Navigation – Plan du site
Articles

Des liaisons dangereuses ? Réseaux hérités, supposés et déguisés d’une nonne vénitienne au XVIIe siècle

Francesca Medioli

Résumés

L’article propose une analyse nouvelle du parcours biographique de soeur Arcangela Tarabotti (1604-1652), entrée au couvent vénitien de Sant’Anna à l’âge de treize ans pour y demeurer toute sa vie. Malgré ses origines sociales plutôt modestes, malgré la contrainte de la clôture et un environnement peu propice à la création intellectuelle, Tarabotti parvient à acquérir une place de choix au sein des milieux littéraires du XVIIe siècle. Elle déploie en effet un discours sociopolitique particulièrement radical (« proto-féministe »), notamment à l’égard de la situation des femmes : la Tirannia paterna (puis Semplicità ingannata), le Paradiso monacale (1643), l’Inferno monacale (publié en 1990 seulement), Che le donne siano della spetie degli uomini, 1651), etc. Afin de comprendre cette trajectoire exceptionnelle, l’auteure procède, grâce un important dépouillement d’archives très dispersées, à reconstituer successivement trois réseaux différents : d’abord celui de la famille naturelle de Tarabotti, ensuite celui de sa famille religieuse et enfin celui de sa famille intellectuelle, à savoir les cercles des libertins érudits italiens, autour de l’Accademia degli Incogniti de Venise, mais aussi français. L’étude cherche à mettre en lumière les manières dont Arcangela Tarabotti a réussi à mobiliser ces différents liens et, par là, à constituer son propre réseau. Celui-ci lui permet d’échapper, du moins en partie, à la condition monacale qui lui a été imposée par sa famille naturelle, et de d’accéder, à travers sa correspondance mais aussi la publication imprimée de ses ouvrages, à l’univers masculin des lettres, qui lui accorde une reconnaissance certaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est le fruit d’un séminaire donné à l’Université Paris VII–Diderot, dans la série du Ma (...)

On pourrait parler d’un miracle, sinon d’un happy end partiel1. Comment fut-il possible pour sœur Arcangela Tarabotti, née à Venise en 1604, morte en 1652, de devenir une écrivaine et de tisser un réseau de correspondants en Italie comme en France, alors qu’elle n’avait reçu aucune instruction formelle, ne savait presque pas le latin et pas le français ? Et ceci, alors même qu’elle fut placée, contre son gré, à l’âge de treize ans, à Sant’Anna, un couvent modeste, sans liens de patronage particuliers et sans jamais sortir de la clôture, entourée de femmes d’un niveau culturel modeste. Tel est le problème général qui me préoccupe depuis quelques années.

  • 2 René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Genève, Slatskine, 200 (...)
  • 3 Francesca Medioli, L’Inferno monacale di Arcangela Tarabotti, Turin, Rosenberg e Sellier, 1990, p.  (...)

Contre toute attente, sœur Arcangela bâtit en autodidacte, selon ses dires, une solide culture à travers un réseau de libertins érudits de la célèbre académie littéraire des Incogniti de Venise - le milieu le plus anticonformiste d’Italie2. De plus, elle écrit et publie des livres en des temps où les femmes devaient garder le silence - d’autant plus les religieuses puisqu’elle n’écrit pas des œuvres de dévotion ou de spiritualité -, et qu’elle est l’auteure de « pamphlets politiques » sur la condition des femmes de son époque3.

  • 4 Donna Arcangela Tarabotti, Paradiso monacale libri tre con un soliloquio a Dio, Venise, Guglielmo O (...)
  • 5 Tarabotti, L’Inferno, op. cit. : « Il testo », p. 5-107 ; Medioli, L’Inferno, op. cit., « Introduzi (...)

Dans le Paradiso monacale (1643), elle souligne presque à chaque page que le monastère est un paradis sur terre, à condition d’y entrer de son propre gré4. Dans l’Inferno monacale, resté à l’état manuscrit jusqu’en 1990, la vie au cloître est présentée de façon claire et nuancée. Y sont décrites les difficultés de la cohabitation forcée entre des femmes de couches sociales différentes et de niveau culturel inégal, ayant cependant en commun un destin imposé, et partageant des conditions de vie difficiles5. On pourrait presque parler d’un reportage avant la lettre d’une journaliste du XVIIe siècle.

  • 6 D.A.T., Contro il lusso donnesco, satira menippea del sig. Franc. Buoninsegni con l’Antisatira, Ven (...)
  • 7 Francesca Medioli, « Tarabotti fra omissioni e femminismo : il mistero della sua formazione », in A (...)
  • 8 Sur l’épisode survenu en 1606 (le gouvernement vénitien refusant de délivrer deux prêtres coupables (...)

Les titres de ses œuvres sont tous révélateurs d’une volonté toute politique de dénoncer la condition faite aux femmes. Même dans ses textes les plus ironiques, Arcangela défend les femmes, qu’il s’agisse de leur droit au luxe et à la mode (Antisatira in favore del lusso donnesco, 1644) ou de leur droit d’appartenir à la même espèce – l’espèce humaine – que les hommes (Che le donne siano della spetie degli uomini, 1651)6. Elle soutient l’égalité entre les sexes, le droit d’étudier, de travailler et de consentir au mariage aussi bien que de rester célibataire sans être enfermée dans un couvent7. Le contexte particulier dans lequel elle vit joue un rôle important dans sa liberté partielle : à Venise, à l’époque de la crise profonde de l’Interdit (1606), tous les frondeurs sont les bienvenus8.

  • 9 Benedetto Croce, « Appunti di letteratura secentesca inedita e rara », La critica, III, VI, 1929, p (...)
  • 10 Claire Le Sage, « Femmes des Lettres à Venise au XVIe et XVIIe siècles : Moderata Fonte, Lucrezia M (...)
  • 11 Tarabotti, Lettere familiari e di complimento, Venise, Guerigli, 1650 ; Ead., Semplicità ingannata, (...)
  • 12 Emilio Zanette, Suor Arcangela Tarabotti monaca del Seicento veneziano, Venise-Rome, Istituto per l (...)
  • 13 Francesca Medioli, « Alcune lettere autografe di Arcangela Tarabotti : autocensura e immagine di sé (...)

Découverte par Benedetto Croce9, Arcangela Tarabotti est reconnue de nos jours comme une proto-féministe réputée et une écrivaine de grand talent10. Toutes ses œuvres ont été récemment republiées en édition critique en italien et en anglais11. Mais il n’existe qu’une seule monographie sur elle, désormais datée12. Un nouveau regard sur les sources conservées aux Archives de Venise donne actuellement des résultats qui éclairent d’un jour inédit sa biographie et l’histoire de sa famille13.

Je voudrais ici m’arrêter sur les réseaux dont elle dispose en mettant en relation les trois milieux auxquels elle a appartenu aux différentes étapes de sa vie : sa famille naturelle constituée des hommes et des femmes de sa parenté agnatique et cognatique ; sa famille religieuse exclusivement féminine ; sa famille d’élection intellectuelle enfin, composée presqu’entièrement d’hommes.

  • 14 Medioli, « Tarabotti fra omissioni », art. cit., en part. p. 227-230.
  • 15 Ead., « Alcune lettere », art. cit., en part. p. 152, où dans le manuscrit Tarabotti compare les no (...)

Mon analyse repose sur l’utilisation de sources variées : les papiers de son monastère, l’inventaire post mortem de son frère, les testaments et les actes notariés, les registres paroissiaux des baptêmes et des décès ainsi que son texte le plus compromettant, l’Inferno. Ses Lettere familiari e di complimento (1650), publiées à l’apogée de sa carrière d’écrivaine, complètent le tableau documentaire. Quelques précautions doivent être prises quant à l’usage de ces ouvrages : l’Inferno est un manifeste politique ; les Lettere sont le fruit d’une sélection et d’une autocensure et constituent surtout une opération littéraire de construction de soi14. En comparant ses lettres imprimées avec celles qui sont restées manuscrites, on comprend en effet ce qu’elle et son éditeur considéraient comme ‘publiable’15. Le caractère manuscrit de l’Inferno, qui lui garantit une circulation limitée, lui permet de s’expimer avec plus de liberté.

  • 16 Tarabotti, L’Inferno, op. cit., p. 102.

Arcangela Tarabotti avait d’excellentes raisons d’être en mauvais termes avec sa famille naturelle, qui l’avait enfermée contre sa volonté16. Au sein du couvent, elle avait toutefois réussi à se créer des relations amicales. Face à ces deux milieux imposés, elle avait choisi, bâti et cultivé sa famille intellectuelle avec détermination, tissant des liens d’amitié et de correspondance aussi bien que d’alliance et de loyauté. Elle avait donc réussi à devenir ce qu’elle voulait être : une écrivaine à succès.

Quelles étaient alors ses relations avec les membres de ses trois « familles », très différentes les unes des autres dans leurs mécanismes, leurs fonctionnements et leurs règles ? Quelles implications avait la distinction de genre ? Et quels étaient les réseaux - déclarés et légitimes ou non - qui reliaient ces trois milieux, s’il y en avait ?

Arcangela Tarabotti exerça un choix constant, toute sa vie durant, entre les membres de toutes ces familles, entre ceux et celles qu’elle aimait et à qui elle vouait toute son amitié loyale et fidèle, sans distinction de sexe, d’état ou de rôle, et ceux et celles à qui elle réservait sa plume caustique ou bien la pire de toutes les insultes, le silence. Mais le silence, on le verra, représentait en même temps une arme pour se protéger contre des dangers très réels.

Famille naturelle : le réseau hérité

  • 20 ASPVE, S. Pietro, Baptêmes, R.7, f°36; ASPVE, Ibid., R.8, f°62v. Cf. Zanette, Suor Arcangela, op. (...)
  • 21 Tarabotti, L’Inferno, op. cit., p. 49, 60 ; Ead., Lettere, op. cit., p. 164-165 et 241-242 ; cf. Fe (...)
  • 22 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 172, 246, 250.
  • 23 Ibid., p. 178-179.
  • 24 Ibid., à Giacomo Pighetti : p.119, 139-140, 171-173, 178-179, 245-246, 247-249.

