Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mathieu Gateau, Maud Navarre et Florent Schepens, Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, Editions universitaires de Dijon, Coll. Sociétés, 2013, 200 pages

Magali Guaresi

Texte intégral

1Cet ouvrage, tiré d’un colloque sur « Les identités de genre en politique » tenu à l’Université de Bourgogne en juin 2011, revient sur l’un des phénomènes majeurs de la période très contemporaine : la féminisation sans précédent des instances de pouvoir en France. Si dès les premières pages les auteur-e-s nuancent le succès quantitatif des lois sur la parité, un tournant qualitatif est affirmé : la Constitution reconnaît désormais une nation souveraine universellement sexuée. A partir d’un questionnement interdisciplinaire (mêlant histoire, sociologie, science politique et sciences de l’information et de la communication), les auteur-e-s entendent saisir la portée du genre – entendu comme « un discours sur la différence sexuelle construit dans le cadre d’un rapport de pouvoir » (p.11) – sur les identités politiques des élu-e-s. Ainsi l’ouvrage s’inscrit-il dans le double questionnement traditionnel des études de genre : quels rapports de genre le champ politique produit-il et comment se trouve t-il modifié au fil de sa féminisation ? Douze contributions, organisées en trois parties, déclinent de manière empirique et contextualisée les rapports de genre en politique sur des terrains variés tant chronologiquement que spatialement.

2La première partie intitulée « Le genre, une grille de lecture du politique pertinente » vise à réaffirmer, après Joan W. Scott, le genre comme une « catégorie d’analyse utile » et heuristique. La seconde s’attache à rendre compte de la variabilité contextuelle des identités de genre féminines et masculines comme ressources politiques à différentes époques (le début du siècle, les années 1930, aujourd’hui) dans diverses zones géographiques (en Aquitaine, en France, en Inde). Le troisième temps est consacré aux « Différents exercices des mandats » à l’aune de la division sexuée des rôles politiques.

3Le premier chapitre de Christine Guionnet « Fluctuation et légitimation des ressources politiques : ce que nous apprennent les études sur le genre » démontre la vertu heuristique d’une approche intégrée du genre dans la compréhension d’un des concepts socio-politiques majeurs de l’ouvrage : les ressources politiques. Exemples et bibliographie fouillée à l’appui, l’auteure dé-essentialise la notion de ressources politiques et critique l’idée de leur existence « en soi » pour affirmer leur caractère circonstanciel. Empruntant une comparaison au champ boursier, elle présente les ressources politiques comme des valeurs cotées selon leur degré d’efficacité et de légitimité reconnus dans une conjoncture particulière. Les qualités traditionnellement associées au féminin comme le sens de la proximité, de l’écoute ou du concret deviennent ainsi des ressources politiques valorisées dans un contexte de crise de la représentation. Les femmes apparaissent alors comme un atout et se voient attribuer la capacité de « faire de la politique autrement ». L’auteure prévient néanmoins les risques d’une hyper-relativisation des ressources politiques en opérant une distinction entre les ressources aux effets durables (l’identité masculine par exemple) et les ressources contingentes. Surtout, la politologue décrypte les influences mutuelles entre ces deux types de ressources. Les ressources contingentes peuvent produire des effets structurels durables : par exemple, la féminisation quantitative et qualitative conduit à une transformation structurelle du lien de représentation que les hommes ne peuvent ignorer. Mais revers de la médaille, en s’institutionnalisant ces ressources de plus en plus partagées dans la sphère politique perdent leur valeur distinctive. L’inégalité entre les femmes et les hommes, ou plus généralement entre les nouveaux entrants et les mieux établis, persiste : les seconds cumulant leurs ressources structurellement légitimées aux ressources conjoncturellement valorisées par l’opinion publique. Le second chapitre dresse un bilan des « vertus civiques des femmes après 10 années paritaires en politique » entre « un effacement et quelques traces ». Si Marion Paoletti constate une moindre pratique du cumul des mandats par les femmes – et en particulier par les femmes socialistes – en adéquation avec l’identité féminine formulée lors des revendications paritaires, elle nuance néanmoins la portée de la féminisation quantitative dans la transformation du champ politique. Les nouvelles entrantes cèdent « malgré elles » aux règles établies du champ. La troisième contribution est consacrée à l’analyse du bref passage d’Edith Cresson à la tête du gouvernement en 1991. Après avoir rejeté l’explication simpliste de sexisme de la classe politique, Delphine Dulong s’intéresse au genre comme un langage ordinaire de la vie politique. L’étude discursive d’un corpus de coupures de presse relatives à la fonction de chef-fe de gouvernement conduit l’auteure à combiner le genre avec d’autres facteurs politico-sociaux pour expliquer l’éviction d’Edith Cresson. Celle-ci en plus de pâtir de son manque de soutiens politiques performe un genre « (ni) masculin - (ni) féminin socialement dominé » (p.65). Critiquée pour son discours de politique générale « asexué » et ses manières populaires, elle incarne une forme de féminité peu légitime socialement et politiquement. C’est donc autant à une discrimination de classe que de genre qu’il faut attribuer son échec. Pour conclure ce premier axe, Maud Navarre démontre une fois encore la contingence des ressources de genre dans la campagne régionale de 2010 en Bourgogne. Dans un contexte de normalisation de la parité, la féminité doit être combinée à d’autres caractéristiques pour se distinguer. L’inclusion des femmes dans les campagnes électorales est marquée du sceau de l’altérité ou de la diversité. L’auteure nuance enfin la corrélation entre féminisation et renouveau politique qui se heurte aux logiques partisanes : seule la liste d’Union de la gauche adopte la stratégie du changement par les femmes.

