Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (a cura di), Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia in età moderna, Verona, QuiEdit, 2012, 369 p.

Florence Alazard

Texte intégral

1Cet ouvrage se propose de questionner ce qui pourrait apparaître comme un second mythe de Venise : après s’être longuement interrogé sur la pérennité des institutions comme garante de la stabilité de la République, les historiens semblent aujourd’hui définir Venise par l’exceptionnelle liberté qu’elle aurait accordé aux femmes à l’époque moderne. Aussi est-il urgent, avant que le lieu commun ne s’impose, de mesurer précisément ce qu’a apporté le laboratoire vénitien aux rapports entre les hommes et les femmes et aux identités de genre. Dans leur introduction, les directrices prennent immédiatement position : « grâce à un contexte propice à la liberté des femmes, on observe les témoignages ou les résultats de ce qui a pu être défini comme un ‘proto-féminisme’, né précisément dans la lagune » (p. XV). Évoquant le trio féminin Moderata Fonte - Lucrezia Marinella - Arcangela Tarabotti, elles insistent à la fois sur les spécificités du système juridique vénitien qui est plus favorable que d’autres aux femmes et sur les capacités critiques de ces dernières, qui ne se satisfont pas d’un système encore perfectible. Il n’est pas possible de rendre compte des vingt-huit contributions (dont un grand nombre rédigé par de jeunes chercheurs qui exposent ici les prémices de leur enquête) qui alimentent la réflexion autour de deux pôles, « L’État, les lois et les familles » d’une part, et « La société, la culture et les religions » de l’autre : seuls certains articles sont ici cités, pour leur valeur emblématique, quand bien même tous les textes du volume contribuent à éclairer ce que Venise fut pour les femmes, comme aussi la façon dont ces dernières façonnèrent, à leurs manières, le système républicain.

2Anna Bellavitis, observant le fonctionnement de la dot à Venise et en particulier sa restitution en cas de veuvage, remarque que la construction de droits féminins spécifiques pour ce qui regarde la propriété et la succession reposait sur le contexte politique vénitien, dans lequel la réciprocité matrimoniale était une des facettes du mythe de l’égalité qui imprégnait l’élite politique. Plusieurs contributions s’inscrivent dans ce sillage : Marija Mogorovic Crljenko analyse la place des femmes dans le mariage en Istrie et montre comment se construisit une forme d’égalité des droits économiques des époux qui favorisa l’autonomie des femmes ; Alison A. Smith, à partir de l’exemple de la femme du gouverneur de Venise à Vérone, souligne combien l’activité sociale des femmes de l’élite politique n’était pas entièrement tournée vers le service de leur époux, mais pouvait aussi être détournée pour soutenir les propres objectifs des femmes, en particulier en termes d’expression de soi et de reconnaissance publique. Mais d’autres articles envisagent le rôle de l’État dans la construction du genre sous d’autres angles. Sabine Engel analyse ainsi la fonction dévolue aux images pour discipliner les femmes : comparant Cristo e l’Adultera, toile peinte par Nicolò de’Barberi vers 1506 et la toile homonyme réalisée par Rocco Marconi en 1516, elle montre qu’en l’espace de dix ans et dans des contextes sociaux différents, le message adressé aux jeunes épouses se précisa, insistant sur le rôle qu’elles devaient jouer au sein de la famille, et par conséquent de la société vénitienne. Vania Santon se penche sur le cas de Maria Marcello qui obtint l’annulation de son mariage, eut plusieurs amants et mena sa vie comme elle l’entendait : elle ne fut sans doute pas un cas particulier dans la Venise du xviiie siècle, mais il ne faut pas surévaluer ses capacités d’autonomie car, tout en se libérant du carcan matrimonial, elle resta soumise, sur le plan sexuel, aux hommes de l’élite vénitienne et ne parvint jamais à imposer sa propre volonté aux hommes qui l’entouraient.

3La deuxième partie de l’ouvrage fait la part belle à la religiosité féminine. Federica Ambrosini dresse un bilan mitigé de la rencontre des femmes avec les nouveautés religieuses : certaines femmes y gagnaient en liberté, grâce à la lecture renouvelée de la Bible, quand d’autres, sans doute la majorité, voyaient leur sujétion renforcée par un environnement masculin qui ne pouvait concevoir qu’une femme choisisse librement sa religion. Les femmes juives du ghetto font l’objet de deux contributions (Carla Boccato et Adelisa Malena) qui montrent, archives à l’appui, la liberté particulière, surtout en matière économique, dont jouissaient ces femmes. Le travail, en tant que facteur de socialisation, occupe aussi une place centrale dans cette partie, à travers les figures des tisserandes étudiées par Marcello della Valentina ou des guérisseuses par Alexandre Melita. Enfin, les enjeux culturels ne sont pas minorés. Ainsi sont examinées les spécificités des femmes de lettres vénitiennes : Laura Lazzari, Lynn Westwater, Francesca Medioli et Ève-Marie Lampron montrent comment le réseautage féminin à l’intérieur du milieu littéraire permit aux femmes de lettres de consolider leur propre position comme femme et auteure. Le rôle de la musique dans l’identité féminine vénitienne  est également relevé par Caroline Giron-Panel qui analyse le fonctionnement des ospedali et montre comment ces lieux, a priori lieux de contrainte et d’enfermement, pouvaient être utilisés par les jeunes filles comme des espaces de liberté, et pour certaines d’entre elles, comme des lieux d’émancipation. Enfin, Valeria Palumbo examine plusieurs cas de faux castrats, de femmes déguisées en homme pour exercer leur art et interroge ainsi aussi bien les frontières de genre que les ruses développées par les femmes pour accélérer leur possible émancipation.

4On tirera donc profit de la lecture d’un ouvrage qui fourmille d’exemples, permettant un accès presque direct à ces femmes, et à leur vie, dans la Venise de l’époque moderne, et qui permet à son lecteur, par des notes bibliographiques importantes, de faire le bilan historiographique d’un objet, certes déjà beaucoup travaillé, mais encore susceptible de réserver quelques belles découvertes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Alazard, « Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani (a cura di), Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia in età moderna, Verona, QuiEdit, 2012, 369 p. », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1828

Haut de page

Auteur

Florence Alazard

Université François Rabelais, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page