Dans la correspondance publiée, Tarabotti n’adresse que deux lettres sur un total de 256 à ses sœurs Angela et Caterina, qui étaient restées célibataires « al secolo20 », une condition qui était presque pire que celle de religieuse. Même si elles pouvaient se promener (presque) librement dans la ville ou choisir leurs amies, elles étaient à la merci de frères et de parents, dont elles devenaient souvent les servantes21. Sœur Arcangela est ambivalente vis-à-vis ses sœurs. L’une d’entre elles est totalement absente des Lettere, l’autre fait une courte apparition au moment des adieux, dans les lettres qu’Arcangela adresse à son mari, Giacomo Pighetti, avec qui elle a un lien privilégié, dont témoignent sept lettres qu’elle lui écrivit22. Il s’agit d’une correspondance à caractère intellectuel : Pighetti s’intéresse à ses œuvres, il est membre de l’Académie des Incogniti, a sans doute a été l’un des traits d’union entre celle-ci et Arcangela23. Les lettres parlent de joutes littéraires entre écrivains, d’autorisation de publications, de manuscrits volés, tous des sujets qui intéressent Arcangela tout au long de sa vie24. Pighetti est donc à considérer comme un membre de sa famille intellectuelle encore plus que de sa famille naturelle.

  • 25 ASPVE, S. Margherita, Baptêmes, R. 5 (1631-1651), f°109; f°118; ASPVE, S. Nicolò, Baptêmes, b.4 (...)
  • 26 ASPVE, S. Nicolò, Baptêmes, b.3 (1631-1649), f°n.n ; ASPVE, S. Nicolò, Baptêmes, b.4 (1649-1655), f (...)
  • 27 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 134, 198.

Ses affinités n’étaient pas dictées par les liens de sang ou de sexe à l’intérieur de la famille. Un silence total frappe sa belle-sœur, Lucietta Tarabotti née Torre, l’autre beau-frère, le médecin Francesco Dario aussi bien que sa femme. Il touche également l’autre sœur d’Arcangela, jamais citée dans ses lettres, et encore les enfants de Dario et de Pighetti, sans aucune distinction de sexe25. Il ne s’agit sans doute pas de la rancune de la sœur nonne, vouée par son institution à une stérilité ‘professionnelle’, à l’égard de ses sœurs qui ont eu la chance de devenir mères, car les quatre enfants de son frère Lorenzo non plus ne sont jamais mentionnés26. Et pourtant, dans sa correspondance, il est souvent question d’accouchements, de naissances ou des visites de nouveau-nés au couvent…27

  • 28 ASVE, Sanità, Necrologi, busta 831 (1603), f°239r. Cf. Volker Hunecke, Il patriziato veneziano alla (...)
  • 29 Massimo Livi Bacci, Storia minima della popolazione del mondo, Bologne, il Mulino, 1998, p. 21.

Un coup d’œil à la réalité de la famille Tarabotti permet de contextualiser en partie le regard d’Arcangela sur ses parents. Arcangela est baptisée en tant qu’Elena Cassandra le 24 février 1604. Sa famille appartient au cittadinat qui est la classe moyenne de Venise. Trois garçons l’ont précédée dont deux encore vivants28. C’était la condition idéale : une fille après trois garçons. Elle reçoit le prénom de la femme la plus importante de la « casa », son arrière-grand-mère. Mais le cycle de fécondité de sa mère continue et, malheureusement pour Elena Cassandra, suivent six autres filles et un seul garçon29. Cette prévalence de filles place Elena au sein d’une majorité féminine, l’aînée de sept jeunes filles, ce qui a de lourdes conséquences en termes d’éducation, de circulation de richesses et de partage.

  • 30 Medioli, L’Inferno, op. cit., p. 114-116.
  • 31 Ces informations se retrouvent, plus en détail, dans Medioli, « Arcangela Tarabotti : una famiglia (...)
  • 32 ASVE, N, T, Notaire Giovanni Antonio Mora, b. 627-639, 1674, f°1v ; ASVE, N, Atti (dorénavant A), N (...)
  • 33 Ibid., c.4r.

Le destin d’Elena Cassandra est scellé par son appartenance au sexe féminin, par son rang de naissance et par sa condition physique, puisqu’elle est boiteuse. Elle doit entrer au couvent. Elle est l’aînée et les pères vénitiens destinaient au mariage plutôt les cadettes : ainsi, l’argent de leur dot restait le plus longtemps possible dans la maison30. Ce sont donc les dernières - Lorenzina, née en 1613, et Innocenzia, née en 1617 – qui se marient31. Les dots qu’elles reçoivent pour leurs mariages dans le milieu des cittadini marquent le début de la ruine pour la famille Tarabotti. Lorenzina apporte à son mari, l’avocat Pighetti, l’équivalent de 3500 ducats en terrains, Innocenzia est dotée avec 4200 ducats en argent comptant, mais qui ne seront finalement payés à ses enfants qu’après la mort de son mari en 165132. Ce qui est atypique dans la famille Tarabotti, c’est que deux filles restent célibataires dans le siècle. Inquiète, leur mère, dans son testament du 1647, leur laisse autant d’argent que si elles étaient devenues nonnes « puisque [je] désire qu’elles puissent avoir au moins leur nourriture », c’est-à-dire une rente annuelle de 60 ducats33.

  • 34 ASVE, N, T, Notaire Mora, b. 627-639, 1674, f°1; cf. Emanuele Antonio Cicogna, Delle iscrizioni v (...)

En 1617, quand la famille déménage dans un autre quartier, à San Nicolò dei Tolentini, le père démarre une activité dans la production d’agents chimiques après avoir été été marchand et armateur. Le logis de la famille est alors rempli d’enfants et surtout de filles. La famille a une tradition et une mémoire propres, puisque les Tarabotti s’étaient établis depuis le début du XVIe siècle dans le « sestiere » de Castello, où ils possèdent un tombeau dans l’église de San Domenico, ce qui est un signe certain d’aisance et d’honorabilité34. On peut remarquer d’ailleurs la persistance de la mémoire familiale dans les prénoms choisis d’une génération à l’autre, qui reprennent de manière presque systématique ceux des familles paternelle et maternelle.

  • 35 ASPVE, S. Pietro, Baptêmes, R.2 (1568-1574), f°228 ; ASPVE, Archivio Segreto, Ordinazioni Priuli (1 (...)
  • 36 Tarabotti, Paradiso, op. cit, p. 38. Cf. Flavia De Rubeis, « La scrittura forzata. Le lettere autog (...)

C’est aussi une famille cultivée. Nous ne savons rien de l’éducation reçue à la maison par les enfants Tarabotti, mais l’écriture de sœur Arcangela est rapide et précise (illustration). Celle de son père Stefano montre qu’il avait reçu une véritable formation et nous savons qu’il avait un frère chanoine de la cathédrale35. La mère écrivait avec un ductus assez propre bien que peu élégant. La ressemblance de l’écriture des filles avec celle de la mère montre que cette dernière est la source de leur apprentissage, même si Arcangela dit dans son Paradiso être « une telle à qui on n’a jamais appris à écrire36 ».

Echantillons d’écriture de la famille Tarabotti: 1) Le père 2) La mère 3) soeur Arcangela 4) la soeur Angela, vieille fille au siècle Angela 5) la soeur Lorenzina mariée Pighetti Maffei 6) la soeur Caterina, vieille fille au siècle 7) la soeur Innocentia mariée Dario Bardellini Zanolli

  • 37 ASVE, N, T, Notaire Marcellini, f°4r.
  • 38 ASVE, Giudici del proprio, Serie Inventari, b. 369, n.34, Lorenzo Tarabotto, 12 marzo 1661, n.261. (...)
  • 39 Il y a mention du testament de Stefano Bernardino dans ASVE, Provveditori sopra i monasteri, b. 299 (...)

Il est très difficile de dire quels étaient les rapports affectifs entre la mère et ses filles ou entre les frères et les sœurs. Les documents autographes de la mère ne montrent aucune attention particulière à Arcangela. Dans son testament, elle n’est mentionnée que de manière froide : « À sœur Arcangela, nonne en Sant’Anna, je laisse 10 ducats pour une fois seulement37 ». Dans l’inventaire des papiers de la famille elle est nommée une seule fois, comme d’ailleurs ses sœurs mariées38. De même, on n’a aucune information sur le traitement que le père avait réservé à sa fille aînée39. Il semble tout de même que la complexité des rapports affectifs se confirmait dans les différences économiques qui se perpétuaient en famille entre ses membres, selon une logique de genre aussi bien que de statut. La hiérarchie suivie par Mme Tarabotti, en rédigeant son testament, restait celle partagée par tout le monde à l’époque : femme mariée, nonne, vieille fille dans le siècle…

Famille religieuse : le réseau supposé

  • 40 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 84.
  • 41 Ibid., p. 133 ; même concept, ibid., p. 170-171.

Aucune nonne n’est la destinataire des lettres de sœur Arcangela, ce qui est logique puisqu’elles vivaient ensemble dans le même couvent. Il faut néanmoins remarquer que, dans sa correspondance publiée, seules quatre religieuses sont citées sur un total d’environ 60 avec lesquelles l’auteure vivait depuis 30 ans. Deux ne sont que des figurantes anecdotiques dans des histoires concernant d’autres personnes. Et deux seulement occupent une place significative. La première, sœur Regina Donà, n’est citée qu’après sa mort, advenue le 31 mars 1645, à 36 ans, suite à une « fièvre de 17 jours », comme il est écrit dans le registre des décès de San Pietro. Arcangela annonce : « Avec le cœur mouillé de larmes, j’informe Votre Seigneurie de mon funeste malheur. Mon amie est morte, la très chère amie, celle qui pendant cinq lustres, toujours fidèle, était l’exemple de la véritable amitié40 ». C’est l’amie préférée d’Arcangela à qui elle ne cesse de rendre hommage : « Cette dame fut de très noble naissance, même issue de doges, elle était grande, de remarquable beauté et douée d’insignes vertus : elle me fut sœur en affection… elle mourut âgée de trente six ans à peu près41 ».

