Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre, XIIe – XVe siècle, Paris, A. Colin, Coll. Cursus histoire, 2013, 222 p.

Emmanuelle Santinelli

Texte intégral

1Le genre, qui désigne la construction sociale et culturelle des sexes (masculin et féminin) et leur imbrication dans des rapports de pouvoir, a beau faire partie des concepts que le CNRS cherche à promouvoir depuis quelques années dans la recherche, et auquel l’Etat s’attache à sensibiliser les jeunes générations, force est de constater que les progrès sont lents et qu’ils concernent surtout, sur le plan des travaux historiques, l’époque contemporaine. Or, « le genre n’est pas un invariant » (p. 10) : la manière d’envisager la masculinité et la féminité, de même que les rapports entre les sexes, évoluent notamment en fonction du contexte historique. Or, pour l’époque médiévale, si l’histoire des femmes est mieux connue, l’histoire du genre restait à faire. On sera donc à plus d’un titre reconnaissant, non seulement à Didier Lett d’avoir conçu une synthèse accessible à tous ceux (étudiants, enseignants, passionnés), susceptibles de prendre en compte une donnée essentielle des sociétés (au même titre que l’âge, la condition sociale, l’activité professionnelle, etc.), du passé comme du présent, mais aussi à l’éditeur (Armand Colin) d’en avoir assuré la publication.

2L’ouvrage décline en trois parties, de quatre chapitres chacune, les aspects identitaires, culturels et sociaux du genre, qui caractérisent la période XIIe – XVe siècles, ce qui n’exclut ni le rappel de certaines données antérieures, ni la prise en compte des évolutions au cours de ces derniers siècles du Moyen Âge, ni la mise en lumière des nuances régionales au sein de l’Occident. En balayant les différents types de discours (bibliques, patristiques et théologiques, fondamentaux dans une société étroitement encadrée par l’Eglise, mais aussi littéraires, médicaux, pédagogiques, juridiques, notariés, judiciaires, épistolaires et iconographiques), parfois contradictoires, dont l’ouvrage reproduit des extraits (30 documents insérés dans l’analyse), Didier Lett s’attache à montrer comment étaient alors perçus hommes et femmes, ce qui les différenciait ou non, ce qui faisait - ou devait faire - leur identité sexuelle, ce qui était affiché - ou devait l’être - comme masculin ou féminin. Il analyse aussi comment étaient alors pensées les relations entre hommes et femmes et comment elles se traduisaient dans la réalité quotidienne, et cela, sans occulter la pluralité des visions offertes par la documentation. Chaque contexte historique, documentaire et relationnel spécifique produit en effet un régime de genre particulier et « plusieurs régimes peuvent coexister au cours d’une même période » (p. 10).

3L’approche est donc complexe à plus d’un titre. Le Moyen Âge ne fait pas de distinction entre sexe, genre et sexualité : « le sexe biologique (mâle, femelle) détermine un désir sexuel univoque pour l’autre sexe, mais également un comportement social spécifique, masculin ou féminin » (p. 11), ce qui n’exclut ni les exceptions (p. 47, 54, 73-74, 81, 99, 143, 187, 197), ni des pratiques et croyances communes aux deux sexes (p. 111), ni une diversité de comportements masculins et à un moindre degré féminins (ch. 3-4). Le discours, des hommes comme des quelques femmes qui s’expriment, donne des explications biologiques aux distinctions entre les sexes, alors qu’elles relèvent d’une construction sociale (p. 24). Il ne faut donc pas confondre comportements sexués et attentes genrées de la société (p. 121, 165), ni se laisser abuser par la documentation qui propose une construction sociale de l’inégalité des sexes plutôt qu’elle ne révèle les réalités sociales (p. 123, 151, 157). En outre, si la différence entre les sexes correspond souvent à une réalité, dans les pratiques comme dans la manière de juger les comportements, ce qui n’exclut pas de « multiples variations opérées sur le fondement des deux genres » (p. 128), il arrive qu’elle soit peu opérante : les binômes spirituel/charnel (p. 17, 41, 99, 125) ou actif/passif (p. 154, 177, 191) notamment apparaissent parfois plus structurants que le binôme homme/femme. Le genre n’est donc pas toujours l’outil le plus pertinent pour expliquer les différences observées (p. 52, 63, 99, 159). L’auteur conclut néanmoins de son étude de la représentation du paradis, qui fait apparaître bien plus nettement aux XIV e-XVe siècles qu’aux XIIe -XIII e siècles les différences de sexes (mais aussi d’âge et de statut social), que l’Occident de la fin du Moyen Âge, dans lequel l’individuel et le hiérarchique se renforcent, assume peut-être désormais la distinction des sexes (p. 132).

4Didier Lett s’attache donc, en s’appuyant sur une bibliographie récente – près de 130 titres donnés en fin d’ouvrage -, à analyser, de manière claire et convaincante, les différentes facettes du discours et des réalités perceptibles, en illustrant son propos de nombreux exemples qui mettent en scène une diversité de milieux sociaux, d’approches, de contextes et de régions. Dans cet ouvrage, chaudement recommandé, on ne regrettera que l’absence, probablement pour raisons éditoriales, d’un index et de la table des documents qui en faciliterait l’utilisation pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Santinelli, « Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre, XIIe – XVe siècle, Paris, A. Colin, Coll. Cursus histoire, 2013, 222 p. », Genre & Histoire [En ligne], 12-13 | Printemps-Automne 2013, mis en ligne le 29 décembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1818

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Santinelli

Université de Valenciennes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page