Navigation – Plan du site
Articles

Irene Joliot-Curie, une féministe engagée ?

Louis-Pascal Jacquemond

Résumés

Irène Joliot-Curie, une féministe engagée ? La question abordée par cet article est double. Chimiste, physicienne et chercheuse en laboratoire, exerçant un métier considéré comme dévolu aux hommes, Irène Joliot-Curie se proclame féministe. Comme scientifique, elle prend des responsabilités hiérarchiques, devenant chef de travaux puis directrice du Laboratoire Curie. Elle accède, avec son mari Frédéric, à la notoriété scientifique grâce au Prix Nobel de Chimie obtenu en 1935. Irène Joliot-Curie s’engage par ailleurs volontiers. Au nom de l’égalité homme-femme et des valeurs essentielles tirées de son éducation, elle milite pour faire avancer la cause des femmes. Au moment de la crise des années 30, la revendication de l’égalité économique et sociale devient prioritaire à ses yeux, au détriment de l’égalité politique. L’antifascisme, les droits des femmes, le désarmement sont les causes qu’elle défend au nom d’une science qui a pour fins l’émancipation et des bienfaits au service de l’humanité. Qu’elle soit sous-secrétaire d’état à la Recherche scientifique au début du Front Populaire ou fidèle compagne de route du PCF au début de la guerre froide, sa tentation du politique obéit au besoin d’une société égalitaire. Elle croit à la voie tracée par le modèle communiste et soviétique, en dépit de quelques réserves et désillusions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Louis-Pascal Jacquemond, Irène Joliot-Curie, une scientifique féministe, Paris, Odile Jacob, à (...)
  • 2 Voir Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 199 (...)

1Irène Joliot-Curie (1897-1956) est une personnalité triplement symbolique1 : une scientifique nobélisée comme l’a été sa mère Marie Curie, une des trois femmes sous-secrétaires d’État (à la recherche scientifique) du gouvernement Blum de juin 1936, une militante des droits des femmes se revendiquant du féminisme. Et sa vie traverse trois moments de l’histoire des féminismes du premier XXème siècle2. Adolescente au temps du suffragisme triomphant de la Belle Époque puis jeune fille mobilisée sur le front sanitaire de la Première Guerre mondiale, elle est ensuite épouse et mère émancipée de l’entre-deux guerres mais aussi scientifique engagée à l’heure du Front Populaire. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, elle devient, malgré des problèmes de santé, une militante pacifiste et procommuniste au temps de la Guerre froide.

  • 3 Michel Pinault, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000.
  • 4 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, Repères, 2002 ; Éliane Gubin, Cat (...)
  • 5 Revue Europe n° 108, décembre 1954, p. 89-121.

2Au féminisme silencieux et privé incarné par sa mère Marie Curie, féminisme de pratique quotidienne, discret et feutré, Irène oppose un féminisme plus militant et plus revendicatif. Sensible à la question de l’émancipation des femmes du fait de son éducation progressiste, laïque et républicaine, elle puise au tréfonds des idées égalitaires, comme sa mère ou comme son mari, Frédéric Joliot3, pour défendre un féminisme réformiste4. Malgré un positionnement différent, l’évocation de la figure de sa mère devient récurrente dans les discours qu’elle adresse aux femmes, surtout après 1945. Et cette référence est bien, au-delà du témoignage personnel, le moyen pour elle de conforter et de légitimer ses propres actes, ses propres propos, ses propres engagements. Dans l’article « Marie Curie, ma mère » publié en décembre 19545, ce qu’Irène affirme sur Marie Curie sonne comme la confirmation de sa propre action : « Il y avait des questions sur lesquelles ma mère avait des opinions d’une intransigeance absolue. Par exemple, elle estimait que les femmes devaient avoir les mêmes droits, et d’ailleurs les mêmes devoirs que les hommes. […] (En ce qui concerne le vote des femmes) ma mère a toujours soutenu énergiquement la nécessité de cette réforme. » Et elle souligne avec juste raison quelques lignes plus loin : « Je subissais fortement l’influence de ma mère. »

  • 6 J’adresse tous mes remerciements aux archivistes de l’Institut Curie et au directeur des Archives C (...)
  • 7 Il s’agit d’articles publiés lors des anniversaires du prix Nobel et surtout à l’occasion du 20ème (...)

3Quelle posture féministe fut donc celle d’Irène Joliot-Curie ? C’est ce qu’examine cet article essentiellement fondé sur des sources écrites, et principalement sur les propos d’Irène Joliot-Curie elle-même : les lettres qu’elle reçoit ou envoie6, les articles qu’elle rédige, les propos qui lui sont prêtés au fil d’interviews, de témoignages ou à l’occasion d’anniversaires célébrant les distinctions reçues par ses parents7.

« Faire avancer la cause des femmes »8

  • 8 Déclaration d’Irène Joliot-Curie à la Radiodiffusion Française (Radio Paris), le 4 juillet 1936. El (...)

4

  • 9 Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, L’Univers histori (...)

5Dès sa jeunesse, Irène Joliot-Curie fait des droits des femmes une question de principe et une revendication politique majeure. Née en 1897, fille de savants, elle grandit entourée d’intellectuels et de scientifiques, des physiciens Paul Langevin, Yves Perrin, André Debierne, aux mathématiciens Paul Appell, Paul Painlevé, émile Borel ou Henri Poincaré, tous républicains laïques et dreyfusards. Parce qu’elle appartient à ce segment social d’une élite universitaire et intellectuelle unie par « la cause et le culte de la science »9, qui croit en l’indépendance des femmes et en l’engagement politique, Irène Curie vit dès son plus jeune âge une existence de relative émancipation : éducation très libérale et même mixte dans le cadre d’un coopérative d’enseignement, choix de s’investir en 1914, alors qu’elle n’a que 17 ans, dans le service radiologique aux armées créé par sa mère, expérience professionnelle de chercheuse en sciences au Laboratoire Curie dans un monde très masculin, voilà qui fait d’elle une femme au parcours original au regard de la plupart des jeunes filles de sa génération.

  • 10 Lettre de Marie Curie à Herta Ayrton, dans Evelyn Sharp, Hertha Ayrton, A Memoir, Londres, Edward A (...)
  • 11 Lettre à Louis Marin, président du groupe féministe au Sénat, juillet 1932, dans Eugénie Cotton, Le (...)

6Sa mère, Marie Curie, bien que favorable au suffrage des femmes, s’en est tenue à un refus presque total de prendre publiquement position. Une seule fois, en 1921, elle s’est associée, à la demande de son amie la physicienne féministe britannique Hertha Ayrton, à une protestation contre l’incarcération de responsables du mouvement suffragiste en Angleterre : « J’accepte que vous utilisiez mon nom, lui écrit-elle alors, parce que j’ai une grande confiance en votre jugement. [...] Je suis très touchée par tout ce que vous m’avez dit sur la lutte des Anglaises pour leurs droits ; je les admire beaucoup et forme des vœux pour qu’elles réussissent »10. En France, sa seule prise de position officielle date de 1925, lorsqu’elle a décidé de démentir publiquement Louis Barthou qui avait prétendu, au Sénat, qu’elle était hostile au droit de suffrage des femmes : « J’ai, il est vrai, l’habitude de m’abstenir en ce qui concerne toute discussion politique, aussi bien sur cette question que sur d’autres, qui ne sont pas du domaine scientifique. Cependant, sans me prononcer sur les modalités de l’attribution des droits politiques aux femmes, je pense que le principe est essentiellement juste et qu’il devra être reconnu. »11

  • 12 Née Phoebe Marks (1854-1923), physicienne comme son mari (et ex-professeur), c’est une spécialiste (...)
  • 13 Hertha Ayrton avait recueilli Christabel Pankhurst, la dirigeante du mouvement, à sa sortie de pris (...)

