Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Les femmes libres, « blanches » et « de couleur » de la partie française de Saint-Domingue entre 1766 et 1776 au travers des Loix et Constitutions et des Affiches Américaines », Master 2, sous la direction de Dominique Rogers, Université des Antilles et de la Guyane françaises, 2012

Ivy Linzau

Texte intégral

  • 1 Pour la présentation du système administratif de Saint-Domingue, voir Ivy Linzau, « Les femmes de l (...)
  • 2 L’adresse de ce site est http://pages.usherbrooke.ca

1 « Les femmes libres, “blanches” et “de couleur” de la partie française de Saint-Domingue entre 1766 et 1776 au travers des Loix et Constitutions et des Affiches Américaines » est un mémoire de M2 qui porte sur les femmes qui ont vécu dans l’actuelle Haïti entre 1766 et 1776. Par « femmes », nous entendons toutes les personnes de sexe féminin libres, d’origine européenne, euro-créoles ou descendantes d’esclaves, qu’elles soient célibataires, mariées ou veuves et quel que soit leur rang social, à l’exception cependant des enfants filles et des esclaves. L’interrogation principale à laquelle nous souhaitons apporter quelques éléments de réponse est : comment les femmes se positionnent-elles dans une société domingoise en mutation économique et sociale, mutations qui s’accompagnent d’un accroissement démographique et d’un enrichissement général sur fond de ségrégation raciale ? Pour y parvenir, nous avons utilisé deux sources : l’une, les Loix et Constitutions… de Moreau de Saint-Méry, est une compilation d’arrêts, d’ordonnances et d’autres actes juridiques émanant pour l’essentiel du pouvoir métropolitain et des autorités locales de la colonie française de Saint-Domingue1. La deuxième est l’organe de presse officiel de la colonie, les Affiches Américaines. La collecte des informations fournies par cette source a été réalisée pour l’année 1766 grâce au site Internet « Histoire d’esclaves dans le monde atlantique français 2» puisque les Affiches Américaines ne sont disponibles aux Archives départementales de la Martinique qu’à partir de l’année 1770. Aux Archives départementales, nous avons consulté les microfilms 4MI47 pour l’année 1770 et 4MI50 pour l’année 1776. Nous avons ainsi constitué un corpus de 1 298 avis auxquels nous joignons les 33 actes des Loix et Constitutions… Nous parvenons ainsi à un corpus total de 1 331 éléments, néanmoins seules 519 femmes libres, dont 450 « Blanches » et 69 « libres de couleur » sont l’objet principal de notre travail. Quelques informations concernant les activités de plusieurs acteurs économiques masculins de la partie française de Saint-Domingue ont de même été sélectionnées à des fins de comparaison.

2Ces données nous ont permis de construire notre réflexion à partir d’un plan s’articulant autour de trois parties. La première s’intéresse à la participation économique des femmes « blanches » et « libres de couleur » dans les zones urbaines et les étudie d’abord dans des activités de service, puis dans le commerce et la marchandise, ensuite dans des activités liées à l’éducation et aux arts et enfin dans le secteur du mobilier et de l’immobilier. La seconde partie considère ces femmes actives économiquement dans les zones rurales. Elles sont d’abord observées dans des activités non agricoles puis dans des activités agricoles diverses et plus particulièrement dans des activités de gestionnaires et de propriétaires d’exploitations agricoles. Enfin, la troisième partie vise à mettre cette situation en relation avec la pluralité des regards portés par les différentes composantes de la société domingoise sur le travail de ces femmes d’origines sociales différentes, que ce soient celui des époux, des voisins ou des partenaires de sexe masculin, enfin celui de l’administration voire ceux des femmes elles-mêmes.

3 La participation économique des femmes « blanches » et « libres de couleur » dans les colonies françaises du xviiie siècle a longtemps été occultée par une réputation d’oisiveté et de nonchalance, favorisée sans doute par l’environnement climatique chaud et humide et par une législation dans laquelle la femme était considérée comme « mineure » est soumise à un père ou à un époux. Cependant, nous avons pu observer de manière neuve qu’à la ville comme à la campagne, les femmes « blanches » et « libres de couleur » participent à l’économie de la colonie dans une diversité d’activités allant de simples blanchisseuses ou doreuses sur métaux à manufacturières ou magasinières du commerce transatlantique en passant par enseignantes, comédiennes, sourcières ou habitantes. Ces activités diverses, exercées parfois en toute indépendance d'une figure masculine, même pour les femmes mariées, suggèrent que les femmes libres de Saint-Domingue semblent trouver dans l’activité économique bien plus qu’un moyen de subsistance.

4

Haut de page

Notes

1 Pour la présentation du système administratif de Saint-Domingue, voir Ivy Linzau, « Les femmes de la société domingoise du milieu du xviiie siècle (1730-1765) au travers des Loix et Constitutions de la partie française de Saint-Domingue », mémoire de M1 préparé sous la direction de Dominique Rogers, Maître de conférences en Histoire à université des Antilles Guyane, Schœlcher, 2011, p. 7-14.

2 L’adresse de ce site est http://pages.usherbrooke.ca

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivy Linzau, « « Les femmes libres, « blanches » et « de couleur » de la partie française de Saint-Domingue entre 1766 et 1776 au travers des Loix et Constitutions et des Affiches Américaines », Master 2, sous la direction de Dominique Rogers, Université des Antilles et de la Guyane françaises, 2012  », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1746

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page