au monde politique qu’au monde du spectacle, comme le décrit le nouveau secrétaire général de l’association, Maurice Deixonne, premier homme à occuper ce poste :

  • 43  Maurice Deixonne, « Une brillante manifestation. Le 10e anniversaire du Mouvement français pour le (...)

« C’est naturellement une entreprise absurde de vouloir dans une assistance si nombreuse et si distinguée, épingler quelques noms. Citons pourtant, presque au hasard : des députés comme M. Neuwirth ; d’anciens ministres ou députés, comme M. Pierre Bloch, Jacques Piette, Gérard Vée ; des Maires comme MM. Charles Baur et Suant ; Madame Madeleine Léo-Lagrange dont le nom évoque d’illustres souvenirs ; Paul-Emile Victor, explorateur de l’Arctique (et qui eut comme collaborateur le Dr. Fabre), l’Avocat Général Raymond Lindon, le cinéaste Claude Autant-Lara et la ravissante actrice américaine, Mme Alexandra Stewart, les artistes Jean Carlu et Guy Georget, des personnalités du journalisme, des affaires, des syndicats, de l’industrie et de l’agriculture, et naturellement de nombreux médecins : les professeurs Heuyer, Grasset, Palmer, les docteurs Aron-Brunetière, Berge, Douady, Valensin, etc., etc.,…43 »

17Cette description minutieuse est révélatrice du changement de stratégie de l’association qui, à cette date, est un succès.

  • 44  Francis Sanseigne, « Le Planning Familial face à la loi (1956-1967) : entre arrangements et transf (...)
  • 45  Pierre Simon, De la vie avant toute chose, Paris, Mazarine, 1979, p. 141.
  • 46  Éditions Payot.
  • 47  Éditions Masson et Cie.
  • 48  Simon, Pierre, Témoignage, in Christine Bard et Janine Mossuz-Lavau, dir., Le planning familial…, (...)
  • 49  L’épisode est raconté par Lucien Neuwirth, Que la vie soit !, op.cit., p. 47 et Pierre SIMON, De l (...)

18La transformation du registre de la légitimation s’accompagne de l’augmentation très rapide du nombre d’adhérents et surtout d’adhérentes, qui passent de 6000 en 1961 à 75 000 en 1965 et à 95 000 en 1967. Il faut en effet être membre de l’association pour obtenir des moyens de contraception sans que cela puisse être un motif de poursuite judiciaire pour propagande anticonceptionnelle44. Cette montée en puissance du MFPF favorise la mise à l’agenda politique des questions de contraception. À ce titre, 1965 représente un tournant puisque, lors de la campagne présidentielle, François Mitterrand promet, s’il est élu, de supprimer les articles de la loi de 1920 relatif aux contraceptifs, provoquant des prises de position de tous les candidats challengers de De Gaulle sur le contrôle des naissances. Le vote des femmes sera déterminant et se montrer libéral sur un tel sujet pourrait attirer les voix féminines. Cette prise de position a sans doute été influencée par les militantes du Mouvement démocrate féminin, créé en 1962 au sein de la Convention des institutions républicaines, qui défend ardemment le planning familial, d’autant que certaines de ses membres sont aussi membres du MFPF. Néanmoins, le docteur Pierre Simon, à la tête du collège médical du Planning revendique la paternité de cette influence45. Cela montre la montée en puissance des réseaux masculins autour des cercles du pouvoir. Pierre Simon est représentatif de cette nouvelle tactique et de ce nouveau registre de légitimation. Gynécologue reconnu, il se rapproche de la Maternité heureuse à partir de 1958 et devient le représentant français auprès de l’International Planned Parenthood Federation en 1959. Il s’impose rapidement comme un des spécialistes des questions de contraception ; il publie en 1966 Le contrôle des naissances : histoire, philosophie, morale46 et en 1968 Précis de contraception47 et participe largement à la médicalisation du discours sur le contrôle des naissances. Il en fait également un problème propre à l’humanité plutôt qu’une question de femmes : « le but de tout cela, c’était, certes, le service de la femme, mais pour moi et quelques amis, notre but était un second but : transformer la conception du concept de vie »48 écrit-il. Ancien résistant, membre du bureau exécutif du Parti radical, franc-maçon –initié en 1953, il fut Grand Maître de la Grande Loge de France entre 1969 et 1971, puis entre 1973 et 1975– il active ses réseaux médicaux et politiques pour la libéralisation de la contraception. Ainsi, Pierre Simon rencontre Lucien Neuwirth, lors d’un dîner, à travers un ami commun, Robert Aron-Brunetière, dermatologue et, lui-aussi, ancien résistant49.