7Irène est, quant à elle, d’abord assez critique à l’égard des suffragettes. Elle écrit à sa mère en 1910, au sujet des manifestations londoniennes les plus violentes du mouvement : « J’ai remarqué que chaque jour ou presque un ministre anglais manque de se faire tuer par les suffragettes, mais il me semble que ce n’est pas une manière très brillante de démontrer qu’elles sont capables de voter ». C’est auprès d’Hertha Ayrton, et lors de la convalescence de sa mère au moulin d’Highcliffe-on-Sea dans le Hampshire, à l’été 1912, qu’Irène Curie prend conscience de l’importance de la question des droits politiques des femmes. Hertha est une scientifique de renom12 mais aussi une militante de la National Suffrage League. Membre fondatrice de l’International Federation of University Women et de la National Union of Scientific Workers, elle a participé à nombre de rassemblements de suffragettes entre 1906 et 1913, avec sa fille Barbara. She was a founding member of the International Federation of University Women and the National Union of Scientific Workers. Au contact d’Hertha Ayrton, Irène Curie comprend combien le discrédit jeté sur les suffragettes et leurs revendications par la brutalité de la campagne anti-suffragiste et la violence de la répression policière est injustifié13.

  • 14 Archives Curie – Revue de presse Boîte n°1, n°5631, titre : « La vie des femmes va changer. » par a (...)
  • 15 Archives Curie, « Hommage à madame et monsieur Joliot-Curie, prix Nobel 1935 », plaquette imprimée.

8Beaucoup moins prudente que sa mère, Irène Joliot-Curie accepte d’être une femme d’influence, de prendre publiquement position, de militer et de défendre ses idéaux. Pour elle aussi, les droits des femmes sont une question de principe. Elle y revient à plusieurs reprises dans les années 1930 : « Je ne me suis jamais enfermée dans les travaux scientifiques sans conserver le souci et la curiosité de la vie » déclare-t-elle en juin 1936 à Marie-Jeanne Viel pour l’hebdomadaire Le Journal de la femme.14 Mais après la mort de sa mère en 1934, Irène Joliot-Curie invoque le féminisme de cette dernière pour mieux expliciter ses propres engagements. Et cela devient pour elle une posture récurrente qui lui permet aussi de conforter le mythe de l’illustre savante et de « son féminisme intransigeant. »15

  • 16 Archives Curie, dossier I-16, liasse 53.

9Irène Joliot-Curie insiste sur cette continuité, surtout après la Première Guerre mondiale. Tirant les conséquences de son éducation et de son parcours personnel, elle affirme avec constance le principe de l’égalité homme-femme pour en tirer toutes les conséquences. Dans un article d’Heures Claires en mai 1954, interviewée par Marianne Milhaud à l’occasion du 10ème anniversaire de l’acquisition du droit de vote par les femmes, Irène Joliot-Curie fait cette remarque : « Pour que la femme conquière l’égalité avec les hommes, il est nécessaire, indispensable qu’elle ait le droit de participer à la vie politique du pays. Le droit de vote des femmes, c’est une question de principe et les questions de principe ont une très grande importance. »16 Elle se revendique ainsi à la fois suffragiste et féministe.

  • 17 Le Quotidien du 31 mars 1925, article de Denise Moran, Archives Curie – Revue de presse, boîte n°1.

10En 1925, à l’issue de sa soutenance de thèse en Sorbonne, le nouveau « docteur » en physique est interviewé et félicité, tant pour sa réussite que pour sa filiation. Denise Moran rappelle en effet que « Mlle Irène Curie » est « une jeune fille qu’un nom deux fois illustre précédait ». À la question « La carrière que vous avez choisie ne vous paraît-elle pas trop pénible pour une femme ? », l’impétrante répond avec perspicacité, bien que cela ne soit pas l’adage commun : « Nullement. Je crois que les aptitudes scientifiques d’un homme et d’une femme sont exactement les mêmes. » Mais elle ajoute deux observations qui attestent que le stéréotype et le modèle maternel ne sont pas loin : « On estime parfois que le résultat des travaux d’une femme est moindre, mais c’est que toutes ne comprennent pas qu’elles doivent y consacrer autant de temps. Une femme de science doit renoncer aux obligations mondaines » et, au sujet des obligations familiales : « Elle peut les accepter à condition d’en assumer la charge en surcroît. C’est alors très lourd mais ce n’est pas impossible à concilier. Pour ma part, je considère la science comme l’intérêt primordial de ma vie. »17 Conception somme toute traditionnelle de la scientifique, plus ou moins vouée au célibat, et vision très bourgeoise de la femme et de la complémentarité asymétrique dans le couple.

  • 18 Le Journal de la Femme du 23 novembre 1935, article de George Sinclair intitulé « Pour les femmes ! (...)

11En 1935, l’attribution du Prix Nobel de Chimie à Irène et Frédéric Joliot-Curie pour la découverte de la radioactivité artificielle joue un rôle d’amplificateur médiatique dont elle se saisit pleinement : « Si, aujourd’hui, la distinction flatteuse qu’il plut à l’Académie des Sciences [de Stockholm] de m’accorder, a mis mon nom, le nom d’une femme, un peu plus en lumière qu’à d’autres jours, je sens le devoir d’affirmer certaines idées que je crois utiles à toutes les femmes françaises. »18 Sa notoriété nouvelle, sa filiation prestigieuse, son accomplissement personnel comme femme, mère, enseignante et chercheuse suscitent un regain d’intérêt pour la place accordée aux femmes dans la société. Qu’elle soit conférencière ou qu’elle réponde à des entretiens, Irène Joliot-Curie sait alors qu’il s’agit autant d’expliquer sa passion scientifique que de faire connaître le Laboratoire Curie qu’elle codirige avec André Debierne depuis 1934 ou de démontrer que la science n’a pas de sexe. Auprès des journalistes comme des photographes qui la sollicitent avec son mari, Irène Curie met un point d’honneur à apparaître comme exerçant pleinement un métier, à l’égal des hommes.

12De Je sais tout à Vu, d’Excelsior à Regards, du Petit Parisien au Matin, la presse multiplie les reportages, diffuse les photographies du couple au travail dans le laboratoire et vulgarise le patronyme qu’elle a choisi d’adopter depuis son mariage en 1927 : Joliot-Curie. L’adoubement de ce patronyme par la communauté scientifique a lieu le 11 janvier 1936, lors du dîner du Cercle interallié en l’honneur du couple nobélisé. Le physicien Paul Langevin qui préside – et qui fut l’étudiant de Pierre Curie – déclare : « Pierre et Marie Curie d’une part, Irène et Frédéric Joliot-Curie d’autre part, viennent nous donner un symbole frappant, une démonstration décisive de cette fécondité de la collaboration des deux sexes dans le domaine scientifique que nous pouvons considérer comme étant un des plus élevés. »

13Ce choix du double patronyme, qui va à l’encontre des habitudes de l’époque, entend signifier une relation égalitaire et couronne davantage le couple de savants que chacun des deux savants. Le prestige du nom Curie satisfait certes un besoin de reconnaissance chez Frédéric Joliot ; mais l’association des deux noms ne traduit pas moins l’aspiration d’Irène à l’égalité. Il s’agit bien de donner aux femmes une pleine visibilité sociale et politique. Mais il s’agit aussi pour la scientifique d’exister en tant que savante : tous ses articles de recherche sont signés Irène Curie. Joliot-Curie, pour la vie courante, consacre donc à la fois la référence scientifique et la référence féministe égalitaire.

