Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Le féminisme au risque de la misandrie. Etude sur les rapports aux hommes dans le Mouvement de libération des femmes en France : 1970-1980 », Master 1, sous la direction de Xavier Vigna et de Philippe Poirrier, Université de Bourgogne.

Colette Pipon

Texte intégral

1 « Je ne suis pas féministe, parce que je n'en veux pas aux hommes. » Émise par une ancienne militante du Planning familial, engagée dans la lutte pour l'égalité hommes-femmes dans les années 1970, cette assertion interpelle. Afin de comprendre les raisons de la persistance d'un amalgame entre féminisme et haine des hommes dans la société française, ce mémoire interroge l’hypothèse d’une misandrie travaillant le Mouvement de libération des femmes. Intitulé Le féminisme au risque de la misandrie, il se concentre sur l'étude des rapports aux hommes dans ce mouvement.

2 Marquées par une relation conflictuelle entre militantes et militants féministes, les années 1970 sont aussi le temps d'une remise en question de l'ensemble des rapports des femmes aux hommes, à la fois dans l'entourage familial, amical et amoureux, et plus globalement avec toute la société patriarcale. Cette étude s'appuie ainsi principalement sur des témoignages écrits et oraux de femmes ayant participé au mouvement féministe dit de la seconde vague. Analyser les discours et les pratiques féministes en explorant les sujets sensibles abordés dans le cadre du mouvement, tels que l'avortement, le viol, les violences conjugales, les relations de couples ou encore l'homosexualité, permet de comprendre ce qu'ils engendrent comme tensions dans ces rapports et dans quelle mesure le mouvement a pu les infléchir, les modifier ou non.

3 De nombreuses interrogations émergent alors. Peut-on effectivement déceler des formes de misandrie dans ces discours et pratiques, et si oui lesquelles ? Qu'est-ce qui la susciterait ? Quelles sont ses conséquences et qu'implique-t-elle en termes de conflits au sein du Mouvement ? Enfin, quels sens et importance lui donner ?

  • 1 GROULT Benoîte, in MONTREYNAUD Florence, Le Féminisme n'a jamais tué personne, Québec, Les grandes (...)

4 Cette recherche soutient l'hypothèse préalable selon laquelle le contexte de domination masculine – institutionnalisée par le système patriarcal fondamentalement misogyne – peut être à l'origine de la misandrie. Au contraire de la misogynie – sentiment irrationnel de haine ou de mépris vis-à-vis des femmes, qui serait le résultat d'une peur de la femme, née de son pouvoir procréateur – celle-ci se présente alors comme une « haine-réponse », qui peut être expliquée par le contexte patriarcal et dirigée vers tout homme qui aurait des comportements oppressifs. Ainsi la société misogyne produirait inévitablement de la misandrie dans la mesure où la haine engendre la haine et la violence génère la violence. Par ailleurs, la misandrie n'a pas les mêmes conséquences que la misogynie. En effet, si cette dernière est responsable d'actes violents envers les femmes pouvant aller jusqu'à la mort, et socialement longtemps considérés normaux, comme le viol, les violences conjugales ou encore l'excision, en revanche, « le féminisme n'a jamais tué personne. »1 Toutefois, si les féministes refusent la violence physique, elles pourraient avoir eu recours à différentes formes de violences symboliques dont il s'agit de prendre la mesure.

5 Saisir le contexte de domination masculine dans lequel émerge le M.L.F. permet donc de comprendre à la fois les positions et les implications du féminisme et d'analyser les points nodaux de la lutte des femmes dans les années 1970, où se cristallisent les tensions les plus vives. Les utopies féministes radicales, les dénonciations des figures masculines ou encore les pratiques à distance des hommes constituent les prismes au travers desquels nous analysons l’hypothèse misandre, pour en souligner l’impasse finale. Par là, nous proposons d’enrichir également les explications du déclin du mouvement à la fin des années 1970.

Haut de page

Notes

1 GROULT Benoîte, in MONTREYNAUD Florence, Le Féminisme n'a jamais tué personne, Québec, Les grandes conférences, 2004, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Pipon, « « Le féminisme au risque de la misandrie. Etude sur les rapports aux hommes dans le Mouvement de libération des femmes en France : 1970-1980 », Master 1, sous la direction de Xavier Vigna et de Philippe Poirrier, Université de Bourgogne. », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1763

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page