  • 42 ASVE, S. Anna, b.15, « B », f°1r, Notaire Lurano, 18 janvier 1642.
  • 43 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 156 ; à Betta Polani, p. 82, 82-83, 89, 105-106, 117-118, 133, 153 (...)
  • 44 Ibid., p. 153-155 ; cf. Medioli, « Tarabotti : una famiglia non detta », art. cit., sous presse.
  • 45 Ibid., p. 285, 82-83.
  • 46 Ibid., p. 118.
  • 47 Ibid., p. 57-58, 86-88, 141, 176 ; Tarabotti, Paradiso, op. cit., p. 6r-; cf. Medioli, « Alcune l (...)

La seconde religieuse évoquée est Betta Polani, un cas tout à fait particulier. Elle avait quitté le monastère de Sant’Anna avant sa profession solennelle en janvier 1647 et en récupérant entièrement sa dot de religieuse, après avoir pris l’habit en 1642 et être restée novice pendant cinq ans, contre toute règle de droit canon42. Elle n’était donc plus une consœur stricto sensu de Tarabotti, mais connaissait tout le monde dans le monastère et comprenait très bien ce qui s’y passait. Tarabotti peut donc compter sur une oreille avisée et peut ne pas être explicite dans ses affirmations ; par exemple, se plaignant de sa santé, elle lui écrivait dans une lettre : « Et maintenant je suis soignée avec peu d’affection et sans sel : vous m’avez comprise43 ». Elle partageait avec Arcangela la condition d’avoir été contrainte à entrer au couvent, mais elle avait su acquérir une liberté inconcevable pour une religieuse du XVIIe siècle. Bien qu’ayant eu la possibilité, en théorie, de trouver un mari, elle ne s’était pas mariée et a donc connu tous les problèmes des vieilles filles restés dans le siècle44. Dans ses lettres adressées à Betta, Arcangela continue le dialogue quotidien interrompu par la distance et par la nouvelle condition de son amie. C’est à Betta qu’Arcangela confia ses papiers quand elle eut peur de mourir45. Betta resta son amie préférée après la mort de Regina : « Assez, puisque mon affection pour Vous sera toujours plus solide qu’une montagne dans le vent ou qu’un roc dans la mer en tempête46 ». Surtout, selon ses dires, c’était grâce à Betta qu’elle avait réussi, par l’intermédiaire de Giovanni Polani, à contacter Giovan Francesco Loredan, le jeune chef de l’Académie des Incogniti, qui lui avait écrit une lettre très flatteuse publiée en tant que préface à son premier volume publié en 1643…47

  • 48 ASVE, S. Anna, b.17, fasc. « N. 17 », partie I, f°n.n., lettre de sœur Pepa Chosmi, converse, s.d.
  • 49 Silvia Evangelisti, « Ricche e povere. Classi di religiose nelle comunità monastiche femminili fra (...)
  • 50 Dizionario degli Istituti di Perfezione (dorénavant DIP), Roma, Edizioni Paoline, 1974-1997, vol.1- (...)
  • 51 Cf. « Pinzochere » par R. Guarnieri, DIP, vol.6, 1980, p.1.721-1.749, en part. p.1.726-1.727 et p.1 (...)
  • 52 Francesca Medioli, « An unequal law : nuns’ enforcement after the Council of Trent », in Christine (...)

Faire partie d’une famille religieuse accroît donc les possibilités et les relations, les rendant plus nombreuses et différenciées. Ce que l’on appelle ‘famille religieuse’ est une famille en théorie égalitaire du point de vue des destins personnels, des habits, des logements, de la nourriture, de l’argent et même du point de vue du genre, mais en réalité, elle est beaucoup plus hiérarchisée qu’une famille naturelle. Au couvent, la place de chacune dépend de sa charge et de l’ancienneté de sa profession solennelle. Les amitiés ne se tissent pas seulement au sein d’une même génération, comme le montre le cas de sœur Regina Donà, mais aussi selon des affinités plus larges, favorisées par l’ampleur de la communauté conventuelle, comme le montre le cas de soeur Claudia Polani, la tante de Betta. À l’intérieur des couvents on rencontre aussi des familles naturelles formées par des regroupements de tantes-nièces-cousines, etc. Par ailleurs, une frontière hiérarchique sépare les sœurs de choeur et les converses ; elle persiste tout au long de leur vie, même si elle n’empêche pas la naissance de liens d’amitiés, comme dans le cas de la converse Peppa Cosmi et de sœur Arcangela48. La hiérarchie sociale renforce aussi les clivages parmi les sœurs de choeur, selon la condition d’origine de leurs familles, selon leur appartenance au patriciat ou aux citadins49. En effet, les sœurs de choeur entraient au couvent avec une dot fixée par le Sénat vénitien à 1000 ducats. Elles devaient savoir lire pour l’Office et leur métier était de prier plusieurs fois dans la journée dans le chœur (d’où leur nom) pour leur ville, pour leurs parents, pour leurs amis : étant des vierges consacrées, leurs prières étaient considérées comme plus efficaces que les autres50. Les converses en revanche étaient de facto des servantes, apportaient une petite dot, entre 200 et 300 ducats, n’avaient pas l’obligation de savoir lire, leur Office était plus court, mais elles gardaient le privilège de pouvoir sortir du cloître pour faire les courses, du moins jusqu’à leur profession solennelle, tandis que toutes les sœurs de choeur étaient contraintes à la plus stricte clôture51. Il s’agissait d’une mesure spécifique aux femmes ab immemorabile, mise en place pour les contrôler d’un point de vue sexuel (comme le dit ouvertement la bulle du pape Boniface VIII, Periculoso, 1298). Le concile de Trente, dans sa dernière séance en 1563, l’avait étendu à toutes les religieuses, de tous ordres, y compris les tertiaires et, du moins en Italie après les bulles du pape Pie V, c’était ce qui faisait la différence52. Il s’agissait d’un véritable enfermement, protecteur parfois, la plupart du temps oppressif, et qui évidemment créait, parmi celles qui vivaient cloitrées sous sa loi, des liens d’amitié ou de rivalité et, en tout cas, des réseaux et des rapports – volontaires ou forcés - très forts.

  • 53 James C. Davis, A Venetian family and its fortune 1500-1900. The Donà and the Conservation of their (...)
  • 54 Medioli, « Tarabotti fra storia », art. cit., p. 263-265.

Tarabotti avait pris l’habit le 8 septembre 1620 avec Regina Donà « dalle Rose », appartenant à une très illustre famille patricienne, puisque Leonardo Donà, un cousin éloigné de son père, avait exercé la fonction de doge pendant l’Interdit lorsque Regina était toute petite53. Sœur Regina avait ainsi des relations très haut-placées avec des familles importantes du patriciat vénitien. Lorsqu’elle entre à Sant’Anna, elle y trouve une tante maternelle, sœur Maria Diana Foscolo, dont le nom religieux, choisi, rappelle celui d’une grand-tante de Regina, qui avait été la dernière abbesse perpétuelle de 1578 à 1610 (à l’époque où un scandale avait bouleversé la vie du couvent, quand en 1608, deux nonnes, dont une était enceinte, avaient pris la fuite)54. Le mariage de sa sœur avec un Malipiero avait valu à Regina une parenté avec Nicolosa Foscarini, une nonne très importante dans le couvent de Sant’Anna. Sœur Regina et sœur Nicolosa (tableaux n° 3 et 4) avaient à Sant’Anna un réseau puissant, reposant sur des liens de parenté avec les Barbarigo, les Malipiero, Da Mosto, les Foscarini, les Priuli, les Molin, toutes des familles patriciennes influentes qui comptaient dans leurs rangs plusieurs doges et hommes politiques à des époques plus ou moins éloignées.

  • 55 Marco Ferro, Dizionario del diritto comune e veneto, Venezia, Santini e figlio, 1847, vol. IV, « Do (...)
  • 56 ASVE, N, T, Notaire Giulio Ziliol, b.1.241, n.25, f°1r.
  • 57 ASVE, N, T, Notaire Giulio Ziliol, b.1.241, n.87, 31 avril 1607 ; Ibid., Notaire Aurelio Stella, b. (...)
  • 58 Cozzi, Venezia barocca, op. cit., en part. p. 113-175.

Un tel réseau de parenté était de la plus haute importance non seulement à l’intérieur du couvent au moment de l’élection de l’abbesse ou lorsqu’il fallait voter pour l’admission d’une nouvelle postulante. Il était fondamental même en dehors du couvent lorsqu’il fallait trouver de l’argent pour bâtir la nouvelle église ou demander une faveur personnelle. Par ailleurs, en dépit de tout vœu de pauvreté, la dimension économique restait un élément important55. Sœur Nicolosa Foscarini était ainsi une femme puissante en raison de sa richesse personnelle, ayant reçu un legs de 500 ducats de son frère Antonio, ancien ambassadeur en France et en Angleterre puis exécuté dans le cachot du Conseil des Dix en 1622 pour haute trahison56. En 1617, elle avait en plus reçu par le testament de son frère Alvise 20 ducats « pour une fois seulement », puis par celui de sa sœur Agnesina, morte en 1623, l’usufruit de toutes ses propriétés pendant deux ans et 20 ducats una tantum, et enfin par celui de sa sœur Caterina, morte en 1629, 10 ducats par an pendant toute sa vie57. Sœur Nicolosa était également une femme puissante à l’extérieur du couvent grâce à sa famille : son frère Antonio avait été considéré comme un martyr, notamment par le parti des frondeurs appélé les « Jeunes » et qui, depuis l’Interdit, s’opposait à Rome et à l’Espagne en faveur de la France, qui s’inspirait de lui58. Appartenant, comme son frère - et comme fra’ Paolo Sarpi -, à une génération antérieure, sœur Nicolosa constituait peut-être le vrai trait d’union entre Tarabotti et le milieu de son ami et patron Giovan Francesco Loredan (1606-1661), notamment grâce à la parenté de ce dernier avec les Priuli. Ce qui reste une hypothèse.

  • 59 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 277.