  • 19 Voir note 8.
  • 20 Témoignages de Jean Perrin et de la fille d’Irène Joliot-Curie, Hélène Langevin-Joliot.
  • 21 Discours du banquet devant le Conseil National des Femmes Françaises : « Le jour où mon parti prend (...)

14Lorsque fin mai 1936, Irène Joliot-Curie accepte la proposition de Léon Blum de devenir, aux côtés de Suzanne Lacore et de Cécile Brunschvicg, l’une des trois femmes du gouvernement de Front Populaire, c’est aussi, déclare-t-elle, « pour faire avancer la cause des femmes »19. Dans une lettre à son amie féministe américaine, Miss Meloney, en date du 19 juin 1936, Irène Joliot-Curie présente son entrée au gouvernement comme « un sacrifice pour la cause féministe en France ». Elle réaffirme cet engagement lors d’un entretien radiodiffusé début juillet. Sa nomination comme sous-secrétaire d’État aux Recherches scientifiques (selon le texte officiel) le 4 juin 1936 surprend ses proches : Frédéric Joliot, convaincu qu’Irène n’accepterait pas et qu’elle n’avait pas les compétences nécessaires, en est même contrarié20. Pour Léon Blum, cette désignation a une triple vertu : ralliement politique d’un membre de la SFIO proche des communistes, signe d’émancipation en direction des femmes (qu’il s’est engagé à satisfaire21) et ralliement prestigieux du nom Curie à la politique du Front Populaire.

  • 22 Le 30 juillet 1936, une ultime proposition accordant la citoyenneté aux femmes est adoptée (en argu (...)
  • 23 Ironique et sans doute envieuse, Louise Weiss est sévère à l’égard de cette mesure selon elle toute (...)

15Mais alors que la nomination de ces trois femmes impliquerait d’accorder dans la foulée le droit de suffrage et d’éligibilité à toutes, Léon Blum n’a de cesse de différer le projet par crainte de la défection des radicaux, pour la plupart hostiles. Il va jusqu’à imposer l’abstention de ses ministres lors du vote parlementaire à l’Assemblée en juillet 193622. À son tour, le Sénat refuse d’examiner la loi… qui reste lettre morte et suscite cette réflexion virulente de Louise Weiss : « Trois hirondelles ne font pas un printemps ! »23

  • 24 Portrait de « Mme Joliot-Curie » par la journaliste Andrée Viollis dans Le Petit Parisien du 13 jui (...)
  • 25 D’où la satisfaction du Laboratoire de Frédéric Joliot d’obtenir enfin un cyclotron.
  • 26 Archives Curie, dossier I-15, liasse 39. « Je suis heureuse d’avoir pu l’aider au moment où j’étais (...)

16Pour Irène Joliot-Curie, il s’agit aussi en entrant au gouvernement de « servir la cause du travail féminin, menacée aujourd’hui dans tous les pays »24. Dans ce but, elle obtient de son ministre de tutelle, le radical Jean Zay, l’amélioration substantielle du budget pour la recherche. Elle choisit de multiplier les bourses de recherche, d’augmenter les salaires des chercheurs, mais aussi d’accroitre et de réorganiser les laboratoires scientifiques, en améliorant leurs ressources et leurs moyens techniques25. Au nom de l’égalité homme-femme, elle refond les études scientifiques supérieures pour les jeunes filles en commençant par l’École Normale de Sèvres26 afin d’aligner la situation des sévriennes sur celle des « normaliens » d’Ulm : droit à une bourse et à un congé pour travailler dans un laboratoire, droit de passer la licence et l’agrégation pour devenir professeur dans l’enseignement supérieur comme secondaire, et droit à des salaires égaux à ceux de leurs collègues masculins.

  • 27 Irène Joliot-Curie n’accepte sa nomination au gouvernement que pour quelques mois afin d’inscrire l (...)
  • 28 Archives Curie, dossier I-46, Lettre du 14 octobre 1936 signée Miss William Brown Meloney : « I cou (...)

17Cependant, les divergences se multipliant et son état de santé nécessitant un repos peu compatible avec l’exercice de telles responsabilités, Irène Joliot-Curie précipite son départ du gouvernement, effectif le 28 septembre 1936. Sa lettre de démission traduit une désillusion à l’égard de l’exercice politique. Officiellement, Irène Joliot-Curie postule à une maîtrise de conférences. Officieusement, elle laisse la place à l’un de ses mentors, le physicien Jean Perrin27, mais manifeste ainsi surtout son désaccord avec la non-intervention en Espagne. Désaccord idéologique dont la presse se fait l’écho, désir de retour à la recherche selon la lettre de démission, Irène Joliot-Curie fait un choix qui réjouit Miss Meloney28, stupéfaite du rendez-vous manqué pour le droit de suffrage et du retard de la France. Néanmoins, selon le journal La Française qui publie sa lettre de démission, Irène Joliot-Curie se déclare satisfaite d’avoir ainsi ouvert la porte « pour faciliter l’entrée d’autres femmes au sein du gouvernement. »

Lutte antifasciste et droits économiques des femmes : les priorités d’Irène Joliot-Curie dans les années trente

18Le climat des années trente conduit Irène Joliot-Curie à infléchir son opinion sur le droit de vote des femmes. Dans un premier temps, elle est restée fidèle à la voie réformiste, soutenant l’idée que l’égalité républicaine ne peut s’accomplir qu’avec l’extension des droits civils et des droits politiques… mais au fil des années difficiles, elle en vient à considérer les droits économiques des femmes comme une priorité.

  • 29 Ce lieu de villégiature bretonne, créé non loin de Paimpol, rassemble la génération des physiciens (...)
  • 30 Irène Joliot-Curie figure comme signataire de l’ « Appel des intellectuels contre le fascisme » dan (...)

19Femme de gauche aux opinions progressistes, Irène Joliot-Curie affiche son point de vue aussi bien dans le cercle des intimes que constitue le groupe de l’Arcouest29 qu’à l’unisson de son futur conjoint Frédéric Joliot et de ses amitiés socialistes. Elle pétitionne contre l’arrestation de Sacco et Vanzetti, se réjouit qu’André Marty, prestigieux mutin de la Mer Noire, soit élu alors qu’il purge sa peine de prison, et dénonce le mur de l’argent auquel se heurte le Cartel des Gauches en 1924. C’est probablement le moment où Irène et Frédéric adhèrent à la SFIO30, comme ils se sont engagés au sein de la Ligue des Droits de l’Homme ou de l’Union rationaliste. Il n’est pas interdit de penser que l’influence des entourages universitaires de gauche (Paul Langevin, Jean Perrin, André Debierne) mais aussi professionnels (Georges Fournier, socialiste actif au sein du laboratoire Curie, Frédéric Joliot déjà rompu aux discussions politiques) explique le passage d’Irène de la prise de conscience politique au militantisme intellectuel.

