Navigation – Plan du site
Articles

La prostitution à Beyrouth sous le mandat français (1920-1943)

Nessim Znaien

Résumés

Cet article vise, principalement à partir des données administratives et des sources médicales, à étudier le phénomène de prostitution à Beyrouth, sous le mandat français, entre 1923 et 1946. Dans une optique comparatiste avec les territoires coloniaux du Maghreb et de l'Indochine, l'analyse tente de cerner la politique de gestion du phénomène de la prostitution par l'administration française de l'époque. Cette politique vise à encadrer beaucoup plus qu'à réprimer le phénomène de prostitution, notamment par l'instauration des maisons closes, dans la lignée de ce qui se fait en la matière en métropole ou dans l'Empire. L'optique de l'administration est alors double : percevoir des revenus supplémentaires par l'instauration de taxes, mais surtout mieux surveiller médicalement la population des prostituées, afin d'endiguer au maximum le risque de contamination des maladies vénériennes chez les soldats. Ces décisions ont pour conséquence de rendre visible le phénomène de la prostitution dans l'espace public et de cristalliser certaines luttes confessionnelles et nationalistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Henry Laurens, L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993.
  • 2 Samir Kassir, Histoire de Beyrouth, Paris, Fayard, 2003, p. 31.
  • 3 Ibid., p. 341.

1Lorsque l’État du Grand Liban est proclamé le 1er septembre 1920, les Français sont véritablement présents dans la région depuis une cinquantaine d'années, essentiellement à travers les réseaux religieux et commerciaux1. Le système du mandat, défini par la charte de la Société des nations de juillet 1922, confère à la France un rôle politique, à savoir le droit d’assister le pays et de le préparer à l’autogestion, et non de l'administrer directement comme dans le cadre, par exemple, d’un protectorat. Vingt ans plus tard, en 1943, le Liban accède à l'indépendance, et la politique mandataire cesse officiellement d'exister. Durant cette période, la ville de Beyrouth est en pleine mutation, puisqu'elle passe d'environ 92000 habitants en 1918 à 174000 en 19442, avec à la clé la création de nouveaux quartiers, si bien que le paysage qu’offrait Beyrouth dans les années 1930 pouvait largement « passer pour neuf »3.

2Face à l'ampleur de ces mutations, la priorité de l'administration française reste la sécurité et le contrôle de la région du Grand Liban, puisque les Français tirent, au moins depuis la proclamation de l'autonomie du Grand Liban le 20 mai 1919, la légitimité de leur présence de la protection officielle de la population maronite. La politique sociale des autorités mandataires, parent pauvre de l'historiographie levantine, reste par conséquent superficielle, surtout dans des lieux comme Beyrouth, où de nombreuses communautés se concurrencent. Cependant, outrepassant largement une simple fonction de conseil, les autorités françaises mettent en place une administration directe et politique, dans laquelle l'appui sur les élites locales est important. Au sein de la politique sociale et sanitaire, et dans les aspects de celle-ci qui concernent plus spécifiquement les femmes, la prostitution occupe une place centrale. La prostitution s’inscrit dans le cadre d'un commerce organisé et institutionnalisé au sein des maisons de tolérance, situées souvent dans des quartiers dits « réservés », ou prend la forme d'une prostitution clandestine, plus difficile à cerner mais sans doute plus conséquente.

  • 4 Elizabeth Thompson, Colonial Citizens, Republican Rights, Paternal Privilege and Gender in French S (...)
  • 5 Christelle Taraud, La prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris, Payot, 200 (...)
  • 6 Alain Corbin, Les filles de noces, Paris, Aubier, 1978.
  • 7 Jacques Solé, L'âge d'or de la prostitution de 1870 à nos jours, Paris, Plon, 1993.
  • 8 Alain Corbin, op. cit., p 25.
  • 9 Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution de la ville de Paris, Paris, Baillère et Fils, 1836

3Les mesures prises en matière de prostitution font parties de ces lois sociales qui, d'après Elizabeth Thompson, contribuent à favoriser le paternalisme et à aggraver certaines tensions de genre4. Ces questions ont déjà été étudiées pour le Maghreb5, il s’agit de faire de même pour le Levant, afin d’examiner s'il existe une cohérence des politiques françaises sur la question à l'échelle de l'Empire, ou bien plutôt une gestion pragmatique au cas par cas. Dans une optique propre au mandat libanais, il s'agit également de savoir ce que révèlent les politiques de lutte contre la prostitution au regard des priorités françaises en matière de gestion de l'hygiène publique. Il s'agira enfin de mesurer l'écart avec la question telle qu’elle est traitée en métropole et a été par exemple étudiée par Alain Corbin6 ou Jacques Solé7. Ces historiens considèrent que la politique concernant la prostitution tient à cette époque en deux mots : tolérance et surveillance8. Les maisons de tolérance sont alors autorisées et encadrées par la brigade des mœurs, depuis la loi de 1804. Il est obligatoire pour les prostituées de s'inscrire sur des registres et de passer des visites médicales mensuelles, dont Alexandre Parent Duchatelet montre les limites9.

  • 10 Nessim Znaien, « La France, le Levant et les femmes, ou la difficile mise en place d'une politique (...)

4Cet article issu d’un mémoire de master intitulé « La France, le Levant et les femmes, ou la difficile mise en place d'une politique sociale mandataire »10 est fondé sur les sources institutionnelles, provenant notamment de la sûreté générale de la ville de Beyrouth, sur des écrits de penseurs français ou libanais, et enfin sur des sources médicales de l'époque. Les sources institutionnelles proviennent du CADN de Nantes, ou des procès-verbaux de la commission permanente des mandats à la Société Des Nations (SDN).

I. La prostitution dans l'entre-deux guerres à Beyrouth, une réalité difficile à cerner

  • 11 Procès-verbaux de la commission permanente de la SDN, 31-33 sessions, Syrie-Liban, Travail des femm (...)
  • 12 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1974.
  • 13 Jens Hanssen, Fin de Siècle, Beirut, The making of an Ottoman Provincial Capital, Oxford, Clarendon (...)
  • 14 Catherine Zilfi, Women and slavery in the late ottoman empire, Londres, Cambridge university press, (...)