Enfin, il faut s’interroger sur les relations réelles à l’intérieur du cloître, entre Arcangela et ses sœurs en religion. Elle reste très discrète sur ce point. Dans une lettre publiée, elle admet : « peut-être que tout le monde ne m’aime pas, cela peut arriver » ; dans la même lettre elle affirme cependant qu’elle peut faire confiance à « [s]es nonnes », dont elle assure par ailleurs qu’elles ne pouvaient pas être responsables du bruit affirmant que Tarabotti n’avait pas écrit ses œuvres, puisque « toutes [la] voient avec leurs propres yeux le faire59 ». Taire ces relations, qui existaient bien, est tout à fait stratégique. On en a des témoignages indirects, comme dans le cas de sa consœur Elena Angelini, à qui Tarabotti aurait demandé de recopier pour elle les lettres qu’elle avait écrites à la grande-duchesse de Toscane Vittoria de’ Medici. Il suffit de comparer les échantillons d’écriture des deux nonnes pour se rendre compte que ces lettres furent écrites par sœur Angelini, dont l’écriture était beaucoup plus élégante que celle de sœur Tarabotti (illustrations).

  • 60 ASVE, S. Anna, b.52, f°n.n., 1er avril 1650.

Il y a d’autres preuves, directes : le 1er avril 1650, sœur Tarabotti déclare et signe avoir reçu « in prestido » de l’abbesse sœur Maria Diana Foscolo, tante de l’amie défunte Regina Donà, presque trente ducats, dont elle lui en rendit 10 le 5 mars 165160. Il n’existe aucune trace de tout cela dans les Lettere, où Arcangela ne fait jamais mention d’Angelini ou de Foscolo. Peut-être voulait-elle les protéger d’une trop grande proximité avec sa gloire assez dangereuse d’écrivaine peu orthodoxe. Quoi qu‘il en soit, très peu de nonnes de Sant’Anna apparaissaient dans sa correspondance publiée, ce qui donne l’impression qu’Arcangela habitait dans un monastère sans vraiment participer à ses activités : impossible de dire s’il s’agissait de la réalité ou plutôt de ce que Tarabotti voulait faire croire à ses lecteurs.

  • 61 Tarabotti, L’Inferno, op. cit., p. 55.
  • 62 Ibid., p. 32-33.
  • 63 Ibid., p. 31, 34, 35, 37.
  • 64 Ibid., p. 64.
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid., p. 102 ; Tarabotti, Paradiso, op. cit., p. 206.
  • 67 ASVE, Provveditori sopra i monasteri, b.265, f°n.n., 17 septembre 161 ; Medioli, « Tarabotti fra st (...)

Si, en plus, l’on utilise le récit de l’Inferno comme indicateur des relations entre religieuses, il faut admettre que la vie parmi ces femmes cloitrées, dont plusieurs n’avaient pas la vocation ne devait pas toujours être facile (Tarabotti parle en effet du nombre des nonnes contraintes « tanto superiore » au nombre des nonnes volontaires)61. Selon son récit, il y avait une forme de harcèlement des jeunes par les anciennes, qui devaient séduire et convaincre les filles de prendre le voile pour préserver la vie de leur monastère, devenant ainsi les complices des pères62. Arcangela dénie toute solidarité entre femmes : les mères sont les complices des pères aussi bien que les sœurs naturelles plus heureuses qui se marient, et que les sœurs en religion qui vivaient déjà l’enfer du monastère mais ne faisaient rien pour empêcher la ruine d’une autre63. En plus, s’il se trouve « deux jeunes filles, égales en fortune et peu différentes dans les apparences, du même âge, partageant les volontés et les idées, qui ont pris l’habit religieux en même temps64 » (transparaît ici l’allusion à son cas et à celui de sœur Regina), il se trouve aussi tout de suite d’autres nonnes « toutes livides par envie, anxieuses par curiosité, menteuses par tromperie » qui veulent les séparer65. Tarabotti mentionne dans le manuscrit de l’Inferno aussi bien que dans le Paradiso, publié en 1643, « deux très rusées renardes » qui l’ont calomniée sans spécifier toutfois à propos de quoi - cela devait être bien brûlant, pour en parler dans un texte comme le Paradis dans lequel Tarabotti tentait de s’afficher comme irréprochable…66 À vrai dire, la pratique de la calomnie et de la délation semble être monnaie courante. On peut citer le cas d’une lettre anonyme envoyée en 1618 du monastère de Sant’Anna, lorsque Tarabotti y était pensionnaire, aux Provveditori sopra i Monasteri (les magistrats laïques qui, depuis le début du XVIe siècle, étaient les gardiens de la morale des couvents vénitiens), qui dénonçait les rendez-vous à la porte de la «  caneva », la cave, entre des nonnes et des « monachini », des jeunes hommes appartenant au patriciat, ainsi appelés parce qu’ils courtisaient - et plus que cela - les religieuses67. Le tableau de la famille religieuse, plus rassurant d’abord, devient donc complexe et mêlé de sentiments aussi bien que de faits ambivalents, tout autant que dans la famille naturelle.

Famille intellectuelle : le réseau déguisé

  • 68 Cf. Carol Pal, Republic of Women. Rethinking the Republic of Letters in the Seventeenth Century, Ca (...)
  • 69 Natalia Costa Zalessow, « Tarabotti’s La semplicità ingannata and its twentieth century interpreter (...)

Forgée par des affinités qui qui reposent sur des liens de patronage et de protection, la famille intellectuelle de Tarabotti est la République des Lettres à laquelle elle voulait appartenir de tout son être. Il s’agissait d’un milieu construit, composé et dominé par des hommes, où les rares femmes écrivaines étaient considérées comme d’aimables exceptions, de petits miracles, ne devant obtenir en définitive que les miettes du pouvoir que les hommes leur abandonnaient68. Les liaisons que Tarabotti entretenaient avec ce monde étaient dangereuses, tout comme ses œuvres mêmes (sa Semplicità ingannata sera mise à l’Index en 1661)69.

  • 70 Le glorie de gli Incogniti, o vero gli huomini illustri dell’accademia de’ signori Incogniti di Ven (...)

Parmi les destinataires de ses Lettere figure presque une quinzaine de membres de l’académie des Incogniti70. Active depuis 1630, l’académie vénitienne se regroupait autour de Loredan, un patricien éminent grâce à sa fortune, ses liens de parenté, ses contacts éditoriaux, et qui publia les Lettere en 1653, un an après la mort d’Arcangela. Dans son œuvre, il lui adresse presque ouvertement (« Alla signora Arc. Tar., Sant’Anna ») - sept lettres, qui sont autant de réponses aux sept lettres qu’Arcangela lui avait adressées dans ses Lettere, publiées trois ans auparavant. La symétrie se prolonge : elle le faisait dédicataire du volume entier, il lui dédicaçait un « Libro », ou chapitre, dans le sien :

  • 71 Loredan, Lettere, p. 447.

Les autres dédicacent leur livres pour honorer leur patrons, et je consacre ceci à Votre Seigneurie, pour qu’il reçoive la réputation par les gloires de Votre nom. Voyez à quel degré d’estime est parvenue Votre vertu, puisqu’elle peut ajouter de la splendeur aux plus dignes écrivains de ce siècle71.

  • 72 Nina Cannizzaro, « Surpassing the Maestro : Loredano, Colluraffi, Casoni and the Origins of the Acc (...)
  • 73 Spini, Ricerca dei libertini, op. cit., p. 199.
  • 74 Laura Coci, « Venise est pleine de libertins et d’athées... », in Benzoni, dir., Girolamo Brusoni, (...)
  • 75 Tarabotti, Semplicità, op. cit., p. 380-385 ; Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 68.

Une telle protection valait à Tarabotti une véritable consécration et lui ouvrait d’autres horizons, sans doute moins licites pour une religieuse. L’académie des Incogniti comptait en effet parmi ses membres des sujets peu recommandables, comme l’écrivain Ferrante Pallavicino (1615-1644), un noble chanoine de Plaisance qui avait quitté son monastère de la Carità et était devenu un écrivain politique à grand succès72. Après avoir quitté Venise pour le mirage de Paris, il fut attiré dans un piège à Avignon et y fut exécuté en mars 1644, à cause de ses pamphlets contre le pape Barberini. Pour les Incogniti aussi bien que pour tous les libertins d’Europe, il devint le martyr de la génération postérieure à celle d’Antonio Foscarini, le frère de sœur Nicolosa73. Il n’est pas certain qu’il soit parmi les correspondants de Tarabotti puisqu’elle dissimule très souvent le nom du destinataire, « Al signor N. » (90 lettres sur 256, presque un tiers, dont les 5 lettres sur 6 sont adressées à des hommes), même s’il habitait à Venise depuis 1635 et était devenu le secrétaire particulier de Loredan74. Mais il y a du moins la certitude que Tarabotti lisait des livres à Ferrante, comme Il Corriero svaligiato, mis à l’Index dès 1646 mais publié clandestinement en 1641, puisqu’elle l’attaque dans sa Semplicità ingannata. Ou comme le Giuseppe (publié à Venise en 1637) sur lequel Tarabotti fit un jeu de mots dans une de ses lettres à Loredan pour dire qu’elle ne l’avait pas reçu75.

  • 76 Cf. l’art. « Girolamo Brusoni », in Gasparo De Caro, Dizionario biografico degli Italiani (dorénava (...)
  • 77 Girolamo Brusoni, Degli amori tragici, s.d.s.l [1658] ; et maintenant Emanuela Bufacchi, dir., Degl (...)
  • 78 Benedetto Croce, Le couvent de Baiano e un romanzo di Girolamo Brusoni, Nuovi saggi sulla lett. ita (...)

Dans la même catégorie des anonymes ‘Mss. N’, on trouve des lettres probablement adressées à Girolamo Brusoni (1614-1686), un ancien moine chartreux qui s’était trois fois évadé du couvent, s’était défroqué, marié et était devenu écrivain76. À Venise depuis 1639 et jusqu’à 1644, quand il fut emprisonné pendant un temps, il semblerait qu’ils aient eu des relations d’amitié mais elle n’avait pas apprécié son Turbolenze delle vestali (un roman presque pornographique pour l’époque, écrit entre 1640 et 1642, où l’on parle d’un personnage de vestale - en fait une nonne - lesbienne et écrivaine)77. Il répondit à son tour avec des insultes : « Elle est boiteuse dans son corps et dans son esprit, cette femme philophe d’Érèbe78 ».

  • 79 Cf. l’art. « Angelico Aprosio », in Alberto Asor Rosa, DBI, 1961, vol. 3, p.650-653.
  • 80 Angelico Aprosio, La biblioteca aprosiana, passatempo autunnale di Cornelio Aspasio Antivigilmi, Bo (...)