  • 31 Eugénie Feytis (1881-1967) a été l’élève de Marie Curie à Sèvres. Cette dernière en a fait la baby- (...)

20C’est bien la mobilisation antifasciste qui devient le vecteur principal de son action publique : Irène Joliot-Curie adhère au Comité de Vigilance Antifasciste en 1934 qu’elle contribue, par ses contacts universitaires et ses amitiés professionnelles, à mettre sur pied. Elle s’associe aussi aux têtes pensantes de l’antifascisme féminin, sous la bienveillante égide d’Eugénie Cotton31 proche du Parti Communiste et de Gabrielle Duchêne, cofondatrice de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté en 1915, également procommuniste depuis la fin des années vingt et présidente de la section française de la Ligue continûment de 1919 à son décès en 1954. Irène Joliot-Curie prend la parole au Congrès du 4-6 août 1934 à la Mutualité au nom du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme et apporte ainsi toute la caution de la scientifique nobélisée et du nom des Curie. Elle rejoint ainsi Bernadette Cattaneo, Maria Rabaté, Luce Langevin, Lucie Prenant… qui représentent autant de compagnes de route du mouvement communiste et sont issues soit du monde syndical (institutrices), soit du cercle des scientifiques de la Montagne Sainte Geneviève.

  • 32 Natalie Pigeard-Micault, « The Curie's Lab and its Women (1906–1934) », Annals of Science, 2012, p. (...)
  • 33 Michel Margairaz, L'État, les finances et l'économie, histoire d'une conversion, 1932-1952, Paris, (...)

21Mais la crise économique et le chômage croissant poussent le gouvernement Laval à renforcer les mesures déflationnistes engagées depuis 1932 malgré les fortes tensions sociales tandis que le climat international s’assombrit avec la poussée des fascismes en Allemagne et en Europe centrale. Dans ce contexte, Irène Joliot-Curie réagit de plus en plus vivement à l’expansion d’une xénophobie larvée et à la fragilisation des femmes salariées à laquelle elle est confrontée au sein même de son Laboratoire32 : arrivent en France beaucoup de jeunes chercheurs étrangers et déjà les premiers réfugiés qui fuient l’Italie, la Pologne ou l’Allemagne ; beaucoup de chercheuses ou de techniciennes et nombre de couples d’universitaires sont directement touchés par les décrets-lois Laval de 1935 qui enjoignent de limiter l’emploi des couples salariés au détriment des femmes ou de diminuer leurs indemnités lorsqu’elles sont fonctionnaires33.

22Dès lors, Irène Joliot-Curie prend la défense du droit au travail des femmes et le considère comme un préalable au droit de suffrage. Sa position trouve un écho dans quelques cercles militants socialistes, mais surtout auprès des intellectuels et universitaires communistes que le retournement de l’Internationale en 1935 a ouverts aux perspectives réformistes et aux solutions nationales pour résoudre la crise et le chômage de masse. Son mari Frédéric Joliot partage cette évolution sans que l’on puisse détecter s’il s’agit d’une vision discutée et commune au couple ou d’une interaction par influence de l’un ou de l’autre.

  • 34 Archives Curie – Revue de presse, boîte n° 1, n° 5581, sous le titre : « L’opinion d’une femme de s (...)

23Mêlant l’antifascisme et le féminisme, Irène en vient à célébrer l’URSS comme modèle idéologique et politique : « Les pays les moins atteints actuellement par la campagne menée contre le travail féminin sont la France, l’Angleterre, les pays où le fascisme n’a pas pris trop d’influence. Je ne parle que pour mémoire de l’URSS où le chômage ne se pose pas et où le travail des hommes comme des femmes est non seulement un droit, mais une obligation, et où l’égalité complète des droits est réalisée. » déclare-t-elle en janvier 1935 au journal Les Femmes dans l’Action mondiale qui lui rend hommage en célébrant « ce savant (sic) qui sait si bien remplir à la fois ses devoirs de femme, de mère et de citoyenne. »34

  • 35 Décrets-lois pris en 1935 qui prévoient la suppression de l’indemnité de résidence pour la femme d’ (...)
  • 36 L’Œuvre, 21 août 1935, article intitulé « Les Françaises au travail », Archives Curie – Revue de Pr (...)

24C’est aussi le sens des propos qu’elle tient à Hélène Gosset, journaliste à L’Œuvre en août 1935 au moment de l’adoption des décrets-lois Laval qui visent à renvoyer les femmes de fonctionnaires à leur foyer35 : « Comme féministe, je ne puis m’empêcher de me préoccuper de la condition sociale des femmes. […] Je pose la question que je considère comme indiscutable : le droit au travail. Réduire, limiter le travail féminin est une injustice au bénéfice des sottes et des paresseuses, pour les autres, cette injustice deviendrait tragique. » Et elle poursuit au sujet des droits politiques : « Je souhaite le vote des femmes. J’accepterai même, pour commencer bien entendu, à condition que cet essai soit un acheminement, le vote municipal qui a l’air de moins effaroucher la masse masculine »36 Le droit de suffrage des femmes est pour elle une exigence politique qu’elle considère néanmoins comme secondaire par rapport aux droits économiques et au droit au travail.

  • 37 Archives Curie, texte d’Irène Joliot-Curie « Sur le travail des femmes » in France Vivante, 1935, d (...)

25Cette position devient son leitmotiv public. Aussi, le 25 octobre 1935, à la Mutualité, préside-t-elle une manifestation contre la politique déflationniste de Pierre Laval, président du Conseil, dont le mot d’ordre est « Pour le droit au travail des femmes ». Le danger vient de la crise économique et elle écrit pour France Vivante : « En France, la situation économique des femmes est très supérieure à leur situation défavorable en matière civile et politique, mais de nouvelles lois menacent de changer cet état de choses. Ces lois dirigées aujourd’hui contre la femme mariée et fonctionnaire ne tarderaient pas à s’étendre au travail féminin en général, ainsi que cela s’est déjà produit dans d’autres pays »37 - allusion à l’Italie mussolinienne et à l’Allemagne hitlérienne. Irène Joliot-Curie ajoute même : « Parmi les conquêtes du féminisme, il n’en est pas de plus importante que le droit pour la femme d’obtenir les emplois pour lesquels elle est qualifiée par ses connaissances et ses aptitudes. […] Le droit qui lui a été le plus âprement disputé est celui d’exercer des métiers suffisamment payés, pouvant assurer son indépendance économique ». Il est clair qu’elle est désormais en retrait sur les droits politiques et surtout sur le droit au suffrage universel.

  • 38 Il s’agit principalement de Louise Weiss et de Maria Vérone.
  • 39 Le Journal de la Femme du 23 novembre 1935, article de George Sinclair intitulé « Pour les femmes ! (...)