5En 1920, à l’arrivée des mandataires français, la prostitution est un phénomène déjà présent à Beyrouth, ce que les autorités ne manquent pas de rappeler11. Les écrivains français qui ont découvert Beyrouth dans les années 1840-1850 font régulièrement référence, avec l’œil sévère d'Européens orientalistes, marqués par la « civilisation des mœurs »12, aux lieux de « débauche » dans cette ville. Ainsi Gérard de Nerval, Gustave Flaubert, Maxime du Camp ou encore Théophile Gautier, signalent ces réalités13. Madeline C. Zilfi explique ce phénomène par la situation de Beyrouth, qui en tant que ville portuaire, est le lieu d’une prostitution endémique14.

  • 15 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 15-70 : « Gender roles within households changed, causing anxiety (...)
  • 16 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 63.
  • 17 Jean Jousselin, Enquêtes sur la jeunesse délinquante et la prostitution au Liban, Beyrouth, Librair (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Société des nations, traites des femmes et des enfants, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.
  • 20 Christelle Taraud, op. cit., p. 66.
  • 21 Ibid., p. 69.
  • 22 Vù Trong Phung, Luc Xi, Prostitution and Veneral Diseases in Colonial Hanoi, Honolulu, University o (...)

6A la suite de la Première Guerre mondiale, le nombre de prostituées augmente probablement, d'abord à cause de l'appauvrissement d'une partie de la société libanaise, ensuite en raison de la présence accrue de soldats dans Beyrouth - le Liban nécessitant cependant moins de soldats que la Syrie, notamment après la révolte druze de 1925-1926 -, et enfin, peut-être, en raison d'une certaine crise de la famille patriarcale traditionnelle, liée aux suites de la guerre15. Au sein de l'administration, au moins à partir de 1926, c'est le département hygiène et assistance publique, un des douze départements gérés par les cabinets civils et militaires, qui s'occupe de ces dossiers16. Les différentes données fournies par les acteurs sociaux ainsi que par des intellectuels comme Jean Jousselin, pasteur protestant, secrétaire général du foyer des jeunes et responsable de réseaux de scoutisme, permettent d’évaluer le nombre de prostituées de 250 à 300 pour une ville de 100 000 habitants au début des années trente17. Jean Jousselin affirme qu'il y aurait 224 prostituées en 1930 et 271 en 193218. Le docteur Nicolas Khoury, chargé de la visite médicale des prostituées publiques, affirme en 1943, que travaillent à Beyrouth 250 filles publiques dont 140 dans les maisons de tolérance et 110 dans les bars et dancing19, un chiffre qui semble faible et ne tient pas compte de la prostitution clandestine. On peut ainsi penser que le nombre de prostituées à Beyrouth est largement sous-estimé. Si l'on compare ces chiffres à ceux d'autres espaces à la même époque, on s'aperçoit tout d'abord que les chiffres officiels tendent à être sensiblement les mêmes au Maghreb, sauf à Casablanca, où le nombre de prostituées est jugé plus important par les autorités20. Mais même à Casablanca, en 1952, le médecin du bureau d'hygiène municipale, affirme que la prostitution clandestine touche sept fois plus de femmes que la prostitution légale21. Ailleurs dans l'Empire, à Hanoï, il y aurait à la fin du XIXe siècle, 5000 prostituées clandestines, contre 185 filles inscrites officiellement22.

  • 23 Christelle Taraud, op. cit, p. 81.
  • 24 Ibid., p. 85.
  • 25 CADN, Dossier stupéfiants, alcoolisme, prostitution, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.
  • 26 Christelle Taraud, op. cit., p. 128.

7L'une des nouveautés de l'entre-deux-guerres à Beyrouth est l'instauration d'un quartier réservé, et la tentative de circonscrire géographiquement la prostitution en la cantonnant à un espace délimité. La France applique déjà cette politique au Maghreb où elle a inventé le concept de quartier clôturé23. À la même époque, rares sont les villes en métropole qui possèdent un quartier réservé24. En croisant les chiffres du docteur Nicolas Khoury, de Jean Jousselin, et de l'administration25, on obtiendrait un total de 46 maisons de tolérance en 1925, 62 en 1930, 76 en 1932. A titre de comparaison, à Alger en 1935, dans le seul quartier rouge de la Casbah, on comptait 39 maisons de tolérance26, et on peut penser que le chiffre total de maisons de tolérance pour la ville d'Alger, pour une population deux fois plus importante, était à peu près le même que pour Beyrouth. Ces données, même approximatives, donnent une idée de l’importance du phénomène prostitutionnel dans la capitale du mandat libanais.

  • 27 Samir Kassir, op. cit., p. 473.
  • 28 Administrateur de la ville de Beyrouth au Gouverneur du Grand Liban, 23 Juillet 1921, CADN, Fonds B (...)
  • 29 Christelle Taraud, op. cit, p. 186.

8À Beyrouth, le quartier réservé était situé le long de la rue Mutanabbi qui débouche sur la place des Martyrs, près du petit sérail, non loin du port mais à bonne distance du quartier du ras-Beyrouth, le quartier résidentiel de la ville27. Un effort est entrepris pour cacher la prostitution « du centre des bonnes familles, des écoles et des institutions religieuses »28, position qui rappelle l’organisation de certaines villes du Maghreb à la même période : à Tunis, les lieux de prostitution se trouvent dans plusieurs faubourgs de la ville traditionnelle, loin des quartiers de la ville européenne résidentielle29. Mais qu'en est-il du profil sociologique des populations travaillant dans ce quartier, les prostituées elles-mêmes ?

  • 30 Samir Kassir, op. cit, p. 319.
  • 31 « Blanches, noires, grecques, égyptiennes, soudanais, syriennes et libanaises » témoignage de Max-P (...)
  • 32 Omar Boustany, « les dames du temps jadis », dans « Ah qu’il était joli le Liban de papa », dossier (...)
  • 33 Christelle Taraud, op. cit., p. 66 et suivantes.

