Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Étude d’un groupe marchand dans un cadre urbain : les courtières de verdet de Montpellier au xviiie siècle », Master 2, sous la direction de Thierry Allain, Université de Montpellier III

Émilie Lafon

Texte intégral

1Un champ d’étude intéressant s’ouvre aux historiens grâce à la découverte du rôle que pouvaient jouer les femmes dans l’économie et la société d’Ancien Régime. Champ d’étude dans lequel ce mémoire tente de s’inscrire, avec l’originalité d’allier la  gender history, avec l’histoire d’une production typiquement montpelliéraine aujourd’hui disparue : le vert-de-gris. Cette poudre, obtenue par l’oxydation de plaques de cuivre par du vin fortement alcoolisé, servait de pigment dans la peinture et la teinture. Nous présenterons ici l’étude d’un groupe marchand dans un cadre urbain : les courtières de verdet de Montpellier au xviiie siècle. Notre questionnement se fonde sur des sources diverses. D’abord sur les archives de l’intendance du Languedoc en ce qui concerne les aspects économiques et pratiques du métier. Puis sur les registres paroissiaux montpelliérains pour le domaine social de l’étude.

2Le groupe marchand des courtières de verdet suscite bon nombre de questions, d’autant plus qu’il n’a jamais fait l’objet d’une étude. En effet, ces femmes se trouvent à la jonction du monde féminin des productrices de verdet et du monde masculin des négociants ; de plus, leur profession avait un impact certain sur leur rôle d’actrices sociales. Quelle est l’originalité des courtières ? Quelles caractéristiques sociales et professionnelles vient-elle enrichir ? Jusqu’à quel point sont-elles intégrées dans la fabrique du verdet et, plus largement, dans la société urbaine de Montpellier au xviiie siècle ?

3En ce qui concerne les pratiques professionnelles, les courtières, comme les fabricantes de verdet, transmettaient leur savoir-faire à leur fille, petite-fille ou nièce. Elles leur assuraient ainsi des rétributions qui complétaient celles de leur mari. En moyenne, nous pouvons déduire des relevés du bureau du poids du roi que chaque courtière recevait 16 livres tournois par mois durant l’année 1781. Mais remarquons que l’écart entre chacune d’elles pouvait être important. Ces écarts peuvent s’expliquer par leur statut marital, puisque nous pouvons penser que les célibataires avaient besoin de gagner plus que les femmes mariées. Les autorités, à savoir l’inspecteur du verdet ainsi que l’intendant de la province, tentaient d’assurer un revenu convenable à chacune en régulant l’effectif du groupe marchand. En effet, leur nombre varie de six à huit pendant la période étudiée, huit étant le plafond fixé dans la règlementation durant la majorité de la période étudiée (1711-1789). Nous remarquons des variations d’effectif suivant celles de la production de verdet.

4Les fonctions des courtières, qui consistent à aller chercher le verdet chez les fabricantes pour l’amener au bureau du poids du roi, où l’inspecteur le pèse, le vérifie, et le dote d’un certificat de visite, et enfin le restituer au marchand qui en aura fait l’acquisition, sont règlementées par deux ordonnances (1711 et 1744). Les publications successives du règlement de 1744 montrent que la fabrique de verdet est en proie à la fraude. Les autorités en appellent alors aux courtières pour qu’elles redoublent de vigilance. Mais bien que la fraude recule peu à peu, trois affaires de pratiques illégales impliquent les courtières elles-mêmes. L’inspecteur du verdet semble à plusieurs reprises plaider leur cause auprès de l’intendant. Il est l’un des acteurs principaux du réseau professionnel des courtières, aux côtés des fabricantes de verdet et des négociants. Les courtières, au-delà des liens noués entre elles, entretenaient des rapports à la fois professionnels et sociaux avec ces trois types d’interlocuteurs.

5En effet, les relations sociales structurant se réseau professionnel peuvent contribuer parfois à leur donner du travail ou, à l’inverse, leur en demander. Ces relations peuvent être d’origine cléricale, aristocratique, ou simplement familiale. L’étude des réseaux de parenté de cinq courtières, fondée sur leurs contrats de mariage, montre la promiscuité qui existe entre le monde marchand et artisanal au sein de leurs familles, ce qui ne fait que reproduire le cadre professionnel du groupe marchand.

6L’originalité des courtières de verdet tient donc à l’exclusivité féminine du groupe marchand. Elles sont bel et bien intégrées dans la fabrique de verdet puisqu’elles sont à l’interface reliant les trois autres acteurs de ce commerce (inspecteur, fabricantes, négociants). Elles sont de même intégrées à la société urbaine de Montpellier au xviiie siècle ou, du moins, au secteur marchand et artisanal, par les relations qu’elles y entretiennent. Les thèses anciennes développées dans les années 1960, qui placent les femmes de la société d’Ancien Régime dans un cadre strictement domestique, sont donc largement démenties avec l’exemple des courtières de verdet de Montpellier. Celles-ci ont su allier leur cadre de prédilection, la cellule familiale, à une ouverture sur la société urbaine en s’intégrant dans la fabrique et la commercialisation de verdet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lafon, « « Étude d’un groupe marchand dans un cadre urbain : les courtières de verdet de Montpellier au xviiie siècle », Master 2, sous la direction de Thierry Allain, Université de Montpellier III », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1732

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page