26Elle reformule sa position pour George Sinclair, envoyée du Journal de la Femme, le 23 novembre 1935, au lendemain de sa nomination au Nobel : « Je sais qu’il est des théoriciennes, des combattantes – et l’on connaît pour elles38 ma haute considération – qui veulent emporter d’abord les droits politiques de la femme. Assurément, la logique voudrait que l’on s’attaquât d’abord à ces droits-là, de qui découleraient les droits civils. Mais j’ai constaté, hélas ! que dans certains pays où les femmes avaient conquis les droits politiques, elles avaient trop souvent été impuissantes à sauvegarder dans son intégrité le droit des femmes au travail. Aussi, puis-je donner la préférence à une campagne qui se préoccuperait d’abord d’assurer les droits civils, qui sont les véritables conditions de la liberté féminine. »39

  • 40 Archives Curie – Revue de presse Boîte n° 1, n° 5631, titre : « La vie des femmes va changer » par (...)

27Elle réaffirme ses priorités féministes en juin 1936 à l’hebdomadaire Le Journal de la femme40, au lendemain de son entrée au gouvernement de Front Populaire : « Défense du travail féminin, lutte pour l’obtention des droits civils, voici "les véritables conditions de la liberté féminine !». Et Andrée Viollis d’expliquer dans Le Petit Parisien du 13 juin, sous le titre « Mme Joliot-Curie », que son entrée au gouvernement doit « servir la cause du travail féminin, si menacée aujourd’hui dans tous les pays. » Voilà qui confirme l’inversion des priorités : les droits politiques viendront en surcroit des droits économiques. Désormais, le credo du parti communiste dont elle se sent plus proche, les choix de plusieurs mouvements féministes, des deux CGT, et du syndicalisme féminin, confortent son orientation. Sans se ranger complètement sous cette bannière, Irène Joliot-Curie en épouse la ligne. Sans jamais adhérer au Parti communiste, elle sympathise suffisamment pour l’accompagner. Aussi, en mai 1938, n’hésite-t-elle pas à présider l’Union des intellectuels pour la liberté, la justice et la paix afin de dénoncer les renoncements munichois et post-munichois et de protéger les savants juifs et étrangers. Dès 1940, elle opte pour la logique de la résistance et, à partir de 1942, pour la résistance communiste à laquelle Frédéric appartient.

  • 41 Femmes Françaises du 30 novembre 1944, article signé I. Joliot-Curie, Archives Curie – Revue de pre (...)

28C’est donc dans les années trente que la position d’Irène Joliot-Curie au sujet des droits politiques des femmes s’est infléchie vers un réformisme prudent lié à son engagement antifasciste et à son analyse de la situation qu’elle résume ainsi dans une tribune de Femmes Françaises du 30 novembre 1944 : « Le seul argument non antiféministe que je connaisse contre le vote des femmes est le suivant : dans certains pays, les femmes ont fortement contribué à l’élection de députés à tendance réactionnaire qui s’empressaient de réduire les droits civiques et économiques de leurs électrices41». Les femmes de la République de Weimar, qui ont obtenu le droit de suffrage le 12 novembre 1918, n’ont-elles pas voté pour Hitler et assuré la victoire du nazisme dès 1933 ? Pétrie de principes égalitaires, Irène épouse alors de plus en plus les idéaux marxistes que défendent le Parti Communiste Français et une frange marginale de la SFIO, la gauche pivertiste. Intransigeante sur la question du droit au travail et modérée sur le droit de vote, convaincue que la lutte des classes résoudra les revendications féministes, elle considère le modèle soviétique comme la solution. Et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c’est ce choix qu’elle soutient malgré quelques réserves.

Soutenir la solution communiste

  • 42 En effet, le 18 novembre 1944, les 185 comités de femmes résistantes (d'obédience communiste), ont (...)
  • 43 Discours qui fait allusion à l’ordonnance du 21 avril 1944 prise à Alger par De Gaulle et le Gouver (...)

29À partir de 1945, Irène Joliot-Curie est de plus en plus convaincue que la société qu’elle appelle de ses vœux annihilera de facto la question de l’émancipation des femmes dès lors que le droit au travail – et le droit pour les femmes de choisir ou non de travailler – sera consacré. À la Libération, elle rejoint l'Union des Femmes françaises, dont le premier congrès, le 18 novembre 1944, met en avant la défense de la famille, la libération et la reconstruction de la France42. C’est un mouvement féministe de masse et d’éducation populaire. Aussi Irène Joliot-Curie, co-fondatrice, est-elle invitée par la nouvelle présidente Eugénie Cotton à prendre la parole. Sa notoriété scientifique, son passé politique, son engagement féministe, son soutien à la résistance communiste, tout concourt à faire d’Irène Joliot-Curie une recrue de premier plan. Cela répond aussi à la stratégie du Parti communiste de multiplier les mouvements, afin d’élargir son audience et la masse de ses sympathisants. Et c’est aussi un bon moyen de donner aux femmes qui viennent enfin d’obtenir le droit de vote une place nouvelle. Alors Irène célèbre l’acquis et évoque la préparation aux prochains scrutins électoraux dans le cadre de la restauration constitutionnelle de la République : « Il faut que toutes les femmes soient éduquées, préparées à la vie politique, car elles possèdent de la finesse, de la générosité, du bon sens. »43

30Bien qu’Irène n’ait jamais adhéré au Parti communiste et n’ait jamais autrement milité que par ses interventions publiques et ses nombreux articles dans les colonnes des journaux communistes ou de la mouvance communiste, sa parole est hautement considérée. Son aura intellectuelle et son poids scientifique ajoutent de la crédibilité à la dénonciation des dangers de la course aux armements nucléaires. Mais Irène Joliot-Curie est aussi une femme exemplaire : elle exerce son métier, elle est épouse et mère, elle défend les valeurs de l’éducation démocratique. C’est donc tout naturellement qu’elle se préoccupe aussi des droits économiques et sociaux des femmes et de leur condition au lendemain de la guerre. Son propos, qu’il s’agisse d’éducation, d’économie, de droits des femmes ou de science, suit toujours la ligne directrice suivante : la science doit concourir aux bienfaits de l’humanité et les femmes sont les garantes de la paix.

  • 44 Femmes Françaises du 30 novembre 1944, article signé I. Joliot-Curie, Archives Curie – Revue de pre (...)
  • 45 Amnésie curieuse : c’est la division des gauches et notamment les refus communistes d’appuyer les s (...)
  • 46 Le « civisme démographique » selon la formule de l’historienne Yvonne Knibiehler ; voir La Révoluti (...)

31Dans le journal procommuniste Femmes Françaises du 30 novembre 1944, sous le titre « Ce que les Françaises pensent du vote »44, Irène Joliot-Curie commente l’octroi du droit de vote aux femmes par l’ordonnance d’Alger du 21 avril 1944. En premier lieu, elle rappelle qu’il s’agit d’un droit indiscutable : « Je pense que la décision d’accorder aux femmes le droit de vote et d’éligibilité est une mesure de justice qui a été trop longtemps différée» Mais elle insiste sur la nécessité de les éduquer et de les guider en rappelant le vote réactionnaire et nazi des Allemandes qui ont contribué à l’arrivée d’Hitler au pouvoir45. Son second argument hiérarchise les priorités : « [grâce à l’allocation accordée aux femmes mariées pour leur permettre de rester à leur foyer,] je suis convaincue que la plupart des femmes seront heureuses d’être ainsi dispensées de chercher un emploi au dehors ; la plupart mais pas toutes : d’autres préfèrent, même si elles ont des enfants, exercer une profession de leur choix. » Ainsi se dessine la référence type à la mère au foyer qui élève ses enfants, conformément au maternalisme nataliste défendu par les partis politiques de l’après-guerre, et tout particulièrement par le PCF46.