9Dans une ville fortement nourrie par l'exode rural30, les prostituées viennent de nombreux horizons. Toutes les communautés sont, à des degrés divers, concernées par la prostitution, ce qui nous est décrit à l'époque par Max-Pol Fouchet31 et confirmé par la suite, par Omar Boustany dans Les dames du temps jadis32. Les chiffres les plus précis proviennent de Jean Jousselin qui dénombre 68 prostituées de nationalité grecque, 22 Françaises, 13 Italiennes, 19 Turques, et quelques autres nationalités européennes pour aboutir à 136 étrangères à Beyrouth en 1930, souvent des femmes âgées de plus de trente ans et qui ont sans doute exercé leur activité de prostitution ailleurs avant d'arriver à Beyrouth. Christelle Taraud insiste également, pour l'espace qu'elle étudie sur « l'apparent cosmopolitisme entre filles d'Europe et filles du Maghreb » dans les registres coloniaux33.

  • 34 Selim Haiddar, La prostitution et la traite des femmes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1937, p (...)
  • 35 Selim Haiddar, op. cit., p. 132.
  • 36 Pierre Benoit, La châtelaine du Liban, Paris, édition du livre de Poche, 1924.
  • 37 Ibid., p. 47.

10Le cosmopolitisme des prostituées peut aussi s'accompagner d'une hétérogénéité de leurs origines sociales. Certaines prostituées, par les relations qu’elles entretiennent avec des hauts fonctionnaires, peuvent tenter de s’élever socialement, d'ouvrir des cafés ou des restaurants. Sélim Haiddar, docteur en droit de la Sorbonne, juge au tribunal du Grand Liban34, évoque la « prostituée de luxe, qui a beaucoup de relations, qui n’est pas obligée de stationner à l’enfourchure des rues »35. L'un des personnages de La châtelaine du Liban36, publié en 1924 par Pierre Benoît, est une prostituée qui tient un café37.

  • 38 Isabelle Tracol-Huyn, « Filles publiques, maisons closes et quartier réservé. La gestion de la pros (...)
  • 39 Jean Jousselin, op. cit., p. 38.
  • 40 Société des nations, traite des femmes et des enfants, CADN, Fonds Beyrouth, carton n°1441.
  • 41 Réglementation des artistes de Music-hall en résidence dans les territoires, CADN, Fonds Beyrouth, (...)
  • 42 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, XXXXIVe-XXXVIIe, 1938-1939, Syrie-Liban, En (...)

11On ne saurait cependant être trop prudent sur la correspondance entre les données officielles et la réalité du terrain, ce qu'Isabelle Tracol-Huyn rappelle pour le Tonkin38. Les Français s'efforcent de présenter les prostituées comme des étrangères, et ce sont les jeunes femmes alaouites qui sont réputées, voire stigmatisées, dans les écrits des Français comme un vivier important de la traite des femmes39. Au cours de l’enquête sur la traite des femmes demandée en 1933 par la SDN, l’administration française cite la police syrienne et libanaise, afin de montrer l'efficacité de l'administration mandataire qui affirme qu’il n'y a que très peu de prostituées clandestines, et que celles-ci sont toutes musulmanes40. La prostituée ne doit en aucun cas être assimilée à la femme blanche, et c'est en ce sens que l'on peut comprendre l'effort pour lutter contre l'arrivée d'artistes venues d'Europe41. Comme ailleurs, un indigène qui toucherait une femme blanche porterait atteinte à l'autorité coloniale42.

  • 43 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.
  • 44 CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 289.
  • 45 Lettre du directeur de la Sûreté générale, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 71.

12La clientèle de la prostitution est, quant à elle, encore plus difficile à cerner. Celle-ci est civile et militaire. Le texte règlementant l'ouverture d'une maison de tolérance près de la place du marché en 1921, mentionne que celle-ci est ouverte de 8h à minuit, qu’elle est réservée la moitié de la semaine aux militaires, et l'autre aux civils43. Des maisons closes sont par ailleurs réservées uniquement aux militaires, les officiers fréquentant souvent les maisons de tolérance civiles44. Séparer les deux clientèles45, comme au Maghreb colonial, permet d'éviter certains conflits. Mais s'il est nécessaire de tenter de cerner la situation du terrain, les différents discours sur la prostitution sont également porteurs, selon ceux qui les produisent, de représentations sur le groupe des prostituées et plus généralement sur les rapports de genre, dans le Beyrouth de l'époque.

II. Les discours sur la prostitution : des discours genrés ?

  • 46 Gérard D. Khoury, Une tutelle coloniale. Le mandat français en Syrie et au Liban. Écrits politiques (...)
  • 47 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, XXXIe-XXXIIIe, 1932-1936, Syrie-Liban, Trav (...)
  • 48 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, Syrie et Liban : Administration, Enregistre (...)

13Le statut de mandat du Grand Liban contraint l'administration mandataire à tenir compte des enjeux internationaux en matière de prostitution. Sur 32 occurrences concernant les femmes libanaises recensées dans les procès-verbaux de la commission permanente des mandats à la SDN dans l'entre-deux-guerres, un tiers concerne cette question. Robert de Caix46, le représentant français à Genève, est souvent taxé de laxisme en matière de lutte contre le phénomène. Mlle Dannevig, membre de la commission permanente de la SDN souligne par exemple en 1937 que la situation dans le pays « laisse à désirer »47, formule qu'elle avait déjà utilisée dans un débat sur la traite des femmes un an plus tôt48. Les appels réguliers de la commission permanente des mandats à la fermeté révèlent surtout l'inefficacité de l'institution, et son incapacité à influencer les représentants français.

  • 49 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, XXIe-XXXe, 1932-1936, Syrie-Liban, Administ (...)
  • 50 Enquête sur la traite des femmes en Orient et en Extrême-Orient, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 14 (...)
  • 51 Jean Jousselin, op. cit.
  • 52 Note de Gabriel Puaux, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 596.
  • 53 Capitaine Issemnann au colonel Clément, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 289.

14Les mandataires tentent néanmoins régulièrement de présenter leur pays comme un rempart moral contre la prostitution49. Robert de Caix rattache la prostitution à un problème structurel du monde méditerranéen50, position qui permet de justifier des résultats peu probants en matière de lutte contre le trafic. Certaines voix, dans l'administration ou parmi les intellectuels français, réclament cependant l'interdiction des maisons closes51, voire de la prostitution52, et le débat peut aboutir à des conflits, comme entre certains civils et des militaires, ces derniers admettant souvent la présence des maisons de tolérance comme une nécessité. Dans un espace voisin du Liban, le territoire de Djihan, en Cilicie, le capitaine Issemnann décide de faire ouvrir en 1921 une maison de tolérance, à l'encontre d'une décision administrative antérieure, afin selon lui de soutenir une économie officielle dans un territoire en crise, d'éviter les conflits entre clients civils et militaires, et enfin pour des raisons sanitaires, allant même jusqu’à comparer l’ouverture d’une maison de tolérance à l'ouverture d'un hôpital53.