4Les deux premiers articles de la seconde section de l’ouvrage prennent une tournure résolument et utilement historique. Anne-Sarah Bouglé-Moalic analyse l’argumentaire déployé par les suffragistes au début du 20° siècle. A partir d’arguments différentialistes, les femmes revendiquent le droit à une action politique dans le prolongement de leurs qualités développées dans la sphère privée. Un siècle plus tard, l’idée d’une plus-value de la différence des femmes dans la sphère politique est encore répandue. Le chapitre 6 de Morgan Poggioli décrit « le militantisme féminin de la CGT du Front Populaire » comme une rupture de la représentation des femmes dans la société française et dans l’émergence de leur citoyenneté sociale. Néanmoins, plus qu’une solidarité de genre, c’est une solidarité de classe qui s’exprime. Après un détour dans le temps, le genre comme ressource politique est interrogé de manière originale à travers l’analyse des masculinités sportives dans la construction du lien de représentation entre un élu régional et ses administré-e-s. La question est ensuite transportée en Inde, par Stéphanie Tawa Lama-Rewal, où depuis le début des années 1990 une politique des quotas est mise en œuvre au niveau local. L’auteure décrypte la conversion discursive du féminin en ressource politique à travers le filage de la métaphore domestique particulièrement opérante au niveau local. L’auteure souligne cependant les conséquences limitées de la féminisation sur les revendications portées à l’agenda politique.

5La troisième partie de l’ouvrage s’ouvre sur une perspective pakistanaise. A partir d’une enquête menée auprès de 42 parlementaires - dont 1/3 de femmes -, Virginie Dutoya décrit l’action politique au féminin et conclut à des thèmes d’intervention différenciés, à un engagement spécifique pour la cause des femmes et à la construction d’un ethos féminin. Dans le dixième chapitre, Bibia Pavard relit l’adoption de la loi sur l’IVG (1974-1979) à la lumière de l’usage stratégique du genre dans le débat parlementaire. Deux mouvements sont décrits pour expliquer l’adoption du projet par la classe politique : la féminisation (le choix de S. Veil puis de M. Pelletier comme porte-parole) pour sous-politiser un débat sur-polarisé, d’une part, et l’effacement du féminisme derrière le féminin et du collectif derrière l’individu (valorisation des femmes en politique en même temps que sont écartées les revendications féministes), d’autre part. Le onzième chapitre décrit le processus de dé-légitimation des quotas appliqués aux femmes dans le contexte ex-communiste en Roumanie. Ionela Baluta revient sur le rejet du féminisme apparenté à la période communiste et décrit la place centrale de la famille et de la maternité dans l’engagement politique des Roumaines. Le dernier article d’Aurélie Olivési propose une analyse du discours de presse sur la place des conjoints de femmes politiques. Rompant avec la division sexuée traditionnelle du travail et de la famille, les médias et les époux co-construisent l’image de couples modernes dont l’inversion des rôles est néanmoins insatisfaisante. Par là, c’est la légitimité des femmes dans la sphère politique qui est remise en cause.

6Dense et suggestif, cet ouvrage offre un point de vue éclairant sur la redéfinition des rapports de genre à l’œuvre dans la sphère politique contemporaine. Dépassant la seule question de la féminisation quantitative pour s’intéresser au genre comme un langage politique, il est un bel exemple de l’usage heuristique du concept en sciences humaines et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Guaresi, « Mathieu Gateau, Maud Navarre et Florent Schepens, Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, Editions universitaires de Dijon, Coll. Sociétés, 2013, 200 pages », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1822

Haut de page

Auteur

Magali Guaresi

Université Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page