  • 47 Ce qu’Irène nomme « cette impression d’extrême vitalité. » «  Et comment s’en étonner quand nous av (...)
  • 48 Archives Curie, dossier JC-14, 5 pages du discours d’Irène Joliot-Curie à Londres ; cité par Michel (...)

32L’année suivante, en septembre 1945, elle publie dans Femmes françaises ses « Impressions d'URSS » dans lesquelles elle s'enthousiasme pour ce modèle de nouvelle société47. En mars 1946, représentante à Londres de l’Union des Femmes Françaises, elle prend les déléguées à témoin : « Parmi les femmes, le communisme devrait être apprécié à sa juste valeur. Les revendications féminines présentées hier par diverses déléguées seraient sans objet en URSS. Il n’y a pas de différence entre les droits des hommes et ceux des femmes et celles-ci occupent effectivement des postes élevés dans toutes les branches de l’activité sociale. La famille est protégée et les femmes ont, même à la campagne, des facilités qui leur permettent de travailler quand elles ont des enfants48. » Pour elle, c’est une société idéale qui met en œuvre l'égalité des sexes : le féminisme y est donc devenu sans objet !

33Irène Joliot-Curie est entrée de plain pied dans la guerre froide et la lutte idéologique entre progrès et réaction : « Ceux qui ont cette peur maladive du communisme sont les mêmes que vous trouverez toujours essayant d’étouffer les idées nouvelles : vous trouverez parmi eux les ennemis d’une coopération internationale sincère, aussi bien que les ennemis des véritables démocraties, les ennemis du féminisme et les ennemis de la paix.» Cette radicalisation a aussi été celle de nombre d’intellectuels et de scientifiques engagés : elle est née des désillusions d’après-guerre accompagnant les renoncements des responsables politiques aux idéaux « révolutionnaires » forgés dans la Résistance et la Libération et renforcés au gré des tensions Est-Ouest. Progressivement vaincue par la maladie et obligée à des séjours de repos, Irène Joliot-Curie a à peine eu le temps de soupçonner les limites et les ambiguïtés de son parti pris.

  • 49 Michel Pinault, , Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000,  p. 536 (entretien d’Yvonne Dumo (...)
  • 50 Sur le dosage du carbone dans les aciers avec de l’azote 13, voir Pierre Radvanyi, Les Curie, pionn (...)
  • 51 Implantation d’un nouveau laboratoire de physique nucléaire.

34Irène Joliot-Curie est très soucieuse du libre choix donné aux femmes, mais elle affirme la prépondérance de leurs droits civils et économiques sur leurs droits politiques et soutient la reconstruction nationale familialiste. La société communiste a ses faveurs. Ainsi, selon Yvonne Dumont, alors secrétaire générale de l’UFF, au cours du débat sur l’engagement familialiste de l’association, Irène Joliot-Curie se prononce, en 1946, en faveur de « la liberté de la procréation féminine »49, alors qu’à partir de 1954, sous la houlette puritaine de Jeannette Thorez-Vermeersch, s’impose à toutes le rejet du « Birth Control [qui] est un leurre pour les masses populaires » et le choix maternaliste. Mais à cette date, Irène Joliot-Curie a repris quelques distances avec le Parti. Jusqu’à sa disparition en 1956, entre ses travaux de recherche50, sa gestion du nouveau chantier d’Orsay51 et les répits que lui permet son état de santé, Irène Joliot-Curie jette ses dernières forces dans le combat pour la paix universelle, appelant les femmes à être le meilleur rempart contre la course aux armements. Devant l’Assemblée nationale des femmes pour le désarmement à Gennevilliers le 11 mars 1951, en mémoire de la journée internationale des femmes du 8 mars, elle place tous ses espoirs dans l’Appel de Stockholm pour la Paix en mars 1950. Et en juillet 1955, elle signe l’Appel Einstein-Russell des Scientifiques pour la Paix. La leucémie qui la ronge l’emporte définitivement le 17 mars 1956.

Conclusion

  • 52 Lettre d’Irène à Frédéric, Archives Curie BnF, citée par Rosalynd Pflum, Marie Curie et sa fille Ir (...)

35Irène Joliot-Curie est donc plus féministe que ne l’était sa mère Marie Curie. Dans un contexte plus difficile, elle puise dans son éducation, puis dans le socialisme, des principes égalitaires qui correspondent à ses idéaux. Dès lors, elle a la conviction que la fin de la domination de classe résoudra la question de l’égalité de genre. à titre personnel, elle est dans l’engagement, le militantisme et l’action que ce soit au service de la science ou de la société. Et sa quête de la « radioactivité », des « transuraniens » ou de la « fission nucléaire » correspond à sa quête du progrès – voire du bonheur – social et de l’émancipation des femmes, puisque la science a pour fins le bienfait de l’humanité. D’un côté elle sublime les finalités de la science et en récuse tout usage non pacifique, de l’autre elle fait de la démocratie l’alpha et l’oméga des valeurs universelles. Le féminisme devient alors l’expression de son engagement citoyen, celui d’une scientifique pétrie de valeurs républicaines qui idéalise ce qu’elle croit comprendre de l’URSS ou ce qu’on lui en a donné à voir. Comme femme et comme mère, Irène Joliot-Curie ne s’est jamais départie d’une conception asymétrique et « naturelle » des deux sexes. Et au sein de sa propre famille et de son couple, c’est l’égalité intellectuelle entre homme et femme et le partage des responsabilités qu’elle vise et conquiert peu à peu. Voici sa réaction, le 28 décembre 1942, à la décision de son mari Frédéric de consacrer deux jours par semaine à leurs deux enfants : « Je crois que cela est excellent pour eux, d’une part, parce que je ne suis pas là et d’autre part, parce que tu peux leur faire du bien autrement que je ne puis le faire. Leur éducation est aussi un objet de collaboration auquel nous apportons chacun notre part. Malheureusement en ce moment, mon pauvre chéri, je te laisse tout sur le dos, travail scientifique, enfants, comptes, etc. […] Il faut espérer que cela changera bientôt. En attendant, j’ai toujours gagné deux kilos. […] Combien j’aimerais être avec toi, et être capable de t’aider au lieu d’être le fardeau que j’étais avant mon départ. »52 Parce que la maladie et les séjours de soins et de repos en Haute-Savoie ou dans les Alpes suisses l’obligent à s’absenter, Irène Joliot-Curie a probablement été amenée, et son conjoint également, à repenser la répartition des tâches au sein du couple. Le terme de « collaboration » est toutefois significatif d’un enjeu de complémentarité plus que d’égalité.

  • 53 Entre Edouard Branly et Marie Curie, les académiciens choisirent le très catholique spécialiste des (...)
  • 54 À quatre reprises : en novembre 1951 (à la mort d’Aimé Cotton), en juin 1953, en novembre 1953 et e (...)

