Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« La Santé et le Médecin. Etude du culte d’Hygie et Asclépios en Grèce classique », Master 2, sous la direction de Violaine Sebillotte, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne

Hélène Castelli

Texte intégral

1Dans le cadre de la Grèce classique, c’est-à-dire celle des ve et ive siècles avant Jésus-Christ, ce mémoire se propose d’étudier deux divinités liées aussi bien dans le culte qui leur était accordé que dans leurs domaines d’intervention. Ce duo comprend tout d’abord une divinité masculine, Asclépios, dieu guérisseur à la popularité croissante, notamment en Attique et dans le Péloponnèse. Les sanctuaires de ce médecin divin, appelés Asclépieia, ont un fonctionnement commun, à l’instar de ceux d’Athènes ou d’Épidaure : les hommes et les femmes s’y rendent pour se faire soigner ou implorer l’aide du dieu. Après s’être purifiés par divers rites et avoir offert un sacrifice à la divinité avec l’aide du personnel du sanctuaire, ils passent un certain nombre de nuits sous un portique d’incubation, où le dieu leur apparaît en rêve. Lors de ces visions, d’après les ex-voto laissés en remerciement par les malades, le dieu peut intervenir directement sur le malade et le soigner, ou lui livrer la solution qui guérira son mal. Au terme du séjour dans l’Asclépieion, le patient est invité à faire une offrande au sanctuaire en remerciement de la guérison obtenue. Celle-ci peut revêtir la forme d’argent, d’objet ou de relief votif à l’effigie de la famille du dédicant et des divinités guérisseuses. C’est sur ce type de sources qu’apparaît le plus fréquemment Hygie, personnification de la Santé. Celle-ci semble, dans les premiers temps, avoir bénéficié d’une forme d’indépendance : on la voit figurée sur les vases du peintre de Meidias, qui exerça dans les deux premières décennies du ive siècle, en Attique. C’est une jeune femme sensuelle qui évolue gracieusement avec d’autres déesses et personnifications, qu’on reconnaît grâce à l’inscription de son nom. Vers 420-419, les deux divinités semblent fusionner lors de l’arrivée officielle d’Asclépios à Athènes. Dès lors, Asclépios et Hygie sont vénérés ensemble, et c’est côte-à-côte qu’ils apparaissent sur les reliefs votifs.

2Si les deux divinités étaient liées dans leur culte et leur iconographie, l’historiographie, en revanche, leur a, jusqu’à présent, réservé un traitement bien différent. Les publications concernant Asclépios abondent et nourrissent une vaste bibliographie. Sans doute est-ce en tant que divinité masculine, ayant des traits communs avec Zeus et disposant d’une existence dans les récits mythiques qu’il a bénéficié de cet intérêt historiographique. En revanche, les recherches sur Hygie sont moins nombreuses. Nous n’avons recensé que quatre publications qui lui sont exclusivement consacrées, dont deux notices d’encyclopédie. On constate en tout cas un désintérêt pour cette déesse, trop souvent qualifiée par les chercheurs d’« ombre » d’Asclépios, de simple personnification de la santé, sans bénéficier d’une étude réelle et approfondie pour elle-même. C’est en réponse à ce constat que ce travail a vu le jour.

3À l’appui de sources de nature variée (littérature, épigraphie et iconographie), ce mémoire se fixe deux objectifs : faire émerger la déesse Hygie en l’étudiant pour elle-même et revisiter la thématique générale des cultes guérisseurs dans une perspective de genre. Ainsi, le travail ambitionne, dans une première partie, de dresser un état des lieux synthétique des connaissances dont nous disposons en matière du culte d’Hygie et d’Asclépios : elle établit notamment les nombreuses différences existant entre ces deux divinités à la fois proches et diamétralement opposées, et postule que c’est justement cette opposition de genre, de généalogie et de statut qui a assuré à ce duo son éclatant succès auprès des Grecs et sa longue postérité. Une deuxième partie examine les pratiques cultuelles pour voir dans quelle mesure on peut les dire genrées ou non : d’abord du côté du personnel officiant, puis de celui des patients et des dédicants. On étudiera ainsi la répartition hommes-femmes de ces deux catégories, pour voir s’il existe des divergences dans la pratique cultuelle des hommes et des femmes. Cette partie traite également des attributions d’Hygie et Asclépios, pour établir dans quelle mesure le genre de ces divinités intervient dans la motivation à solliciter l’un plutôt que l’autre. Une dernière partie examine plus précisément les sources iconographiques, pour en tirer des conclusions non plus sur les pratiques cultuelles mais sur les représentations des deux divinités. On verra comment le genre joue – ou non – dans les interactions entre Asclépios et Hygie, avec d’autres divinités ou avec les adorants représentés avec eux sur les reliefs.

4C’est donc dans une perspective d’anthropologie historique et à la suite d’un examen approfondi de sources variées que se présente cette étude d’Hygie, d’Asclépios, et des femmes et des hommes qui leur rendaient un culte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Castelli, « « La Santé et le Médecin. Etude du culte d’Hygie et Asclépios en Grèce classique », Master 2, sous la direction de Violaine Sebillotte, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1730

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page