Le même schéma se répète avec l’augustinien fra’ Angelico Aprosio (1607-1681), dit le père Ventimiglia79. Lorsqu’en 1641-42, il arrive muni de sa célèbre collection de livres au couvent de Santo Stefano de Venise, c’est le coup de foudre intellectuel entre les deux. Elle lui envoie son Paradiso pour les annotations marginales (« farle le margini »), mais par la suite, à cause, semble-t-il, d’une réponse à son Antisatira, où il la nomme ouvertement, ils se disputent et Aprosio devient son ennemi80. Son nom est à nouveau dissimulé dans les Lettere par un anonymat transparent. Ces disputes littéraires, plutôt ennuyeuses pour des lecteurs d’aujourd’hui, ont l’avantage de témoigner de la présence réelle de Tarabotti dans le milieu des écrivains de son temps et de sa façon de se conduire dans ces querelles.

  • 81 Tarabotti, Paradiso, op. cit., p. 1-5 ; cf. « Corner, Federico », in Giuseppe Gullino, DIB, vol. 29 (...)
  • 82 ASVE, S. Anna, b.11, f°n.n.
  • 83 Susan Haskins, « Vexatious Litigants, or the case of Lucrezia Marinella ; New Documents concerning (...)
  • 84 ASVE, S. Anna, b. 10, f°n.n. ; b. 36, f°n.n., sur une jeune pensionnaire de la famille Savorgnan du (...)

Comme pour la famille naturelle et pour la famille religieuse, on remarque encore la même attitude et la même stratégie, à savoir les nombreux silences au sujet de certains membres de sa famille intellectuelle. Par exemple, le dédicataire de son premier livre publié, le Paradiso, est le patriarche de Venise Federico Corner, mais en dehors de la lettre placée au début de l’ouvrage, aucun document ne témoigne du fait qu’ils se connaissaient, aucun ne donne la raison de cette dédicace ou bien révèle comment elle avait réussi à obtenir l’autorisation de publication81. De même, parmi les sonnets composés pour Tarabotti dans le même volume, plusieurs sont dus à la plume du noble poète du Frioul Ciro di Pers, dont de nombreux poèmes manuscrits se trouvent dans les papiers du monastère de Sant’Anna82, et à celle de Lucrezia Marinelli, une écrivaine vénitienne de la génération précédente qui meurt très âgée en 165383. Aucune des lettres publiées par Tarabotti n’est adressée à Pers ou à Marinelli, qu’elle ne mentionne jamais ici, même s’il est certain qu’elle connaissait au moins les livres de Marinelli, cités dans ses textes, et très probablement Pers aussi, qui était membre des Incogniti84.

  • 85 Dictionnaire de biographie…, 1954, vol.VI, art. « d’Ismaël Bouilliau », p.1.367-1.368 ; Robert A. H (...)
  • 86 Dictionnaire de les présidents du Parlement de Normandie (1499-1780). Recueil génealogique biograph (...)
  • 87 Esneval, Une famille..., op. cit., p. 51.
  • 88 Jack Alden Clarke, Gabriel Naudé, 1600-1652, Hamden, Archon Books, 1970 ; Id., Lettres de Naudé à G (...)
  • 89 Tiziana Menegatti, « Ex ignoto notus ». Bibliografia delle opera a stampa edl Principe degli Incogn (...)

Enfin il y a ceux qui ne sont mentionnés nulle part dans ses lettres publiées, mais qui ont eu une part importante dans la vie et le succès de Tarabotti. Le cas le plus éclatant est celui d’Ismaël Bouilliau. Né dans une famille huguenote de Loudun, il s’était converti au catholicisme en 1624 et avait été ordonné prêtre en 1630, mais avait toujours été assez peu orthodoxe, surtout dans ses amitiés85. Correspondant de Galilei en raison de son intérêt pour l’astronomie, il était très lié aux familles de Thou et Dupuy ainsi qu’au milieu des libertins érudits dont, entre autres, l’ambassadeur de France à Venise Nicolas Bretel de Grémonville, ami de Tarabotti86. Boulliau était un intime de l’ambassadeur au point qu’il s’est rendu à Venise avec sa femme, Anne-Françoise de Grémonville, née Lomenie de Brienne87. Entre le 2 juillet 1645 et la mi-septembre 1646, à Venise, il fréquenta aussi bien le père Fulgenzio Micanzio, vieux disciple de Sarpi et ami de Galileo, et lui aussi passionné d’astronomie, les libertins français installés à Venise, tels que M. de Grammont, M. de La Boissière, M. de Fresne. Il fréquenta de même ceux qui y allaient en visite comme Gabriel Naudé, l’érudit et libraire du cardinal Mazarin, qui séjourna à Venise en novembre 1645 et encore en janvier 164688. À partir des lettres qu’il écrivait au sieur de Saint Saveur, Jacques Dupuy, également correspondant de Grémonville, on peut reconstruire son réseau sur place. Il était en contact avec le beau-frère de sœur Arcangela, déjà cité, l’avocat Giacomo Pighetti, à son tour membre des Incogniti depuis au moins 1634 et très intime du patricien et intellectuel Domenico Molin, dont il gardait le portrait chez lui89. Boulliau écrivait à ce propos :

  • 90 Bibliothèque Nationale de France (BNF), Collection Dupuy, Ms. 18, f°20-21, Venise, le 14 octobre 16 (...)

J’ay obligation à ce seigneur [Giovanni Nani, le procurateur de San Marco en chef de la Biblioteca Marciana] qui, ayant sceu par un advocat appellé l’Illustrissimo Pighetti, que je desirais transcrire ce livre [Dydicus, De plantis], il lui a dit qu’il me le ferait donner90.

  • 91 Henk Nellen, Philippe J. Wolfe, « Un échange épistolaire de la ‘République des Muses’ : onze lettre (...)

Boulliau était entré en contact avec la nonne de Sant’Anna grâce à son beau-frère Pighetti, ou grâce aux Grémonville. Même s’il n’y a pas trace de Tarabotti dans ses lettres à Dupuy, nous savons que Boulliau connaissait personnellement Tarabotti, l’ayant rencontrée avec Naudé. Celui-ci lui écrivait le 13 avril 1646, après son retour à Paris : « Obligez moy de faire mes tres humbles baisemains à Messieurs vos gentilhommes et damoiselles et alla signora Tarabotti, alla quale et a V.S. baccio caramente le mani91 ».

  • 92 Armand Baschet, Les archives de Venise. Histoire de la chancellerie secrète, Paris, Plon, 1870, p.  (...)
  • 93 Zanette, Suor Arcangela, op. cit., p. 410.

Nous savons aussi qu’en 1648, craignant qu’on lui ait volé son manuscrit de la Semplicità ingannata, Tarabotti avait demandé l’aide de Louis de Matharel, le résident de France à Venise92. Ce dernier s’était à son tour adressé à Boulliau pour en savoir plus. Le 15 mai 1649, donc bien avant la publication des Lettere de Tarabotti, Matharel écrivait à Boulliau93 :

  • 94 BNF, Fonds Français, Ms. 13038 (MF34872), f°103r.

La signora Tarabotta que vous connaissez pour une des virtuose d’Italie est en peine d’une sienne composition qu’elle avait confié au secretaire (nommé Colisson) de la marquise de Gallerande pour la faire imprimer en France, craignant ou qu’il lui est perdue ou que il lui est mis en lumiere souct autre nom que le sien et traduit en notre langue. Je vous prie, Monsieur, en consideration de cette scavante fille et du merite de ses vertu, de vouloir prendre la peine de vous informer sy, depuis un ans, il ne s’est pas imprimé à Paris ou à Lion un livre intitulé la Simplicità ingannata qui traict de la tirannie des pères en vers les enfants et de celle particulierement dont vous savez en ce pay-cy à les faire religieuses par force94.

Boulliau s’était activé pour confirmer que rien de si terrible ne s’était passé. On comprend par une lettre que l’ami d’autrefois de feu Grémonville, Boulliau, s’était réservé de faire publier le livre d’Arcangela en intéressant un autre « amy » inconnu et puissant - peut-être Dupuy lui-même ? -, puisque le 4 septembre 1649 Matharel lui écrivait :

  • 95 Ibid., f°149r-150v.

Je n’ay pu encore voir la signora Tarabotta pour prendre d’elle les informations d’elle mesme que votre amy en desire. Je croy qu’elle n’est pas sy consommée en l’humilité religieuse qu’elle ne soit bien aise de faire mise soubs la presse et ses belles qualités en lumiere95.

Et dans la lettre suivante, datée 28 septembre 1649, en envoyant les informations demandées, Matharel lui explique ouvertement quels étaient les dangers d’une telle publication en Italie et les raisons de la poursuivre ailleurs, grâce au soutien de M. Boulliau en personne :

  • 96 Ibid., f°158r.

Vous aurez dans le papier cy ioint, que la signora Arcangela Tarabotta me vient d’envoyer, l’information que vous avez desiré touchant la personne, les qualités et son esprit et de ses estudes et le nombre des livres qu’elle a mis au monde. Elle est impressée de faire imprimer à Paris celuy qu’elle avoit composé soubs le titre de Tirannia paterna et que la crainte de l’Inquisition luy a faict changer en celuy de Simplicità ingannata et parce qu’elle craint encore que, nonobstant cet adoucissement, ces Messieurs n’en voulussent pas permettre icy l’impression, elle me prie de sauvoir de vous sy cela se pourroit obtenir plus aisement en France, et sy vous n’auriez point de repugnance à vous charger du soing de la faire mettre sous la presse96.

  • 97 Ibid., f°197r.
  • 98 Ibid., f°199r.
  • 99 Cf. Catalogus variorum et insignum in quavis facultate, materia et lingua librorum Bonaventurae et (...)
  • 100 BNF, Dupuy, Ms. 18, f°217v.
  • 101 ASPVE, S. Pietro, Décès, R. 7, f°24v. Cf. Lynn Lara Westwater, « A Rediscovered Friendship in the R (...)