36Dans le monde scientifique, elle affronte certains bastions antiféministes comme l’Académie des Sciences en France. Tenace, elle brigue à quatre reprises l’Académie entre 1950 et 1954… ne désespérant pas de parvenir à ses fins. Cette institution, censée représenter l’acmé de l’intelligentsia des sciences et le sommet de l’accomplissement de la carrière universitaire, conférant à ses membres cooptés une notoriété nationale et internationale, est devenue depuis la fin du XIXème siècle un refuge du conformisme et un cénacle d’antiféministes. Comme l’écrit Irène Joliot-Curie en 1954, Marie Curie s’est « présentée à l’Académie des Sciences en 1910 et elle échoua, une campagne violente ayant été menée contre elle par les antiféministes et les cléricaux 53» tout en concluant : « L’Académie des Sciences a de la suite dans les idées. Je m’y suis moi-même présentée à plusieurs reprises54 et je n’ai pas été admise. » Aussi brillante scientifique fût-elle, son tort était d’être une femme. ce n’est qu’en 1969 que l’Académie coopte Marguerite Perey (1903-1975), non comme « académicienne » mais comme « correspondante ».

37 à la différence de Marie Curie qui s’est tenue à l’écart de l’arène politique, Irène Joliot-Curie appartient à cette génération mêlée à la crise, à la politique et à la guerre qui s’est confrontée à la défense de la démocratie et à l’espérance du communisme. Tout en se différenciant de son époux Frédéric Joliot, dans l’action comme dans la réflexion, Irène Joliot-Curie a toujours poursuivi l’objectif politique de faire avancer la cause des femmes.

Haut de page

Notes

1 Voir Louis-Pascal Jacquemond, Irène Joliot-Curie, une scientifique féministe, Paris, Odile Jacob, à paraître en octobre 2013.

2 Voir Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995 ; Christine Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999 ; Christine Bard (dir.), Le Féminisme au-delà des idées reçues, Paris,  Le Cavalier Bleu, 2012 ; Christine Bard, « La crise du féminisme en France dans les années trente », Les cahiers du CEDREF, n° 4-5, 1995.

3 Michel Pinault, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000.

4 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, Repères, 2002 ; Éliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud, Michèle Zancarini-Fournel (dir.), Le Siècle des féminismes, Paris, Éditions de l'atelier, 2004.

5 Revue Europe n° 108, décembre 1954, p. 89-121.

6 J’adresse tous mes remerciements aux archivistes de l’Institut Curie et au directeur des Archives Curie Renaud Huynh ainsi qu’à ses collaboratrices Nathalie Huchette, Natalie Pigeard-Micault et Anaïs Massiot ; tous mes remerciements également aux enfants d’Irène Curie, Hélène Langevin-Joliot et Pierre Joliot, qui ont déposé lettres, photos et films à la BnF, aux Archives Curie et au Forum des Images et qui m’ont accordé un entretien. Qu’ils trouvent ici l’expression de la gratitude d’un historien chercheur.

7 Il s’agit d’articles publiés lors des anniversaires du prix Nobel et surtout à l’occasion du 20ème anniversaire de la mort de Marie Curie.

8 Déclaration d’Irène Joliot-Curie à la Radiodiffusion Française (Radio Paris), le 4 juillet 1936. Elle dut obtenir l’accord de Jean Zay, son ministre de tutelle, pour faire cette interview. Archives Curie, enregistrements radiophoniques.

9 Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, L’Univers historique, 1994, p. 285.

10 Lettre de Marie Curie à Herta Ayrton, dans Evelyn Sharp, Hertha Ayrton, A Memoir, Londres, Edward Arnold & C°, 1926, p. 237.

11 Lettre à Louis Marin, président du groupe féministe au Sénat, juillet 1932, dans Eugénie Cotton, Les Curie et la radioactivité, Paris, Seghers,1963, p. 196.

12 Née Phoebe Marks (1854-1923), physicienne comme son mari (et ex-professeur), c’est une spécialiste des arcs électriques qui a inventé un ventilateur anti-gaz toxiques en1915 mais n’a pas réussi à le faire adopter par les armées britanniques.

13 Hertha Ayrton avait recueilli Christabel Pankhurst, la dirigeante du mouvement, à sa sortie de prison.

14 Archives Curie – Revue de presse Boîte n°1, n°5631, titre : « La vie des femmes va changer. » par allusion à la victoire électorale du Front Populaire.

15 Archives Curie, « Hommage à madame et monsieur Joliot-Curie, prix Nobel 1935 », plaquette imprimée.

16 Archives Curie, dossier I-16, liasse 53.

17 Le Quotidien du 31 mars 1925, article de Denise Moran, Archives Curie – Revue de presse, boîte n°1.

18 Le Journal de la Femme du 23 novembre 1935, article de George Sinclair intitulé « Pour les femmes ! Mme Joliot-Curie, Prix Nobel, nous dit… », Archives Curie – Revue de presse, boîte n°1, n°5594.

19 Voir note 8.

20 Témoignages de Jean Perrin et de la fille d’Irène Joliot-Curie, Hélène Langevin-Joliot.

21 Discours du banquet devant le Conseil National des Femmes Françaises : « Le jour où mon parti prendra le pouvoir, je m’engage personnellement à prendre une femme comme ministre, même si à ce moment-là les Françaises n’ont pas le droit de vote. » in Georges Lhermitte, Le Droit des femmes, 1936, p. 81.

22 Le 30 juillet 1936, une ultime proposition accordant la citoyenneté aux femmes est adoptée (en arguant de l’existence de « trois ministresses ») à l’unanimité moins 1 voix par l’Assemblée nationale. Mais 19 membres du Gouvernement s’abstiennent, et Léon Blum n’intervient pas, respectant à la lettre le programme du Rassemblement populaire qui ne promet pas le vote des femmes. Saisi, le Sénat refuse de délibérer annihilant de la décision des députés.

23 Ironique et sans doute envieuse, Louise Weiss est sévère à l’égard de cette mesure selon elle toute symbolique et qui ne ferait pas avancer la cause suffragiste. Elle est plus sévère encore avec Cécile Brunschvicg, accusée de trahir le féminisme en acceptant d’entrer au gouvernement, in Combats pour les femmes, Paris, Albin Michel, 1980, p. 123.

24 Portrait de « Mme Joliot-Curie » par la journaliste Andrée Viollis dans Le Petit Parisien du 13 juin 1936.

25 D’où la satisfaction du Laboratoire de Frédéric Joliot d’obtenir enfin un cyclotron.

26 Archives Curie, dossier I-15, liasse 39. « Je suis heureuse d’avoir pu l’aider au moment où j’étais sous-secrétaire d’État à la Recherche Scientifique.»

27 Irène Joliot-Curie n’accepte sa nomination au gouvernement que pour quelques mois afin d’inscrire le prestige des Curie dans la création d’un ministère de la Recherche scientifique qu’elle et son entourage souhaitaient depuis longtemps.

28 Archives Curie, dossier I-46, Lettre du 14 octobre 1936 signée Miss William Brown Meloney : « I couldn’t bear  the thoughts of your being torn by that unescapable machine for which there seems to be no substitute politics.» (« Je ne pouvais pas supporter l'idée de vous savoir déchirée par ce système incapable de mettre en place une autre politique »).