  • 54 Les associations de médecins signent une pétition en 1932 demandant la fermeture des maisons de tol (...)
  • 55 Selim Haiddar, op. cit., p. 7.

15Du côté des élites libanaises, on dénonce le danger que représentent les mœurs importées d'Occident. Cette condamnation se cristallise notamment autour de l'existence des maisons de tolérance, critiquées par des médecins, des journalistes54, ou encore par des juristes, comme Selim Haiddar. Pour lui, la France est une nation « civilisée », malgré un relâchement des mœurs propre à l'Occident55, et doit montrer l'exemple en la matière.

  • 56 Catherine Mayeur-Jaouen, « Les débuts d'une revue néo-salafiste : Muhib al-dîn al-Khatib et Al Fath (...)
  • 57 Al Fath, numéro 192, 27 mars 1930.
  • 58 Catherine Mayeur-Jaouen, art. cit.
  • 59 Lettre du Patriarche maronite au Haut-Commissaire sur l’immoralité et les jeux de hasard, CADN, Fon (...)

16La prostitution est également un sujet sensible pour les communautés religieuses. Le journal Al Fath, revue néosalafiste56, attaque directement les Français au début des années 1930, et combat la prostitution légale57, mais ici, les enjeux moraux de la prostitution (l'adultère)58 sont dépassés par des enjeux politiques et religieux. Un discours maronite, plus francophile, celui de Monseigneur Arida, réclame quant à lui en mai 1937 dans une brochure « l’interdiction totale de la prostitution », qu'il voit comme destructrice du lien familial chrétien59. Le débat autour de la prostitution existe donc bien, mais il est assez tardif dans les discours religieux que nous avons trouvés. Il l'est également dans les discours féministes, pour des raisons différentes.

  • 60 Leyla Dakhli, « Beyrouth-Damas, 1928 : voile et dévoilement », in Le Mouvement Social, 2010/2 n° 23 (...)
  • 61 Elizabeth Thompson, « Le mouvement féminin et l'essor de l’État providence colonial en Syrie (1920- (...)
  • 62 Elizabeth Thompson, art. cit., p. 117.
  • 63 Ibid., p. 112.
  • 64 Lord Lugard signale ainsi avoir reçu, « au sujet des maisons de tolérance de Syrie, de nombreuses l (...)
  • 65 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats n°4, XXIe-XXXe, 1932-1936, Syrie-Liban, Admi (...)

17Certaines intellectuelles levantines, notamment des Syriennes de l'Union féminine, investissent la tribune offerte par la Société des nations dès les années 1920. Ces réseaux sont notamment issus de ce que Leyla Dakhli, dans son article « Beyrouth-Damas, 1928 : Voile et dévoilement », appelle un féminisme de salons, en faisant référence au salon de la Syrienne Mayy Zidayah ou à celui de la Libanaise Marie Ajami60. A la SDN, un groupe de femmes y revendique le droit de vote, qu'elle défend par la suite auprès du congrès syrien. Face à l'échec de leur mobilisation, repoussée en raison des protestations populaires61, certaines féministes, comme Nazik Abid, comprennent l'inutilité d'une stratégie aussi frontale, et la nécessité pour les femmes de posséder des droits économiques et sociaux, préalables aux droits politiques62. Après la révolte de Syrie en 1925, une trentaine de femmes de la bourgeoisie urbaine rédigent des protestations à la SDN, et revendiquent « un État providence colonial »63. Le travail, ou l'accès à la scolarité sont alors prioritaires sur la lutte contre la prostitution, et ce n'est que dans les années 1930 que cette question, plus consensuelle que celle du droit de vote, émerge à la SDN64. Pour ces féministes, la lutte contre la prostitution reste cependant d'abord une question d'hygiène et de santé publique et résulte avant tout de la pauvreté des femmes. Lord Lugard, qui est alors représentant de la Grande-Bretagne à la commission des mandats de la SDN, signale à l'époque que la Présidente du Comité de vigilance de la Fédération des associations féminines de Syrie prépare une pétition qui revendique la suppression des maisons de tolérance, une amélioration des soins apportés aux maladies vénériennes, et une séparation dans les hôpitaux entre les prostituées et les autres malades65.

  • 66 Elizabeth Thompson, art. cit., p. 109.
  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid., p. 115.
  • 69 Ibid., p. 117.
  • 70 Patriarche d’Antioche à Emile Eddé, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 596.

18A partir de 1925, en parallèle à leurs actions à la SDN, des femmes comme Adile al-Jazairi, Nazik Abid et Thuraya Hafez militent au sein de l'Union féminine en Syrie et au Liban, qui rassemble des comités féminins de plusieurs villes et organise en 1928 son premier congrès à Beyrouth. Adile al-Jaziri, issue de la bourgeoisie de Damas, s'est faite connaître en organisant des distributions de nourriture et de soins médicaux aux révoltés durant la révolte arabe de 192066. Nazik Abid elle, est la fille d'un ancien responsable ottoman. Elle a dirigé un bataillon d'infirmières de l'armée arabe en 192067. Thuraya Hafez enfin, est la fille d'un nationaliste, enseignante de profession68. Le congrès de 1928 rassemble plus de 1000 femmes qui représentent 40 associations syriennes et libanaises, et aborde presque exclusivement des questions sociales (davantage d'écoles pour les filles, la fin de la polygamie, l'élévation de l'âge du mariage à 17 ans, davantage d'inspections sanitaires dans les boulangeries). Ce n'est que lors du deuxième congrès de Beyrouth, en 1930, que des résolutions contre l’alcool et la prostitution publique sont adoptées. Les intellectuelles féministes ne font cependant jamais le lien entre la prostitution et la lutte pour l’amélioration des conditions de travail des femmes prostituées. Cette activité n'est pas considérée comme un véritable métier69, et se trouve même souvent associée à la corruption70. Au final, les protestations de ces intellectuelles concernant la prostitution ne sont donc pas précoces, et sont à replacer dans un mouvement plus général de revendications sociales, pour l'instauration d'un « Etat providence » au Levant. Tout autres sont les préoccupations des autorités mandataires.

