Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Mère avant tout ? L’image des femmes dans la Seconde Guerre mondiale à travers la presse de la Libération », Master 1 sous la direction de Mme Marie-Anne Matard-Bonucci, Université de Grenoble, juin 2012.

Charlène Voreppe

Texte intégral

  • 1 BARD Christine, « L’histoire des femmes au défi de la déportation » in Histoire@Politique, N°5, mai (...)

1« Aucune thèse (achevée) sur les résistantes en France… Encore moins les déportées », écrivait Christine Bard en 20081. Cette faiblesse historiographique, qui concerne aussi les collaboratrices, explique l’intérêt de notre recherche sur l’image des femmes dans la Seconde Guerre mondiale à travers la presse de la Libération. Dans ce mémoire, « Mère avant tout ? », nous avons comparé la représentation qu’à la Libération les organes de presse pouvaient donner des Françaises durant la guerre. Au cours de ces années d’après-guerre, les deux forces politiques qui se font face sont les communistes et ceux appelés communément les gaullistes (même si l’homogénéité est loin de l’emporter au sein de ce groupe). Ainsi, afin de rendre compte des divergences entre ces deux mouvements politiques nous avons, tout d’abord, choisi de nous confronter aux articles du quotidien communistes L’Humanité, qui se vend à plus de 423 000 exemplaires par jour en 1945. Et en parallèle, nous avons étudié Le Figaro, qui lui se vend à plus de 200 000 exemplaires dès la fin octobre 1944, et voit sa publication s’accroitre au fil des mois suivants. En outre, pour avoir une vision plus large nous avons renforcé cette recherche par des articles de la presse régionale, avec Le Dauphiné libéré à partir de décembre 1945 et des sondages dans les Allobroges, pour les mois antérieurs. Le début de notre étude s’est imposé de lui-même par la date de la réapparition au grand jour de la presse française : le 21 août 1944. Nous avons conclu notre dépouillement au 21 janvier 1946, date à laquelle la démission du général de Gaulle est publiée officiellement par la presse. Par ailleurs, nous avons enrichi cette étude par des sondages au cours des années 1946 et 1947 pour analyser les évolutions de l’image des femmes dans les mentalités françaises.

2Cette recherche nous a conduite à nous demander, en quoi la représentation des femmes dans ces organes de presse peut-elle établir une ambiguïté entre l’idéal français, au cours des années 1944 à 1947, de la mère au foyer, et l’engagement de protagonistes féminins dans le conflit ? Est-ce que l’image des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale a permis de rompre avec la vision traditionnelle de l’ordre social ? Finalement, elles-mêmes voulaient-elles voir leur vie changer ou attendaient-elles un retour à leur quotidien d’avant-guerre ?

3Nous avons répondu à ces questions en commençant par souligner l’opposition visible dans les périodiques, entre l’image des femmes en tant que résistante, comparée à celle de collaboratrice. Nous, nous sommes ensuite questionné sur la victimisation des femmes dans la presse à travers l’image de la déportation et des tortures, pour terminer par la représentation de leur quotidien, en nous attachant tout particulièrement au ravitaillement et à leur nouvelle acquisition des droits civiques.

4Grâce à une étude tout d’abord quantitative entre les différents sujets traités d’un quotidien à un autre, de grandes caractéristiques de la représentation des femmes ont pu se dessiner. Toutefois, nous avons également constaté que ces images n’étaient pas identiques entre les organes de presse, d’autant plus que des évolutions chronologiques sont décelables. Pour commencer, les nombreux articles sur l’épuration dans la société française viennent contrebalancer les éloges faits aux résistantes. Ainsi, tous les quotidiens étudiés font état des femmes dans la collaboration, en soulignant la spécificité de leur rôle, mais en passant sous silence les actes de tontes ou de vengeances populaires. Néanmoins, les divergences les plus importantes entre les périodiques concernent les résistantes. En effet, L’Humanité accorde beaucoup plus d’articles à ces dernières que Le Figaro, même si dans tous les cas leur rôle reste minimisé et délaissé aux profits des actions armées. Les spécificités féminines des tâches qui leur sont confiées sont toutefois présentées tout comme les risques qu’elles encouraient. À l’inverse, seul Le Figaro publie des articles sur leur engagement dans les groupements militaires des F.F.L. ou dans les armées alliées. En ce qui concerne la victimisation des femmes, la réalité de leur vécu concentrationnaire paraît encore mal perçue. Dans les articles, les résistantes, les Juives et les otages semblent avoir vécu la même déportation. Seules les tortures des résistantes par la Gestapo sont différenciées, en particulier par L’Humanité qui met en évidence l’héroïsme de celles qui n’ont pas parlé. Finalement, les civils massacrés par les nazis ou les victimes des bombardements alliés étaient des événements plus proches du quotidien des Français et donc plus compréhensibles que la déportation des femmes. Malgré des divergences entre les quotidiens un point commun domine toutes les autres images : la mère. En effet, la politique nataliste des lendemains de guerre est défendue dans chaque périodique. Ainsi, même dans les articles sur le quotidien des femmes pendant la guerre, ce qui est prééminent est leurs initiatives, leurs ruses et leurs combats pour parvenir à nourrir leur famille, ou bien l’image de la mère ou de l’épouse attendant impatiemment le retour de l’être aimé. De ce fait, même leur acquisition du droit de vote est présentée comme inséparable de leur rôle maternel. L’Humanité, qui comme nous avons vu tend à donner une image beaucoup plus moderne des femmes, soutient malgré tout la politique nataliste. Les journalistes du quotidien défendent l’idée que le vote des femmes doit aller au candidat qui leur permettra de nourrir et de subvenir aux besoins de leurs enfants. Au total, les femmes, qui ont su faire preuve d’autonomie et débrouillardise pendant quatre années, retrouvent en quelques mois leur position sociale d’avant-guerre.

Haut de page

Notes

1 BARD Christine, « L’histoire des femmes au défi de la déportation » in Histoire@Politique, N°5, mai-août 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlène Voreppe, « « Mère avant tout ? L’image des femmes dans la Seconde Guerre mondiale à travers la presse de la Libération », Master 1 sous la direction de Mme Marie-Anne Matard-Bonucci, Université de Grenoble, juin 2012. », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1744

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page