La correspondance entre Matharel et Boulliau se ralentit pendant l’hiver en raison d’un séjour à « la campagne » de ce dernier, mais, le 18 décembre 1649, ayant reçu une réponse affirmative de Boulliau dans sa lettre du 2 du même mois, Matharel écrit, suggérant qu’il allait parler – et non pas écrire – à Tarabotti à ce sujet : « Je n’ai point encor vue la Signora Tarabotti pour luy faire le compliment que vous m’ordonnez et je puis vous rassurer par avance qu’elle vous en demeurera fort obligée97 ». Dans la missive suivante, le 25 décembre, sollicité évidemment par Boulliau et sans doute avec un brin de sadisme - on peut s’imaginer quel cadeau aurait été pour la pauvre Tarabotti de savoir que son livre avait été pris en charge par un tel intermédiaire, il écrit : « Je n’ai pas encore faict scavoir à la Signora Tarabotti le désir que vous avez de l’obliger de l’impression de son ouvrage98 ». Le livre est finalement publié en 1654 par les Elzevier à Leyde99. Mais, dans une lettre du 13 novembre 1651, Boulliau écrivait à Jacques Dupuy, ce qui démontre que Dupuy aussi connaissait Tarabotti, au moins de nom, et participait à l’affaire, pendant que Matharel était en train de rentrer enfin à Paris de sa mission à l’étranger ; à la fin de sa lettre, il ajoute : « Mr. Elzevier a le livre de la Signora Arcangela Tarabotti qu’il m’a promis d’imprimer au plustost100 ». Encore une fois, on ne peut qu’espérer que sœur Arcangela aura eu la bonne nouvelle avant de mourir dans son couvent pendant le carême 1652, le 28 février, de « fièvre et cathare en 15 jours101 ».

Conclusion

  • 102 Medioli, « Alcune lettere », art. cit., p. 147 ; Ead., « Arcangela Tarabotti’s Reliability », art.  (...)

Dans le cas d’Ismael Boulliau, on arrive à comprendre pourquoi Tarabotti, si flattée en général par ses connaissances illustres et à l’étranger, qu’elle aimait souligner dans ses Lettere, préféra se taire dans cette situation particulière. Elle n’était point dupe : dès le début des années 1640, elle savait parfaitement, à propos de sa Tirannia paterna (devenue Semplicità ingannata), « l’argument être contraire au vivre politique, pas à celui catholique ». Elle l’avait écrit ouvertement au padre Aprosio et à la Grande Duchesse de Toscane et l’avait sous-entendu même à l’auditeur in Rota Pietro Ottoboni, futur pape Alexandre VIII102. C’était pour cela qu’elle ne cherchait pas à publier sa Tirannia à Venise, malgré tout le soutien de la part de Loredan. Et c’était pour cela que la première version manuscrite du pamphlet avait été dédicacé à la République elle-même, où l’on avait plus qu’ailleurs l’habitude d’envoyer les jeunes filles au couvent sans se soucier de leurs souhaits. Elle ne voulait pas non plus limiter ses chances d’imprimer enfin la Semplicità à l’étranger et elle voulait l’annoncer en même temps à ses lecteurs italiens des Lettere, sans donner trop de détails compromettants. Tarabotti était tout à fait capable de naviguer dans le jeu compliqué des amitiés littéraires masculines comme dans le marché éditorial de son époque, entièrement dirigé par des hommes, aussi bien que dans celui de la censure et des dangers de l’Inquisition, en utilisant un code masculin et des armes généralement hors de la portée de son sexe.

  • 103 Medioli, « Tarabotti fra storia », art. cit., p. 251-258.

Sœur Arcangela Tarabotti reste une exception, par les thèmes tout à fait politiques qu’elle choisit, par son proto-féminisme, par son courage de ne pas craindre des hommes – pères réels ou symboliques, parents, patrons, dédicataires ou ennemis littéraires. Dans sa vie morne au cloître, elle a toujours réussi à tisser ses propres réseaux, au-delà des liens de parentés hérités, en faisant appel à ceux et celles qui pouvaient l’aider à atteindre son but ultime : publier ses œuvres politiques de dénonciation sociale, tout prenant ses responsabilités et les risques que cela impliquait. Il est vrai qu’elle a réussi son entreprise malgré toutes les difficultés propres à l’époque à laquelle elle vivait, à son sexe et son statut religieux103 ; l’objet de sa dénonciation demeure d’actualité. Cependant, il est très difficile de prouver que ses exploits ont pu combler la vie de Tarabotti, que son bonheur personnel s’est accompli dans l’écriture, et dans l’écriture seulement. Peut-être était-ce une question marginale pour une époque qui, de manière générale, n’avait pas pour but ultime le bonheur personnel et qui, sans scrupules, exerçait sa violence sur quiconque, et sur les femmes en particulier, qui restent des sujets plus faibles que les hommes.

Haut de page

Notes

1 Cet article est le fruit d’un séminaire donné à l’Université Paris VII–Diderot, dans la série du Master « Famille », à l’occasion de mon séjour à Paris pendant ma bourse « Cité de Paris » 2011-2012. À Paris, je veux remercier Mathieu Arnoux, Didier Lett et Liliane Perez pour m’avoir invité, abrité et encouragé. À Venise, je veux remercier Maria Sofia Fusaro, Vittorio Mandelli, Sandra Sambo, et mon ami Andrea Coppola-Almagià, qui a dessiné les arbres généalogiques. Surtout, partout et entre les deux, je veux remercier mes copines d’antan à l’université de Bologne, Anna Bellavitis et Manuela Martini, qui ont lu et corrigé mon français, m’aidant à propos de toutes sortes de problèmes, historiques et non. Toute erreur reste, évidemment, de ma seule responsabilité.

2 René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Genève, Slatskine, 2000 (première édition Paris, 1943) ; Giorgio Spini, Ricerca dei libertini. La teoria dell’impostura delle religioni nel Seicento italiano, Rome, Editrice Universale, 1983 (1ère éd. 1950) ; Sergio Zoli, L’Europa libertina (secc. XVI-XVIII) : bibliografia generale, Fiesole, Nardini, 1997 ; Philippe Fortin de La Hoguette, Lettres aux frères Dupuy et à leur entourage (1623-1662), dir. par Giuliano Ferretti, Florence, Olsckhy, 1997, 2 vol., en particulier l’index biographique ; et Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, irréligion, incroyance, athéisme dans l’Europe de la première modernité (XVI-XVII siècles), maintenant dans http://dossiersgrihl.revues.org/632 et http://dossiersgrihl.revues.org/622.

3 Francesca Medioli, L’Inferno monacale di Arcangela Tarabotti, Turin, Rosenberg e Sellier, 1990, p. 109-192, surtout p. 175-179 ; Elissa Weaver, dir., Arcangela Tarabotti. A Literary Nun in Baroque Venice, Ravenne, Longo, 2006.

4 Donna Arcangela Tarabotti, Paradiso monacale libri tre con un soliloquio a Dio, Venise, Guglielmo Oddoni, 1663 (1ère éd. 1643), notamment p. 40, 49, 50, 52, 54, 58, 59, 60, 62, 65, 66, 71, 73, 74, 76, 85, 89, 94, 105, 109, 112, 124, 143, 144, 147, 153, 157, 158, 166, 169, 172, 177, 199, 201, 209.

5 Tarabotti, L’Inferno, op. cit. : « Il testo », p. 5-107 ; Medioli, L’Inferno, op. cit., « Introduzione », p. 9-13 ; « Nota al testo », p. 15-24, « Chiavi di lettura », p. 109-192.

6 D.A.T., Contro il lusso donnesco, satira menippea del sig. Franc. Buoninsegni con l’Antisatira, Venise, Valvasense, 1644 ; Censura dell’Antisatira della Signora Angelica Tarabotti fatta in risposta alla satira menippea contro il Lusso donnesco, Sienne, Bonetti, 1656 ; Galerana Barcitotti, Che le donne siano della spetie degli huomini, Nurenberg, I. Cherchenberg, 1651.

7 Francesca Medioli, « Tarabotti fra omissioni e femminismo : il mistero della sua formazione », in Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini, Tiziana Plebani, dir., Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia in età moderna, Verone, Quiedit, 2012, p. 221-239, en particulier p. 224-227.

8 Sur l’épisode survenu en 1606 (le gouvernement vénitien refusant de délivrer deux prêtres coupables de délits communs au tribunal ecclésiastique et le pape excommuniant la République, interdisant ainsi à ses sujets l’accès aux sacrements), Gaetano Cozzi, Venezia barocca. Conflitti di uomini e idée nella crisi del Seicento veneziano, Venise, Il Cardo, 1995 ; Mario Infelise, « Avignone, 5 marzo 1644. La decapitazione di un libertino », in Sergio Luzzatto, Gabriele Pedullà, dir., Atlante storico della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 2011, vol. II, p. 486-492.

9 Benedetto Croce, « Appunti di letteratura secentesca inedita e rara », La critica, III, VI, 1929, p. 478-480 ; Id., Nuovi saggi della letteratura del Seicento, Bari, Laterza, 1931, chap. XIII, « Donne letterate nel Seicento », p. 154-157, 176.

10 Claire Le Sage, « Femmes des Lettres à Venise au XVIe et XVIIe siècles : Moderata Fonte, Lucrezia Marinelli, Arcangela Tarabotti », Clio. Histoire, Femmes, Societé, 13, 2001, p. 135-144 ; Virginia Cox, Women’s writing in Italy 1400-1650, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2008, en part. p. 211; Alberto Asor Rosa, Storia europea della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 2009, vol. II, Dalla decadenza al Risorgimento, p. 50-52.

11 Tarabotti, Lettere familiari e di complimento, Venise, Guerigli, 1650 ; Ead., Semplicità ingannata, Leide, Gio Sambix (c’est-à-dire Elzevier), 1654. Pour les éditions modernes : Medioli, L’Inferno, op. cit. ; Che le donne siano della spetie degli uomini (Women are no less rational than Men), dir. par Letizia Panizza, Londres, Institute of Romance Studies, University of London, 1994 ; Satira e Antisatira, dir. par Elissa Weaver, Rome, Salerno, 1998 ; Women are not Human. An anonymous treatise and responses, traduit par Teresa Mc Kenney, New York, Crossroad Publishing Co., 1998 ; Paternal Tiranny, édité et traduit par Letizia Panizza, Chicago, University of Chicago Press, 2004 ; Lettere familiari e di complimento, dir. par Meredith Ray, Lynn Westwater, Turin, Rosenberg, 2005 ; Simona Bortot, éd., La Semplicità ingannata, Padoue, il Poligrafo, 2007 ; Meredith Ray, Lynn Westwater, dir., Letters, familiar and formal, Toronto, Toronto University Press, 2012 ; Francesca Medioli, Letizia Panizza, dir., Monastic life as Inferno, Toronto University Press, sous presse.