III. La progressive mise en place d'une répression contre la prostitution

  • 71 Samir Kassir, op. cit., p. 310.
  • 72 Alain Corbin, op. cit., p. 25.

19Samir Kassir le rappelle : « en vingt ans de présence politique, militaire et institutionnelle au Levant, la France ne chercha jamais sérieusement ni n'obtint une adhésion massive de l'opinion publique en dehors des minorités d’obédience romaine et plus précisément des maronites »71. Face à la question de la prostitution, les autorités mandataires prennent cependant des mesures, mais sans doute moins à des fins de communication, qu'à des fins pragmatiques, pour protéger la santé des soldats, et suivant des schémas que l'on retrouve en France à la même époque72.

  • 73 Catherine Zilfi, op. cit., p. 199.
  • 74 Enquête sur la traite des femmes en Orient et en Extrême-Orient, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 14 (...)
  • 75 Lettre de l’avocat du gouvernement au conseiller du gouvernement, 21 septembre 1923, CADN, Fonds Be (...)
  • 76 Note du Haut-Commissariat, du 11 Décembre 1931, Enquête sur la traite des femmes en Orient et en Ex (...)

20Les Français, tout d'abord, n'inventent pas la judiciarisation de la prostitution au Moyen Orient. Catherine Zilfi indique deux décrets de la fin XVIe et du milieu du XVIIe siècle, visant les employeurs des prostituées73. Nous avons également trouvé dans les archives mandataires, la référence à quatre articles du code pénal ottoman réprimant le proxénétisme, l’incitation à la débauche, l’outrage aux bonnes mœurs et l’outrage public à la pudeur74. Par pragmatisme ou par prudence, les Français ne se permettent pas d’appliquer un schéma qui leur est totalement propre au Levant75, et les services judiciaires font constamment référence au code pénal ottoman lorsqu’il s’agit de modifier la réglementation autour de la prostitution76.

  • 77 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.
  • 78 Ibid.
  • 79 Alain Corbin, op. cit.
  • 80 Note sur le projet de règlement de la Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.
  • 81 Selim Haiddar, op. cit., p. 75.

21Le premier règlement mandataire repéré concernant la prostitution est publié 19 avril 1920. Il s’agit du titre VI de l’arrêté n°188 du Haut-Commissariat sur la protection de la santé publique, intitulé « Réglementation de la prostitution »77. Cet arrêté de 26 articles définit la maison de prostitution : « tout établissement où s'exerce collectivement et habituellement la prostitution, toute maison où habituellement on loge et reçoit momentanément des femmes et où on tolère qu'elles se livrent à la prostitution »78. Comme en métropole à l'époque, la prostitution n'est donc pas considérée comme illicite79. L’installation des maisons de tolérance est soumise à des taxes, et relève d’un contrat passé entre le tenancier de la maison et la municipalité80. En voulant contrôler les prostituées, les Français entreprennent donc de définir celles-ci, et regroupent sous le même vocable des individues qui jusqu’à présent n’avaient pas nécessairement les mêmes fonctions, voire qui n’étaient pas considérées comme prostituées, comme les actrices de dancing81.

  • 82 Jean Jousselin, op. cit., p. 33.
  • 83 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 63.
  • 84 Ibid., p. 65.

22Les motivations financières sont une des raisons de la politique d'encadrement de la prostitution. Les maisons closes sont soumises à la taxe d’État, à la taxe municipale, et à la taxe de gardiennage (sans compter les taxes payées par les prostituées à chaque passe)82. Cette taxation est d'autant plus importante que les aides de la métropole sont faibles, et qu'il est suggéré au Haut-commissariat de trouver des ressources propres pour financer un budget souvent très faible, en raison de la priorité que la France accorde aux pensions données aux orphelins et aux vétérans de la guerre83. Les revenus provenant des taxes liées à la prostitution demeurent cependant peu importants, en comparaison des taxes provenant des échanges portuaires, qui représentent à elles seules un quart du budget de la ville84.

  • 85 L’information de la sûreté aux armées en 1945 signale par exemple la présence d’une espionne allema (...)
  • 86 Lucien Le Saint, « Prostituées et soldats de l’armée française (Libanais et Français) devant des ma (...)
  • 87 Note de service réglant le fonctionnement des maisons de tolérance, Cilicie, Djihan, Affaires polit (...)
  • 88 Jean Jousselin, op. cit., p. 44.
  • 89 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.
  • 90 Christelle Taraud, op. cit., p. 245.
  • 91 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 77.
  • 92 Ibid.
  • 93 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 164.
  • 94 Ibid, p. 78.
  • 95 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, Administration, Syrie-Liban, Enregistrement (...)
  • 96 Samir Kassir, op. cit., p. 324.

23La deuxième raison justifiant cette politique est d'ordre sécuritaire, les maisons closes restant des lieux importants de circulation des informations85, de réunions86, et des plaques tournantes de différents trafics87. Jean Jousselin témoigne, par exemple, de la vente de littérature pornographique et de haschich au sein du quartier réservé88. Enfin, la santé publique est le troisième enjeu de l'arrêté du 19 avril 1920. L'article 75 stipule que les jeunes filles doivent se soumettre à une visite corporelle bi-hebdomadaire89. L'autre obligation est d'« être en carte », c’est-à-dire d’être inscrite sur les registres de prostitution et de tenir à jour son carnet médical. L’obligation de passer régulièrement la visite n'est pas originale : dès 1835, les « filles soumises » d'Alger doivent effectuer deux visites par mois, et entre 1880 et 1920, la plupart des règlements (à Tunis en 1889, à Casablanca en 1914) mettent en place la visite hebdomadaire, avant de généraliser la visite bi-hebdomadaire après 192090. Ces mesures hygiénistes sont également à replacer dans le contexte de la mise en place d'une politique hygiéniste à l'échelle du Levant. Peut-être à des fins de communication, sans doute par conscience que les questions d'hygiènes et de la santé sont politiques et sont susceptibles de déclencher une contestation populaire, le Haut-commissariat construit dès 1921 des hôpitaux et des cliniques91. Ces institutions permettent notamment de traiter des maladies vénériennes des prostituées, perçues comme un danger pour la santé des soldats, en s’aidant de certains groupes religieux, comme les sœurs de la charité, et les sœurs de Saint-Joseph de Cluny92. Ces mesures sont appliquées sur toute la période mandataire, et les dépenses de santé et d’éducation passent, à titre d’exemple, de 9% à 13% du budget libanais entre 1929 et 193893. Les résultats sont cependant moins aboutis au Liban qu'en Syrie : dans les années 1930, seulement cinq hôpitaux sur vingt-huit étaient publics (la moitié en Syrie)94, et un seul hôpital en 1936 soignait gratuitement les maladies vénériennes à Beyrouth95. Il s’agit vraisemblablement de l’hôtel-Dieu de France, grand hôpital dont le projet datait d’avant la Première Guerre mondiale, qui est construit grâce à la subvention du Haut-commissariat, et inauguré en mai 192396.

