Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« L’honneur insulté face au tribunal des maréchaux de France, un enjeu ordinaire des nobles dans la France du xviiie siècle », Master 2, sous la direction de Katia Béguin, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Indiana Dullier

Texte intégral

1Dans ce mémoire rédigé sous la direction de Madame Katia Béguin, je me suis attachée à étudier comment l’étude genrée de l’honneur insulté pouvait éclairer la vie des nobles ordinaires et reflétait l’envers de la hiérarchie patriarcale et pyramidale de la France d’Ancien Régime.

2Les archives du tribunal des Maréchaux de France m’ont permis de replacer les femmes nobles du xviiie siècle dans la sphère publique et plus particulièrement dans un milieu que j’ai qualifié « d’injuriogène », comme F. Billacois avait parlé de milieu « duelligène ». En effet, c’est dans un tribunal a priori réservé aux hommes que j’ai pu, après avoir étudié les codes de l’honneur, observer certaines formes d’émancipation des femmes du xviiie siècle. L’honneur régit toute la vie d’une personne de rang, dicte des normes morales et physiques qui l’obligent à adopter un comportement conforme aux vertus nobiliaires. Il existe deux typologies de cette vertu, l’une masculine et l’autre féminine, l’honneur n’étant pas un monopole masculin. L’honneur impose un cadre de vie et une place dans la pyramide sociale. L’exemple des préséances (bafouées) dévoile l’importance de l’honorabilité et du rang adossés à la qualité d’une personne. Au sein de la noblesse, les femmes comme les hommes se devaient de soutenir en public leur dignité. Certes, dans la société patriarcale française, l’honneur masculin et le rang de l’époux prévalaient sur ceux de la femme. Celle-ci, ne possédant aucun statut propre, ne recevait que les honneurs dus au rang de son mari. Ainsi, toutes les femmes n’étaient pas soumises à tous les hommes, mais au contraire, le fait même qu’une partie d’entre elles ait pu bénéficier d’un rang supérieur à certains hommes était un vecteur de conflits, d’injures.

3 Les querelles en matière d’honneur étaient multiples. Toute parole, tout geste, toute omission qui touchait l’honneur d’une personne de rang était un affront qui méritait réparation. L’objectif de toute injure était de toucher le point d’honneur de son adversaire et donc d’atteindre la partie la plus sensible de celui-ci. La qualité des adversaires et des témoins des injures subies, leur âge, leur sexe, le lieu, le moment, les armes utilisées, etc., étaient autant de facteurs à prendre en compte pour juger la gravité de l’acte déshonorant. En effet, injurier une personne noble dans une église ou dans sa demeure amplifiait la gravité de l’affront ; une injure nocturne était plus préjudiciable soulignant l’aspect prémédité de celle-ci ; des coups de bâton durant l’affront étaient également un facteur aggravant puisqu’ils assimilaient la victime à un « vilain », etc.

4Dans cette étude, nous avons pu identifier un milieu « injuriogène ». Des acteurs, des lieux et des moments semblaient prédisposés aux injures et ils composaient une dimension même de leur gravité. Si je n’ai pas retrouvé de situations d’injures identiques, je suis parvenue à expliciter le contenu d’une injure et à observer des récurrences. Ces injures et les cibles qu’elles visaient étaient souvent les mêmes, le principal clivage résultant des types d’honneur liés au genre. Que ce soit envers un homme ou envers une femme, les injures ciblaient les vertus adossées à leur sexe respectif telles que la sexualité féminine ou le courage masculin, et remettaient en cause la noblesse des victimes.

5Pour chaque injure, plusieurs personnes pouvaient porter plainte car l’honneur d’un individu s’identifiait à celui de toute une maison. Les hommes ainsi que les femmes étaient chacun des emblèmes de cet honneur. Toute injure adressée au représentant d’un lignage noble pouvait donc remettre en cause l’honneur collectif de la famille, sans aucune distinction de sexe. Cette échelle des atteintes à l’honneur dévoile le négatif des rapports sociaux au sein d’une société centrée autour des privilèges et des inégalités.

6Ces offenses et situations injurieuses sont retranscrites dans des archives judiciaires du tribunal des Maréchaux de France. Ce sont ces recours judiciaires qui m’ont permis de qualifier la majorité des justiciables de « faibles », étant incapables de réparer un affront comme l’honneur l’exigeait, notamment par le recours au duel.

7Il m’a fallu rester vigilante et considérer avec une distanciation de principe les déclarations des justiciables qui agissaient dans une stratégie judiciaire. Néanmoins, les relations sociales et une partie de la vie ordinaire des justiciables étaient perceptibles dans leurs déclarations. L’honneur n’imposait pas seulement un mode de vie ; il dictait aussi une certaine réaction à adopter face aux injures. Dans mes archives, j’ai pu analyser ce quotidien de l’honneur nobiliaire traversé d’embûches et d’injures.

8 Les affaires mentionnant la présence de femmes sont plus nombreuses qu’attendues dans un tribunal dont la vocation originelle était d’empêcher les duels. La majorité des hommes stigmatisait la « faiblesse naturelle » de celles-ci qui les excluait de la vie politique et les infantilisait face à la Justice. Elles devaient être soumises à l’homme, seul détenteur d’une force physique et intellectuelle. Elles devaient être confinées à la sphère domestique, borner leur ambition à être de bonnes mères, de bonnes épouses, quintessence d’une vie honorable. Cependant, ce tribunal d’exception a découvert des femmes victimes, plaignantes ou, pire, accusées d’atteintes à l’honneur d’un gentilhomme. Les femmes nobles ont en effet leur place dans ce monde de la violence et dans ce tribunal de l’honneur. Par leur éducation, elles peuvent s’émanciper d’une domination masculine en s’insérant dans la sphère publique et en participant aux querelles. Celles-ci transcendent les frontières de genre et dévoilent la dimension concrète de l’honneur des hommes et des femmes nobles du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Indiana Dullier, « « L’honneur insulté face au tribunal des maréchaux de France, un enjeu ordinaire des nobles dans la France du xviiie siècle », Master 2, sous la direction de Katia Béguin, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1728

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page