  • 50  Lucien Neuwirth, Que la vie soit !, op.cit., p. 60.
  • 51  Pierre Simon, De la vie avant toute chose, op.cit., p. 141‑142
  • 52  Lucien Neuwirth, Que la vie soit !, op.cit., p. 63.

19Avec Lucien Neuwirth, le sujet de la contraception atteint les cercles de décision. Ce dernier peut entrer en contact avec le général De Gaulle et connaît bien l’Assemblée Nationale pour être député de la Loire depuis 1958, secrétaire général du groupe de l’Union pour la nouvelle République de 1958 à 1962 puis questeur de 1962 à 1975. Autrement dit, l’ancien résistant est une passerelle entre le réseau gaulliste et le Mouvement Français pour le planning Familial. Le gynécologue et le député vont ensemble élaborer un projet de loi acceptable par le plus grand nombre et mettre en place une tactique pour obtenir le soutien du gouvernement en s’appuyant sur les amitiés politiques de Lucien Neuwirth. Ainsi, le débat sur le contrôle des naissances, qui s’est d’abord diffusé dans les années 1950 à travers une sociabilité féminine, fondée notamment sur des associations non mixtes, atteint, à partir de 1965, des cercles politiques très masculins. La politique de la salle à manger est remplacée par celle des salons feutrés de l’Assemblée et de l’Élysée. Une nouvelle légitimité politique naît de cette sociabilité masculine qui contribue à faire de la contraception un sujet crédible, concernant l’ensemble de la Nation. Lucien Neuwirth précise d’ailleurs la démarche suivie : « Nous nous réunissions le plus souvent dans mon appartement de la questure autour des médecins du collège médical du Planning familial de Pierre Simon, Robert Aron-Brunetière et d’autres encore50 », raconte-t-il dans ses mémoires. Il utilise donc sa fonction prestigieuse de questeur de l’Assemblée Nationale et l’appartement de fonction sur les lieux mêmes de l’Assemblée Nationale pour faire campagne. En effet, le député de la Loire, gaulliste de la première heure et Pierre Simon, membre de la Grande Loge de France, s’appuient sur les entrevues amicales informelles pour faire avancer leur projet dans l’entourage du général de Gaulle. Pierre Simon raconte ainsi qu’il rencontre Alexandre Sanguinetti, proche de Lucien Neuwirth et de la famille de Gaulle, et qu’ils trouvent un terrain commun dans leur passion pour les cigares. Alexandre Sanguinetti est alors chargé de convaincre Yvonne de Gaulle du bien-fondé d’une nouvelle loi sur la contraception afin qu’elle puisse ensuite influer sur la décision de son mari. Et Pierre Simon de conclure que  « par la pratique des cigares et  la douce émotion qu’elle procure, la pilule fait son petit bonhomme de chemin51 ». Lucien Neuwirth trouve l’occasion de faire part de son projet au général de Gaulle au cours d’un déjeuner privé à l’Elysée, auquel il a été convié avec son épouse, « au moment du café pendant les quelques minutes d’aparté [qu’ils eurent] alors52 ». Cela lui permet d’avoir le privilège d’un entretien privé, pendant lequel il peut exposer ses idées. Ces anecdotes révèlent une tactique par petites touches successives qui bénéficient à la fois de réseaux préexistants dans les partis politiques, les instances parlementaires et gouvernementales et de l’entre soi masculin.