  • 97 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.
  • 98 Christelle Taraud, op. cit., p. 66.

24Dès avril 1920, sans doute afin de limiter toute assimilation des prostituées avec les communautés dont elles sont issues, l'admission des jeunes filles vierges, mineures ou déjà mariées, et l'admission des jeunes filles qui, selon les autorités, n'auraient pas choisi de leur plein gré la prostitution97, est interdite dans les maisons de tolérance, sous peine, en théorie, d'une fermeture temporaire de l'établissement. Au Maghreb colonial, à la même époque, il faut être majeur-e pour pratiquer la prostitution98.

  • 99  Société des nations, traites des femmes et des enfants, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.
  • 100 Alcoolisme, stupéfiant, prostitution, Délégué du Haut-commissariat à Monsieur le Haut-Commissaire d (...)
  • 101  Elizabeth Thompson, op. cit., p. 87.
  • 102  Conférences sur les maladies vénériennes, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 3003.

25Sur le terrain, les tâches dévolues à la police des mœurs, au comité de la réforme des mœurs99 et à la Direction de la police (cette dernière ayant pour qualité d'autoriser les ouvertures ou d’ordonner les fermetures des maisons de tolérance)100 sont doubles. Il s'agit d'abord de lutter contre la prostitution clandestine, pour des raisons sans doute autant économiques que sanitaires, car une prostituée clandestine en plus correspond à un revenu en moins pour la municipalité. Il faut également contraindre les prostituées à la visite bi-hebdomadaire. En 1927, 44000 tests sont effectués sur plus de 1000 prostituées, danseurs et chanteurs, révélant 2400 cas de maladies vénériennes101. Ces examens semblent ne pas se révéler toujours efficaces102.

  • 103 Article 68 et 69 de la loi du 11 Février 1931.

26On assiste, dans la seconde moitié du mandat, à une augmentation du nombre de mesures prises contre la prostitution, ce qui peut s’expliquer par l'augmentation du nombre de prostituées et de soldats, par une certaine bureaucratisation, ou encore par la volonté de répondre à une plus grande influence des autorités religieuses. La loi du 6 février 1931 complète l'arrêté de 1920 en l'enrichissant de règlements concernant les tenancières (celles-ci doivent avoir 25 ans révolus) ou encore les clients des maisons de prostitution. La prostitution homosexuelle est également condamnée103. Les dispositions les plus importantes de cette loi sont celles qui règlementent la circulation des prostituées. Les filles publiques ne peuvent sortir dans la journée que de 9 heures à 16 heures. Il leur est interdit de sortir les dimanches et jours de fêtes, de fréquenter les endroits publics et de se voiler. Elles ne peuvent se maquiller. Les portes d'entrée des maisons de tolérance doivent être fermées, les fenêtres situées au rez-de-chaussée munies de verre dépoli. Le principe d'une unique entrée extérieure et d'absence de communication avec un local voisin est rappelé. Des témoignages cependant permettent de douter de l'efficacité de ces mesures, plus d'ouvertures permettent en effet d'attirer davantage les clients. Jean Jousselin dans son enquête évoque sa visite du quartier réservé :

  • 104  Jean Jousselin, op. cit., p. 25.

« La plupart des portes sont composées de grilles en fer bloquées par des volets métalliques toujours ouverts, ce qui permet de voir le divan sur lequel les prostituées sont exposées. Celles-ci à travers la porte vous interpellent et vous appellent. Chaque soir, on peut voir des grappes d’hommes ou d’enfants accrochés aux barreaux de ces grilles et discutant avec les femmes. Il en est de même pour les fenêtres qui n’ont en général aucun verre dépoli et qui ne sont fermées par aucun rideau ou volet »104.

  • 105 Ibid.
  • 106 CADN, Dossier stupéfiants, alcoolisme, prostitution, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.
  • 107 Elizabeth Thompson, art. cit., p. 122.
  • 108 Christelle Taraud, op. cit., p. 215.

27Quelle que soit la part d’exagération de ce témoignage qui cherche avant tout à prouver l’immoralité et l’inutilité des maisons de tolérance, l'existence même d'un quartier réservé assure de toute façon une certaine visibilité à la prostitution. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la peur de l'espionnage et la nécessité de garder des troupes militaires en bonne santé morale et physique expliquent la proclamation de nouveaux règlements. L'arrêté du 10 juin 1942 stipule que les filles doivent être en carte, car « le maintien des lieux de plaisir est une nécessité pour la troupe en temps de guerre »105, et un arrêté le 2 juillet 1942 renforce le contrôle et la surveillance des artistes de music-hall106. Comme dans le cas de l’État providence syrien107, les Français répondent donc aux demandes d'amélioration de l'hygiène publique par davantage de règles, mais sans chercher nécessairement à financer ou appliquer celles-ci. Dans les autres territoires coloniaux, les prostituées sont soumises à des règles au moins aussi strictes108.

Conclusion

  • 109 Ibid., p. 220 et suivantes.

28En conclusion, le constat qui émerge de cette étude est que la politique des Français n'est en soi originale ni par rapport aux autres colonies, ni par rapport au passé ottoman. Les maisons de tolérance sont issues du code napoléonien, et les mandataires appliquent les solutions prônées plus tôt, mais désormais démodées en métropole109. La multiplication des maisons de tolérance rend visible et sans doute honteuse une prostitution auparavant davantage disséminée parmi la population.

