Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Angeline Durand-Vallot, Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances, « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon », Lyon, Editions de l’Ecole normale supérieure, 2012, 199 p.

Fabrice Cahen

Texte intégral

1Dans ce volume de la collection « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon » publié aux Editions de l’Ecole normale supérieure, Angeline Durand-Vallot propose un recueil de textes de Margaret Sanger (1879-1966), promotrice américaine du contrôle des naissances et de la « réforme sexuelle » à l’importance historique notoire.

2Les textes sélectionnés et traduits furent initialement publiés entre 1914 et 1924, soit dans les dix premières années de la « croisade » par laquelle Sanger et son réseau secouèrent les institutions américaines et la morale traditionnelle, répandant peu à peu leur action bien au-delà des frontières nationales. Le combat passe alors par la diffusion de brochures en violation assumée de la loi Comstock (laquelle interdisait la propagande anticonceptionnelle), l’ouverture illicite de cliniques de contrôle des naissances puis des campagnes de conférences sous l’égide de l’American Birth Control League

3Le regroupement de ces textes permet – et c’est là le principal point fort de l’ouvrage - de redonner vie à une personnalité hors normes, en révélant toute l’ardeur, la radicalité et la sincérité d’une militante féministe et libertaire que la figure plus connue de la lobbyiste internationale (ayant opté à partir des années 1920 pour des positions largement moins subversives) tend à éclipser. Issue du monde ouvrier, Margaret Sanger se proclama d’abord au service de ses consœurs de classe avant de s’ériger, à partir de 1916, en véritable prêtresse d’une réforme des mœurs cherchant à propager une doctrine à vocation plus universelle. Son engagement était sous-tendu par un idéal d’émancipation féminine et de libération sexuelle dont la maternité volontaire était d’abord un moyen, et la combattante du Birth control ne perdit jamais de vue, en dépit des réagencements successifs de son propos et de sa stratégie, la dimension proprement féministe du droit à la contraception.

4Si l’apport de cette anthologie est indéniable, la très longue introduction historique qui précède les textes originaux peine à échapper à l’apologétique. S’appuyant sur une définition par trop réductrice de l’eugénisme, l’auteure minimise l’adhésion de Margaret Sanger à cette idéologie, n’y voyant qu’un choix de circonstance destiné à rallier le corps médical à sa cause. Pourtant, en lisant la production écrite de la militante (y compris ses premiers pamphlets), on ne peut que constater à quel point Sanger restait tributaire des a priori de son temps quant à l’« essence féminine », la place de l’institution familiale dans la société et surtout la « qualité de la race ». Les évolutions – tactiques ou non - de son discours en matière de reproduction humaine ne firent ensuite souvent que renforcer et figer un système d’oppositions (« ignorance », « irrationalité » et « fatalisme » versus « conscience », « prévoyance » et « responsabilité ») pour le moins normatif et empreint de préjugés. Cela ne remet évidemment pas en cause le progressisme du combat sangerien s’agissant du droit à disposer de son corps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Cahen, « Angeline Durand-Vallot, Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances, « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon », Lyon, Editions de l’Ecole normale supérieure, 2012, 199 p. », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 23 décembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1824

Haut de page

Auteur

Fabrice Cahen

Institut national d’études démographiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page