  • 53  Sur l’engagement de cette nouvelle génération d’hommes voir Bibia Pavard, « Genre et militantisme (...)
  • 54  Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel, Les lois Veil (contraception 1974, (...)

20L’attention portée non seulement au caractère sexué des réseaux –d’hommes ou de femmes– mais aussi au caractère genré de ceux-ci –féminins ou masculins liés à un certain type de sociabilité et avec un discours de légitimation différent– permet de rajouter un élément de compréhension aux stratégies de mise en place du changement social, culturel et législatif. Les réseaux masculins ont été essentiels pour que la liberté de la contraception, d’abord portée par des réseaux féminins, atteigne les cercles de décision qui conduisent à la loi Neuwirth de 1967. Néanmoins, avec l’émergence du Mouvement de libération des femmes, mouvement non mixte, au tournant des années 1970, la légitimité de la voix des hommes dans le débat sur la contraception et l’avortement est contestée. La constitution de réseaux militants féminins et féministes qui prennent un poids grandissant dans le débat et la radicalisation du discours autour de la liberté pour les femmes de disposer de leur corps tend à marginaliser la génération des hommes militants du planning familial actifs dans les années 1950 et 1960. Ces derniers quittent le Mouvement pour le planning familial au tournant des années 1970 mais sont remplacés par une nouvelle génération d’hommes engagés à l’extrême gauche sensible au caractère subversif de la revendication de l’avortement libre et gratuit53. Il n’empêche que les questions de contraception et d’avortement sont désormais considérées comme féminines – au sens de concernant avant tout les femmes – et sont portées par les femmes jusqu’au sommet de l’État, notamment avec les lois Veil54.

Haut de page

Notes

1  Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, « Considérations sur la “maternité volontaire” », Revue des Travaux de l’Académie des Sciences Morales et politiques et Comptes rendus de Séances, 1955, premier trimestre, p. 85‑90.

2  Le terme de militant-e-s est utilisé pour suggérer la mixité de la population évoquée, militants est utilisé pour les hommes et militantes pour les femmes. J’ai néanmoins respecté le masculin pluriel trouvé dans les sources lorsque je les cite.

3 Voir Françoise Picq, « Le contrôle des naissances : du néo-malthusianisme au féminisme », in Christine Bard et Janine Mossuz-Lavau, Le Planning familial : histoire et mémoire (1956-2006), Rennes, PUR, 2006, p. 27‑32.

4  Janine Mossuz-Lavau, Les lois de l’amour. Les politiques de la sexualité en France : 1950-2002, Paris, Payot, 2002.

5  Pour une présentation générale voir Manlio Cinalli « Analyse de réseaux » in Dictionnaire des mouvements sociaux, Presses de Sciences Po, 2009, p. 31‑38. 

6  Marie Aynié, Les amis inconnus. Se mobiliser pour Dreyfus, 1897-1899, Toulouse, Privat, 2011.

7  Laure Bereni, De la cause à la loi : Les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000), thèse de doctorat de science politique de l’Université Paris I, 2007, à paraître en 2014 chez Economica.

8  Alban Jacquemart, Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d'un engagement improbable, thèse de doctorat de sociologie de l’EHESS, 2011, à paraître en 2014 aux Presses universitaires de Rennes.

9  Cet article s’inscrit dans le prolongement d’une thèse d’histoire qui a été soutenue en 2010 à l’Institut d’études politiques de Paris et publiée aux Presses universitaires de Rennes en 2012 sous le titre Si je veux, quand je veux, contraception et avortement dans la société française (1956-1979).

10  Pour une analyse de l’intérêt de la prosopographie en histoire des femmes et du genre, voir Peggy Bette, « Nécessité et limites de l’approche prosopographique : la reconstitution d’itinéraires de vies de veuves françaises de la Première Guerre mondiale (XXe siècle) », in Sylvie Duval, coord., Panel "Prosopografie femminili", in Atti di VI Congresso della Società italiana delle Storiche, Padova-Venezia, 14‑16 febbraio 2013, Padova : Il Poligrafo  et en ligne (à paraître).