  • 110 Leyla Dakhli, art. cit., p. 129.

29On observe par ailleurs, sur la question de la prostitution, un écart entre les discours des élites, qui expriment de la fermeté, et la réalité du terrain, qui indique une relative tolérance combinée à une volonté de contrôle du phénomène. La politique mandataire de division communautaire et confessionnelle renforce la spécificité du statut des femmes de chaque communauté110. Celui-ci peut potentiellement cristalliser des luttes confessionnelles et nationales, et pour éviter celles-ci, le discours officiel de l'administration mandataire exprime donc toujours une certaine inflexibilité. Le thème de la prostitution, plutôt absent des débats lorsque les Haut-Commissaires étaient des militaires, devient un thème majeur quand la France tente de négocier sa présence au Levant d’une manière plus durable et plus diplomatique dans les années trente.

  • 111  Pierre La Mazière, Partant pour la Syrie, Paris, Librairie Baudinière, 1928, 224 p., cité dans Ann (...)
  • 112  Cesare Lombroso, L'homme délinquant, Paris, Ancienne librairie germaine Baillière, 1876 et Alexand (...)
  • 113  Selim Haiddar, op. cit., p. 6.

30En dépit des idéaux progressistes de la Société des nations, la politique du mandat français a donc ici certainement tourné au désavantage des femmes : les droits des femmes intéressent moins les autorités politiques que l'hygiène, en particulier du côté des élites militaires, ce qui n’est pas en soi original mais se trouve renforcé par la situation mandataire111. Il s'agit de soigner les prostituées pour protéger les troupes. Même si la science de l'époque associe souvent morale et hygiène112, même si les préoccupations hygiénistes de l'époque l'expliquent largement113, l'anormal sous le mandat, n'est pas amoral, mais sale.

Haut de page

Notes

1 Henry Laurens, L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993.

2 Samir Kassir, Histoire de Beyrouth, Paris, Fayard, 2003, p. 31.

3 Ibid., p. 341.

4 Elizabeth Thompson, Colonial Citizens, Republican Rights, Paternal Privilege and Gender in French Syria and Lebanon, New York, Columbia University Press, 2000, p 73.

5 Christelle Taraud, La prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris, Payot, 2003.

6 Alain Corbin, Les filles de noces, Paris, Aubier, 1978.

7 Jacques Solé, L'âge d'or de la prostitution de 1870 à nos jours, Paris, Plon, 1993.

8 Alain Corbin, op. cit., p 25.

9 Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution de la ville de Paris, Paris, Baillère et Fils, 1836.

10 Nessim Znaien, « La France, le Levant et les femmes, ou la difficile mise en place d'une politique sociale mandataire », mémoire de Master 1, dir. par Vincent Joly, Rennes, Université Rennes 2, soutenu en 2008.

11 Procès-verbaux de la commission permanente de la SDN, 31-33 sessions, Syrie-Liban, Travail des femmes, XXXIII-42, 1937.

12 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1974.

13 Jens Hanssen, Fin de Siècle, Beirut, The making of an Ottoman Provincial Capital, Oxford, Clarendon Press, 2005, p. 209.

14 Catherine Zilfi, Women and slavery in the late ottoman empire, Londres, Cambridge university press, 2010, p. 199.

15 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 15-70 : « Gender roles within households changed, causing anxiety and contributing to the emergent crisis of paternity », p. 31.

16 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 63.

17 Jean Jousselin, Enquêtes sur la jeunesse délinquante et la prostitution au Liban, Beyrouth, Librairie catholique, 1933, p. 27.

18 Ibid.

19 Société des nations, traites des femmes et des enfants, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

20 Christelle Taraud, op. cit., p. 66.

21 Ibid., p. 69.

22 Vù Trong Phung, Luc Xi, Prostitution and Veneral Diseases in Colonial Hanoi, Honolulu, University of Hawai Press, 2011, p. 63, cité par Isabelle, Tracol-Huynh, Genre, sexualité et Société, n° 7, 2012.

23 Christelle Taraud, op. cit, p. 81.

24 Ibid., p. 85.

25 CADN, Dossier stupéfiants, alcoolisme, prostitution, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

26 Christelle Taraud, op. cit., p. 128.

27 Samir Kassir, op. cit., p. 473.

28 Administrateur de la ville de Beyrouth au Gouverneur du Grand Liban, 23 Juillet 1921, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.

29 Christelle Taraud, op. cit, p. 186.

30 Samir Kassir, op. cit, p. 319.

31 « Blanches, noires, grecques, égyptiennes, soudanais, syriennes et libanaises » témoignage de Max-Pol Fouchet reproduit dans Farès Sassine et Ghassan, Tuéni El Bourj, place de la liberté et porte du Levant, Beyrouth, Dar an-Nahar, p. 125. Kassir, p. 472-473.

32 Omar Boustany, « les dames du temps jadis », dans « Ah qu’il était joli le Liban de papa », dossier de l’Orient-Express, n°14 Janvier 1997.

33 Christelle Taraud, op. cit., p. 66 et suivantes.

34 Selim Haiddar, La prostitution et la traite des femmes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1937, p. 268.

35 Selim Haiddar, op. cit., p. 132.

36 Pierre Benoit, La châtelaine du Liban, Paris, édition du livre de Poche, 1924.

37 Ibid., p. 47.

38 Isabelle Tracol-Huyn, « Filles publiques, maisons closes et quartier réservé. La gestion de la prostitution dans la ville de Hanoi à l'époque coloniale », Communication orale in 4e congrès du réseau Asie et Pacifique, 2011, p. 4.

39 Jean Jousselin, op. cit., p. 38.

40 Société des nations, traite des femmes et des enfants, CADN, Fonds Beyrouth, carton n°1441.

41 Réglementation des artistes de Music-hall en résidence dans les territoires, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1406.

42 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, XXXXIVe-XXXVIIe, 1938-1939, Syrie-Liban, Enlèvement de femmes, XXXVI-231. Sur la question, voir Ann-Laura Stoler, La Chair de l'Empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013, p. 92-93.

