Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Femmes et Mission, de la France au Lesotho : statuts, rôles et engagements au sein de la Société des Missions Évangéliques de Paris, de 1825 aux années 1910 », Master 2, sous la direction de Pierre Boilley et Anne Hugon, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Camille Aubret

Texte intégral

1 Ce mémoire présente une étude sur la relation entre femmes et fait missionnaire protestant en France et au Lesotho au xixe siècle et au début du xxe siècle. Avec pour source principale les archives du DEFAP (Département Évangélique Français d’Action Apostolique) à Paris, nous avons cherché à comprendre l’engagement des femmes françaises et protestantes au sein de la Société des Missions Évangéliques de Paris (SMEP). Les recherches du monde anglophone ne manquent pas sur le sujet, mais en France la connaissance que nous avons du fait missionnaire est très souvent liée au monde catholique et en l’occurrence aux ordres religieux féminins et masculins. Le monde protestant français, s’il a été étudié dans sa dimension sociale, ne l’a été que trop peu dans sa dimension missionnaire. Quelques études font référence, telle celle de Jean-François Zorn, mais encore aujourd’hui la recherche française n’est que peu développée sur le sujet. Les femmes protestantes françaises sont en général connues pour leur engagement social et politique, leur engagement religieux reste toutefois ignoré. Étudier leur relation avec le fait missionnaire est un moyen de connaître la relation d’une portion des femmes protestantes de France avec leur religion. Nous cherchons donc à mettre en lumière leur implication dans la sphère religieuse à travers la mission du Lesotho, région d’Afrique où les membres de la SMEP décident d’envoyer leurs premiers missionnaires en 1833. La mission du Lesotho tient donc la position de précurseur pour les missionnaires français, et notre étude contribue à démontrer son statut unique parmi les autres champs de mission du protestantisme français.

2 En France, le Comité des Dames de Paris créé en 1825 trouve sa place au sein de la SMEP en développant l’aspect familial de la mission du Lesotho. Nos recherches ont mené à la découverte d’une réelle influence des femmes de la haute société parisienne, ainsi que des femmes des régions de province dans le monde missionnaire protestant. Par le truchement de la charité chrétienne et de la sororité universelle, les femmes françaises engagées pour la mission protestante réussissent à se créer un rôle indispensable et irremplaçable : leurs financements et la dimension féminine de leur activité que les sphères dirigeantes masculines ne peuvent assumer leur assurent une place d’exception. La direction que ce Comité des Dames prend en finançant l’éducation des enfants de missionnaires donne très clairement une spécificité à la mission française du Lesotho : la famille devient le centre de la mission et aussi une pépinière pour les nouvelles recrues missionnaires. Si le Comité des Dames est très peu cité dans les études déjà produites sur la Mission du Lesotho ou sur la SMEP, il nous est devenu évident, après l’étude de ses archives, que l’on ne peut plus négliger son importance dans le paysage missionnaire du protestantisme français. Par ailleurs, dépasser la dichotomie métropole/champ de mission est indispensable pour voir comment les orientations prises en France modèlent la situation sur le terrain missionnaire.

3 Au Lesotho, l’engagement féminin est visible dès les premières années à travers les épouses de missionnaires. Ce sont elles qui, par leur statut d’épouse et de mère, apportent sa dimension civilisatrice à la mission : elles sont un modèle dont les femmes sothos doivent s’inspirer afin que la conversion soit complète. En effet, il ne suffit pas que les populations se convertissent à la religion chrétienne, il faut également qu’elles adoptent un style de vie à l’occidentale, et c’est à travers les femmes que cette dimension est rendue possible. La mission des femmes consiste alors en l’enseignement des valeurs chrétiennes familiales, et selon les normes européennes du genre, le rôle de la femme est cantonné au foyer et à la famille. En étudiant le cas de la mission du Lesotho, nous avons découvert que les épouses missionnaires, en accord avec leur statut, sont garantes de cette féminité à l’européenne. Moins évident au premier abord, mais confirmé par nos recherches, est le fait que d’autres figures féminines remplissent aussi ce rôle. Tout d’abord, les filles de missionnaires jouent un rôle primordial au sein de la mission du Lesotho : bercées dans le cocon missionnaire, et avec l’aide du Comité des Dames, elles sont employées dès leur enfance par la mission. Une très forte proportion de filles de missionnaires contribue à l’œuvre sans être visible dans les discours missionnaires : elles font partie de celles, avec leurs mères, que l’on qualifie d’invisibles. Beaucoup d’entre elles se professionnalisent même pour la mission : la féminisation du travail missionnaire ne commence donc pas avec les employées officielles, mais bien avec les membres du groupe familial missionnaire. Bien entendu, la mission du Lesotho a recruté des demoiselles missionnaires, institutrices de formation sans lien direct avec les membres du groupe missionnaire, mais elles représentent une minorité dans ce cas. La définition précise de ces trois groupes distincts, de leur statut et de leur rôle, nous a amené à parler de différentes féminités missionnaires, et l’ampleur et la complexité de leur engagement à développer l’idée d’une mission des femmes pour les femmes. Par conséquent, nous avons cherché à insister sur la construction de ces différentes individualités missionnaires et sur leur position au sein de la structure missionnaire en France et au Lesotho.

4Parallèlement à l’histoire publique de la mission qui est très souvent mise en valeur dans les diverses études sur le sujet, notre travail s’attache donc à étudier la dimension privée et familiale du fait missionnaire, et à comprendre comment celle-ci est devenue publique sur le terrain via la mission des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Aubret, « « Femmes et Mission, de la France au Lesotho : statuts, rôles et engagements au sein de la Société des Missions Évangéliques de Paris, de 1825 aux années 1910 », Master 2, sous la direction de Pierre Boilley et Anne Hugon, Université Paris I Panthéon-Sorbonne », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1736

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page