11  Il s’agit des archives du Mouvement français pour le planning familial conservées au siège de la fédération, 4 square Saint-Irénée 75011 Paris. Elles ont été complétées par d’autres fonds comme celui de Catherine Valabrègue et de Simone Iff à la Bibliothèque Marguerite Durand ou encore celui de Pierre Simon conservé aux Centre des archives du féminisme à Angers.

12  Les recherches se sont appuyées sur les dossiers de presse conservés à la Fondation nationale des sciences politiques en particulier le dossier « Contrôle des naissances, contraception, avortement et IVG en France », consulté de 1959 à 1979 mais aussi sur le dépouillement du magazine Marie Claire de 1956 à 1979. Enfin les archives télévisuelles de l’Institut national de l’audiovisuel ont été explorées à l’aide de recherches par mots clés.

13  Cette recherche a pu s’appuyer sur les mémoires de certains acteurs clés comme par exemple Lucien Neuwirth ou le gynécologue Pierre Simon mais aussi sur des entretiens semi-directifs avec les docteurs Jacqueline Kahn-Nathan, Suzanne Verdoux, Pierre Simon, Henri Rozenbaum et Irène Borten-Krivine, les militantes Evelyne Sullerot, Simone Iff et Huguette Bouchardeau ainsi que le député Lucien Neuwirth.

14  Lettre d’Evelyne Sullero à Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé reproduite dans Catherine Valabrègue, Contrôle des naissances et Planning Familial, Paris, La table ronde, 1960, p. 156‑157.

15  Evelyne Sullerot a étudié à l’École libre des Sciences politiques et à la faculté de lettres où elle obtient une licence. Elle enseigne les lettres de 1947 à 1949 avant de s’interrompre et de reprendre un doctorat d’histoire sur la presse féminine à l’âge de 32 ans.

16  Biographie sur le site des archives de l’Institut Pasteur, http://www.pasteur.fr/infosci/archives/wei0.html, consulté le 27-08-2009.

17  Entretien avec Evelyne Sullerot, 23-02-2006.

18  Informations données par Delphine Naudier, « Les relais culturels du Planning familial (1956-1975) in Christine Bard, Janine Mossuz-Lavau, Le Planning Familial…, op. cit., p. 129.

19  Entretien avec Evelyne Sullerot, op .cit.

20  Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir (1945-1970), Paris, Seuil, 2000, p. 158.

21  Rapport moral d’Evelyne Sullerot à l’Assemblée générale du 19-10-1957 reproduit dans La Maternité Heureuse, bulletin d’information n°4, mars 1958, p. 3.

22  Mouvement Français pour le Planning Familial, 25 ans d’histoire du Planning Familial, op. cit., p 79.

23  Catherine Valabrègue, Sandrine Treiner, La pilule et après ? Deux générations face au contrôle des naissances, Paris, Stock, 1996, p. 75.

24  Belinda Davis parle elle de « politique de la table de la cuisine », « kitchen table politics » pour le mouvement féministe des années 1970 en Allemagne de l’Ouest, in Karen Hagemann, Sonya Michel et Gunilla Budde, dir., Civil Society and Gender Justice. Historical and Comparative Perspectives, New York, Oxford, Berghalm Books, 2008.

25  Ludovic Tournès emploie ce terme pour évoquer la politique de la fondation Rockefeller dans l’entre-deux guerres qui se transforme « en véritable agence de voyage scientifique » voir « La fondation Rockefeller et la naissance de l’universalisme philanthropique américain », Critique internationales n°35, 02/2007, p. 173‑197.

26 Catherine Valabrègue, « 48 heures à Londres sous les auspices de l’IPPF », La Maternité heureuse, Bulletin trimestriel d’information n°9, juin 1959.

27  News of Population and Birth control, n°56, juin 1957.

28  Ils sont combinés à une crème spermicide, qui est progressivement fabriquée en France, par un laboratoire associé au MFPF, et distribuée à l’aide d’une coopérative « hygiène et famille » réunissant les adhérents du MFPF, créée en 1962.