43 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.

44 CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 289.

45 Lettre du directeur de la Sûreté générale, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 71.

46 Gérard D. Khoury, Une tutelle coloniale. Le mandat français en Syrie et au Liban. Écrits politiques de Robert de Caix, Paris, Belin, 2006, 536 p.

47 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, XXXIe-XXXIIIe, 1932-1936, Syrie-Liban, Travail des femmes, XXXIII-42.

48 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, Syrie et Liban : Administration, Enregistrement des mariages, XXIX, 110.

49 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, XXIe-XXXe, 1932-1936, Syrie-Liban, Administration, Enregistrement des mariages, XXIX-110.

50 Enquête sur la traite des femmes en Orient et en Extrême-Orient, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

51 Jean Jousselin, op. cit.

52 Note de Gabriel Puaux, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 596.

53 Capitaine Issemnann au colonel Clément, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 289.

54 Les associations de médecins signent une pétition en 1932 demandant la fermeture des maisons de tolérance. Jean Jousselin, Enquêtes sur la jeunesse délinquante et la prostitution au Liban, Beyrouth, Libraire Catholique, 1933, p. 30.

55 Selim Haiddar, op. cit., p. 7.

56 Catherine Mayeur-Jaouen, « Les débuts d'une revue néo-salafiste : Muhib al-dîn al-Khatib et Al Fath de 1926 à 1928 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 95-98, avril 2002, p. 227-255.

57 Al Fath, numéro 192, 27 mars 1930.

58 Catherine Mayeur-Jaouen, art. cit.

59 Lettre du Patriarche maronite au Haut-Commissaire sur l’immoralité et les jeux de hasard, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 596.

60 Leyla Dakhli, « Beyrouth-Damas, 1928 : voile et dévoilement », in Le Mouvement Social, 2010/2 n° 231, p. 124.

61 Elizabeth Thompson, « Le mouvement féminin et l'essor de l’État providence colonial en Syrie (1920-1946) », in Clio, Histoire, Femmes, Sociétés, n° 33, « Colonisations », 2011, p. 110.

62 Elizabeth Thompson, art. cit., p. 117.

63 Ibid., p. 112.

64 Lord Lugard signale ainsi avoir reçu, « au sujet des maisons de tolérance de Syrie, de nombreuses lettres émanant d’organisations féminines qui réclament l’abolition de cette institution ». Procès-verbaux de la commission permanente des mandats n 4, XXIe-XXXe, 1932-1936, Syrie-Liban, Administration, Enregistrement des mariages, XXIX, 110.

65 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats n°4, XXIe-XXXe, 1932-1936, Syrie-Liban, Administration, Enregistrement des mariages, XXIX, 110.

66 Elizabeth Thompson, art. cit., p. 109.

67 Ibid.

68 Ibid., p. 115.

69 Ibid., p. 117.

70 Patriarche d’Antioche à Emile Eddé, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 596.

71 Samir Kassir, op. cit., p. 310.

72 Alain Corbin, op. cit., p. 25.

73 Catherine Zilfi, op. cit., p. 199.

74 Enquête sur la traite des femmes en Orient et en Extrême-Orient, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

75 Lettre de l’avocat du gouvernement au conseiller du gouvernement, 21 septembre 1923, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.

76 Note du Haut-Commissariat, du 11 Décembre 1931, Enquête sur la traite des femmes en Orient et en Extrême-Orient, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

77 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.

78 Ibid.

79 Alain Corbin, op. cit.

80 Note sur le projet de règlement de la Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.

81 Selim Haiddar, op. cit., p. 75.

82 Jean Jousselin, op. cit., p. 33.

83 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 63.

84 Ibid., p. 65.

85 L’information de la sûreté aux armées en 1945 signale par exemple la présence d’une espionne allemande déguisée en artiste, dans la ville de Mardine (Turquie), CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 71.

86 Lucien Le Saint, « Prostituées et soldats de l’armée française (Libanais et Français) devant des maisons closes », Musée Albert Kahn, Archives de la planète, 1919. Samir Kassir, Histoire de Beyrouth, Paris, Fayard, 2003, p. 473.

87 Note de service réglant le fonctionnement des maisons de tolérance, Cilicie, Djihan, Affaires politiques et administratives, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 289.

88 Jean Jousselin, op. cit., p. 44.

89 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.

90 Christelle Taraud, op. cit., p. 245.

91 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 77.

92 Ibid.

93 Elizabeth Thompson, op. cit., p. 164.

94 Ibid, p. 78.

95 Procès-verbaux de la commission permanente des mandats, Administration, Syrie-Liban, Enregistrement des mariages, XXIX, 110.

96 Samir Kassir, op. cit., p. 324.

97 Police des mœurs, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 2435.

98 Christelle Taraud, op. cit., p. 66.

99  Société des nations, traites des femmes et des enfants, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

100 Alcoolisme, stupéfiant, prostitution, Délégué du Haut-commissariat à Monsieur le Haut-Commissaire de la République Française, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

101  Elizabeth Thompson, op. cit., p. 87.

102  Conférences sur les maladies vénériennes, CADN, Fonds Beyrouth, carton n° 3003.

103 Article 68 et 69 de la loi du 11 Février 1931.

104  Jean Jousselin, op. cit., p. 25.

105 Ibid.

106 CADN, Dossier stupéfiants, alcoolisme, prostitution, Fonds Beyrouth, carton n° 1441.

107 Elizabeth Thompson, art. cit., p. 122.

108 Christelle Taraud, op. cit., p. 215.

109 Ibid., p. 220 et suivantes.

110 Leyla Dakhli, art. cit., p. 129.

111  Pierre La Mazière, Partant pour la Syrie, Paris, Librairie Baudinière, 1928, 224 p., cité dans Anne-Lucie Chaigne-Oudin, La France et les rivalités occidentales au Levant, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 130.

112  Cesare Lombroso, L'homme délinquant, Paris, Ancienne librairie germaine Baillière, 1876 et Alexandre Lacassagne, Les archives de l'anthropologie criminelle, Paris, Masson et Compagnie, 1886-1914.

113  Selim Haiddar, op. cit., p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nessim Znaien, « La prostitution à Beyrouth sous le mandat français (1920-1943) », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 08 octobre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1781

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page