12 Emilio Zanette, Suor Arcangela Tarabotti monaca del Seicento veneziano, Venise-Rome, Istituto per la Collaborazione culturale, 1960 ; cf. Fernando Coletti, « Ricordo di Emilio Zanette », in Emilio Zanette, Dizionario del dialetto di Vittorio Veneto, Vittorio Veneto, De Bastiani, 1980, p. IX-XV.

13 Francesca Medioli, « Alcune lettere autografe di Arcangela Tarabotti : autocensura e immagine di sé », Rivista di storia e letteratura religiosa, XXII, 1996, 1, p.133-141 et p.146-155 ; Ead., « Arcangela Tarabotti’s Reliability about Herself : publication and self-representation (together with a small collection of previously unpublished letters) », The Italianist, 23, I, 2003, p. 54-101 ; Ead., « Tarabotti fra omissioni », art. cit. ; Ead., « Tarabotti fra storia e storiografia : miti, fatti e alcune considerazioni più generali », Studi veneziani, LXVI, 2012, p. 251-276 ; Ead., « Arcangela Tarabotti : una famiglia non detta e un segreto indicibile in famiglia », Archivio veneto, sous presse (2013) ; et Ead., La libertà rinchiusa. Vita, opere e relazioni di Arcangela Tarabotti, Roma, Viella, en cours de rédaction.

14 Medioli, « Tarabotti fra omissioni », art. cit., en part. p. 227-230.

15 Ead., « Alcune lettere », art. cit., en part. p. 152, où dans le manuscrit Tarabotti compare les nonnes à des Venus cloitrées.

16 Tarabotti, L’Inferno, op. cit., p. 102.

17 Archivio Storico del Patriarcato di Venezia (dorénavant ASPVE), S. Pietro in Castello, Baptêmes, R. 2 (1568-1574), f°296 ; ASPVE, S. Nicolò dei Tolentini, Décès, f°n.n., 15 septembre 1641 ; ASPVE, S. Nicolò, Décès, b. 7 (1644-1655), f°80v. Cf. Archivio di Stato di Venezia (dorénavant ASVE), Provveditori alla Sanità, Necrologi, b. 874 (1648), f°n.n., 19 février 1649 ; ASPVE, S. Sofia, Décès, R. 1, f°n.n., 19 septembre 1582 ; ASVE, Notarile, Testamenti (dorénavant N, T), Notaire Antonio Brinis, b. 157, n. 579, 18 septembre 1582, f°1-2r-v.

18 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 177 ; ASPVE, S. Pietro, Baptêmes, R.7, f°110; ASPVE, S. Nicolò, Décès, R. 7 (1644-1655), f°7r.

19 Ibid., p. 267.

20 ASPVE, S. Pietro, Baptêmes, R.7, f°36; ASPVE, Ibid., R.8, f°62v. Cf. Zanette, Suor Arcangela, op. cit., p. 9 ; ASPVE, S. Geremia, Décès, R. 25 (1691-1695), f°43r.

21 Tarabotti, L’Inferno, op. cit., p. 49, 60 ; Ead., Lettere, op. cit., p. 164-165 et 241-242 ; cf. Federica Ambrosini, « Penombre femminili », in Gino Benzoni, Gaetano Cozzi, dir., Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1997, vol. VII, La Venezia barocca, p. 301-323, en part. p. 303-304.

22 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 172, 246, 250.

23 Ibid., p. 178-179.

24 Ibid., à Giacomo Pighetti : p.119, 139-140, 171-173, 178-179, 245-246, 247-249.

25 ASPVE, S. Margherita, Baptêmes, R. 5 (1631-1651), f°109; f°118; ASPVE, S. Nicolò, Baptêmes, b.4 (1649-1655), f°26 ; ASPVE, S. Angelo, Baptêmes, b. 7 (1639-1662), f°n.n. f°35. Il n’y a pas d’autres enfants Pighetti nés entre 1639 et 1648.

26 ASPVE, S. Nicolò, Baptêmes, b.3 (1631-1649), f°n.n ; ASPVE, S. Nicolò, Baptêmes, b.4 (1649-1655), f°n.n.

27 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 134, 198.

28 ASVE, Sanità, Necrologi, busta 831 (1603), f°239r. Cf. Volker Hunecke, Il patriziato veneziano alla fine della repubblica, 1646-1797. Demografia, famiglia, ménage, Rome, Jouvenance, 1997, p. 106.

29 Massimo Livi Bacci, Storia minima della popolazione del mondo, Bologne, il Mulino, 1998, p. 21.

30 Medioli, L’Inferno, op. cit., p. 114-116.

31 Ces informations se retrouvent, plus en détail, dans Medioli, « Arcangela Tarabotti : una famiglia non detta », art. cit., sous presse. Cf. ASPVE, S. Nicolò, Mariages, b. 11, 1656-1672, ff°74v-75r ; ASPVE, S. Raffaele (vulgo Anzolo Rafael), Mariages, R. 9 (1653-1673), f°97; f°97; ASPVE, S. Nicolò, Mariages, R. 9 (1638-1650), ff°187v-188r.

32 ASVE, N, T, Notaire Giovanni Antonio Mora, b. 627-639, 1674, f°1v ; ASVE, N, Atti (dorénavant A), Notaire Agostino Cavertino, b. 2.881, ff°1-3r-v ; ASVE, N, T, Notaire Lorenzo Marcellini, b. 620, n. 233, ff°1-6r-v.

33 Ibid., c.4r.

34 ASVE, N, T, Notaire Mora, b. 627-639, 1674, f°1; cf. Emanuele Antonio Cicogna, Delle iscrizioni veneziane, Venezia, Orlandelli, 1834, vol. I, p. 135-136.

35 ASPVE, S. Pietro, Baptêmes, R.2 (1568-1574), f°228 ; ASPVE, Archivio Segreto, Ordinazioni Priuli (1591-1599), reg.9, f°n.n., 22 septembre 1597 ; ASPVE, S. Pietro, Décès, b. 3 (1607-1632), f°n.n., 18 avril 1613.

36 Tarabotti, Paradiso, op. cit, p. 38. Cf. Flavia De Rubeis, « La scrittura forzata. Le lettere autografe di Arcangela Tarabotti », Rivista di Storia e Letteratura religiosa, XXII, 1996, 1, p. 142-145, en part. p. 145.

37 ASVE, N, T, Notaire Marcellini, f°4r.

38 ASVE, Giudici del proprio, Serie Inventari, b. 369, n.34, Lorenzo Tarabotto, 12 marzo 1661, n.261. Cf. Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 241 ; ASVE, Corporazioni religiose soppresse, S. Anna, b.17, fascicule 17, partie II, f°3r.

39 Il y a mention du testament de Stefano Bernardino dans ASVE, Provveditori sopra i monasteri, b. 299, n. 15, mais il n’y a pas de traces dans les registres de « Testamenti virorum nuncupati », ni dans les Magistrati sopra le Acque.

40 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 84.

41 Ibid., p. 133 ; même concept, ibid., p. 170-171.

42 ASVE, S. Anna, b.15, « B », f°1r, Notaire Lurano, 18 janvier 1642.

43 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 156 ; à Betta Polani, p. 82, 82-83, 89, 105-106, 117-118, 133, 153, 155-156, 202-203, 211, 236-237, 285, 300. Une dernière lettre à Betta clôt sa collection de lettres publiées.

44 Ibid., p. 153-155 ; cf. Medioli, « Tarabotti : una famiglia non detta », art. cit., sous presse.

45 Ibid., p. 285, 82-83.

46 Ibid., p. 118.

47 Ibid., p. 57-58, 86-88, 141, 176 ; Tarabotti, Paradiso, op. cit., p. 6r-; cf. Medioli, « Alcune lettere », art. cit., p. 148-149, 151 ; ASVE, S. Anna, b.15, fascicule « A », ff°67v-68r.

48 ASVE, S. Anna, b.17, fasc. « N. 17 », partie I, f°n.n., lettre de sœur Pepa Chosmi, converse, s.d.

49 Silvia Evangelisti, « Ricche e povere. Classi di religiose nelle comunità monastiche femminili fra Cinque e Seicento », in Margareth Lanzinger, Raffaella Sarti, dir., Nubili e celibi fra scelta e costrizione (secoli XVI-XX), Udine, Forum, 2006, p. 37-48.

50 Dizionario degli Istituti di Perfezione (dorénavant DIP), Roma, Edizioni Paoline, 1974-1997, vol.1-9 ; en part., voir J. Pinell, « Ufficio divino », vol.9, 1997, p.1.434-1.447.

51 Cf. « Pinzochere » par R. Guarnieri, DIP, vol.6, 1980, p.1.721-1.749, en part. p.1.726-1.727 et p.1.746.

52 Francesca Medioli, « An unequal law : nuns’ enforcement after the Council of Trent », in Christine Meek, dir., Women in Renaissance and Early Modern Europe, Dublin, Four Courts Press, 2000, p. 136-152.

53 James C. Davis, A Venetian family and its fortune 1500-1900. The Donà and the Conservation of their wealth, Philadeplhia, American Philosopical Society, 1975.

54 Medioli, « Tarabotti fra storia », art. cit., p. 263-265.

55 Marco Ferro, Dizionario del diritto comune e veneto, Venezia, Santini e figlio, 1847, vol. IV, « Dote », p. 380-398 ; vol. VII, « Marito », p. 133-140 ; « Matrimonio », p. 145-163 ; « Moglie », p. 211-218.

56 ASVE, N, T, Notaire Giulio Ziliol, b.1.241, n.25, f°1r.

57 ASVE, N, T, Notaire Giulio Ziliol, b.1.241, n.87, 31 avril 1607 ; Ibid., Notaire Aurelio Stella, b.902, 30 septembre 1623 ; Notaire Fabrizio Beanzian, b.56, n.80, 10 aout 1629.