29  Revue trimestrielle du MFPF n°17, juin 1961, p. 28.

30  Rapport Moral de l’Assemblée générale du 31-05-1961, Revue trimestrielle du MFPF n°17, juin 1961, p. 11.

31  Ibid., p. 28.

32  Mme Dupont « L’expérience du groupe “Jeunes femmes” de Lens », Le Planning familial. Trois journées à Royaumont (Mai 1963), colloque organisé par Maternité Heureuse-Mouvement Français pour le Planning familial, Paris, Maloine, 1965, p. 34.

33  Revue trimestrielle du MFPF n°17, juin 1961, p. 28.

34  Revue trimestrielle du MFPF n°19, décembre 1961, p. 27.

35  « Les orientations et activités du MFPF », Document non daté retraçant la création de la section locale, Archives du Planning familial du Mans.

36  L’expérience de Lens est évoquée au colloque de Royaumont en mai 1963 voir docteur Poiret « Centre de Lens » p. 110-113 et Mme Dupont « Expérience du groupe “jeunes femmes” de Lens », op. cit., p. 33‑34.

37  Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, op. cit., p. 307.

38  Revue trimestrielle du MFPF n°22, septembre 1962, p. 1.

39  Historique du collège médical, Bulletin d’information des médecins du MFPF, n°3, avril 1965.

40  Sylvie Chaperon, « Le MFPF face au féminisme (1956-1970) », in Christine Bard et Janine Mossuz-Lavau, dir., Le Planning Familial, op.cit., p. 25.

41  Pourcentage donné par Nathalie Lapeyre et Nicky Le Feuvre, « Féminisation du corps médical et dynamiques professionnelles dans le champ de la santé », Revue Française des Affaires Sociales, vol. 59, n°1, 2005, p. 62.

42  Laure Bereni et Éléonore Lepinard ont montré le même type de processus dans la construction du discours sur la parité en politique voir « Les femmes ne sont pas une catégorie. Les stratégies de légitimation de la parité en France », Revue Française de Science Politique, vol.54, n°1, février 2004, p. 71‑98, p. 87.

43  Maurice Deixonne, « Une brillante manifestation. Le 10e anniversaire du Mouvement français pour le planning familial », Service de presse du Planning familial n°3, février 1966.

44  Francis Sanseigne, « Le Planning Familial face à la loi (1956-1967) : entre arrangements et transformation », Nouvelles Questions Féministes, volume 29, n°1, 2010, p. 16‑31.

45  Pierre Simon, De la vie avant toute chose, Paris, Mazarine, 1979, p. 141.

46  Éditions Payot.

47  Éditions Masson et Cie.

48  Simon, Pierre, Témoignage, in Christine Bard et Janine Mossuz-Lavau, dir., Le planning familial…, op.cit., p. 141‑155, p. 147.

49  L’épisode est raconté par Lucien Neuwirth, Que la vie soit !, op.cit., p. 47 et Pierre SIMON, De la vie avant toute chose, op.cit., p. 142.

50  Lucien Neuwirth, Que la vie soit !, op.cit., p. 60.

51  Pierre Simon, De la vie avant toute chose, op.cit., p. 141‑142

52  Lucien Neuwirth, Que la vie soit !, op.cit., p. 63.

53  Sur l’engagement de cette nouvelle génération d’hommes voir Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le mouvement pour la liberté de l’avortement et la contraception. Pratique des avortements (1973-1979), Clio, histoire, femmes et sociétés, n°29, 2009, p. 79‑96 et Alban Jacquemart, « Du registre humaniste au registre identitaire. La recomposition du militantisme féministe masculin dans les années 1970 », Sociétés Contemporaines, n°85, 2012, p. 65‑84.

54  Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel, Les lois Veil (contraception 1974, avortement 1975), Paris, Armand Colin, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bibia Pavard, « De la salle à manger aux salons de la République. La place des réseaux féminins et masculins dans l’itinéraire de la cause contraceptive (1956-1967) », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://genrehistoire.revues.org/1830

Haut de page

Auteur

Bibia Pavard

Maîtresse de conférences à l'IFP-Paris 2, CARISM (Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page