Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Féminismes et allaitement maternel en France des années 1890 à l’an 2000 », Master 2, sous la direction de M. Jean-Louis Lenhof, Université de Caen-Basse-Normandie

Laure Hainault Royer

Texte intégral

1Il semble encore parfois paradoxal de concilier la pratique de l’allaitement maternel et l’héritage du féminisme. Indéniablement, les féminismes en France, comme dans d’autres pays, ont largement contribué à forger la représentation de la place des femmes dans la société, mais aussi la représentation de la maternité, et donc de l’allaitement maternel, dans l’imaginaire collectif. Il a donc semblé pertinent de s’interroger sur les conceptions de l’allaitement maternel que les féministes ont développées en France des années 1890 à l’an 2000, révélant leurs convergences ou divergences en fonction des époques et des courants.

2L’opinion des féministes des années 1890 à 1940 est largement favorable à l’allaitement maternel. Le contexte de forte mortalité infantile, liée notamment au non-allaitement au sein et aux conditions d’hygiène dans lesquelles était pratiqué l’allaitement artificiel, explique en partie leur position. Les idées natalistes sont également à l’ordre du jour, les associations natalistes préconisant l’allaitement maternel. Les féministes de la première vague défendent la pratique de l’allaitement comme exercice d’un droit naturel des mères. Madeleine Vernet cite le « droit de [la] mère » d’allaiter, expression de Rousseau. Elles aspirent alors à l’élaboration d’une législation en faveur des mères, rendant l’allaitement maternel accessible à toutes. Le journal L’Action féministe de l’institutrice Marie Guérin réclame ainsi en 1925 un an de congé d’allaitement. Elles s’insurgent du sort réservé aux mères célibataires, nourrices, ouvrières, employées, voire aux fonctionnaires comme les institutrices, leurs conditions de travail n’étant alors pas aménagées de manière à poursuivre l’allaitement. Les allocations d’allaitement instituées en 1913, puis en 1917 la loi sur les chambres d’allaitement et l’heure quotidienne allouée à l’allaitement jusqu’à un an, sont plébiscitées par les féministes. Mais elles en critiquent aussi les limites : faible montant des indemnités, loi sur les chambres d’allaitement de fait très peu appliquée… L’œuvre fondée par la féministe franc-maçonne Marie Béquet de Vienne en 1876, la Société de l’Allaitement Maternel, apporte des secours matériels aux mères, voire une assistance médicale. La libre-penseuse Madeleine Vernet considère l’allaitement maternel comme un « imprescriptible devoir ». La controverse qui l’oppose à Madeleine Pelletier, qui associe l’allaitement à une servitude, traduit les dissensions sur la question de l’allaitement maternel, encore rares, entre féministes.

  • 1 BEAUVOIR Simone de, Le Deuxième Sexe, tome I, Les faits et les mythes, Gallimard, 2011 (1949), p. 7 (...)

3La Deuxième Guerre Mondiale marque une rupture dans les expressions féministes, dont les associations s’essoufflent après-guerre. Les féministes de la deuxième moitié du xxe siècle n’évoquent par ailleurs quasiment jamais les luttes féministes du début du siècle. En 1949, la parution du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir marque une étape dans la réflexion sur la place des femmes dans la société. La conception de la maternité développée par Simone de Beauvoir est fortement imprégnée de défiance à l’égard des fonctions physiologiques féminines. L’allaitement maternel est ainsi désigné comme une « servitude épuisante. »1

4Parallèlement, l’allaitement artificiel rentre définitivement dans les mœurs après la Deuxième Guerre Mondiale ; le taux d’allaitement tombe ainsi à 36% en 1972. Certaines féministes y voient un instrument de libération du corps féminin. Elles perçoivent aussi dans le pouvoir médical une forme d’accaparement du corps des femmes, comme l’a souligné Yvonne Knibiehler.

5Cependant, une frange des féministes valorise la notion de différence, tout comme les féministes sous la IIIe République. Mais le contexte est différent ; il n’est plus question, naturellement, de mortalité infantile. Annie Leclerc exalte les plaisirs corporels liés à la féminité, parmi lesquels l’allaitement maternel. Le rapport au corps s’est modifié, les femmes exprimant la volonté de se réapproprier leur corps. Certaines féministes sont sensibles au mouvement écologiste, qui préconise l’allaitement maternel comme aliment le plus naturel pour l’enfant. Le taux d’allaitement remonte à 45,5% en 1976.

6Cette étude s’est principalement appuyée sur l’analyse de nombreux articles publiés dans des périodiques féministes (comme par exemple La Fronde, Le Droit des femmes, La Française pour la première vague féministe, ou encore Les Cahiers du Grif, Le Torchon brûle, Sorcières pour la deuxième vague…) et la lecture d’essais publiés tout au long de la période.

  • 2 KNIBIEHLER Yvonne, « L’allaitement et la société », in PIETTE Christine (dir.) « Également mère l’o (...)

7Il est certain que les débats féministes, bien qu’ils n’expliquent pas à eux seuls le rapport des femmes à la maternité, se sont répercutés sur les réflexions de celles-ci. Le contexte inhérent à chaque époque explique en partie les prises de position des féministes sur l’allaitement. Mais l’on remarque également que différents courants féministes coexistent en France, l’allaitement maternel participant à l’affirmation et la réappropriation du corps des femmes selon les différentialistes. Alors qu’un nouveau siècle commence, de nouvelles générations de femmes font leurs propres choix. 66,3% des Françaises optent ainsi pour l’allaitement en 2007, soit 30 points de plus qu’en 1972. Un taux qui évoluera encore car, comme le remarque Yvonne Knibiehler, « mieux que la grossesse et l’accouchement, [l’allaitement maternel] exprime la conscience, la liberté, donc la dimension proprement humaine de la maternité ; il accuse le seuil entre nature et culture. »2

Haut de page

Notes

1 BEAUVOIR Simone de, Le Deuxième Sexe, tome I, Les faits et les mythes, Gallimard, 2011 (1949), p. 70.

2 KNIBIEHLER Yvonne, « L’allaitement et la société », in PIETTE Christine (dir.) « Également mère l’obligation de compétence », Recherches féministes, 16/ 2, 2003, p. 11-33. ISSN : 0838-4479 (imprimé)  1705-9240 (numérique)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Hainault Royer, « « Féminismes et allaitement maternel en France des années 1890 à l’an 2000 », Master 2, sous la direction de M. Jean-Louis Lenhof, Université de Caen-Basse-Normandie », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1742

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page