58 Cozzi, Venezia barocca, op. cit., en part. p. 113-175.

59 Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 277.

60 ASVE, S. Anna, b.52, f°n.n., 1er avril 1650.

61 Tarabotti, L’Inferno, op. cit., p. 55.

62 Ibid., p. 32-33.

63 Ibid., p. 31, 34, 35, 37.

64 Ibid., p. 64.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 102 ; Tarabotti, Paradiso, op. cit., p. 206.

67 ASVE, Provveditori sopra i monasteri, b.265, f°n.n., 17 septembre 161 ; Medioli, « Tarabotti fra storia », art. cit., p. 262-265.

68 Cf. Carol Pal, Republic of Women. Rethinking the Republic of Letters in the Seventeenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.

69 Natalia Costa Zalessow, « Tarabotti’s La semplicità ingannata and its twentieth century interpreters, with unpublished documents regarding its condemnation to the Index », Italica, 78, 2001, p. 314-325 ; Natalia Costa Zalessow, « La condanna all’Indice della Semplicità ingannata di Arcangela Tarabotti alla luce di manoscritti inediti », Nouvelles de la République des Lettres, I, 2002, p. 97-113.

70 Le glorie de gli Incogniti, o vero gli huomini illustri dell’accademia de’ signori Incogniti di Venetia, Venezia, Valvasense, 1647 : p. 39-42, 63-66, 105-108, 137-140, 157-160, 185-188, 245-248, 381-384, 341-344 105-108 ; cf. Monica Miato, L’accademia degli Incogniti di Giovan Francesco Loredan, Venezia (1630-1661), Firenze, Olschki, 1998, p.237-246. Mais cf. Gino Benzoni, « Istoriar con le favole e favoleggiar con le istorie », in Id., dir., Girolamo Brusoni. Avventure di penna e di vita nel Seicento Veneto, Rovigo, Minelliana, 2001, p. 9-28, en particulier p. 9-10 sur le travail de Miato.

71 Loredan, Lettere, p. 447.

72 Nina Cannizzaro, « Surpassing the Maestro : Loredano, Colluraffi, Casoni and the Origins of the Accademia degli Incogniti », Annali di storia moderna e contemporanea, IX, 2003, p. 369-397, qui date le commencement de l’académie en 1626.

73 Spini, Ricerca dei libertini, op. cit., p. 199.

74 Laura Coci, « Venise est pleine de libertins et d’athées... », in Benzoni, dir., Girolamo Brusoni, op. cit., p. 163-175, en part. p. 164.

75 Tarabotti, Semplicità, op. cit., p. 380-385 ; Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 68.

76 Cf. l’art. « Girolamo Brusoni », in Gasparo De Caro, Dizionario biografico degli Italiani (dorénavant DBI), Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1972, vol. 14, p. 712-720 ; cf. Benzoni, dir., Girolamo Brusoni, op. cit.

77 Girolamo Brusoni, Degli amori tragici, s.d.s.l [1658] ; et maintenant Emanuela Bufacchi, dir., Degli amori tragici, storia esemplare, Napoli, Salerno, 2009.

78 Benedetto Croce, Le couvent de Baiano e un romanzo di Girolamo Brusoni, Nuovi saggi sulla lett. ital. del seicento, Bari, Laterza, 1949, p. 178-191.

79 Cf. l’art. « Angelico Aprosio », in Alberto Asor Rosa, DBI, 1961, vol. 3, p.650-653.

80 Angelico Aprosio, La biblioteca aprosiana, passatempo autunnale di Cornelio Aspasio Antivigilmi, Bologna, Manolessi, 1673, p. 168-170, 172-173, 176 ; Angelico Aprosio, Lo scudo di Rinaldo di Scipio Glareano, Venezia, Hertz, 1646, préface et chap. VII ; et, plus recent, Emilia Biga, Una polemica femminista del Seicento : La maschera scoperta di Angelico Aprosio, Ventimiglia, Civica Biblioteca Aprosiana, 1989.

81 Tarabotti, Paradiso, op. cit., p. 1-5 ; cf. « Corner, Federico », in Giuseppe Gullino, DIB, vol. 29, 1983, p. 185-188 ; William L. Barcham, Grand in Design. The life and career of Federico Cornaro, prince of the Church, patrarch of Venice and patron of the arts, Venezia, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2001, p. 230-231.

82 ASVE, S. Anna, b.11, f°n.n.

83 Susan Haskins, « Vexatious Litigants, or the case of Lucrezia Marinella ; New Documents concerning her Life », Nouvelles de la République des Lettres, 1, 2006, p. 81-128 ; Paolo Zaia, « Marinelli, Lucrezia », in  DBI, 2007, vol. 70, p. 399-402.

84 ASVE, S. Anna, b. 10, f°n.n. ; b. 36, f°n.n., sur une jeune pensionnaire de la famille Savorgnan du Frioul ; cf. Laura Casella, I Savorgnan. La famiglia e le opportunità del potere (secc. XV-XVIII), Roma, Bulzoni, 2003, p. 159, 182-183 et Tav.4, Tav.5.

85 Dictionnaire de biographie…, 1954, vol.VI, art. « d’Ismaël Bouilliau », p.1.367-1.368 ; Robert A. Hatch, The Collection Boulliau (BNF, FF, 13019-13059), Philadelphia, The American Philosophical Society, 1982 ; Henk J. M. Nellen, Ismaël Boulliau (1605-1694) astronome, épistolier, nouvelliste et intermédiaire scientifique, ses rapports avec le milieu du «libertinage érudit, Amsterdam et Maarssen, APA-Holland University Press, 1994, où à la p. 409-410 on cite Tarabotti et sa Semplicità.

86 Dictionnaire de les présidents du Parlement de Normandie (1499-1780). Recueil génealogique biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1956, p. 233-234 ; Baron d’Esneval, Une famille parlamentaire de Normandie : les Bretel de Grémonville, Évreux, Imprimerie de l’Eure, 1925, p. 50-76 ; Madelaine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville », in Yves Durand, dir., Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne, Paris, Presses Universitaires de France, 1981, p. 153-168 ; Henri de Frondeville, Les présidents du Parlement de Normandie (1499-1780). Recueil généalogique, Rouen-Paris, Lestringont-Picard, 1953, p. 262-272.

87 Esneval, Une famille..., op. cit., p. 51.

88 Jack Alden Clarke, Gabriel Naudé, 1600-1652, Hamden, Archon Books, 1970 ; Id., Lettres de Naudé à Grémonville, Paris-Seattle-Tubingen, Papers on French XVVth century literature, 1986 ; Id., Lettres à Jacques Dupuy, Edmonton, Lealta-Accta Press, 1982.

89 Tiziana Menegatti, « Ex ignoto notus ». Bibliografia delle opera a stampa edl Principe degli Incogniti : Giovan Francesco Loredan, Padova, il Poligrafo, 2000, p. 59 ; ASVE, Giudici Proprio, Inventari, b.360, n.105, « Pighetti, Iacomo, 4 gennaio 1647 m.v. », ff°1-6, en part. f°1v.

90 Bibliothèque Nationale de France (BNF), Collection Dupuy, Ms. 18, f°20-21, Venise, le 14 octobre 1645. Cf. Vittorio Mandelli, dir., La copella politica. Esame istorico di cento soggetti della Repubblica di Venezia, Roma, Viella, 2012, p. 41-42, 167-170 ; et Nellen, Ismaël, op. cit., p. 102-103.

91 Henk Nellen, Philippe J. Wolfe, « Un échange épistolaire de la ‘République des Muses’ : onze lettres de Gabriel Naudé à Ismaël Boulliau (1639-1646) », Lias, 13, 2, 1986, p. 235-284, en particulier p. 279.

92 Armand Baschet, Les archives de Venise. Histoire de la chancellerie secrète, Paris, Plon, 1870, p. 438 ; France, Parlement de Paris, Arrêt du Parlement concernant la succession de Jacques de Matharel, Président en la Cour de Monnaies, 1659, en part. Extrait des registres de Requestes du Palais, ff°1-11, imprimé.

93 Zanette, Suor Arcangela, op. cit., p. 410.

94 BNF, Fonds Français, Ms. 13038 (MF34872), f°103r.

95 Ibid., f°149r-150v.

96 Ibid., f°158r.

97 Ibid., f°197r.

98 Ibid., f°199r.

99 Cf. Catalogus variorum et insignum in quavis facultate, materia et lingua librorum Bonaventurae et Abrahami Elzevir, quorum auction habebitur Lugduni Batavorum in officinal defunctorum ad diem 16 aprillis novo et sequentibus 1653.

100 BNF, Dupuy, Ms. 18, f°217v.

101 ASPVE, S. Pietro, Décès, R. 7, f°24v. Cf. Lynn Lara Westwater, « A Rediscovered Friendship in the Republic of Letters : The Unpublished Correspondence of Arcangela Tarabotti and Ismaël Boulliau », Renaissance Quaterly, 65, 2012, p. 67-134. J’en interroge la chronologie (p. 67-68), notamment l’affirmation selon laquelle Louis de Matharel était arrivé à Venise après le départ de l’ambassadeur, tandis qu’il y était au moins depuis octobre 1646 (p. 80, cf. BNF, FF 13038, f°9r), celle (p. 80) qu’il reçoit une lettre d’instruction de Tarabotti pour la publication de la Semplicità publiée parmi le Lettere (p.114-115) en automne 1650, quand (p. 68) on dit que les mêmes Lettere avaient été publiées en octobre 1650, ou (p. 89) qu’il ne savait pas que Tarabotti connaissait Boulliau, puisque il n’était pas à Venise quand Boulliau était là, ou (p. 102) la traduction de « libello » comme « little book ».

102 Medioli, « Alcune lettere », art. cit., p. 147 ; Ead., « Arcangela Tarabotti’s Reliability », art. cit., p. 88 ; Tarabotti, Lettere, op. cit., p. 120, 151-152, 294.

103 Medioli, « Tarabotti fra storia », art. cit., p. 251-258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Medioli, « Des liaisons dangereuses ? Réseaux hérités, supposés et déguisés d’une nonne vénitienne au XVIIe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1750

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page