Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« L’Oronte et le Tibre : les relations entre les impératrices syriennes et les provinces de l’Orient romain », Master 1, sous la direction de M. Cédric Brélaz, Université de Strasbourg, 2012

Lara Calcavino

Texte intégral

1L’objectif de ce mémoire était de proposer une étude des relations entre d’une part les impératrices syriennes, épouse, mères ou grand-mère des empereurs romains de la dynastie des Sévères, et d’autre part les provinces hellénophones de l’Empire romain, entre la fin du IIe et le début du IIIe siècle de notre ère. Les quatre Juliae auxquelles j’ai consacré mes recherches, Julia Domna, Julia Maesa, Julia Soaemias et Julia Mamaea, sont des princesses impériales relativement peu connues : la première d’entre elles mise à part, l’historiographie moderne semble n’avoir manifesté que peu d’intérêt pour ces femmes. Outre la volonté d’établir à leur sujet une synthèse manquante, l’étude consacrée à ces princesses fut motivée par l’originalité qui les caractérise au sein de l’ensemble des figures impériales féminines. Cette originalité repose sur une double particularité : au pouvoir considérable que les princesses sévériennes ont exercé à la cour romaine s’ajoute l’origine syrienne de ces impératrices, nées dans la cité d’Emèse, sur les berges de l’Oronte. L’influence de ces femmes, reconnue par leurs contemporains, justifie d’étudier leur rôle dans les pratiques politiques, administratives ou encore culturelles de l’époque ; leur naissance au sein de la moitié orientale de l’Empire invite à s’interroger sur les conséquences que cette particularité dynastique a pu avoir sur les techniques de gouvernement de l’Empire.

2Les recherches entreprises ont tenté de dégager d’éventuelles spécificités dans les relations de ces impératrices avec l’Orient romain. Il s’agissait de s’interroger notamment sur la bienveillance de ces princesses à l’égard des provinces hellénophones et de leurs habitants mais aussi, en inversant le point de vue, de poser le problème de la déférence des provinces orientales envers la dynastie sévérienne. L’historiographie moderne qui évoque le règne des Sévères invoque de façon relativement fréquente l’origine syrienne de la plupart des membres de la dynastie pour expliquer certains phénomènes propres à la période, telle l’augmentation du nombre d’Orientaux au Sénat. Aucune étude, cependant, n’avait cherché à prouver ou à infirmer le fait que l’origine syrienne de la dynastie a pu influencer la politique de celle-ci.

3Trois axes ont guidé cette étude et déterminent l’organisation du mémoire. Le point de départ de la réflexion fut d’évaluer les réactions et comportements que l’arrivée au pouvoir de la première dynastie d’origine orientale a pu entraîner chez les contemporains.

4Le premier chapitre tente donc de montrer que les impératrices syriennes, conscientes des préjugés d’alors à l’encontre de la population syrienne et du risque qu’ils pouvaient représenter pour leur pouvoir, ont cherché à masquer leurs origines et à s’identifier à de véritables matrones romaines. Les provinces syriennes, cependant, pourraient avoir fait preuve d’une déférence notable à leur égard du fait de leurs origines, comme le laisse supposer l’étude de la documentation épigraphique et numismatique correspondante. Ainsi ont été mis en valeur des comportements, tant de la part de la famille impériale que de ses sujets, à mettre en lien avec la spécificité géographique de la dynastie.

5Le deuxième chapitre entreprend de mesurer le nombre et l’influence des individus originaires des provinces hellénophones dans l’entourage des impératrices syriennes. La présence d’Orientaux à la cour romaine n’est pas chose neuve à l’époque sévérienne, et l’implication personnelle des impératrices syriennes dans la promotion d’Orientaux, si elle peut être décelée, est délicate à préciser. Le règne des Sévères peut tout de même être considéré comme un catalyseur de l’accès des Orientaux aux plus hautes fonctions de l’Empire, comme en témoignent les cas d’Ulpien et des membres de la famille syrienne.

6Le troisième et dernier chapitre traite des voyages que les impératrices syriennes ont réalisés dans les provinces orientales. Les pratiques de pouvoir qui y sont liées ne font pas nécessairement figure d’exception au sein de l’histoire impériale romaine. Des séjours en Syrie parfois très longs, seule particularité décelable, peuvent être interprétés comme l’occasion pour les princesses syriennes de retourner sur leurs terres natales.

7Ces observations diverses invitent à penser que les impératrices sévériennes ont pu concilier volonté de se présenter en Romaines et attachement pour leurs origines syriennes. Ce second élément se manifeste, il est vrai, avec bien plus de discrétion. La bienveillance des impératrices envers les provinces orientales et leurs habitants doit être nuancée et demande que l’on se garde de toute analyse déterministe. Érigée en hypothèse de travail, souvent soupçonnée mais rarement démontrable, la singularité des relations entre impératrices syriennes et provinces orientales a néanmoins permis de proposer un éclairage original des pratiques du pouvoir impérial, ainsi que de la place des femmes dans la haute société romaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lara Calcavino, « « L’Oronte et le Tibre : les relations entre les impératrices syriennes et les provinces de l’Orient romain », Master 1, sous la direction de M. Cédric Brélaz, Université de Strasbourg, 2012 », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1740

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page