29 Ce lieu de villégiature bretonne, créé non loin de Paimpol, rassemble la génération des physiciens et mathématiciens dreyfusards (les Borel, les Chavannes, les Maurain, les Pagès, les Perrin, les Urbain, les Curie, les Auger, les Gricouroff, les Stodel) autour de l’historien Charles Seignobos et du physiologiste Charles Lapicque... pour des vacances sportives et des discussions animées. L’écrivaine Camille Marbo consacre tout un chapitre de ses souvenirs à ce lieu et à ces rencontres intellectuelles, balnéaires et sportives, baptisé Sorbonne-Plage ou Fort la Science. Voir Michel Pinault, « Portrait de groupe d’universitaires parisiens en leur villégiature bretonne : l’Arcouest dans la première moitié du XXème siècle », Histoire et Sociétés, n° 25-26, avril 2008, p. 136-157.

30 Irène Joliot-Curie figure comme signataire de l’ « Appel des intellectuels contre le fascisme » dans le journal de la SFIO Le Populaire du 12 mars 1934.

31 Eugénie Feytis (1881-1967) a été l’élève de Marie Curie à Sèvres. Cette dernière en a fait la baby-sitter préférée d’Irène Curie entre 1902 et 1904. Première à l’agrégation de physique en 1904, docteur ès sciences en 1925, elle est nommée directrice de l’École normale supérieure de jeunes filles à Sèvres en 1936. En 1927, elle se rapproche du Parti Communiste auquel elle adhère en 1935. Épouse du physicien Aimé Cotton rencontré chez les Curie, elle fonde l’Union des Femmes Françaises en 1944 et préside la Fédération démocratique internationale des femmes de 1945 à sa mort

32 Natalie Pigeard-Micault, « The Curie's Lab and its Women (1906–1934) », Annals of Science, 2012, p. 1-30.

33 Michel Margairaz, L'État, les finances et l'économie, histoire d'une conversion, 1932-1952, Paris, éd. du Comité pour l'histoire économique et financière, 1991 ; Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l'ordre des corps, Paris, Le Seuil, 1996.

34 Archives Curie – Revue de presse, boîte n° 1, n° 5581, sous le titre : « L’opinion d’une femme de sciences : Irène Joliot-Curie ».

35 Décrets-lois pris en 1935 qui prévoient la suppression de l’indemnité de résidence pour la femme d’un couple de fonctionnaires et qui réservent certains postes de fonctionnaires jusque-là mixtes aux seuls hommes.

36 L’Œuvre, 21 août 1935, article intitulé « Les Françaises au travail », Archives Curie – Revue de Presse Boîte n°1, n°5078, 1934-1935.

37 Archives Curie, texte d’Irène Joliot-Curie « Sur le travail des femmes » in France Vivante, 1935, dossier I-14, liasse 4.

38 Il s’agit principalement de Louise Weiss et de Maria Vérone.

39 Le Journal de la Femme du 23 novembre 1935, article de George Sinclair intitulé « Pour les femmes ! Mme Joliot-Curie, Prix Nobel, nous dit… », Archives Curie – Revue de presse, boîte n° 1, n° 5594.

40 Archives Curie – Revue de presse Boîte n° 1, n° 5631, titre : « La vie des femmes va changer » par allusion à la victoire électorale du Front Populaire. Déclaration à Marie-Jeanne Viel de l’hebdomadaire Le Journal de la Femme, au lendemain de sa prise de fonction ministérielle en juin 1936.

41 Femmes Françaises du 30 novembre 1944, article signé I. Joliot-Curie, Archives Curie – Revue de presse, boîte n° 1, n° 5730.

42 En effet, le 18 novembre 1944, les 185 comités de femmes résistantes (d'obédience communiste), ont fusionné en une Union des Femmes Françaises chargée de promouvoir en politique les nouvelles citoyennes. Voir Sandra Fayolle, L'Union des Femmes Françaises : une organisation féminine de masse du parti communiste français (1945-1965), thèse de l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, 2005.

43 Discours qui fait allusion à l’ordonnance du 21 avril 1944 prise à Alger par De Gaulle et le Gouvernement Provisoire de la République, accordant le droit de vote et d’éligibilité aux femmes et applicable à compter des élections à venir, après la Libération de la France.

44 Femmes Françaises du 30 novembre 1944, article signé I. Joliot-Curie, Archives Curie – Revue de presse, boîte n° 1, n° 5730.

45 Amnésie curieuse : c’est la division des gauches et notamment les refus communistes d’appuyer les socialistes (tactique front contre front voulue par la IIIème Internationale jusqu’en 1935) qui expliquent en grande partie les majorités réactionnaires du Reichstag.

46 Le « civisme démographique » selon la formule de l’historienne Yvonne Knibiehler ; voir La Révolution maternelle depuis 1945 : femmes, maternité, citoyenneté, Paris, Perrin, 1997.

47 Ce qu’Irène nomme « cette impression d’extrême vitalité. » «  Et comment s’en étonner quand nous avons vu une équipe de militaires, hommes et femmes, enlever des rails de tramways (à Moscou). […] Ensuite nous voyons là, comme partout en URSS, la participation de la femme à tous les travaux, même les travaux de force. […] Les jeunes filles soviétiques donnent une impression de santé et de solidité telle que l’on n’est pas très surpris de les voir faire également des travaux de ce genre », y compris l'armée. « D’ailleurs, je m’empresse de dire que l’on n’essaie pas en URSS de reléguer les Femmes dans les métiers qui comportent peu d’influence et de responsabilité. » ajoute-t-elle. Archives Curie, dossier I-14, liasse 14 Femmes Françaises, septembre 1945.

48 Archives Curie, dossier JC-14, 5 pages du discours d’Irène Joliot-Curie à Londres ; cité par Michel Pinault, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 395.

49 Michel Pinault, , Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000,  p. 536 (entretien d’Yvonne Dumont avec Michel Pinault le 20 septembre 1994).

50 Sur le dosage du carbone dans les aciers avec de l’azote 13, voir Pierre Radvanyi, Les Curie, pionniers de l’atome, Paris, Belin, 2005, p. 150.

51 Implantation d’un nouveau laboratoire de physique nucléaire.

52 Lettre d’Irène à Frédéric, Archives Curie BnF, citée par Rosalynd Pflum, Marie Curie et sa fille Irène. Deux femmes, trois Nobel, Paris, Belfond, 1992, p. 355.

53 Entre Edouard Branly et Marie Curie, les académiciens choisirent le très catholique spécialiste des radioconducteurs de préférence à une femme, une étrangère. La presse de droite s’est saisie de l’affaire et orchestre une campagne contre elle et ses amis, ironisant sur le risque de voir « le boudoir s’installer sous la Coupole ». Marie Curie perd l’élection de deux voix. Ulcérée, elle ne se représentera plus jamais. Voir Janine Trotereau, Marie Curie, Paris, Gallimard Folio, 2011, p. 180-191. Irène Joliot-Curie tente sa chance en vain à quatre reprises. Ce n’est que le 14 mai 1979 qu’une physicienne, Yvonne Choquet-Bruhat (née en 1923), est élue membre de l’Académie des Sciences (elle y était « correspondante » depuis 1978) qui ne compte que deux femmes en 2013.

54 À quatre reprises : en novembre 1951 (à la mort d’Aimé Cotton), en juin 1953, en novembre 1953 et en décembre 1954 (voir Rosalynd Pflaum, Marie Curie et sa fille Irène. Deux femmes, trois Nobel, Paris, Belfond, 1992, p. 416 et Michel Pinault, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 513).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-Pascal Jacquemond, « Irene Joliot-Curie, une féministe engagée ? », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 02 août 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1796

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page